Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264060020
Code sériel : 4661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

pourquoi pas?

Michèle LÉVY-BRAM (Traducteur)
Date de parution : 04/04/2013

Bristol, 1985.
L’université ! Brian Jackson s’y voyait déjà : une vie d’étudiant sans contrainte, une sexualité débridée, des amis par centaines, un diplôme en or, qui serait suivi d’une entrée fracassante dans la vie active.
Oui, mais voilà, la réalité est loin d’être aussi idyllique. Une acné récalcitrante, des fringues informes...

Bristol, 1985.
L’université ! Brian Jackson s’y voyait déjà : une vie d’étudiant sans contrainte, une sexualité débridée, des amis par centaines, un diplôme en or, qui serait suivi d’une entrée fracassante dans la vie active.
Oui, mais voilà, la réalité est loin d’être aussi idyllique. Une acné récalcitrante, des fringues informes chinées aux puces, une spécialisation dans la très moyenne et très populaire section de littérature anglaise, pas un sou en poche et une passion farouche pour Kate Bush. Un seul véritable talent : une culture générale qui ferait de lui le candidat idéal pour participer au « Questions pour un champion » local, le quiz télévisé « University Challenge ».
Recruté dans l’équipe in extremis, Brian est bien décidé à remporter le trophée et le cœur de la belle et riche Alice, aspirante actrice. Pour l’aider dans sa mission, Rebecca, punkette grande gueule, juive marxiste, improvisée conseillère en relations sociales et sentimentales. Enfin la chance semble lui sourire… Mais lorsque vous vous appelez Brian Jackson, la malchance finit toujours par se rappeler cruellement à vous.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264060020
Code sériel : 4661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 456
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • VALENTYNE Posté le 20 Août 2020
    Angleterre 1985 Brian Jackson a 18 ans, il quitte le domicile familial où il vit seul avec sa mère (sont père est décédé quand il avait 12 ans) pour partir à la fac. Il a obtenu une bourse... les débuts d’acclimatation sont difficiles : se faire des amis, vivre en colocation, trouver une place, séduire la belle Alice. Brian, pour épater la galerie, cherche a participer dans un jeu télévisé type question pour un champion (ou slumdog millionnaire) En parallèle, on a des nouvelles de ses deux amis restés dans leur ville natale : sur fond de chômage et madame Tchatcher Ce livre est à la fois drôle quand on voit toutes les facéties auxquelles est prêt Brian pour conquérir sa belle et pathétique (il ne voit pas qu’elle le fait marcher). Il est si jeune et si décalé... Pathétique aussi ce que l’Angleterre offre comme peu de débouchés à ces jeunes en quête de sens et de repères.. La bande son m’a paru très bien (je suis presque de la génération de Brian, à peine 4 ans d’écart). Ah moi aussi j’ai adoré Kate Bush .... En résumé, un roman doux-amer (plus amer que doux) sur la transition à l’âge adulte... La fin m’a... Angleterre 1985 Brian Jackson a 18 ans, il quitte le domicile familial où il vit seul avec sa mère (sont père est décédé quand il avait 12 ans) pour partir à la fac. Il a obtenu une bourse... les débuts d’acclimatation sont difficiles : se faire des amis, vivre en colocation, trouver une place, séduire la belle Alice. Brian, pour épater la galerie, cherche a participer dans un jeu télévisé type question pour un champion (ou slumdog millionnaire) En parallèle, on a des nouvelles de ses deux amis restés dans leur ville natale : sur fond de chômage et madame Tchatcher Ce livre est à la fois drôle quand on voit toutes les facéties auxquelles est prêt Brian pour conquérir sa belle et pathétique (il ne voit pas qu’elle le fait marcher). Il est si jeune et si décalé... Pathétique aussi ce que l’Angleterre offre comme peu de débouchés à ces jeunes en quête de sens et de repères.. La bande son m’a paru très bien (je suis presque de la génération de Brian, à peine 4 ans d’écart). Ah moi aussi j’ai adoré Kate Bush .... En résumé, un roman doux-amer (plus amer que doux) sur la transition à l’âge adulte... La fin m’a convaincue (ni happy-end, ni catastrophe absolue)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nikoz Posté le 21 Juin 2020
    Un très agréable "léger" roman d'apprentissages
  • SophieWag Posté le 2 Janvier 2020
    Angleterre, années 80. Brian est un looser, plus de poisse que lui tu meurs. On sourit quelques fois mais on est bien loin du David Nicholls et de son excellent roman Un jour, que j'avais littéralement dévoré. Un peu déçue par ce livre donc
  • MaToutePetiteCulture Posté le 28 Novembre 2017
    Ma découverte de David Nicholls est concluante : j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, certes pas inoubliables, mais je l’ai trouvé bien écrit, drôle et intéressant ! Ce roman a eu le mérite de me replonger dans ma première année d’université. Pour moi, ce fut une expérience un peu compliquée, car à ce moment-là ma vie a tellement changé, que ce fut une période délicate, comme pour le héros du roman (enfin, un peu moins compliqué tout de même…). David Nicholls m’a rappelé à quel point découvrir qui l’on est vraiment, devoir se faire face et assumer que l’on n’est pas le fantasme que l’on se fait de soi-même, est difficile, voire insupportable jusqu’au ridicule. En entrant à l’université, Brian rencontre de nouvelles personnes, fréquente de nouveaux cercles, doit se reconstruire un cercle social. Pour des personnes peu sures d’elles, cela peut être très difficile, et c’est le cas pour Brian. Ce personnage est à la fois attachant et pénible. A certains moments, il m’a franchement fait lever les yeux au ciel tellement il est bête, mais bête ! Et d’autres fois je me suis reconnue en lui, je me suis reconnue dans sa naïveté, son manque de... Ma découverte de David Nicholls est concluante : j’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, certes pas inoubliables, mais je l’ai trouvé bien écrit, drôle et intéressant ! Ce roman a eu le mérite de me replonger dans ma première année d’université. Pour moi, ce fut une expérience un peu compliquée, car à ce moment-là ma vie a tellement changé, que ce fut une période délicate, comme pour le héros du roman (enfin, un peu moins compliqué tout de même…). David Nicholls m’a rappelé à quel point découvrir qui l’on est vraiment, devoir se faire face et assumer que l’on n’est pas le fantasme que l’on se fait de soi-même, est difficile, voire insupportable jusqu’au ridicule. En entrant à l’université, Brian rencontre de nouvelles personnes, fréquente de nouveaux cercles, doit se reconstruire un cercle social. Pour des personnes peu sures d’elles, cela peut être très difficile, et c’est le cas pour Brian. Ce personnage est à la fois attachant et pénible. A certains moments, il m’a franchement fait lever les yeux au ciel tellement il est bête, mais bête ! Et d’autres fois je me suis reconnue en lui, je me suis reconnue dans sa naïveté, son manque de confiance, son envie de faire du mieux possible, et dans sa difficulté à prendre du recul par rapport à lui-même. Certains personnages secondaires sont très forts, notamment Rebecca (dont les punchlines m’ont fait sourire) ou son amie Spencer ! J’ai beaucoup apprécié la plume de David Nicholls, à la fois naïve et ironique, et surtout pleine d’humour. J’ai beaucoup apprécié sa manière d’appréhender les personnages, tout en douceur au fil des chapitres et de leurs actes. Et même si le roman aurait pu être un peu moins long, le roman n’est pas lent pour autant. Mais il faut bien avouer que l’histoire est un peu « plate », il ne se passe pas énormément de choses, ce qui fait que ça ne restera pas une lecture gravée dans ma mémoire. Il me tarde maintenant de découvrir d’autres romans de cet auteur, notamment Un jour dont j’avais adoré l’adaptation sur grand écran !
    Lire la suite
    En lire moins
  • sld09 Posté le 1 Novembre 2017
    Malgré un héros souvent irritant, j'ai beaucoup aimé ce roman qui raconte le difficile passage à l'âge adulte d'un jeune homme qui entre à l'université et prend son indépendance. Le héros, qui en fait a tout du anti-héros (en pire), est un jeune homme de dix-neuf ans à la fois trop sûr de lui et trop naïf, qui est en plus affublé d'une malchance incroyable. Il agace et fait pitié tour à tour ; on voudrait secouer, lui ouvrir les yeux, mais rien n'y fait : il s'entête dans la voie sans issue qu'il a choisie ce qui donne un récit très drôle (au dépens de son héros en général), émaillés passages très émouvants. En bonus, ce roman d'apprentissage nous offre une plongée dans les années 80 à travers une foule de références à la musique, le cinéma, la télévision, etc de cette période Même si l'histoire ne donne pas envie d'avoir dix-neuf ans à nouveau, Pourquoi pas ? a été une belle lecture, légèrement douce amère.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…