Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266286190
Code sériel : 17251
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm
Othello
François-Victor Hugo (traduit par)
Date de parution : 07/06/2018
Éditeurs :
Pocket

Othello

François-Victor Hugo (traduit par)
Date de parution : 07/06/2018
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE

Élevé général des armées vénitiennes, Othello a épousé Desdémone : beauté noble, blanche et dévouée. Un triomphe pour ce Maure affranchi, au beau verbe, admirable,...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE

Élevé général des armées vénitiennes, Othello a épousé Desdémone : beauté noble, blanche et dévouée. Un triomphe pour ce Maure affranchi, au beau verbe, admirable, mais loin d’être admiré de tous... Iago, officier perfide, le hait. Distillant le mensonge à la façon d'un venin, celui-ci...
LES GRANDS TEXTES DU XVIIe SIÈCLE

Élevé général des armées vénitiennes, Othello a épousé Desdémone : beauté noble, blanche et dévouée. Un triomphe pour ce Maure affranchi, au beau verbe, admirable, mais loin d’être admiré de tous... Iago, officier perfide, le hait. Distillant le mensonge à la façon d'un venin, celui-ci tissera un stratagème machiavélique pour faire chuter son maître. Le destin sera vicié, les cœurs purs périront. Quant à Othello, manipulé, aveuglé par la jalousie – ce « monstre aux yeux verts » –, il commettra l’irréparable.
Histoire de peau, conte violent de l’amour trahi et tragédie du soupçon : immense classique, ce drame aussi noir que poignant exalte tout le génie de Shakespeare, dont le théâtre scrute avec une fascinante acuité le vertige des passions.

Traduit de l'anglais par François-Victor Hugo

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266286190
Code sériel : 17251
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Foxieloup 13/06/2022
    Une pièce magistrale! Vraiment j'ai adorée cette pièce! Ma préférée de Shakespeare! ( En dessous de Macbeth largement) Les personnages sont tous hyper intéressants ( meme Iago qui est un exellent " méchant") mais Desdemona reste ma préférée! C'est très bien écrit et l'histoire est triste mais magnifique. Je trouve ça d'une profondeur folle......Et la plume wow.... Un pur chef d'oeuvre. Ou pas loin en tout cas ^^
  • tradulectrice 12/05/2022
    J'avais vraiment hâte de découvrir cette pièce après avoir étudié des extraits en cours de littérature. J'ai beaucoup aimé cette pièce, les personnages et leurs caractères bien trempés et bien différents. J'ai beaucoup aimé Emilia et Othello même si ce dernier était parfois très naïf. Je n'ai pas aimé Iago, évidemment, ni Desdémone, que j'ai trouvée trop molle et niaise. J'ai adoré l'intrigue et les idées qui ont fait aboutir au plan final, même si j'ai trouvé que parfois ça traînait un peu trop.
  • Yugi 11/03/2022
    C'est ce qui est à la fois magique et terrible avec W. Shakespeare : on comprend que ses lignes pourraient suffire à la littérature toute entière. On réalise, difficilement au début, que toute l'humanité réside dans un petit nombre d'événements créés de toutes pièces par sa plume quasi-divine. Othello en est peut-être le symbole le plus réussi et le plus effrayant.
  • Bislys 13/02/2022
    Ah William, William, William… plus je vous lis plus je vous aime. Petit rituel à chaque fois que je lis Shakespeare: ne lire aucun résumé ou avis en amont pour me plonger pleinement dans l’histoire. C’est une chance que je ne connaisse absolument rien en dehors de son œuvre iconique car la surprise est vraiment totale à chaque fois. Encore une fois j’ai été passionnée par le destin tragique d’Othello et Desdemone, lié aux manipulations de Iago. Je n’arrive cependant pas à savoir si Othello est aveugle ou stupide pour ne pas se rendre compte qu’il se fait berner de bout en bout. Ma préférence va donc au personnage de Iago, maître en manipulation et fourberie, prêt à tout pour arriver à ses fins. Dans le grand jeu de « Qui va survivre à la plume de Shakespeare? », je n’aurais pas parier sur ses personnages et la fin de la pièce m’a vraiment surprise. J’ai adoré la pièce du début à la fin. Sans doute celle que je préfère jusque là.
  • MisterWhite 06/02/2022
    Venise, un doge, des drôles installés dans la haine, fomentant contre Othello, homme More, et le traître de l'intrigue, vite avoué : Iago ... Une fille subjuguée par les exploits guerriers de celui que son coeur aime, mariée dans le dos de son père, un ministre du Doge tout puissant... Desdémone ! Et encore, comme dans Hamlet, un royaume menacé et dont la sauvegarde de l'intégrité dépend d'un seul homme. Ainsi se met délicieusement en place, dans l'acte I, comme on sémerait des graines prometteuses, le théâtre des passions. La catharsis peut alors opérer et nous, lecteurs que Shakespeare a toujours su à son gré ensorceler, nous laisser embarquer pour une aventure tragique, aux dehors étonnants de vaudeville, épique et morale, nous lecteurs comme emmenés au-delà même du récit des événements vers le pays ténébreux de la réflexion, où gît cette lumière qu'il est toujours bon de questionner : celle, mystique, éclairant le sens de la vie, les degrés de l'existence. Shakespeare, génial enfin, pour soigner le chagrin. Baroque, magical, abyssal !
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Focus
    Lisez

    6 monstres littéraires qu'il vaut mieux éviter de croiser sur son chemin

    Si la littérature a produit des héros inoubliables, elle est aussi peuplée de personnages effrayants. Mais un monstre peut porter de multiples visages. De la créature organiquement cauchemardesque au tueur fou bien caché derrière un visage d’ange, ces êtres malveillants nous terrorisent autant qu’ils nous fascinent.

    Lire l'article