En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Orgueil & préjugés et zombies

        Pocket
        EAN : 9782266234139
        Code sériel : 15330
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Orgueil & préjugés et zombies

        LAURENT BURY (Traducteur)
        Date de parution : 09/01/2014
        L’Angleterre subit une terrible épidémie : des morts-vivants envahissent villes et campagnes et contaminent la population.
        Dans la famille Bennett, on est bien entrainés. Les arts martiaux n’ont plus de secrets pour les cinq filles et, même à l’heure du thé, elles ne se séparent jamais de leur dague !
        Pas facile de trouver...
        L’Angleterre subit une terrible épidémie : des morts-vivants envahissent villes et campagnes et contaminent la population.
        Dans la famille Bennett, on est bien entrainés. Les arts martiaux n’ont plus de secrets pour les cinq filles et, même à l’heure du thé, elles ne se séparent jamais de leur dague !
        Pas facile de trouver un mari à la hauteur. Elizabeth a d’ailleurs bien envie d’égorger cet orgueilleux Darcy qui la snobe, mais l’irruption des « innommables » dans la salle de bal change ses plans…
         
         
        « Indiscutablement drôle, le livre invente une Angleterre de 1813 dans laquelle le péril zombie aurait remplacé la menace napoléonienne. »
        Les Inrockuptibles
         
        « Ce qui plaît, c’est bien entendu le choc des contraires, l’immixtion de l’horreur la plus trash dans une histoire sentimentale, toute de retenue et de délicatesse. »
        Nouvelobs.com
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266234139
        Code sériel : 15330
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 352
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.90 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LightandSmell Posté le 18 Juillet 2017
          Comme le titre l’indique, Orgueil, préjugés et zombies est un hommage et/ou une parodie du célèbre roman Orgeuil et Préjugés de Jane Austen. J’ai lu le roman de Jane Austen il y a plus d’une dizaine d’années et ai vu les deux adaptations cinématographiques. Je peux donc dire que c’est une histoire qui me plaît et que j’avais hâte de découvrir la version de Seth Grahame-Smith. Ici, l’auteur respecte parfaitement la trame de fond, nous retrouvons donc les différents personnages du roman, le contexte historique, les principaux événements qui marquent la vie de la famille Bennet… Elizabeth vous plaira donc toujours autant par sa force de caractère et son impertinence et M. Darcy devrait continuer à faire battre le cœur des plus romantiques d’entre nous. Mais ce que j’ai préféré, c’est la capacité de l’auteur à s’approprier le style si particulier de Jane Austen et sa manière de tourner en dérision les codes de la société anglaise de son époque. On retrouve parfaitement dans le roman, cette obsession du statut social, de l’argent et la question de la place de la femme mis en avant dans l’œuvre originale. Je ne dirais pas que l’élève a dépassé le maître, mais force est de constater... Comme le titre l’indique, Orgueil, préjugés et zombies est un hommage et/ou une parodie du célèbre roman Orgeuil et Préjugés de Jane Austen. J’ai lu le roman de Jane Austen il y a plus d’une dizaine d’années et ai vu les deux adaptations cinématographiques. Je peux donc dire que c’est une histoire qui me plaît et que j’avais hâte de découvrir la version de Seth Grahame-Smith. Ici, l’auteur respecte parfaitement la trame de fond, nous retrouvons donc les différents personnages du roman, le contexte historique, les principaux événements qui marquent la vie de la famille Bennet… Elizabeth vous plaira donc toujours autant par sa force de caractère et son impertinence et M. Darcy devrait continuer à faire battre le cœur des plus romantiques d’entre nous. Mais ce que j’ai préféré, c’est la capacité de l’auteur à s’approprier le style si particulier de Jane Austen et sa manière de tourner en dérision les codes de la société anglaise de son époque. On retrouve parfaitement dans le roman, cette obsession du statut social, de l’argent et la question de la place de la femme mis en avant dans l’œuvre originale. Je ne dirais pas que l’élève a dépassé le maître, mais force est de constater que sa copie est plus qu’honorable. L’auteur ne s’est pas contenté d’un simple copier-coller ; il a apporté un nouveau dynamisme au récit grâce à la présence de zombies. En plus d’être originale, cette idée a le mérite de démontrer un certain culot de sa part. En touchant au chef-d’œuvre de Jane Austen, il a pris le risque de s’attirer les foudres des puristes… Pour ma part, j’ai trouvé l’idée d’introduire ces viles créatures dans la vie des sœurs Bennet plutôt intéressante. D’un caractère farouche, être tueuse de zombies semble d’ailleurs plutôt bien convenir à Elizabeth qui prend sa tâche très au sérieux. Et c’est là que le côté parodique prend tout son sens. L’auteur finit ainsi par tourner en dérision la personnalité de notre héroïne dont le sens de l’honneur extrême la pousse même à s’auto-mutiler ou à vouloir égorger notre cher M. Darcy… Vous aurez compris qu’il faut lire l’histoire au second degré pour pouvoir l’apprécier. Quant au côté zombie, j’ai regretté qu’il soit finalement peu exploité du moins au niveau « visuel ». Les zombies ne m’ont pas semblé être une réelle menace puisque les affrontements avec ces derniers sont très vite expédiés. N’espérez donc pas de grandes scènes de bataille ou des situations angoissantes mettant véritablement en danger nos protagonistes. Enfin, deux points m’ont chagrinée dans le roman. Tout d’abord le fait que le dernier tiers du livre perd de son panache. L’auteur s’éloigne peu à peu du style de Jane Austen pour tomber dans la romance classique avec ses tergiversations agaçantes. Dommage, car du coup, le charme n’opère plus. Et le point qui m’a fait vraiment agacée est la fin ! Avoir appris toute sa vie à combattre pour ça… Mais, j’aime à croire que c’est une manière pour l’auteur de nous offrir une dernière critique de la société anglaise de l’époque à moins que ce ne soit là que la représentation d’un déprimant déterminisme. En conclusion, je vous conseille de dévorer l’œuvre originale avant de vous jeter sur ce roman. Dans le cas contraire, je pense que vous passerez quand même un bon moment de lecture, mais vous vous priveriez de tout ce qui fait vraiment le charme du roman : les multiples références à l’œuvre de Jane Austen. POUR ALLER PLUS LOIN : il existe une version cinématographique du roman que je n’ai pas encore vue.
          Lire la suite
          En lire moins
        • bouhoub Posté le 9 Juin 2017
          Lu en français. On m'a offert "Orgueil et préjugés et zombies", il y a des années pour un anniversaire. Je suis une grande fan de Jane Austen alors j'ai eu beaucoup de mal à le lire. Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, et comme je ne suis pas très courageuse, j'avais un peu trop peur de le commencer. Parce qu'il a fallu que je diminue un peu ma PAL, j'ai décidé de tenter l'aventure. Elle ne fut pas aussi horrible que je l'imaginais. C'est un bon livre qui suit une grosse partie de la trame du livre initial. J'ai passé un bon moment mais il ne restera pas gravé dans ma mémoire. Cependant, je trouve que l'auteur à fait un bon travail pour rendre le lien entre les zombies et le chef d’œuvre pas grotesque du tout. Et pour cette raison, je suis contente de l'avoir lu. De mon point de vue, c'est un bon livre pour les vacances d'été ou pour simplement se changer les idées.
        • Alicata Posté le 25 Mai 2017
          Très bon roman écrit scrupuleusement sur la trame de l'original mais je ne vois pas ce que le version zombie édulcorée apporte de neuf, si ce n'est le plaisir de retrouver nos personnages fétiches.
        • Maliae Posté le 12 Avril 2017
          Cette histoire est une sorte de réécriture du très grand Orgueil et Préjugés de Jane Austen, avec un petit côté sanglant et gore, car les demoiselles Bennet, en plus de se chercher un mari, vont devoir se battre contre les zombies. J’ai beaucoup ris au cours de ma lecture, car les situations devenaient plutôt cocasse avec ces zombies – oui ce n’est pas fait pour être effrayant du tout. L’auteur a vraiment repris l’oeuvre de Jane Austen, pour y glisser sa patte, ses innommables, un peu de sang. Certains passages, sont carrément copié collé de l’oeuvre, mais la plupart sont modifiés pour y rajouter ce côté comique et un peu fou. On nous parle d’entrainement en Orient, d’Honneur, d’esprit guerrier. Elizabeth, en plus d’être la jeune fille intelligente que l’on connait, est aussi une guerrière impitoyable. Elle est beaucoup plus violente que dans l’oeuvre original et très amusante. Ceci dit, j’aurais tout de même un petit reproche à faire : c’est son envie de butter tous ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. J’ai trouvé ça un brin énervant au bout d’un moment. « Décapitons machin, décapitons bidule », ça va bien deux minutes. L’important c’est tout de même de... Cette histoire est une sorte de réécriture du très grand Orgueil et Préjugés de Jane Austen, avec un petit côté sanglant et gore, car les demoiselles Bennet, en plus de se chercher un mari, vont devoir se battre contre les zombies. J’ai beaucoup ris au cours de ma lecture, car les situations devenaient plutôt cocasse avec ces zombies – oui ce n’est pas fait pour être effrayant du tout. L’auteur a vraiment repris l’oeuvre de Jane Austen, pour y glisser sa patte, ses innommables, un peu de sang. Certains passages, sont carrément copié collé de l’oeuvre, mais la plupart sont modifiés pour y rajouter ce côté comique et un peu fou. On nous parle d’entrainement en Orient, d’Honneur, d’esprit guerrier. Elizabeth, en plus d’être la jeune fille intelligente que l’on connait, est aussi une guerrière impitoyable. Elle est beaucoup plus violente que dans l’oeuvre original et très amusante. Ceci dit, j’aurais tout de même un petit reproche à faire : c’est son envie de butter tous ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. J’ai trouvé ça un brin énervant au bout d’un moment. « Décapitons machin, décapitons bidule », ça va bien deux minutes. L’important c’est tout de même de battre les zombies dans un premier temps, pas de régler ses comptes. Il y a aussi quelques incohérences, on reproche aux femmes à la fois de ne pas être féminine quand elles se battent, mais en même temps on méprise presque celles qui ne savent pas se battre (bon ceci étant dit, c’est une incohérence qu’on retrouve beaucoup en vrai, de nos jours, des paradoxes sur ce que l’on demande aux femmes). Mais c’est une oeuvre comique, c’est drôle et j’étais tellement contente de retrouver cette histoire, même sous un jour nouveau, que je me suis régalée à la lecture. C’était aussi amusant de voir les différences avec l’oeuvre originale et la façon dont l’auteur a manié le récit. Bref, sans être une lecture impérissable, j’ai trouvé ça plutôt sympathique, et j’ai maintenant très envie de voir le film.
          Lire la suite
          En lire moins
        • limaginarium Posté le 3 Novembre 2016
          difficile de se prononcer sur ma lecture. J'aime toujours autant le chapelet de personnages présenté (chacun a gardé son âme, d'Elisabeth à Mme Bennet en passant par Darcy), j'ai adoré l'introduction des zombies, mais je regrette au plus haut point le degré de caricature atteint (trop c'est trop). Mais somme toute, j'ai bien aimé ma lecture malgré les longueurs (dues au fait que je connaissais déjà le déroulement des événements). En revanche, je pense que ce livre sera susceptible de décevoir certains puristes, ou simplement les lecteurs qui attendent beaucoup de cette lecture. À vous de voir donc, en fonction de votre degré d'ouverture d'esprit et de votre degré de dévotion envers Jane Austen... Lire ma chronique :

        Ils en parlent

        « Indiscutablement drôle, le livre invente une Angleterre de 1813 dans laquelle le péril zombie aurait remplacé la menace napoléonienne. » Les Inrockuptibles
        « Ce qui plaît, c'est bien entendu le choc des contraires, l'immixtion de l'horreur la plus trash dans une histoire sentimentale, toute de retenue et de délicatesse. » Nouvelobs.com

        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.