Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264048394
Code sériel : 4273
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Pensée magique

Philippe ROUARD (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2009

Une apparition minable et sans suite dans un spot télévisé : c'est ainsi que les rêves de gloire d'Augusten se sont bien trop vite envolés. Il faut dire que depuis l'enfance sa vie flirte avec des sommets tragi-comiques. De la délirante conviction d'avoir été adopté à une étrange fascination pour...

Une apparition minable et sans suite dans un spot télévisé : c'est ainsi que les rêves de gloire d'Augusten se sont bien trop vite envolés. Il faut dire que depuis l'enfance sa vie flirte avec des sommets tragi-comiques. De la délirante conviction d'avoir été adopté à une étrange fascination pour les lotions capillaires, ses premiers déboires ont tôt fait de le rendre alcoolique. Et lorsqu'il tourne le dos aux frasques d'antan, s'il rencontre l'amour et le succès, ce n'est certainement pas le fruit du hasard. Il y a tant de choses qu'Augusten contrôle par la seule force de son esprit… D'épisodes déjantés en aventures insolites, Augusten Burroughs éclaire d'un jour loufoque des secrets parfaitement universels et se moque de nous autant que de lui-même. Et si l'autodérision était la clé de son rendez-vous manqué avec le destin ?

Traduit de l'américain
par Philippe Rouard


"Domaine étranger"dirigé
par Jean-Claude Zylberstein

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264048394
Code sériel : 4273
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Nowowak Posté le 12 Juillet 2020
    Un livre trouvé en boîte aux lettres et pour une fois bonne pioche ! Certes ce n'est ni un broché ni une édition originale mais mon snobisme consent à s'abaisser à lire des poches s'ils sont de qualité. Domaine étranger dans la Collection 10/18, il y a pire. J'ai du mal avec LP, Folio, J'ai Lu. Je possède des goûts de luxe quand je lis. On ne se refait pas. Je veux de la bonne prose et de la belle ouvrage. Rappel piqué sur WP : 10/18 est une maison d'édition française du groupe Editis, créée en 1962 par Paul Chantrel et ne publiant qu'au format poche. Je ne mettrais ni 10 ni 18. Entre les deux. Le récit nous décontenance d'entrée avec ce gniard maladroit et bizarre, benêt issu du fin fond de Massachussetts. Adorant le Tang et la publicité, limite autiste, ce gamin rêve d'avoir été kidnappé et déteste cordialement ses parents. Comment détruire sa vie d'adulte en deux leçons ? Hélas déjà l'âge de dix ans le môme grandit et atteint en une semaine ses trente ans. Merdoum. L'histoire, divisée en petites nouvelles non liées, en souffre et nous présente une sorte de Beigbeder aussi accro, imbibé et... Un livre trouvé en boîte aux lettres et pour une fois bonne pioche ! Certes ce n'est ni un broché ni une édition originale mais mon snobisme consent à s'abaisser à lire des poches s'ils sont de qualité. Domaine étranger dans la Collection 10/18, il y a pire. J'ai du mal avec LP, Folio, J'ai Lu. Je possède des goûts de luxe quand je lis. On ne se refait pas. Je veux de la bonne prose et de la belle ouvrage. Rappel piqué sur WP : 10/18 est une maison d'édition française du groupe Editis, créée en 1962 par Paul Chantrel et ne publiant qu'au format poche. Je ne mettrais ni 10 ni 18. Entre les deux. Le récit nous décontenance d'entrée avec ce gniard maladroit et bizarre, benêt issu du fin fond de Massachussetts. Adorant le Tang et la publicité, limite autiste, ce gamin rêve d'avoir été kidnappé et déteste cordialement ses parents. Comment détruire sa vie d'adulte en deux leçons ? Hélas déjà l'âge de dix ans le môme grandit et atteint en une semaine ses trente ans. Merdoum. L'histoire, divisée en petites nouvelles non liées, en souffre et nous présente une sorte de Beigbeder aussi accro, imbibé et hirsute que son illustre (ah ah ah) collègue. Tous deux travaillent dans la pub et sont pétés de thunes, sauf que le sieur Augusten Burroughs aime les mecs pas les nanas et s'en tape des kilos grâce à sa belle gueule d'ex-mannequin (pas comme son illustre collègue). Un rien cintré, Augusten rêve de se transformer en femme afin de changer de vie. C'est compliqué et il n'aime pas tout ce qui est chimie et bistouri. Il préfère donc s'acheter un chien. Un vrai, pas en peluche. Pourquoi je lis ça ? Pourquoi je m'attache, moi qui suis si loin de ces frasques ? Mystère. Ce qui aurait pu être savoureux devient vite lassant en dépit de quelques moments grandioses non homophobes ou non homophiles. A chaque nouveau chapitre, cela taille des pipes. Des pipes, des pipes, des pipes. Entre mecs. Avec la langue. Le débat et le vocabulaire n'en sortent pas grandis. Néanmoins le style est assez agréable et certaines anecdotes (autobiographiques semble-t-il) sont assez décalées pour donner envie d'aller au bout voire de découvrir d'autres titres issus de cet auteur étonnant. Après tout, n'est-ce pas ce que l'on demande à un livre ? Nowowak
    Lire la suite
    En lire moins
  • Madimado Posté le 23 Mai 2012
    Un peu moins réussi peut-être que "Courir avec des ciseaux", on retrouve toutefois avec grand plaisir le petit Augusten. Le voilà devenu grand, et toujours aussi névrosé. Il a pourtant réussi à trouver un bon travail et cherche maintenant l'amour. Tout un programme ! L'humour d'Augusten Burrough est toujours aussi délectable. Un régal !
  • sebastienL Posté le 10 Décembre 2008
    Si vous avez aimé l’ambiance de 99 francs, vous allez être ravi. Si vous êtes un grand fan de Beigbeder, mais pensez qu’il lui manque (quand même !) un peu de style, Augusten Burroughs est votre homme. On n’aurait pas idée de dédier son livre à un site web. Il le fait. la suite sur le blog!
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…