Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264063489
Code sériel : 4809
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Pour une fois

Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
Date de parution : 05/06/2014
Comédien divorcé, exilé dans la banlieue de Londres, abonné aux seconds rôles, Stephen McQueen rêve grand : promu doublure du célèbre Josh Harper, au théâtre il guette chaque soir l’occasion de révéler son talent. Mais d’humiliations en quiproquos, la poisse s’acharne. À moins que la belle et sensible Nora, la... Comédien divorcé, exilé dans la banlieue de Londres, abonné aux seconds rôles, Stephen McQueen rêve grand : promu doublure du célèbre Josh Harper, au théâtre il guette chaque soir l’occasion de révéler son talent. Mais d’humiliations en quiproquos, la poisse s’acharne. À moins que la belle et sensible Nora, la femme de Josh... L’amour ou la gloire ? Telle est la question. Dans la veine douce-amère de Pourquoi pas ? et d’Un jour, David Nicholls signe un roman caustique et terriblement romantique sur le jeu de l’amour et du star-system. Irrésistible.

« Pour une fois égratigne avec entrain les fausses valeurs et vraies passions dans un grand éclat de rire libérateur. »

Christine Ferniot, Lire

Traduit de l'anglais par Valérie Bourgeois
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264063489
Code sériel : 4809
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Le_monstrothecaire Posté le 13 Mai 2021
    Je vais être clair : j’ai passé un excellent moment à rire des malheurs du héros. Je ne me suis pas ennuyé une seule minute, ce livre a été une dose quotidienne de bonne humeur. Il devrait être remboursé par la Sécu et promu comme le meilleur des antirides. Au-delà de ça, j’ai regretté que m’sieur Nicholls finisse par lisser son histoire. La fin est bien proprette, certes, mais [masquer]j’ai eu l’impression d’un léger découragement. «#8201;Oui, bon, il me faut de conclure. Enfer sanglant, comment vais-je terminer cela#8201;? Allez, hop, confrontation épique, prise de conscience rapide, fin ouverte, lueur d’espoir et basta.#8201;» Le tout en mode express. Il y a une ellipse temporelle un peu gênante, quand Mme va voir M., s’engueule avec lui, mais on ne sait rien de ce qu’ils se sont dit, parce que Mme ne veut pas en parler. On (je) veut (x) savoir ! Pourquoi ne pas avoir raconté cette scène finale que tout le monde attendait ? À mon sens, c’était aussi un choix facile d’opter en conclusion pour «#8201;échec professionnel/succès amoureux#8201;». Peut-être était-ce plus happy que «#8201;succès pro/échec amoureux#8201;» et moins cruel que «#8201;échec sur toute la ligne, le... Je vais être clair : j’ai passé un excellent moment à rire des malheurs du héros. Je ne me suis pas ennuyé une seule minute, ce livre a été une dose quotidienne de bonne humeur. Il devrait être remboursé par la Sécu et promu comme le meilleur des antirides. Au-delà de ça, j’ai regretté que m’sieur Nicholls finisse par lisser son histoire. La fin est bien proprette, certes, mais [masquer]j’ai eu l’impression d’un léger découragement. «#8201;Oui, bon, il me faut de conclure. Enfer sanglant, comment vais-je terminer cela#8201;? Allez, hop, confrontation épique, prise de conscience rapide, fin ouverte, lueur d’espoir et basta.#8201;» Le tout en mode express. Il y a une ellipse temporelle un peu gênante, quand Mme va voir M., s’engueule avec lui, mais on ne sait rien de ce qu’ils se sont dit, parce que Mme ne veut pas en parler. On (je) veut (x) savoir ! Pourquoi ne pas avoir raconté cette scène finale que tout le monde attendait ? À mon sens, c’était aussi un choix facile d’opter en conclusion pour «#8201;échec professionnel/succès amoureux#8201;». Peut-être était-ce plus happy que «#8201;succès pro/échec amoureux#8201;» et moins cruel que «#8201;échec sur toute la ligne, le héros est un infini guignard et le restera jusqu’à sa mort qui sera solitaire et douloureuse.#8201;» Cependant, je ne sais pas… J’aurais apprécié de l’ironie assumée jusqu’au bout. =) [/masquer]
    Lire la suite
    En lire moins
  • Claire_583 Posté le 22 Avril 2020
    Pour une fois... ou l'histoire d'un loser. Stephen C. Mc Queen (le C. a toute son importance, si, si) essaie tant bien que mal (enfin plus avec du mal) de percer en tant qu'acteur à Londres depuis une dizaine d'années. Enchaînant des projets sans avenir (il excelle dans les rôles de cadavres) et sans grande ambition (un écureuil qui apprend à compter aux enfants), Steve a enfin un rôle stable : doublure de Josh Harper, le grand acteur que tout le monde s'arrache. Ni une, ni deux, et bien malgré lui, Steve passe le roman à vouloir ce que Josh a (son rôle dans la pièce de théâtre, son succès et sa femme). Il faut dire que Josh n'a pas un comportement exemplaire envers ses semblables. Ce roman est facile à lire. Quelques moments drôles. Et un personnage principale que je n'ai pas aimé car trop faible : un acteur qui manque de confiance en lui va avoir du mal à percer et à conquérir les femmes. Un Bridget Jones au masculin. Autant Bridget je l'ai adorée, autant son jumeau au masculin n'a rien de très attrayant. Un roman à lire tout de même.
  • Ostotorro Posté le 26 Juin 2019
    Pour une fois s'est révélée être une lecture très agréable, qui se dévore rapidement. Les thématiques du rêve, du fantasme et de l'échec sont assez centrales, ce qui donne une dimension intéressante à l'histoire. En effet si l'aspect comédie romantique de la chose est présent, les questions qui sont posées par ailleurs lui donne plus de relief. Je suis mitigée sur la fin du récit, que j'ai appréciée dans la mesure où elle surprend et prolonge les questions soulevées par le récit, mais en même temps j'ai ressenti comme un goût d'inachevé dans la démarche des protagonistes.
  • SophieWag Posté le 9 Juin 2019
    Stephen McQueen, comédien abonné aux seconds rôles, divorcé, exilé dans la banlieue de Londres, rêve d'un grand rôle et d'un grand destin: promu doublure du célèbre Josh Harper, il guette chaque soir l'occasion de révéler son talent au théâtre. D'humiliations en quiproquos, la poisse s'acharne. Mais quand la très belle Nora, la femme de Josh, a l'air de s'interesser à lui, il semble reprendre espoir. Encore un héros poissard, on est loin du magnifique "Un jour"...
  • puchkina Posté le 31 Décembre 2017
    Stephen C. McQueen est un acteur de bas étage qui cachetonne en faisant le mort sur la table d’autopsie dans des séries policières ou en incarnant Sammy l’Ecureuil dans des dvd pédagogiques pour enfants. En ce moment il est la doublure du beau et célèbre Josh Harper dans une pièce inspirée de la vie du poète Byron. Stephen ne souhaite qu’une chose, que Josh tombe malade ou dans les escaliers pour enfin avoir une chance montrer son talent… Pour une fois est une agréable comédie faussement romantique à l’anglaise que l’on lit le sourire aux lèvres et que l’on imagine bien adapté à l’écran tant l’écriture est vive et cinématographique. Gros plaisir de lecture !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…