Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266318228
Code sériel : 5380
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Prélude à Fondation - COLLECTOR

Jean Bonnefoy (traduit par), Charlotte Volper (collection dirigée par)
Date de parution : 04/11/2021

 Hari Seldon venait d'inventer la psychohistoire et il n'y voyait qu'une pure spéculation, sans applications pratiques. Mais dès qu'il prit la parole à ce colloque, tout le monde comprit. La psychohistoire ne pouvait pas prédire l'avenir ? Les politiques s'en moquaient ! Ce qui comptait pour eux, c'est que le...

 Hari Seldon venait d'inventer la psychohistoire et il n'y voyait qu'une pure spéculation, sans applications pratiques. Mais dès qu'il prit la parole à ce colloque, tout le monde comprit. La psychohistoire ne pouvait pas prédire l'avenir ? Les politiques s'en moquaient ! Ce qui comptait pour eux, c'est que le gens allaient y croire. Ensuite, les équations diraient ce que l'on ferait dire. Et si Seldon n'était pas d'accord, tant pis pour lui !
Alors le jeune chercheur s'enfuit en compagnie d'une belle historienne, Dors Venabili. Il sillonna les dédales souterrains de la planète Trantor, capitale de l'Empire galactique, toujours traqué par ceux qui voulaient contrôler sa découverte. Et ce qu'il vit le stupéfia. La ville géante se désagrégeait. Partout s'étaient constituées des communautés isolées, farouchement attachées à leur autonomie. Un terrain idéal pour affiner son modèle et formuler l'avenir inquiétant qui se dessinait sous ses yeux. Était-il trop tard pour éviter la catastrophe ? Y avait-il encore, pour Hari Seldon, quelque chose à faire ?

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318228
Code sériel : 5380
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • odin062 Posté le 9 Juillet 2021
    J’y suis enfin ! Les portes de Fondation ! Après avoir lu le cycle des robots puis le cycle de l’empire, je passe la transition vers Fondation en usant des portes posées tardivement par Asimov. Parce que oui, je lis dans l’ordre chronologique et non de publication ! Et je ne regrette pas ! Dans « Prélude à fondation », on fait la connaissance d’un mathématicien nommé Hari Seldon pris dans une véritable chasse à l’homme sur la planète impérial de Trantor. L’arc narratif nous permet de découvrir différents lieux et peuples de cette planète. Le tout tournant autour de l’origine de l’Homme largement oubliée. J’ai pris grand plaisir à m’imaginer tous ces civilisations futuristes ayant chacune, leur spécificité. Un véritable road trip passionnant, on ne s’ennuie pas une seconde ! Derrière tout cela, il y a le personnage de Seldon. Un homme parfois naïf dont se joue Asimov en fin de roman. Fondateur de la psychohistoire (dont j’attends d’en découvrir plus), largement désiré pour sauver l’Empire et poser les « Fondations » d’une nouvelle humanité, il n’en est pas moins un homme simple, complexe, intelligent et parfois, un peu fou ! Les personnages secondaires sont également aussi riches et je dois... J’y suis enfin ! Les portes de Fondation ! Après avoir lu le cycle des robots puis le cycle de l’empire, je passe la transition vers Fondation en usant des portes posées tardivement par Asimov. Parce que oui, je lis dans l’ordre chronologique et non de publication ! Et je ne regrette pas ! Dans « Prélude à fondation », on fait la connaissance d’un mathématicien nommé Hari Seldon pris dans une véritable chasse à l’homme sur la planète impérial de Trantor. L’arc narratif nous permet de découvrir différents lieux et peuples de cette planète. Le tout tournant autour de l’origine de l’Homme largement oubliée. J’ai pris grand plaisir à m’imaginer tous ces civilisations futuristes ayant chacune, leur spécificité. Un véritable road trip passionnant, on ne s’ennuie pas une seconde ! Derrière tout cela, il y a le personnage de Seldon. Un homme parfois naïf dont se joue Asimov en fin de roman. Fondateur de la psychohistoire (dont j’attends d’en découvrir plus), largement désiré pour sauver l’Empire et poser les « Fondations » d’une nouvelle humanité, il n’en est pas moins un homme simple, complexe, intelligent et parfois, un peu fou ! Les personnages secondaires sont également aussi riches et je dois dire que j’ai eu grand plaisir à retrouver les dialogues proposés par Asimov, toujours aussi profonds ! Puis arrive la fin. Quelle chute ! Monstrueuse ! Je ne m’y attendais pas du tout… Un vent de nostalgie m’a envahi en découvrant cette incroyable vérité. Encore une fois, Asimov fait mouche avec cet incroyable roman. Vivement conseillé !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Arthemyce Posté le 31 Mai 2021
    Après la lecture appréciée mais relativement inégale du cycle de l’Empire, j’enchaine chronologiquement avec « Prélude à Fondation ». Autant le dire tout de suite, c’est important : ayant lu le cycle de Fondation avant tout le reste (ce qui est une erreur vis-à-vis du cycle des Robots, à mon humble avis), je ne recommande vraiment pas la lecture du présent ouvrage avant d’avoir terminé les cinq tomes de Fondation (même s’il se situe chronologiquement avant). Ceci gâcherait une large partie de l’intrigue, notamment des derniers et franchement, je ne le souhaite à personne. Pour parler plus précisément de cet opus, soyons succinct : je l’ai dévoré. Je l’ai trouvé excellent à tous égards : dynamique, surprenant, immersif et s’intégrant parfaitement bien à l’univers d’Asimov ; heureusement d’ailleurs, car c’est l’objectif fondamental de l’ouvrage écrit sous la pression des lecteurs et éditeurs. Asimov aurait pu moins bien s’en sortir, mais non ! Excellent. A tel point que j’ai peur que le prochain, « L’Aube de Fondation », me déçoive, tout en espérant le contraire bien sûr. A quoi bon dire plus ? Beaucoup a déjà été écrit ici. Je ne peux que vous enjoindre à vous faire votre propre avis. Statistiquement, vous ne... Après la lecture appréciée mais relativement inégale du cycle de l’Empire, j’enchaine chronologiquement avec « Prélude à Fondation ». Autant le dire tout de suite, c’est important : ayant lu le cycle de Fondation avant tout le reste (ce qui est une erreur vis-à-vis du cycle des Robots, à mon humble avis), je ne recommande vraiment pas la lecture du présent ouvrage avant d’avoir terminé les cinq tomes de Fondation (même s’il se situe chronologiquement avant). Ceci gâcherait une large partie de l’intrigue, notamment des derniers et franchement, je ne le souhaite à personne. Pour parler plus précisément de cet opus, soyons succinct : je l’ai dévoré. Je l’ai trouvé excellent à tous égards : dynamique, surprenant, immersif et s’intégrant parfaitement bien à l’univers d’Asimov ; heureusement d’ailleurs, car c’est l’objectif fondamental de l’ouvrage écrit sous la pression des lecteurs et éditeurs. Asimov aurait pu moins bien s’en sortir, mais non ! Excellent. A tel point que j’ai peur que le prochain, « L’Aube de Fondation », me déçoive, tout en espérant le contraire bien sûr. A quoi bon dire plus ? Beaucoup a déjà été écrit ici. Je ne peux que vous enjoindre à vous faire votre propre avis. Statistiquement, vous ne risquez pas grand-chose d’après la moyenne des 571 notes, excluant la mienne (qui n'y changera statistiquement rien). Si vous avez lu les cycles des Robots et de Fondation – et apprécié cela va sans dire – alors nul doute que vous passerez un très bon moment. Je n’ai su le faire durer plus d’un jour-et-demi pour ma part, je vous souhaite le même plaisir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Senna Posté le 7 Avril 2021
    Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec LA légende : Hari Seldon. Un personnage qui hante, même après avoir fait sa rencontre plusieurs années auparavant. Dans « Prélude à Fondation », Hari est tout jeune. Son projet de psychohistoire n'est qu'à l'état d'ébauche, néanmoins, Hari Seldon va donner une conférence sur le sujet. Ce thème va bien évidemment interloquer son excellence Cléon 1er. le mythe raconte que l'Empereur et le mathématicien sont né la même année. Bien que Hari Seldon ne croit guère à la réussite de son oeuvre, il n'en n'est pas du même du monarque. C'est le début de Fondation. Bienvenue sur Trantor, planète tentaculaire de 40 Milliards d'êtres humains. Au sein de cette sphère vivent des peuples aux moeurs étranges. Isaac Asimov nous plonge dans un monde obscure et passionnant. La liaison avec le cycle des robots s'est faite autour de la deux-centième page. Par ailleurs, pour apprécier « Prélude à Fondation », il faut avoir lu les aventures d'Elijah Baley. À partir de cet instant, il m'a été difficile de lâcher le livre tant je voulais connaître cette jonction.[masquer] Ainsi, les spaciens ont survécu et se sont adaptés sur Trantor. Sans réellement abandonner leurs technologies, ils ont évolué vers le mysticisme. Il reste néanmoins deux... Aujourd'hui, j'ai rendez-vous avec LA légende : Hari Seldon. Un personnage qui hante, même après avoir fait sa rencontre plusieurs années auparavant. Dans « Prélude à Fondation », Hari est tout jeune. Son projet de psychohistoire n'est qu'à l'état d'ébauche, néanmoins, Hari Seldon va donner une conférence sur le sujet. Ce thème va bien évidemment interloquer son excellence Cléon 1er. le mythe raconte que l'Empereur et le mathématicien sont né la même année. Bien que Hari Seldon ne croit guère à la réussite de son oeuvre, il n'en n'est pas du même du monarque. C'est le début de Fondation. Bienvenue sur Trantor, planète tentaculaire de 40 Milliards d'êtres humains. Au sein de cette sphère vivent des peuples aux moeurs étranges. Isaac Asimov nous plonge dans un monde obscure et passionnant. La liaison avec le cycle des robots s'est faite autour de la deux-centième page. Par ailleurs, pour apprécier « Prélude à Fondation », il faut avoir lu les aventures d'Elijah Baley. À partir de cet instant, il m'a été difficile de lâcher le livre tant je voulais connaître cette jonction.[masquer] Ainsi, les spaciens ont survécu et se sont adaptés sur Trantor. Sans réellement abandonner leurs technologies, ils ont évolué vers le mysticisme. Il reste néanmoins deux questions qui restent en suspend. Aurora est-elle devenue Trantor ou bien ce sont les survivants spaciens qui ont migré vers Trantor ? R. Daneel est-il toujours vivant ? Un peu frustré de ne pas avoir toutes les réponses, il faudra attendre la fin pour avoir l'une d'elle. La conclusion me rappelle très fortement la fin « Les robots de l'aube ».[/masquer] Comme lors de son cycle de l'Empire, Isaac Asimov met en avant les différences de cultures et d'ethniques. Hari Seldon qui est originaire de Hélicon va faire équipe avec Dors Venabili de la planète Cinna. L'autre thème fort est la place de la femme dans la civilisation. Par ailleurs, Dors Venabili est un personnage réussi. Je l'ai beaucoup apprécié. [masquer]La révélation finale m'a bien surpris, bien qu'avec le recul, l'auteur a semé de nombreux indices.[/masquer] En parallèle, on pourrait faire le rapprochement avec le couple Asimov, tous deux Docteurs (Biochimiste pour Isaac Asimov, Médecine pour Janet Asimov), ici nos héros sont mathématicien et historienne. Ce voyage dans le Trantor tentaculaire, nous amène dans diverses mondes. le quartier de Dahl m'a fait pensé au film de Hayao Miyazaki : « Le château dans le ciel », sorti deux ans avant la parution de ce volume. Les personnages portent des moustaches, sont pauvres et travaillent dans une mine (bien qu'il s'agisse d'extraction d'énergie on peut le voir ainsi dans ce livre). Par ailleurs, on y rencontrera un gamin, même s'il ne joue pas de la trompette comme dans l'anime. (https://youtu.be/¤££¤29De Fondation40¤££¤) Il est intéressant de contempler l'Empire. J'imagine qu'Isaac Asimov s'est inspiré de fait réel. Bien évidemment, mon regard se tourne vers l'Antique Rome, mais il ne faut pas oublier que l'auteur est originaire de Russie. Ce fut une belle odyssée que ce « Prélude à Fondation ». On y rencontre des personnages sympathiques et importants. Hari Seldon part en quête de la mise en pratique de sa théorie sur la psychohistoire. Bien qu'un peu longuet par moment – je n'ai par ailleurs pas trop apprécié le protagoniste Davan –, j'ai passé un excellent moment. Je pense qu'il faut avoir lu le cycle des robots avant, pour savourer « Prélude à Fondation ». Je regrette aussi que les passages avec l'Empereur Cléon 1er soient trop peu nombreux. Ma prochaine destination sera « L'Aube de Fondation ». Challenge Duo d’auteurs SFFF 2021 : Isaac Asimov - Guy Gavriel Kay - auteurs non anglo-francophones
    Lire la suite
    En lire moins
  • Alegato Posté le 24 Janvier 2021
    Depuis longtemps je repoussais la lecture de la saga fondation car cela fait pas mal de livres et donc prend un certain temps. Ce livre, antérieur au cycle Fondation, a été écrit après. Il nous raconte la vie de Hary Seldon et notamment comment il a été amené à développer sa théorie de la psychohistoire ainsi que sa mise en application. Il y a de nombreux personnages qui gravitent autour de Seldon et ils sont tous très intéressants. On fait plusieurs découvertes surprenantes au fil de l’histoire, celle-ci est rondement menée et cela nous tient en haleine pendant tout le livre qui se lit très facilement. J’ai littéralement adoré le lien avec le cycle des robots. Avec ce livre on se prend à rêver au futur de l’humanité, à se demander comment notre mode de vie va évoluer, bref de la très bonne science-fiction. J’ai pour ma part beaucoup plus apprécié ce prélude et le suivant que le cycle en lui-même mais l’ensemble est un incontournable à lire au moins une fois dans sa vie.
  • fanculo Posté le 23 Août 2020
    Dans la continuité de Robot 1 et 2 , je commence la lecture de la série Fondation . J'ai opté la lecture par Prélude à Fondation,en suivant l'avis d'Asimov. Les personnages du roman sont très intéressants : Hari Seldon chercheur mathématicien ,Dori Venbili chercheuse historienne chargée de protéger Hari , Eto Demezel conseillé de l'empereur Cléon et Hummin le premier ami de Hari sur Tantor . Hari Seldon se rend sur Tantor pour une conférence sur les préludes de la psychohistoire , un modèle mathématique , permettant selon ses hypothèses être en mesure de prédire l'avenir . Ils voyagent dans tout l'Empire en quête de la vérité sur l'origine de l'humanité et trouver des solutions à ses hypothèses . Un suspense qui se dévoile dans les toutes dernières pages créant un rebondissements inattendu. Je continue ma lecture de la série Fondation sans hésiter. Très Bon Livre d'Asimov . A LIRE .
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.