RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Othello

            Pocket
            EAN : 9782266286190
            Code sériel : 17251
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Othello

            François-Victor HUGO (Traducteur)
            Date de parution : 07/06/2018
            LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE

            Élevé général des armées vénitiennes, Othello a épousé Desdémone : beauté noble, blanche et dévouée. Un triomphe pour ce Maure affranchi, au beau verbe, admirable, mais loin d’être admiré de tous... Iago, officier perfide, le hait. Distillant le mensonge à la façon d'un venin, celui-ci...
            LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE

            Élevé général des armées vénitiennes, Othello a épousé Desdémone : beauté noble, blanche et dévouée. Un triomphe pour ce Maure affranchi, au beau verbe, admirable, mais loin d’être admiré de tous... Iago, officier perfide, le hait. Distillant le mensonge à la façon d'un venin, celui-ci tissera un stratagème machiavélique pour faire chuter son maître. Le destin sera vicié, les cœurs purs périront. Quant à Othello, manipulé, aveuglé par la jalousie – ce « monstre aux yeux verts » –, il commettra l’irréparable.
            Histoire de peau, conte violent de l’amour trahi et tragédie du soupçon : immense classique, ce drame aussi noir que poignant exalte tout le génie de Shakespeare, dont le théâtre scrute avec une fascinante acuité le vertige des passions.

            Traduit de l'anglais par François-Victor Hugo

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266286190
            Code sériel : 17251
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            1.90 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • RetroRockGirl Posté le 16 Avril 2019
              Classique, simple, efficace. Du Shakespeare à l'état brut. Pas mon préféré.
            • Davalian Posté le 3 Mars 2019
              Othello est l’un des pièces les plus connues de Shakespeare. Voici une pièce de théâtre que se lit tout naturellement, même plusieurs siècles après sa première représentation. Malgré un potentiel historique évident, la rivalité entre la cité-État de Venise et l’empire ottoman sur fond de conquête de Chypre, celui-ci ne sert ici que de prétexte. Et cela est pour le mieux ! Il s’agit surtout ici de suivre les manipulations de l’intriguant Iago qui joue un jeu pervers pour arriver à ses fins : une vengeance toute intéressée. Il est également question d’une histoire amour naissante entre Othello et Desdémona. Amour rapidement contrarié, qui cède progressivement le pas aux manipulations de l’adroit Iago. La romance tient davantage de place que l’aspect historique, mais tout juste. L’auteur accorde bien plus d’importance à la mise en place de la manipulation et aux suites qui lui sont réservées… Cette pièce de théâtre tient ici davantage d’une nouvelle, ou d’un petit roman et se lit comme tel. Même plusieurs siècle après, nous voici avec une belle leçon de vie qui s’adresse à nos chers gouvernants, mais également au commun des mortels : personne n’est à l’abri des manipulations... Othello est l’un des pièces les plus connues de Shakespeare. Voici une pièce de théâtre que se lit tout naturellement, même plusieurs siècles après sa première représentation. Malgré un potentiel historique évident, la rivalité entre la cité-État de Venise et l’empire ottoman sur fond de conquête de Chypre, celui-ci ne sert ici que de prétexte. Et cela est pour le mieux ! Il s’agit surtout ici de suivre les manipulations de l’intriguant Iago qui joue un jeu pervers pour arriver à ses fins : une vengeance toute intéressée. Il est également question d’une histoire amour naissante entre Othello et Desdémona. Amour rapidement contrarié, qui cède progressivement le pas aux manipulations de l’adroit Iago. La romance tient davantage de place que l’aspect historique, mais tout juste. L’auteur accorde bien plus d’importance à la mise en place de la manipulation et aux suites qui lui sont réservées… Cette pièce de théâtre tient ici davantage d’une nouvelle, ou d’un petit roman et se lit comme tel. Même plusieurs siècle après, nous voici avec une belle leçon de vie qui s’adresse à nos chers gouvernants, mais également au commun des mortels : personne n’est à l’abri des manipulations ! Une lecture tout aussi agréable, qu’instructive et qui demandera peu de temps ! Une lecture incontournable donc !
              Lire la suite
              En lire moins
            • GoodBooksGoodFriends Posté le 14 Février 2019
              J'avoue, j'ai un peu fait les choses à l'envers. J'ai d'abord lu la réécriture d'Othello par Tracy Chevalier, Le nouveau, et ensuite l'oeuvre originale. Je n'avais pas lu de théâtre classique depuis quelques années et il m'a fallu quelques pages pour me replonger dedans. Mais une fois cette réadaptation effectuée, quel plaisir ! La préface indique que Shakespeare s'est inspiré d'une nouvelle de son époque pour écrire Othello, mais qu'il lui a rajouté toute l'âme de ses personnages. Et en effet, il rend vivants ses personnages et l'on suit avec intérêt leurs aventures de Venise à Chypre, les manipulations fourbes mais subtiles de Iago, jusqu'au dénouement final, dramatique comme on s'en doute.
            • ClarenceM Posté le 5 Février 2019
              Certainement pas la pièce la plus remarquable du vénérable dramaturge anglais, mais même lorsqu'il n'engage pas la complète adhésion, Shakespeare reste au-dessus du lot. La faute au traitement de l'intrigue et des personnages sont bien plus minces qu'à l'accoutumée. Peut-être que la jalousie est un sentiment assez universelle pour toucher le plus grand nombre, mais le sujet manque d'une perspective historique qui puisse faire sortir le récit d'un cadre domestique un peu trop ennuyeux.
            • Gaphanie Posté le 9 Janvier 2019
              Ma grand-mère avait coutume de dire qu'un coup de langue pouvait se faire battre des montagnes... J'ignorais qu'elle avait connu Shakespeare, mais il s'est manifestement inspiré de son adage pour écrire son Othello ! Iago est jaloux. Vert de rage même : alors qu'il espérait être nommé lieutenant d'Othello, le More, non seulement, il n'en sera que l'enseigne (le porte-drapeau, la honte !), mais en plus le poste de ses rêves a été attribué à un florentin, Michel Cassio... Déjà qu'il ne portait pas "le lippu", comme il l'appelle dans son coeur... (J'ai cherché, mais apparemment SOS Racisme n'avait pas encore été crée à l'époque de ma grand-mère, donc Shakespeare, n'ayant aucune poursuite à craindre, met dans la bouche de Iago de nombreuses répliques tendancieuses...). La coupe est pleine, c'est décidé, Iago va se venger ! Et tout au long de la pièce, on voit Iago à l'oeuvre, ourdissant ses machinations, répandant son venin, dressant sournoisement Othello contre son épouse, Desdémone, et Cassius. Car alors que Desdémone et Cassius entretiennent des relations moralement honorables, Iago parvient à convaincre Othello qu'ils sont amants... Rien d'étrange ni de bizarre, dans cette pièce de Shakespeare : ni sorcières, ni spectres, ni tortures, ni coup d'état...... Ma grand-mère avait coutume de dire qu'un coup de langue pouvait se faire battre des montagnes... J'ignorais qu'elle avait connu Shakespeare, mais il s'est manifestement inspiré de son adage pour écrire son Othello ! Iago est jaloux. Vert de rage même : alors qu'il espérait être nommé lieutenant d'Othello, le More, non seulement, il n'en sera que l'enseigne (le porte-drapeau, la honte !), mais en plus le poste de ses rêves a été attribué à un florentin, Michel Cassio... Déjà qu'il ne portait pas "le lippu", comme il l'appelle dans son coeur... (J'ai cherché, mais apparemment SOS Racisme n'avait pas encore été crée à l'époque de ma grand-mère, donc Shakespeare, n'ayant aucune poursuite à craindre, met dans la bouche de Iago de nombreuses répliques tendancieuses...). La coupe est pleine, c'est décidé, Iago va se venger ! Et tout au long de la pièce, on voit Iago à l'oeuvre, ourdissant ses machinations, répandant son venin, dressant sournoisement Othello contre son épouse, Desdémone, et Cassius. Car alors que Desdémone et Cassius entretiennent des relations moralement honorables, Iago parvient à convaincre Othello qu'ils sont amants... Rien d'étrange ni de bizarre, dans cette pièce de Shakespeare : ni sorcières, ni spectres, ni tortures, ni coup d'état... Une trame bien construite, et un fauteur de troubles pousse au crime qui ne s'en tire pas à si bon compte... J'ai beaucoup aimé le personnage d'Emilia, la femme de Iago, qui a le courage de s'opposer aux vils agissements de son mari, et les malheurs de l'hypocrite Brabantio, le père de Desdémone, prêt à cirer les pompes du grand Othello, mais pas à lui accorder la main de sa fille. Ma grand-mère avait coutume de lire Harlequin plutôt que Shakespeare, mais je suis sûre qu'elle aurait aimé cette pièce.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.