Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264067876
Code sériel : 5124
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Oranges amères

Laurent COHEN (Traducteur)
Collection : Domaine Policier
Date de parution : 06/10/2016
Lorsqu’un journaliste d’investigation disparaît dans la petite bourgade tranquille de Petah Tikva, l’inspectrice Anat décide d’enquêter sur les méthodes du maire qui règne sans partage sur la ville depuis plus de vingt-cinq ans. 
Petah Tikva, une petite ville israélienne tranquille, loin du bouillonnement de Tel-Aviv, son exubérante voisine. Tous les habitants se plaisent à le répéter, rien ne se passe jamais à Petah Tikva. Alors, quand un journaliste d'investigation disparaît, l'inspectrice Anat Nahmias est aussitôt sur le qui-vive. Qui aurait pu avoir intérêt... Petah Tikva, une petite ville israélienne tranquille, loin du bouillonnement de Tel-Aviv, son exubérante voisine. Tous les habitants se plaisent à le répéter, rien ne se passe jamais à Petah Tikva. Alors, quand un journaliste d'investigation disparaît, l'inspectrice Anat Nahmias est aussitôt sur le qui-vive. Qui aurait pu avoir intérêt à le faire taire? Sur quoi enquêtait-il?
Lorsqu’Ido Dolev - jeune et beau publicitaire, cynique et plein d'esprit, spécialisé dans les campagnes électorales - commence à s'intéresser au cas du journaliste disparu, l'enquête d'Anat prend un tour nouveau. L'inspectrice et le communicant n'ont pas les mêmes objectifs mais comprennent rapidement que, pour élucider ce mystère, ils gagneront à coopérer. Ce qu'ils vont découvrir va remettre en question tout ce qu'ils avaient toujours cru savoir sur Petah Tikva et notamment sur les méthodes du maire régnant sur la ville depuis plus de vingt-cinq ans...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264067876
Code sériel : 5124
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • jazzman Posté le 7 Mai 2020
    J'ai lu avec intérêt "Oranges amères" de Liad Shoham. Ce dernier est diplômé en droit de l'Université de Jérusalem et connait bien les arcanes du système israélien. Un système hélas basé sur la corruption et le racisme comme en témoigne " Terminus Tel-Aviv". Dans "Oranges amères" le racisme est assez peu abordé. Le seul non juif est Saïd qui découvre le cadavre de Jarvy dans un verger dont nous apprendrons plus tard qu'il produit des oranges. Malgré tout, nous apprenons en filigrane que Hirsch et Brachfeld qui dirigent la ville depuis des décennies ont relégué les Séfarades arrivés dans les années 60 dans les faubourgs miteux de Petah Tikva. Liad Shoham connait d'ailleurs Petah Tikvah et l'on suppose qu'il sait de quoi il parle. Hirsch et Brachfeld sont des Ashkénazes qui se sentent investis d'une mission. Bref rappel: ce sont les Ashkénases qui ont fondé le pays et c'est à ce titre qu'ils pensent avoir tous les droits. C'est d'ailleurs ce qu'on laisse entendre sur Brachfeld à la page 348 car c'est là que nous apprenons que le nom initial de Petah Tikvah est Em Hamoshavot. Le moshav est un type de village rural juif dans lequel ont travaillé... J'ai lu avec intérêt "Oranges amères" de Liad Shoham. Ce dernier est diplômé en droit de l'Université de Jérusalem et connait bien les arcanes du système israélien. Un système hélas basé sur la corruption et le racisme comme en témoigne " Terminus Tel-Aviv". Dans "Oranges amères" le racisme est assez peu abordé. Le seul non juif est Saïd qui découvre le cadavre de Jarvy dans un verger dont nous apprendrons plus tard qu'il produit des oranges. Malgré tout, nous apprenons en filigrane que Hirsch et Brachfeld qui dirigent la ville depuis des décennies ont relégué les Séfarades arrivés dans les années 60 dans les faubourgs miteux de Petah Tikva. Liad Shoham connait d'ailleurs Petah Tikvah et l'on suppose qu'il sait de quoi il parle. Hirsch et Brachfeld sont des Ashkénazes qui se sentent investis d'une mission. Bref rappel: ce sont les Ashkénases qui ont fondé le pays et c'est à ce titre qu'ils pensent avoir tous les droits. C'est d'ailleurs ce qu'on laisse entendre sur Brachfeld à la page 348 car c'est là que nous apprenons que le nom initial de Petah Tikvah est Em Hamoshavot. Le moshav est un type de village rural juif dans lequel ont travaillé des colons très courageux qui ne sont pas prêts à accepter d'être dépossédés de "leur ville". Il faut vraiment s'intéresser à la société israélienne et bien connaître les tenants et aboutissants qui sous-tendent ce roman pour y voir clair. Les hommes politiques présentés ici sont pitoyables: Tsouriel et Goldstein= les mêmes et prêts à tout pour être élus, y compris au compromis avec des religieux qu'ils méprisent pourtant. Interdire la circulation des véhicules le jour de Shabbat! Très compliqué à comprendre et à accepter pour des citoyens d'un état laïque comme le notre! Nous sommes bien contents qu' Anat Nahmias n'épouse pas Guily car cela aurait été contraire à ses principes. La fin est ouverte: elle quitte Petah Tikva pour aller à la mer. Place au rêve donc et à une nouvelle enquête... Liad Shoham est vraiment un excellent auteur de polars et surtout il a le courage de mettre le doigt sur ce qui ne va pas dans la société israélienne et la mène à sa perte. N'en voulons pas au meurtrier, il était prisonnier d'un système implacable! Un bémol à le clé: la traduction laisse à désirer. Mais ça, ce n'est pas la faute de Liad Shoham!
    Lire la suite
    En lire moins
  • majolo Posté le 21 Juin 2017
    Après "Sept années de bonheur" de Etgar Keret, j'ai poursuivi mon étude de la société israélienne par ce roman. Petah Tikva est une petite ville sans histoire...apparemment, bien sûr, sinon, pas de roman. L'héroïne, Anat, est officier de police et va devoir démêler les fils d'un imbroglio financier et criminel impliquant malheureusement tous les notables de la ville, et aussi malheureusement sa future belle-famille...Un polar assez classique, honnête mais sans être une révélation indispensable.
  • celinezug Posté le 9 Mai 2017
    Un polar bien mené, haletant et bien écrit qui en plus dévoile une société Israëlienne tout aussi corrompue que n'importe qu'elle autre.
  • sandrine57 Posté le 27 Octobre 2015
    Bien différente de l'extravagante et délurée Tel Aviv, sa voisine, la sage Petah Tikva est une ville paisible où il ne se passe jamais rien. C'est ici que la jeune inspectrice Anat Nahmias a pris ses fonctions, comptant sur des possibilités de promotion rapides et se rapprochant par la même occasion de Guily, son tendre fiancé. Mais Anat s'ennuie. La police a bien eu vent de la corruption qui règne à la mairie, tenue depuis vingt-cinq ans par Dov Tsouriel, mais elle ferme les yeux sur les méthodes du notable, préservant ainsi la quiétude de la ville. Tout change le jour où une femme vient signaler la disparition de son mari. A-t-on voulu faire taire ce journaliste d'investigation probe et intègre ? Ses supérieurs penchent plutôt pour la fuite d'un homme qui refusait la grossesse de sa compagne, mais Anat veut creuser l'affaire. Surtout quand Ido Dolev, publicitaire spécialisé dans les campagnes électorales et ami du disparu, vient lui faire part de ses soupçons. Ido met le maire en cause et Anat, bien que mal à l'aise, décide d'unir ses forces à celles du séduisant publicitaire. Un polar installé dans le climat très particulier d'une ville de province en Israël. Sous... Bien différente de l'extravagante et délurée Tel Aviv, sa voisine, la sage Petah Tikva est une ville paisible où il ne se passe jamais rien. C'est ici que la jeune inspectrice Anat Nahmias a pris ses fonctions, comptant sur des possibilités de promotion rapides et se rapprochant par la même occasion de Guily, son tendre fiancé. Mais Anat s'ennuie. La police a bien eu vent de la corruption qui règne à la mairie, tenue depuis vingt-cinq ans par Dov Tsouriel, mais elle ferme les yeux sur les méthodes du notable, préservant ainsi la quiétude de la ville. Tout change le jour où une femme vient signaler la disparition de son mari. A-t-on voulu faire taire ce journaliste d'investigation probe et intègre ? Ses supérieurs penchent plutôt pour la fuite d'un homme qui refusait la grossesse de sa compagne, mais Anat veut creuser l'affaire. Surtout quand Ido Dolev, publicitaire spécialisé dans les campagnes électorales et ami du disparu, vient lui faire part de ses soupçons. Ido met le maire en cause et Anat, bien que mal à l'aise, décide d'unir ses forces à celles du séduisant publicitaire. Un polar installé dans le climat très particulier d'une ville de province en Israël. Sous une apparente bonhomie, la ville et son maire cachent bien des secrets. Ici pas de crimes sanglants, de courses-poursuites ou de tirs intempestifs. Tout se passe dans l'ambiance feutrée de la salle du conseil municipal. La ville est tenue officiellement par un maire corrompu, et officieusement, par deux parrains issus des deux familles de pionniers qui l'ont fondée et qui, à coup de magouilles, chantages, pots de vin et dessous de table, contrôlent tout le marché de l'immobilier. Ce système où l'honneur tient aussi sa place est chamboulé par l'apparition d'un mystérieux troisième larron, plus jeune, plus dur, qui n'hésite pas à abattre ceux qui voudraient se mettre sur sa route. Et l'image propre et lisse de Petah Tikva se fissure. Liad SHOHAM nous promène dans les arcanes de la corruption avec ce polar surprenant et riche en tensions et en rebondissements. Famille, politique, mafia, argent, sexe et sentiments sont au coeur d'une enquête menée par un duo original et séduisant. Une belle réussite que cette immersion dans une ville israélienne où le maire omnipotent sait ménager les religieux, la société civile et ses ''mécènes'' mais n'oublie jamais de veiller à ses intérêts personnels. À découvrir aussi pour le dépaysement.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…