Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264023834
Code sériel : 1771
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Persuasion

André BELAMICH (Traducteur)
Date de parution : 30/05/1996

Depuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu'on lui dicte sa conduite ? Si elle s'est laissé persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Eliott n'est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l'heure n'est pas à l'indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi...

Depuis quand une jeune fille a-t-elle besoin qu'on lui dicte sa conduite ? Si elle s'est laissé persuader trop jeune de rompre ses fiançailles, Anne Eliott n'est plus dupe. Et lorsque son ancien amant réapparaît, auréolé de gloire, l'heure n'est pas à l'indécision. Pour Anne, il est temps de faire fi des convenances et de la vanité de son entourage !

«  À lire yeux baissés et genoux serrés pour goûter en secret le délicieux plaisir de la transgression des interdits. »
Anne Barbe, Libération

Traduit de l'anglais
par André Belamich

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264023834
Code sériel : 1771
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • l-ourse-bibliophile Posté le 3 Juin 2020
    Relecture bien utile d’un roman totalement oublié, il s’avère que Persuasion n’est pas mon titre favori de l’autrice anglaise, ce qui n’empêche que ce fut un moment particulièrement agréable. Si c’est toujours un plaisir de retrouver la plume de Jane Austen, sa verve et ses portraits piquants, j’ai trouvé les personnages de ce volume-ci moins marquants, moins percutants. Cela s’explique peut-être par un couple trop superbement positif : d’une part, la douce et si bonne Anne, qui a certes la tête sur les épaules (ce qui est agréable au vu des natures égoïstes qui constituent sa famille), mais qui est parfois d’une humeur trop égale et, d’autre part, le capitaine Wentworth si parfaitement aimable. Si je préfère la fougue d’autres héroïnes austeniennes, la progression intérieure d’Anne a toutefois su me toucher et me captiver tout au long de ces trois cents pages. En dépit de la réserve évoquée ci-dessus, de terribles contrastes se dessinent tout de même entre les différents protagonistes. Jane Austen semble s’être lâchée dans la description de caractères snobs et mesquins, futiles et fats, qu’elle-même avait sans doute l’habitude de rencontrer à Bath. Quel plaisir, lorsque l’on est amené à côtoyer de telles natures, de retrouver le... Relecture bien utile d’un roman totalement oublié, il s’avère que Persuasion n’est pas mon titre favori de l’autrice anglaise, ce qui n’empêche que ce fut un moment particulièrement agréable. Si c’est toujours un plaisir de retrouver la plume de Jane Austen, sa verve et ses portraits piquants, j’ai trouvé les personnages de ce volume-ci moins marquants, moins percutants. Cela s’explique peut-être par un couple trop superbement positif : d’une part, la douce et si bonne Anne, qui a certes la tête sur les épaules (ce qui est agréable au vu des natures égoïstes qui constituent sa famille), mais qui est parfois d’une humeur trop égale et, d’autre part, le capitaine Wentworth si parfaitement aimable. Si je préfère la fougue d’autres héroïnes austeniennes, la progression intérieure d’Anne a toutefois su me toucher et me captiver tout au long de ces trois cents pages. En dépit de la réserve évoquée ci-dessus, de terribles contrastes se dessinent tout de même entre les différents protagonistes. Jane Austen semble s’être lâchée dans la description de caractères snobs et mesquins, futiles et fats, qu’elle-même avait sans doute l’habitude de rencontrer à Bath. Quel plaisir, lorsque l’on est amené à côtoyer de telles natures, de retrouver le franc-parler simple et sincères des Croft (j’ai eu un coup de cœur pour ce couple atypique et si joliment soudé). C’est toujours un plaisir pour moi de redécouvrir ce microcosme si bien décrit dans les romans de Jane Austen : cette société composé de marins ou d’officiers, de pasteurs, de bourgeois et de petite aristocratie, de mariages heureux, d’unions pathétiques... Certes, le fond ne change guère, mais l’autrice maîtrise si bien son sujet que c’est à chaque fois un régal. Ces romans ont un charme délicat absolument inégalé et chaque récit est l’occasion de scènes magnifiques, poétiques, intelligentes, amusantes ou émouvantes. Bref, même quand le roman est moins bon, c’est toujours excellent ! Persuasion est un titre qui détache des autres romans que j’ai lus jusqu’à présent. C’est une jolie histoire portée, non pas par un premier amour, mais par une seconde chance ainsi que par une héroïne moins enflammée que d’ordinaire. Cela étant, la plume acérée de Jane Austen est toujours là, distillant ses critiques avec beaucoup de subtilité et d’humour, et c’est toujours un plaisir que de se promener dans l’un de ces romans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • l-opulence-de-la-nuit Posté le 5 Mai 2020
    C'est mon premier Austen, si on excepte Emma dont je n'ai pas réussi... à accrocher! Mais persévérance et....persuasion puis-qu’ici Persuasion m'a animé de sentiments d'amour envers les tendres personnes d'Anna et Wenworth notamment. Je me suis un peu perdue dans moult nombre de personnages et de liens ou non liens de parenté, avec les noms de famille de tel cousin ayant le même nom bien sûr qu'untel... Ou les "Charles"..mais rien ne m'a sorti d'une idée de : pureté de lecture, comme de la part de Mme Austen de : pureté d'écriture. Je m’immisce donc dans son monde, et appelle à une prochaine lecture! Mais que diable! qu'on me donne une cartographie des relations, des statuts et titres des personnages! En tout cas, je n'ai pas de références aujourd'hui d'un tel bouquin "d'amour" qui m'aurait fait ce bien, ..Cela semble...si moderne!! tout en sachant très bien une époque révolue.
  • ClaireBillaud Posté le 23 Mars 2020
    Anna Elliot est "l'enfant du milieu" d'une famille de la petite noblesse un peu trop imbue de son rang, ce qui l'a conduite à être négligée au profit de ses deux sœurs, et à garder un caractère réservé qui l'empêche de dire non. C'est ainsi qu'elle a renoncé au capitaine Wenworth que sa famille jugeait indigne d'eux. Pourtant, quand Wenworth refait surface, Anna se rappelle ses anciens regrets mais craint qu'il soit trop tard : Wenworth ne semble pas lui avoir pardonné son refus et il est sur le point de convoler avec une belle-sœur d'Anna. Une romance psychologique bien dans le style de Jane Austen qui, sous des dehors "BCBG", révèle une héroïne plus "iconoclaste" qu'elle n'en a l'air.
  • HundredDreams Posté le 23 Mars 2020
    Quel plaisir de retrouver Jane Austen !! J'aime son écriture, délicate, délicieusement ironique. « Persuasion » est une très belle histoire d'amour où l'héroïne Anne fait le regrettable choix de jeunesse d'éconduire l'homme qu'elle aime sur les conseils de son entourage. Plusieurs années passent et elle est amenée à le côtoyer à nouveau, mais il ne semble plus s'intéressé à elle. J'ai tout de suite aimé la personnalité d'Anne, attachante par sa gentillesse, son altruisme, sa retenue et sa discrétion. A l'opposé, sa famille apparaît intéressée par l'argent, la beauté, les alliances, le qu'en dira-t-on. Même si je préfère l'inclassable « Orgueil et préjugés » de la même auteure, je me suis régalée. J'admire le talent de Jane Austen. Elle décrit merveilleusement bien la société bourgeoise et aristocratique anglaise. Elle dresse les portraits de ses personnages avec finesse et esprit. On a l'impression de connaître intimement tous les personnages de l'histoire et en particulier je me suis régalée des défauts de quelques-uns : la duplicité, l'égocentrisme, la suffisance, l'orgueil, la jalousie, la vanité, l'hypocondrie, … Même si on se doute que la fin sera heureuse pour notre héroïne, cela n'a aucune importance, on est tenu en haleine jusqu'à la fin. A lire,... Quel plaisir de retrouver Jane Austen !! J'aime son écriture, délicate, délicieusement ironique. « Persuasion » est une très belle histoire d'amour où l'héroïne Anne fait le regrettable choix de jeunesse d'éconduire l'homme qu'elle aime sur les conseils de son entourage. Plusieurs années passent et elle est amenée à le côtoyer à nouveau, mais il ne semble plus s'intéressé à elle. J'ai tout de suite aimé la personnalité d'Anne, attachante par sa gentillesse, son altruisme, sa retenue et sa discrétion. A l'opposé, sa famille apparaît intéressée par l'argent, la beauté, les alliances, le qu'en dira-t-on. Même si je préfère l'inclassable « Orgueil et préjugés » de la même auteure, je me suis régalée. J'admire le talent de Jane Austen. Elle décrit merveilleusement bien la société bourgeoise et aristocratique anglaise. Elle dresse les portraits de ses personnages avec finesse et esprit. On a l'impression de connaître intimement tous les personnages de l'histoire et en particulier je me suis régalée des défauts de quelques-uns : la duplicité, l'égocentrisme, la suffisance, l'orgueil, la jalousie, la vanité, l'hypocondrie, … Même si on se doute que la fin sera heureuse pour notre héroïne, cela n'a aucune importance, on est tenu en haleine jusqu'à la fin. A lire, relire, savourer. Gros coup de coeur !
    Lire la suite
    En lire moins
  • livressedelola Posté le 8 Mars 2020
    Comme d’autres romans de Jane Austen (Orgueil et Préjugés ou Raison et Sentiments), Persuasion tient son titre du thème majeur que l’on retrouvera lié à la romance dans le récit. Ici, l’histoire se concentre sur Anne Elliott, demoiselle de 27 ans qui 8 ans auparavant, alors âgée de 19 ans, a décliné la demande en mariage de l’homme qu’elle aimait, Frederick Wentworth, se laissant influencer par son amie Lady Russell sur les risques d’épouser un homme sans fortune. Aujourd’hui, alors qu’Anne s’est fanée par la tristesse et le regret au fil des années, son père rencontre de graves difficultés financières qui le conduisent à louer sa propriété. Le destin ramène alors sur son chemin le capitaine Wentworth, toujours aussi beau et plus riche qu’autrefois, mais plein de ressentiment suite à cette rupture passée. Les conseils des anciens sont ils toujours les plus avisés ? Faut-il se laisser persuader contre notre volonté si les intentions de nos proches sont bonnes ? ET SURTOUT : Comment vous donner mon avis sans vous spoiler ce court roman ? Beaucoup plus dynamique que Raison et Sentiments, un peu moins généreux en dialogue amoureux qu’Orgueil et Préjugés, Persuasion fut une très agréable lecture qui traite une... Comme d’autres romans de Jane Austen (Orgueil et Préjugés ou Raison et Sentiments), Persuasion tient son titre du thème majeur que l’on retrouvera lié à la romance dans le récit. Ici, l’histoire se concentre sur Anne Elliott, demoiselle de 27 ans qui 8 ans auparavant, alors âgée de 19 ans, a décliné la demande en mariage de l’homme qu’elle aimait, Frederick Wentworth, se laissant influencer par son amie Lady Russell sur les risques d’épouser un homme sans fortune. Aujourd’hui, alors qu’Anne s’est fanée par la tristesse et le regret au fil des années, son père rencontre de graves difficultés financières qui le conduisent à louer sa propriété. Le destin ramène alors sur son chemin le capitaine Wentworth, toujours aussi beau et plus riche qu’autrefois, mais plein de ressentiment suite à cette rupture passée. Les conseils des anciens sont ils toujours les plus avisés ? Faut-il se laisser persuader contre notre volonté si les intentions de nos proches sont bonnes ? ET SURTOUT : Comment vous donner mon avis sans vous spoiler ce court roman ? Beaucoup plus dynamique que Raison et Sentiments, un peu moins généreux en dialogue amoureux qu’Orgueil et Préjugés, Persuasion fut une très agréable lecture qui traite une nouvelle fois des difficultés liées aux différenciations de classe lors des mariages de l’époque. Que serait un roman de Jane Austen sans une petite satire de la société anglaise ? Ici, par sa représentation de multiples couples mariés par amour ou par intérêt, Jane Austen met en lumière l’importance du bonheur marital face aux nécessités financières qui entrainent de nombreux couples à s’unir pour la vie sans aucun attachement mutuel. À travers la représentation du couple de l’Amiral, elle remet en question toute l’importance du confort matériel et souhaite nous faire comprendre que lorsque l’amour est présent dans une union, il se suffit à lui-même et vaut une vie de conditions rudimentaires à bord d’un navire pour suivre son bien-aimé. Les réflexions d’Anne et la rapide prise de conscience de son erreur passée permettent de traiter des conséquences risquées lorsqu’un pragmatisme superficiel prend le pas sur les sentiments. Bien que nous ne soyons plus réellement concernés par cette issue au sein de notre société occidentale moderne, cette oeuvre n’en reste pas moins une ode à l’amour qui nous invite à saisir les opportunités, puisque nous ne sommes pas tous Anne Eliott dont le destin est entre les mains d’une illustre romancière pour bénéficier d’une seconde chance.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…