Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266143073
Code sériel : j1331
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Pourquoi j'ai mangé mon père

Rita BARISSE (Traducteur), VERCORS (Traducteur)
Date de parution : 02/09/2004

Hilarantes et géniales, les aventures d'une famille d'hommes préhistoriques !

Vous voulez connaître le fin mot de la préhistoire ? Vous souhaitez savoir pourquoi le « père » a été mangé ? Partez à la rencontre de cette famille délirante d’Homo erectus. Édouard, le père, fidèle adepte du Progrès, apprend à domestiquer le feu ; Mathilde, la mère, invente le...

Vous voulez connaître le fin mot de la préhistoire ? Vous souhaitez savoir pourquoi le « père » a été mangé ? Partez à la rencontre de cette famille délirante d’Homo erectus. Édouard, le père, fidèle adepte du Progrès, apprend à domestiquer le feu ; Mathilde, la mère, invente le barbecue ; Vania, l’oncle rabat-joie, ne jure que par le « retour aux arbres » ; enfin Ernest, le narrateur. Tout le monde le prend pour un idiot mais il sera peut-être le digne fils que personne n’attend.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266143073
Code sériel : j1331
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MarieLywood Posté le 14 Décembre 2019
    Ernest, le narrateur, fait partie d’une horde, composée d’Edouard, son père et chef de la tribu, de Mathilde, sa mère, de ses frères, Oswald spécialiste de la chasse, Tobbie chercheur scientifique et Alexandre artiste, et de nombreuses tantes et sœurs. Edouard n’a qu’un mot d’ordre pour cette tribu : le progrès. Il pousse donc tous les membres du clan à donner le meilleur d’eux-même pour améliorer leurs conditions de vie en faisant de nouvelles découvertes. Seul l’oncle Vania, vivant dans un arbre, s’oppose à lui et à ses idées tout en en profitant. Dans un format court et dans un style original, Roy Lewis propose une réflexion sur l’évolution de l’homme pendant la préhistoire et ses conséquences. Ecrit dans le but d’être un livre grand public, sa lecture est facile et son ton humoristique. Pour ma part, j’ai été assez déroutée par le vocabulaire de notre époque utilisé dans les dialogues comme dans la narration. Il en résulte de nombreux anachronismes qui augmentent l’effet humoristique du texte mais lui fait perdre sa crédibilité historique. Finalement on a l’impression que c’est une critique de notre société actuelle que propose l’auteur en opposant le progrès à tout prix symbolisé par Edouard et l’écologie... Ernest, le narrateur, fait partie d’une horde, composée d’Edouard, son père et chef de la tribu, de Mathilde, sa mère, de ses frères, Oswald spécialiste de la chasse, Tobbie chercheur scientifique et Alexandre artiste, et de nombreuses tantes et sœurs. Edouard n’a qu’un mot d’ordre pour cette tribu : le progrès. Il pousse donc tous les membres du clan à donner le meilleur d’eux-même pour améliorer leurs conditions de vie en faisant de nouvelles découvertes. Seul l’oncle Vania, vivant dans un arbre, s’oppose à lui et à ses idées tout en en profitant. Dans un format court et dans un style original, Roy Lewis propose une réflexion sur l’évolution de l’homme pendant la préhistoire et ses conséquences. Ecrit dans le but d’être un livre grand public, sa lecture est facile et son ton humoristique. Pour ma part, j’ai été assez déroutée par le vocabulaire de notre époque utilisé dans les dialogues comme dans la narration. Il en résulte de nombreux anachronismes qui augmentent l’effet humoristique du texte mais lui fait perdre sa crédibilité historique. Finalement on a l’impression que c’est une critique de notre société actuelle que propose l’auteur en opposant le progrès à tout prix symbolisé par Edouard et l’écologie représentée par l’oncle Vania. Il illustre comment l’intérêt du groupe et l’adhésion générale prévaut sur des considérations plus idéologiques. Une lecture sympathique et divertissante qui permet de passer un agréable moment et incite à quelques réflexions mais ne pousse pas suffisamment loin les possibilités narratives à mon goût.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CharlesEdouard Posté le 9 Décembre 2019
    Souvent entendu parlé, mais j'hésitai à lire à cause du titre. Et quelle surprise ! J'ai aimé l'humour déjanté, mais assez fin parfois. Des anachronismes amusants. Cela m'a vaguement fait penser à "La Famille Pierrafeu". L'on remarque ce livre a été écrit par un économiste, puis il y a une morale, un débat, peut-on dire sur le progrès et ce qu'il peut amener.. Oncle Vania et Edouard en débattent bien. Je conseille, en plus ce livre a été au programme scolaire.
  • Vgalexis Posté le 25 Octobre 2019
    Il faut retenir de ce livre le côté très philosophique qui nous permet de nous interroger sur l’évolution trop rapide de l’humanité.
  • Crazynath Posté le 23 Octobre 2019
    Cela faisait un sacré bout de temps que je voulais lire ce livre, et j’avais débuté au moins deux fois sa lecture pour la reporter presque immédiatement pour je ne sais trop quelles raisons, mais là, ça y est, j’ai enfin réussi à le lire en entier ! Comme quoi, il faut de temps en temps s’accrocher à ses résolutions de dépoussiérer sa PAL. Il faut avouer que la préhistoire est loin d’être ma période historique préférée, mais bon, je ne regrette pas du tout ce petit voyage sous la plume de Roy Lewis. Passé les premières pages où il faut s’habituer au langage fort élaboré de nos ancêtres, on se plonge avec intérêt dans l’histoire de cette petite horde de pithécanthropes. A la tête de cette horde se trouve Edouard, le père du narrateur, Ernest. Edouard a ceci de particulier qu’il incarne à lui tout seul le progrès en marche. Alors que son frère ainé (l’oncle Vania), est un véritable conservateur et persiste à rester dans leur habitat de naissance ( les arbres), Edouard, lui va de l’avant avec une curiosité insatiable et il va déboucher sur la conquête puis la maitrise du feu. Cette avancée dans leurs comportements va nettement... Cela faisait un sacré bout de temps que je voulais lire ce livre, et j’avais débuté au moins deux fois sa lecture pour la reporter presque immédiatement pour je ne sais trop quelles raisons, mais là, ça y est, j’ai enfin réussi à le lire en entier ! Comme quoi, il faut de temps en temps s’accrocher à ses résolutions de dépoussiérer sa PAL. Il faut avouer que la préhistoire est loin d’être ma période historique préférée, mais bon, je ne regrette pas du tout ce petit voyage sous la plume de Roy Lewis. Passé les premières pages où il faut s’habituer au langage fort élaboré de nos ancêtres, on se plonge avec intérêt dans l’histoire de cette petite horde de pithécanthropes. A la tête de cette horde se trouve Edouard, le père du narrateur, Ernest. Edouard a ceci de particulier qu’il incarne à lui tout seul le progrès en marche. Alors que son frère ainé (l’oncle Vania), est un véritable conservateur et persiste à rester dans leur habitat de naissance ( les arbres), Edouard, lui va de l’avant avec une curiosité insatiable et il va déboucher sur la conquête puis la maitrise du feu. Cette avancée dans leurs comportements va nettement améliorer leurs conditions de vie. Certains phrases prêtent au sourire (non, je ne suis pas allée jusqu’au rire comme d’autres lecteurs), et cette histoire se lit très rapidement il faut le dire. Une petite lecture sympathique, même si je ne la qualifierais pas d’extraordinaire. Challenge A travers l’histoire 2019 Challenge ABC 2019/2020
    Lire la suite
    En lire moins
  • jullius Posté le 24 Septembre 2019
    Aussi instructif que distrayant
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.