RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Pamela

            10/18
            EAN : 9782264074669
            Code sériel : 5425
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pamela

            Date de parution : 07/02/2019
            À la mort de sa maîtresse, Paméla, jeune domestique d’une grande beauté, doit subir et repousser les assauts de son nouveau maître, M.B..., pris d’une violente passion pour elle. Farouchement décidée à conserver sa vertu, la jeune fille va user de tous les subterfuges pour échapper aux séductions, menaces et... À la mort de sa maîtresse, Paméla, jeune domestique d’une grande beauté, doit subir et repousser les assauts de son nouveau maître, M.B..., pris d’une violente passion pour elle. Farouchement décidée à conserver sa vertu, la jeune fille va user de tous les subterfuges pour échapper aux séductions, menaces et manigances de M.B…, et le conduire à une extrémité inattendue.
             
            Paméla fut l’un des succès les plus éclatants de la scène littéraire européenne du XVIIIe sc. Il a consacré Richardson, qui devint plus tard l’auteur préféré de Jane Austen, comme l’un des écrivains majeurs de l’histoire de la littérature anglaise. Roman sous forme de lettres et de journal, dont nous publions ici les deux premiers livres - les plus célèbres -, Paméla est non seulement une œuvre d’une finesse psychologique novatrice, mais aussi une étude incisive du pouvoir et de ses abus.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264074669
            Code sériel : 5425
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • iris29 Posté le 2 Mai 2019
              279 petites années nous séparent de la parution de ce roman qui fût un best-seller en son temps (bien que mot n'avait pas encore été inventé .., il a été réédité cinq fois dans l'année de sa parution.) En ce temps là , Pamela Ewing n'existait pas et la vertu était le bien le plus précieux d'une jeune fille quelque soit sa famille. Rentrée enfant au service d'une dame bien née, en tant que jeune fille de chambre, Pamela , issue de parents pauvres mais d'une beauté spectaculaire, , a pu suivre une bonne éducation. Nous faisons sa connaissance lorsqu'elle a quinze ans , sa maîtresse vient de mourir et elle est tout à fait au goût du fils de cette dernière, Mr B... Elle est pauvre et ne peut absolument pas rejoindre la maison de ses parents sans l'accord de son nouveau maître, lequel n'a absolument pas l'intention de s'en séparer… Inventant sans cesse des prétextes pour repousser son départ, il en ferait bien son quatre heure si celle- ci était d'accord. Mais Pamela (du haut de ses 15 ans ) , tient à sa vertu, comme à la prunelle de ses yeux , et le voit venir de loin, certaine... 279 petites années nous séparent de la parution de ce roman qui fût un best-seller en son temps (bien que mot n'avait pas encore été inventé .., il a été réédité cinq fois dans l'année de sa parution.) En ce temps là , Pamela Ewing n'existait pas et la vertu était le bien le plus précieux d'une jeune fille quelque soit sa famille. Rentrée enfant au service d'une dame bien née, en tant que jeune fille de chambre, Pamela , issue de parents pauvres mais d'une beauté spectaculaire, , a pu suivre une bonne éducation. Nous faisons sa connaissance lorsqu'elle a quinze ans , sa maîtresse vient de mourir et elle est tout à fait au goût du fils de cette dernière, Mr B... Elle est pauvre et ne peut absolument pas rejoindre la maison de ses parents sans l'accord de son nouveau maître, lequel n'a absolument pas l'intention de s'en séparer… Inventant sans cesse des prétextes pour repousser son départ, il en ferait bien son quatre heure si celle- ci était d'accord. Mais Pamela (du haut de ses 15 ans ) , tient à sa vertu, comme à la prunelle de ses yeux , et le voit venir de loin, certaine que rien de bon ne sortirait de cette relation qui s'apparente pour elle à de la prostitution. Entre dérober un baiser, harceler, séquestrer une jeune fille , en 2019, il aurait été dénoncé direct (#me too ) ! , mais on est en 1740 et il a du pouvoir, beaucoup d'argent, et tout le monde s'écrase, et trouve ça normal : rien que du banal "troussage de domestiques "… [" Eh bien, ma chère, notre voisin aime la fille de chambre de sa mère : quel grand mal y a t'il à cela ? Et pourvu qu'l ait soin qu'elle ne manque de rien, je ne vois pas le grand tort qu'il lui a fait. il n'offense par là aucune famille que celle de cette fille. (Il semble donc, mes chers père et mère, que la vertu et la réputation des pauvres ne doivent être comptés pour rien. "] Cette histoire serait fort simple si le jeune homme n'était pas aussi intelligent, fortuné et surtout "bien mis de sa personne", ce qui complique sérieusement les choses pour le petit coeur de Pamela qui vit dans un univers (really ) impitoyAAAAbleee ! Mais comme le titre révèle plus ou moins la fin, sachez que notre amie Pam sera récompensée pour sa vertu et sa bonne éducation . Comment Samuel Richardson a fait pour nous tenir en haleine sur 472 pages sur un sujet en apparence aussi mince ? Eh bien parce que c'est un formidable écrivain qui nous place dans le coeur et dans la tête d'une très jeune fille , laquelle est loin d'être idiote, puisque le roman entier est basé tout d'abord sur un échange épistolaire entre elle et ses parents inquiets de son sort, puis sur un journal qu'elle tiendra pendant sa séquestration. Véritable témoignage sur le sort des domestiques féminines , il aborde également la soumission des plus faibles, le pouvoir extraordinaire dont jouissait les puissants et la place de la femme au 18° siècle... [ Notes : "De fait, entre la fin du XVII° siècle et la fin du XX° siècle, la vente de l'épouse est permise au lieu d'un divorce si elle y consent"]. Oscillant sans cesse entre la morale , la religion et les désirs de Mr B... d'un érotisme qui pour l'époque devait être torride, je m' étonne que ce récit n'est pas subi les foudres de la censure et ait pu rencontrer un tel succès. Mais le Sieur Richardson est habile, et sa plume extraordinaire… Ce fut un plaisir que de lire ses mots, ses tournures de phrases anciennes et son vocabulaire d'un autre siècle. Un glossaire est disponible à la fin pour nous aider à capter toutes les subtilités ... Souffrez Monsieur Richardson que je vous fisse un compliment que ne renierait pas une Pamela du 21° siècle : "J'ai kiffé grave votre roman "! Puissiez- vous vous retourner dans votre tombe et l'entendre … J'ajoute que ce roman fût lu et vénéré par Jane Austen auquel il a inspiré " Orgueil et préjugés"… Sans Pamela , pas de E Bennett Darcy et donc pas de Bridget Jones. Quel univers impitoyAAAbleu , ça aurait été , alors ! :-) D'après les préfaces et autres notes du début, il y aurait une suite … J'ai lu la réédition des éditions 10-18, si quelqu'un a plus d'infos, je suis preneuse !:-)
              Lire la suite
              En lire moins
            • iris29 Posté le 2 Mai 2019
              279 petites années nous séparent de la parution de ce roman qui fût un best-seller en son temps (bien que mot n'avait pas encore été inventé .., il a été réédité cinq fois dans l'année de sa parution.) En ce temps là , Pamela Ewing n'existait pas et la vertu était le bien le plus précieux d'une jeune fille quelque soit sa famille. Rentrée enfant au service d'une dame bien née, en tant que jeune fille de chambre, Pamela , issue de parents pauvres mais d'une beauté spectaculaire, , a pu suivre une bonne éducation. Nous faisons sa connaissance lorsqu'elle a quinze ans , sa maîtresse vient de mourir et elle est tout à fait au goût du fils de cette dernière, Mr B... Elle est pauvre et ne peut absolument pas rejoindre la maison de ses parents sans l'accord de son nouveau maître, lequel n'a absolument pas l'intention de s'en séparer… Inventant sans cesse des prétextes pour repousser son départ, il en ferait bien son quatre heure si celle- ci était d'accord. Mais Pamela (du haut de ses 15 ans ) , tient à sa vertu, comme à la prunelle de ses yeux , et le voit venir de loin, certaine... 279 petites années nous séparent de la parution de ce roman qui fût un best-seller en son temps (bien que mot n'avait pas encore été inventé .., il a été réédité cinq fois dans l'année de sa parution.) En ce temps là , Pamela Ewing n'existait pas et la vertu était le bien le plus précieux d'une jeune fille quelque soit sa famille. Rentrée enfant au service d'une dame bien née, en tant que jeune fille de chambre, Pamela , issue de parents pauvres mais d'une beauté spectaculaire, , a pu suivre une bonne éducation. Nous faisons sa connaissance lorsqu'elle a quinze ans , sa maîtresse vient de mourir et elle est tout à fait au goût du fils de cette dernière, Mr B... Elle est pauvre et ne peut absolument pas rejoindre la maison de ses parents sans l'accord de son nouveau maître, lequel n'a absolument pas l'intention de s'en séparer… Inventant sans cesse des prétextes pour repousser son départ, il en ferait bien son quatre heure si celle- ci était d'accord. Mais Pamela (du haut de ses 15 ans ) , tient à sa vertu, comme à la prunelle de ses yeux , et le voit venir de loin, certaine que rien de bon ne sortirait de cette relation qui s'apparente pour elle à de la prostitution. Entre dérober un baiser, harceler, séquestrer une jeune fille , en 2019, il aurait été dénoncé direct (#me too ) ! , mais on est en 1740 et il a du pouvoir, beaucoup d'argent, et tout le monde s'écrase, et trouve ça normal : rien que du banal "troussage de domestiques "… [" Eh bien, ma chère, notre voisin aime la fille de chambre de sa mère : quel grand mal y a t'il à cela ? Et pourvu qu'l ait soin qu'elle ne manque de rien, je ne vois pas le grand tort qu'il lui a fait. il n'offense par là aucune famille que celle de cette fille. (Il semble donc, mes chers père et mère, que la vertu et la réputation des pauvres ne doivent être comptés pour rien. "] Cette histoire serait fort simple si le jeune homme n'était pas aussi intelligent, fortuné et surtout "bien mis de sa personne", ce qui complique sérieusement les choses pour le petit coeur de Pamela qui vit dans un univers (really ) impitoyAAAAbleee ! Mais comme le titre révèle plus ou moins la fin, sachez que notre amie Pam sera récompensée pour sa vertu et sa bonne éducation . Comment Samuel Richardson a fait pour nous tenir en haleine sur 472 pages sur un sujet en apparence aussi mince ? Eh bien parce que c'est un formidable écrivain qui nous place dans le coeur et dans la tête d'une très jeune fille , laquelle est loin d'être idiote, puisque le roman entier est basé tout d'abord sur un échange épistolaire entre elle et ses parents inquiets de son sort, puis sur un journal qu'elle tiendra pendant sa séquestration. Véritable témoignage sur le sort des domestiques féminines , il aborde également la soumission des plus faibles, le pouvoir extraordinaire dont jouissait les puissants et la place de la femme au 18° siècle... [ Notes : "De fait, entre la fin du XVII° siècle et la fin du XX° siècle, la vente de l'épouse est permise au lieu d'un divorce si elle y consent"]. Oscillant sans cesse entre la morale , la religion et les désirs de Mr B... d'un érotisme qui pour l'époque devait être torride, je m' étonne que ce récit n'est pas subi les foudres de la censure et ait pu rencontrer un tel succès. Mais le Sieur Richardson est habile, et sa plume extraordinaire… Ce fut un plaisir que de lire ses mots, ses tournures de phrases anciennes et son vocabulaire d'un autre siècle. Un glossaire est disponible à la fin pour nous aider à capter toutes les subtilités ... Souffrez Monsieur Richardson que je vous fisse un compliment que ne renierait pas une Pamela du 21° siècle : "J'ai kiffé grave votre roman "! Puissiez- vous vous retourner dans votre tombe et l'entendre … J'ajoute que ce roman fût lu et vénéré par Jane Austen auquel il a inspiré " Orgueil et préjugés"… Sans Pamela , pas de E Bennett Darcy et donc pas de Bridget Jones. Quel univers impitoyAAAbleu , ça aurait été , alors ! :-) D'après les préfaces et autres notes du début, il y aurait une suite … J'ai lu la réédition des éditions 10-18, si quelqu'un a plus d'infos, je suis preneuse !:-)
              Lire la suite
              En lire moins
            • catouk Posté le 5 Février 2018
              On approche en général cet ouvrage parce qu'il représente une étape fondamentale dans l'évolution historique du récit. Il s'agit donc, se dit le lecteur, d'un morceau d'Histoire de la littérature. Au-delà de cet élément de base, Pamela - le livre -est vraiment un récit adorable, lancinant, et Paméla - le personnage - reste présente, durable dans le coeur du lecteur étonné de tant de bonté venue du passé.
            • allard95 Posté le 3 Janvier 2016
              "Pamela" ne peut être considérée que comme une curiosité: un livre publié en Angleterre en 1741, c'est-à-dire 10 ans après le Manon Lescaut de Prévost à la morale duquel Richardson prétend prendre le contrepied, et 6 ans avant Clarissa Harlowe, oeuvre épistolaire elle aussi - tout de même plus élaborée -. La description de la vertueuse et prudente Pamela, de sa compréhension des situations et des manoeuvres de son maître pervers (elle n'a que 15 ans au début du roman....), les lettres si délicates qu'elle adresse à ses parents: tout cela est précieux et excellent. Ce qui l'est moins, c'est la limite de la leçon de morale que veut donner l'auteur, mais il faut situer cela dans l'époque: comme dans Clarissa, l'homme est un agresseur sexuel sans retenue. Avec Clarissa, face aux résistances de la fille, il ira jusqu'au viol. Ici, malgré ses pièges, sa violence, et son hypocrisie, il devra se résoudre à changer de tactique. Jusqu'à s'adoucir et proposer un mariage légal..... L'aboutissement du roman n'est donc pas très plaisant: pour nous, la morale n'est pas sauve. Mais l'innocence et la vertu de Pamela le sont, selon les vues de l'époque, et c'est ce que Richardson prétend démontrer.... "Pamela" ne peut être considérée que comme une curiosité: un livre publié en Angleterre en 1741, c'est-à-dire 10 ans après le Manon Lescaut de Prévost à la morale duquel Richardson prétend prendre le contrepied, et 6 ans avant Clarissa Harlowe, oeuvre épistolaire elle aussi - tout de même plus élaborée -. La description de la vertueuse et prudente Pamela, de sa compréhension des situations et des manoeuvres de son maître pervers (elle n'a que 15 ans au début du roman....), les lettres si délicates qu'elle adresse à ses parents: tout cela est précieux et excellent. Ce qui l'est moins, c'est la limite de la leçon de morale que veut donner l'auteur, mais il faut situer cela dans l'époque: comme dans Clarissa, l'homme est un agresseur sexuel sans retenue. Avec Clarissa, face aux résistances de la fille, il ira jusqu'au viol. Ici, malgré ses pièges, sa violence, et son hypocrisie, il devra se résoudre à changer de tactique. Jusqu'à s'adoucir et proposer un mariage légal..... L'aboutissement du roman n'est donc pas très plaisant: pour nous, la morale n'est pas sauve. Mais l'innocence et la vertu de Pamela le sont, selon les vues de l'époque, et c'est ce que Richardson prétend démontrer. Pour ceux qui n'auraient pas compris: Pamela n'est pas Manon Lescaut; ou bien: un romancier anglais a une morale bien différente de celle d'un romancier français. Cqfd. Nous n'étions qu'à la moitié du XVIII° siècle, le roman était un genre naissant. Ce qui suivra, en Angleterre, en France, et ailleurs, nous le connaissons aujourd'hui: une littérature multinationale merveilleuse et d'une richesse inouie, dont Manon Lescaut, Pamela et Clarissa n'étaient que des profils un peu brouillons; mais il fallait bien un commencement. Rendons-leur grâce , ainsi qu'à leur auteurs, pour cela!
              Lire la suite
              En lire moins
            • Woland Posté le 24 Décembre 2007
              Paméla ou la Vertu récompensée
              Titre original : Pamela or Virtue rewarded
              Traduction : Abbé Prévost

              Eh ! bien, ça y est, je l'ai lu. Je l'ai lu et j'ai été très étonnée. Non que ce roman ait été, en son temps, ce que nous nommerions un best-seller (il rencontra, dit-on, un aussi grand succès que "La Nouvelle Héloïse" - mais que, en notre XXIème siècle et pour peu qu'on prenne la peine de la dépouiller des passages où l'héroïne en appelle à Dieu et prône la grandeur de la vertu dans la misère, sa charpente en reste aussi solidement construite.
              La question que je me posais à l'origine était celle-ci : comment, avec une histoire aussi mélodramatique et qui, de plus, aurait pu faire les délices du marquis de Sade, un écrivain avait-il pu produire près de quatre cents pages qui se tiennent sans parvenir à lasser son lecteur, et ceci au XVIIIème siècle qui reste tout de même celui où l'on voit poindre à l'horizon rationalisme et lucidité critique ?
              La réponse est tout aussi simple : si l'on a le sens du roman, on peut. Or, Richardson était avant tout un très grand conteur.
              Si les premières lettres de Paméla à ses "très...
              Paméla ou la Vertu récompensée
              Titre original : Pamela or Virtue rewarded
              Traduction : Abbé Prévost

              Eh ! bien, ça y est, je l'ai lu. Je l'ai lu et j'ai été très étonnée. Non que ce roman ait été, en son temps, ce que nous nommerions un best-seller (il rencontra, dit-on, un aussi grand succès que "La Nouvelle Héloïse" - mais que, en notre XXIème siècle et pour peu qu'on prenne la peine de la dépouiller des passages où l'héroïne en appelle à Dieu et prône la grandeur de la vertu dans la misère, sa charpente en reste aussi solidement construite.
              La question que je me posais à l'origine était celle-ci : comment, avec une histoire aussi mélodramatique et qui, de plus, aurait pu faire les délices du marquis de Sade, un écrivain avait-il pu produire près de quatre cents pages qui se tiennent sans parvenir à lasser son lecteur, et ceci au XVIIIème siècle qui reste tout de même celui où l'on voit poindre à l'horizon rationalisme et lucidité critique ?
              La réponse est tout aussi simple : si l'on a le sens du roman, on peut. Or, Richardson était avant tout un très grand conteur.
              Si les premières lettres de Paméla à ses "très chers père et mère" font un peu du surplace, très vite, la machine s'accélère et les rebondissements se succèdent. L'histoire, pourtant, est très simple :
              Enfant, Paméla Andrews, a été prise en affection par une femme de qualité qui s'est chargée de son éducation. Lorsque sa bienfaitrice meurt prématurément, Paméla a quinze ans et est d'une beauté exceptionnelle. Le fils de sa maîtresse, Mr B. ..., se met en tête de la séduire. Pamela entend bien ne pas céder et réclame à cor et à cris d'être reconduite chez ses parents. Après de nombreuses tentatives avortées de la réduire à merci, le jeune homme feint de se résoudre à la laisser partir. Mais c'est en fait pour l'expédier dans l'une de ses maisons secondaires où il espère, par l'isolement et la compagnie d'une femme de charge qui tient plus de la maquerelle que de l'honnête ménagère, qu'elle finira par accepter le marché qu'il lui propose. Richardson n'étant pas Sade, il a prévu de faire intervenir dans l'intrigue ce minuscule grain de sable qu'est l'amour sincère lorsqu'il rejoint le désir et Mr B. ... et Paméla finiront par se séparer (provisoirement, car il y a une suite dont je ne dispose malheureusement pas) dans les meilleurs termes, chacun ayant compris qu'il aimait l'autre plus profondément qu'il ne le croyait.
              Mr B. ... mériterait bien mieux qu'une simple initiale car son personnage qui, au départ, ne semble vouloir s'apparenter qu'au jouisseur-type nous révèle peu à peu des qualités d'intelligence et de ruse qui, on en convient très vite, n'ont d'égales que l'intelligence et la ruse de celle qu'il veut forcer. Car Paméla, bien qu'âgée de 15 ans seulement, fait montre d'un esprit et d'une maturité infiniment supérieures et, lorsque "son innocence", comme elle dit, est en jeu, elle sait très bien dissimuler.
              Doit-on la croire quand elle s'auto-apitoie sur son terrible sort et qu'en elle en appelle à Dieu et aux psaumes ? Pour notre morale actuelle, tout cela est excessif et les passages où elle se manifeste de cette manière ont tout du pathos. Mais si l'on veut bien se reporter à l'époque à laquelle se déroulent les événements, on peut la croire sincère. Elle n'est en rien une opportuniste qui rêve de se faire épouser par celui qui la tourmente tant.
              En revanche, le lecteur en arrive vite à penser que son créateur, Samuel Richardson, est bien plus roué qu'on ne l'a dit. Qu'il ait prétendu n'oeuvrer que pour le bien de la morale, il est permis d'en douter. Le lecteur complice perçoit trop bien la jouissance qu'il goûte à aligner les machinations de Mr B. et à nous dépeindre la nasse se refermant sur la pauvre héroïne. Ainsi, trahie par le valet à qui elle confiait en un premier temps ses lettres pour ses parents, la malheureuse n'apprend qu'à la moitié du roman que le félon les remettait à son maître, lequel est ainsi aussi au courant des sentiments les plus intimes de la jeune fille. Si le viol physique n'est jamais consommé bien que Richardson nous en dépeigne deux tentatives (dont la dernière risque d'aboutir grâce à Mrs Jewkes, la femme de charge qui immobilise la jeune fille pour permettre à son maître de passer à l'acte), le viol moral, lui, est patent - et la victime, d'ailleurs, ne s'y trompe pas.
              Tout bien considéré, la "Pamela" de Richardson présente déjà les meilleures ficelles de ces soap-operas auxquels la télévision nous a habitués. Il y a, en Mr B. ..., quelque chose de JR ou du beau Mason Capwell et, en Paméla, beaucoup de cette jeune femme interchangeable qui, tant dans "Dallas" que dans "Santa Barbara", tient le rôle de LA Victime masochiste qui aime et hait son bourreau. En ce sens, on peut dire que l'intrigue comme les personnages de "Pamela" sont sadiens avec cette différence que, si DAF, en osant toutes les transgressions, va jusqu'au bout de sa haine de la morale courante et de la religion, Richardson ne fait que suggérer au lecteur ce qui aurait pu être en égratignant au passage la noblesse et le clergé d'Angleterre.
              Dans "Clarisse Harlowe", il ira plus loin mais au lieu d'en tirer gloire comme Sade, il noiera le tout dans un océan de lamentations sur le sort de sa nouvelle héroïne.
              Quoi qu'il en soit, après la lecture de "Pamela", le doute n'est plus permis : Richardson et Sade sont bien de la même famille. ;o)
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…