En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Prédateurs

        Pocket
        EAN : 9782266188784
        Code sériel : 13910
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 108 x 177 mm
        Prédateurs

        Date de parution : 14/05/2009

        Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les soldats, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un homme a été retrouvé pendu à un croc de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant...

        Une guerre sans nom. Le débarquement libérateur est imminent. Parmi les soldats, la tension est extrême. Mais cela ne peut suffire à expliquer le crime abominable découvert sur l’un des navires alliés : un homme a été retrouvé pendu à un croc de boucherie, la tête remplacée par celle d’un bélier. Le lieutenant Frewin de la Police militaire en est convaincu : c’est l’œuvre d’un tueur redoutable qui jouit de la souffrance qu’il inflige. Malgré le déclenchement de l’offensive, les meurtres se poursuivent avec un raffinement croissant dans l’horreur. Frewin oriente alors son enquête vers la 3e section de la compagnie Raven, des durs qui forment un cercle très spécial…

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266188784
        Code sériel : 13910
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 576
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.60 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • LaurenaLJ Posté le 13 Août 2018
          Je savais qu'avec Maxime Chattam je n'avais aucune inquiétude à avoir, mais je ne m'attendais pas à aimer autant apprécier ce thriller, que j'ai dévoré en une seule journée... J'ai trouvé que tout en maintenant un fond romanesque passionnant, l'auteur parvenait à nous faire un récit intelligent, très bien construit, et qui offre de nombreuses pistes de réflexions sur le genre humain! Sans compter que le suspens est présent jusqu'au bout ^^
        • nathalou93 Posté le 8 Août 2018
          5e opus refermée - Pour le 2eme livre du cycle de l'homme et de la vérité, l'auteur nous entraine dans le milieu de la guerre, des militaires et du sang. Et plus particulièrement de la PM (Police Militaire), nos deux personnages principaux le lieutenant Frewin et son infirmière Ann Dawson, ont des personnalités empruntés de violence, ils l'ont vécu, et parfois était acteur de cette violence, ça leur permet d'avoir un instinct particulièrement redoutable pour être a la pourchasse du prédateur. Ce prédateur au fil des pages a effectuée des meurtres sanguinaire, effroyables, mais ils sont certains, ce meurtrier est l'un d'entre eux, et un des militaires dans une des compagnie présente. La problématique est que ces hommes sont la pour tuer c'est leur métier, ils ont tous ce profil sanguinaire, peut être pas au point du prédateur. Ça serait comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais ce n'est pas le monde des bisounours c'est la guerre. Les militaires sont solidaires pour se protéger et se sauver lors des combats, donc aussi se couvre pour les meurtres, pour eux c'est personne, et peut être il est déjà mort dans une précédente bataille. Il y a que la tenacité du groupe de la PM... 5e opus refermée - Pour le 2eme livre du cycle de l'homme et de la vérité, l'auteur nous entraine dans le milieu de la guerre, des militaires et du sang. Et plus particulièrement de la PM (Police Militaire), nos deux personnages principaux le lieutenant Frewin et son infirmière Ann Dawson, ont des personnalités empruntés de violence, ils l'ont vécu, et parfois était acteur de cette violence, ça leur permet d'avoir un instinct particulièrement redoutable pour être a la pourchasse du prédateur. Ce prédateur au fil des pages a effectuée des meurtres sanguinaire, effroyables, mais ils sont certains, ce meurtrier est l'un d'entre eux, et un des militaires dans une des compagnie présente. La problématique est que ces hommes sont la pour tuer c'est leur métier, ils ont tous ce profil sanguinaire, peut être pas au point du prédateur. Ça serait comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Mais ce n'est pas le monde des bisounours c'est la guerre. Les militaires sont solidaires pour se protéger et se sauver lors des combats, donc aussi se couvre pour les meurtres, pour eux c'est personne, et peut être il est déjà mort dans une précédente bataille. Il y a que la tenacité du groupe de la PM pour tout faire pour retrouver le coupable. Opus trés différent @lesarcanesduchaos, et on vois la talent de cet auteur. On es dans du véritable CHATTAM avec ses codes, et cette violence, mais ce livre est aussi trés psychologique, on es dans la tête du tueur, c'est aussi toujours aussi documenté sur les us et les coutumes de l'armée, leur solidarité légendaire, mais aussi d'évoluer dans ce milieu créé des psychoses qui se guériront pas. J'ai vraiment adorer, c'est haletant, le tueur nous fait tourner en bourrique, il est plutot intelligent et trés retors, on tombe dans tout les piéges. la fin est vraiment génial et les derniéres pages sont incroyable ancrée d'un suspens insoutenable.
          Lire la suite
          En lire moins
        • BreizhPsyko Posté le 1 Juin 2018
          Une immersion dans le passé pour une enquête aux multiples rebondissements. Un Chattam violent dans la lignée de la "Trilogie du Mal"
        • MelieGrey Posté le 13 Février 2018
          J'ai aussi commencé Prédateurs durant mon week end à 1 000. Autant dire qu'une fois les 1 000 pages dépassées, j'ai fais une petite pause avant de le reprendre. Ce roman a été très prenant et particulièrement dur mais je l'ai adoré d'un bout à l'autre. L'histoire débute en plein milieu d'une guerre. On ne connait ni le pays, ni la guerre, mais cela n'a pas d'importance. On va alors suivre une unité de la Police Militaire, qui se retrouve à enquêter sur un meurtre particulièrement atroce. La Police Militaire, mais aussi Ann Dawson, une jeune infirmière sont formels, ce meurtre ne peut être avoir été commis que par un homme qui trouve son plaisir dans les souffrances qu'il procure aux autres. Ils vont alors orienter leur enquête vers une section particulière qui va se liguer contre eux, faisant front ensemble. L'enquête est loin d'être évidente à résoudre d'autant que c'est la guerre et que les personnages sont sur le champ de bataille... Encore une fois, Maxime Chattam nous plonge dans ce que l'humanité à de plus horrible à offrir. Les meurtres se suivent et ne se ressemblent pas. Ils sont tous plus atroces les uns que les autres et soulèvent le... J'ai aussi commencé Prédateurs durant mon week end à 1 000. Autant dire qu'une fois les 1 000 pages dépassées, j'ai fais une petite pause avant de le reprendre. Ce roman a été très prenant et particulièrement dur mais je l'ai adoré d'un bout à l'autre. L'histoire débute en plein milieu d'une guerre. On ne connait ni le pays, ni la guerre, mais cela n'a pas d'importance. On va alors suivre une unité de la Police Militaire, qui se retrouve à enquêter sur un meurtre particulièrement atroce. La Police Militaire, mais aussi Ann Dawson, une jeune infirmière sont formels, ce meurtre ne peut être avoir été commis que par un homme qui trouve son plaisir dans les souffrances qu'il procure aux autres. Ils vont alors orienter leur enquête vers une section particulière qui va se liguer contre eux, faisant front ensemble. L'enquête est loin d'être évidente à résoudre d'autant que c'est la guerre et que les personnages sont sur le champ de bataille... Encore une fois, Maxime Chattam nous plonge dans ce que l'humanité à de plus horrible à offrir. Les meurtres se suivent et ne se ressemblent pas. Ils sont tous plus atroces les uns que les autres et soulèvent le coeur. Mais cette atrocité pendante m'a rendue encore plus accro à l'histoire, je voulais savoir qui en était l'auteur. D'autant qu'encore une fois, l'auteur nous offre une galerie de personnages captivante. Entre Frewin qui ne vit que pour les enquêtes criminelles et veut à tout prix résoudre celle ci, se passionnant pour la nature humaine et ce qui fait un meurtrier. Un soldat mais qui est buté et se rebelle parfois contre l'autorité. Mais aussi Ann Dawson, une jeune infirmière aux passions plutôt morbides, qui cache un lourd secret. Une jeune femme toujours pertinente dans ses analyses, qui traque le pire de l'humain dans les yeux et qui essaie aussi de s'en sortir en tant que femme. Et encore Matters, le jeune sergent de l'unité, qui semble cacher certaines choses tout en gardant un certain point de normalité avec son entourage... Et ce n'est que l'aperçu de ceux qui vont mener l'enquête alors je vous laisse imaginer les suspects ! ^^ J'ai longtemps cru avoir trouvé la solution à l'énigme, naïve que j'étais, pensant avoir enfin résolu un mystère avant que l'auteur ne nous le révèle. Mais j'avoue que me planter m'a rendu vraiment heureuse, parce que cela permet de garder tout le mystère jusqu'aux toutes dernières pages. Comme souvent dans les thrillers, je ressors de ma lecture presque triste de laisser les personnages en l'état. Adepte des romances et des belles fins, j'avoue que parfois j'aimerai quand même en savoir un peu plus sur la suite des personnages, et c'est particulièrement le cas ici. Je me suis énormément attachée à Frewin et Ann et j'aurais voulu plus ^^ Quant à l'écriture et au risque de me répéter, j'adore toujours autant le style de Maxime Chattam. Ses longues descriptions, ses fines analyses sur la nature humaine me rendent toujours accro et pour le coup, me ramènent aussi, un peu, à mes cours de criminologie ^^ En bref, j'ai été ravie de retrouver l'auteur dans un thriller plus classique qui m'a encore une fois captivée et aussi un peu fait frissonner de peur sur la nature humaine. Si j'avais un conseil ? Lisez Maxime Chattam !
          Lire la suite
          En lire moins
        • callysse Posté le 16 Janvier 2018
          J’ai bien aimé ce deuxième tome du Cycle de l’homme et de la vérité, même si ce n’est pas la série de cet auteur que j’apprécie le plus. J’ai aimé retrouver le côté thriller de ses romans, aspect qui était bien moins présent dans la 1er opus, Les arcanes du chaos, un roman intriguant sur la théorie du complot mais avec une histoire qui ne m’avait pas passionnée et aux personnages principaux peu attachants. Heureusement Frewin et Ann, les héros de Prédateurs, sont bien plus intéressants. Ils sont plus développés et complexes. J’ai par ailleurs aimé l’ambiance en pleine guerre avec des scènes de combat très bien décrites. Mais surtout, quel plaisir d’être à nouveau à la recherche d’un psychopathe! Maxime Chattam a un don pour décrire les esprits dérangés et surtout pour inventer des crimes toujours plus horribles. Je suis malgré tout restée assez dubitative sur l’identité du tueur. Hâte de lire le 3ème et dernier tome, dont je n’ai entendu que du bien, afin de comprendre ce qui lie ces 3 romans aux histoires bien différentes.

        Ils en parlent

        « Grand talent d’écriture, belle force de descriptions (…), Maxime Chattam ajoute à cet exercice très codé qu’est celui du thriller l’élégance de la littérature. »

        Le Parisien / Aujourd’hui en France

        PRESSE
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com