Lisez! icon: Search engine

Petites surprises sur le chemin du bonheur

Pocket
EAN : 9782266270496
Code sériel : 16798
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm
Petites surprises sur le chemin du bonheur

Emmanuelle HEURTEBIZE (Traducteur)
Date de parution : 31/05/2018
À 104 ans, Ona Vitkus pensait en avoir fini avec les sentiments. Mais l'arrivée dans sa vie si ordonnée d'un jeune garçon pas comme les autres va tout chambouler. Il a 11 ans, il est petit comme s’il en avait 8, il est passionné des records du Guinness Book, et... À 104 ans, Ona Vitkus pensait en avoir fini avec les sentiments. Mais l'arrivée dans sa vie si ordonnée d'un jeune garçon pas comme les autres va tout chambouler. Il a 11 ans, il est petit comme s’il en avait 8, il est passionné des records du Guinness Book, et son air à la fois réservé et enthousiaste la trouble aussitôt.
Du jour au lendemain, la vieille dame se trouve embringuée au cœur d'une famille en pleins tourments et dans un voyage inattendu. Chemin faisant, elle découvre que la vie lui réserve encore bien des surprises, mais, surtout, qu'elle a encore beaucoup à offrir à ceux qui croyaient avoir tout perdu...

« Plein de charme, bouleversant... tout simplement magnifique. » Psychologies

« Un livre qui fait chaud au cœur. » The Guardian
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266270496
Code sériel : 16798
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 448
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Plein de charme, bouleversant… tout simplement magnifique. » Psychologies
« Un livre superbement écrit, intelligemment construit, aussi bien hilarant que profondément touchant. » Sunday Mirror
« La prose exquise de Monica Wood irradie d’énergie et de perspicacité, tandis que son quatuor de personnages est aussi sympathique qu’imparfait. Un livre qui fait chaud au cœur. » The Guardian
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ASAI Posté le 20 Novembre 2019
    Petites surprises sur le long chemin de la lecture... Un couple s'est déchiré, un père absent, un gamin génial, et une vieille dame qui nous invite à nous regarder tels que nous sommes, et que nous deviendrons. D'abord si j'ai aimé ce livre c'est pour son écriture, à savourer, de belles images, une légèreté. Ensuite, la thématique de la grande vieillesse est abordée avec une tendresse merveilleuse, certes mais un réalisme bouleversant. Enfin, que les déchirements des adultes paraissent bien superficiels au regard de cet enfant et de cette très vieille femme. Une belle leçon de vie, jamais moralisatrice, oui la vie est cruelle, oui la vie est pleine d'amour, et oui on ne le voit pas forcément. Titre et illustration inappropriés (je partage l'avis d'un babeliaute). Mais cela n'enlève rien au plaisir l'avoir lu l'ouvrage.
  • LaRousseBouquine Posté le 10 Novembre 2017
    Psychologies Magazine vendait Petites Surprises sur le chemin du bonheur comme un roman « plein de charme », formulation qui est pour moi tout à fait à propos. Une intrigue originale, triste et originale à la fois, des personnages avec des personnalités bien à eux et terriblement attachants : ce roman est pétri de mignonnerie et de mélancolie, de quoi faire sourire (et presque pleurer) le lecteur dès les premières pages. Quand un petit garçon scout débarque dans la vie d’Ona Vitkus, centenaire encore bien active, afin de lui faire raconter son histoire, celle-ci est quelque peu surprise. Elle a en face d’elle un enfant un peu névrosé, qui tient à tout compter par dix, et qui rêve de faire entrer sa nouvelle amie dans le livre des records. C’est décidé : Ona Vitkus sera la plus vieille femme au monde à avoir décroché son permis de conduire. Et si elle pouvait dépasser toutes les autres centenaires bien résistantes et devenir la plus vieille femme du monde tout court, ce serait vraiment formidable. Je ne peux en raconter plus sur l’intrigue, car j’ai pour ma part découvert ce livre sans vraiment savoir de quoi il s’agissait (je me suis fait avoir par... Psychologies Magazine vendait Petites Surprises sur le chemin du bonheur comme un roman « plein de charme », formulation qui est pour moi tout à fait à propos. Une intrigue originale, triste et originale à la fois, des personnages avec des personnalités bien à eux et terriblement attachants : ce roman est pétri de mignonnerie et de mélancolie, de quoi faire sourire (et presque pleurer) le lecteur dès les premières pages. Quand un petit garçon scout débarque dans la vie d’Ona Vitkus, centenaire encore bien active, afin de lui faire raconter son histoire, celle-ci est quelque peu surprise. Elle a en face d’elle un enfant un peu névrosé, qui tient à tout compter par dix, et qui rêve de faire entrer sa nouvelle amie dans le livre des records. C’est décidé : Ona Vitkus sera la plus vieille femme au monde à avoir décroché son permis de conduire. Et si elle pouvait dépasser toutes les autres centenaires bien résistantes et devenir la plus vieille femme du monde tout court, ce serait vraiment formidable. Je ne peux en raconter plus sur l’intrigue, car j’ai pour ma part découvert ce livre sans vraiment savoir de quoi il s’agissait (je me suis fait avoir par la couverture et le résumé, ni plus ni moins), et il m’a véritablement surprise. Monica Wood a écrit une histoire touchante avec ses personnages tout droit sortis de films, comme le fait parfois Fannie Flagg ou Anna McPartlin. Petites surprises sur le chemin du bonheur rappelle forcément un peu Là-Haut rien que pour le petit garçon qui se décide à tenir compagnie à une personne âgée (qui elle est un peu dubitative), ou Little Miss Sunshine (pour la famille d’anti-héros qui nous fait rire… et un peu pitié quand même). Il y a quelques longueurs, surtout dans la deuxième partie du roman, mais cela ne nous empêche pas de passer un bon moment de lecture et de fondre pour cette vieille dame au destin incroyable qu’est Ona Vitkus. Je suis ravie d’avoir pu faire cette découverte pour mon week-end à 1000 : avec une telle lecture, les pages défilent forcément plus vite !
    Lire la suite
    En lire moins
  • bibliomonik Posté le 29 Août 2017
    une histoire qui fait du bien !
  • nanajoa Posté le 16 Août 2017
    Je trouve le titre mal choisi car je n’ai pas trouvé beaucoup de bonheur dans ce livre. C’est un très beau livre qui m’a embarqué, mais pas du tout la lecture à laquelle je m’attendais. Le titre, la couverture ainsi que la quatrième de couverture font penser à un roman feel-good léger mais ce n’est pas le cas. Petites surprises sur le chemin du bonheur est une belle histoire d’amitié entre un petit garçon et une vieille dame. C’est également un roman sur les liens maternels et paternels. Un roman que j’ai dévoré en une semaine et qui a su me toucher malgré le personnage du père qui m’a un peu déçu mais qui était tout à fait crédible dans son rôle.
  • Goewin Posté le 7 Juillet 2017
    Il n’est jamais trop tard pour vivre. Mademoiselle Ona Viktus, 104 ans, est une vieille dame assez revêche. Tous les samedis, un jeune scout, à condition qu’elle ne le renvoie pas car elle se montre assez difficile, vient nourrir ses oiseaux et lui tenir compagnie. Or elle est tombée sur “l’oiseau rare” avec le garçon (durant toute l’histoire il ne sera jamais fait mention de son nom), un enfant de 11 ans passionné par les records Guinness et les listes de 10. En l’espace de quelques semaines, il va tout bouleverser. Et lorsqu’après sa mort, son père viendra pour le remplacer, Ona va se laisser apprivoiser par Quinn. Tous deux vont cheminer ensemble grâce au garçon : Ona va découvrir que la vie a encore bien du charme et qu’elle peut encore éprouver des sentiments comme l’amitié, la compassion ; Quinn quant à lui va percevoir tout ce qui faisait la richesse de son fils qu’il a plutôt négligé de son vivant et Belle, la femme qu’il aime toujours mais dont il est divorcé, va trouver le courage de continuer à avancer. Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Kero pour ce Service Presse. Je dois avouer que vu la couverture et... Il n’est jamais trop tard pour vivre. Mademoiselle Ona Viktus, 104 ans, est une vieille dame assez revêche. Tous les samedis, un jeune scout, à condition qu’elle ne le renvoie pas car elle se montre assez difficile, vient nourrir ses oiseaux et lui tenir compagnie. Or elle est tombée sur “l’oiseau rare” avec le garçon (durant toute l’histoire il ne sera jamais fait mention de son nom), un enfant de 11 ans passionné par les records Guinness et les listes de 10. En l’espace de quelques semaines, il va tout bouleverser. Et lorsqu’après sa mort, son père viendra pour le remplacer, Ona va se laisser apprivoiser par Quinn. Tous deux vont cheminer ensemble grâce au garçon : Ona va découvrir que la vie a encore bien du charme et qu’elle peut encore éprouver des sentiments comme l’amitié, la compassion ; Quinn quant à lui va percevoir tout ce qui faisait la richesse de son fils qu’il a plutôt négligé de son vivant et Belle, la femme qu’il aime toujours mais dont il est divorcé, va trouver le courage de continuer à avancer. Je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Kero pour ce Service Presse. Je dois avouer que vu la couverture et le résumé, je m’attendais à une lecture plus légère et il m’a fallu plusieurs jours pour venir à bout de ma lecture. C’est très bien écrit et Monica Wood décrit toutes les émotions avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité mais c’était beaucoup trop long. Et puis malgré les touches d’humour, j’ai trouvé l’ambiance pesante : Quinn plus préoccupé de ses concerts et de sa musique est passé totalement à côté de son fils et de ce dont avait besoin son épouse. À présent divorcé, il espère toujours qu’ils pourront se remettre ensemble mais elle a rencontré quelqu’un d’autre. Belle est totalement détruite par la mort brutale de son fils et est en pleine dépression. Ona n’a pas eu une vie heureuse non plus mais j’ai été désagréablement surprise par son manque d’affection lorsqu’elle rend visite à son fils Laurentas. La liste des records Guinness au début m’a amusée mais à la fin je trouvais lassant même si je reconnais l’importance de ces records dans la vie d’Ona. Les enregistrements sur sa vie étaient intéressants mais un peu trop superficiels. Et puis pourquoi n’avoir mis que ses réponses ? Je sais bien que le garçon est mort mais l’auteur en ne lui donnant jamais son prénom, en ne mentionnant pas ses questions en fait un personnage inconsistant alors qu’il est à l’origine de tout. Au final une lecture qui pour moi manquait de dynamisme, à côté de laquelle je suis passée et qui m’a ennuyée.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.