En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Psychiko

        10/18
        EAN : 9782264069139
        Code sériel : 5256
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Psychiko

        Loïc MARCOU (Traducteur)
        Date de parution : 09/11/2017

        Anti-héros et probable cas clinique, Nikos Molochanthis, jeune rentier désœuvré, est prêt à tout pour obtenir son quart d’heure de célébrité. Il a donc la brillante idée de se faire passer pour l’assassin d’une femme retrouvée morte dans un quartier d’Athènes. Grâce à la presse fascinée par cette affaire, Nikos...

        Anti-héros et probable cas clinique, Nikos Molochanthis, jeune rentier désœuvré, est prêt à tout pour obtenir son quart d’heure de célébrité. Il a donc la brillante idée de se faire passer pour l’assassin d’une femme retrouvée morte dans un quartier d’Athènes. Grâce à la presse fascinée par cette affaire, Nikos est enfin sous les feux des projecteurs, suffisamment près de la guillotine pour être une vedette. Le stratagème parfait… À ceci près qu’il risque de fonctionner au-delà de ses espérances.

        Paru en 1928 sous forme de feuilleton, Psychiko, considéré comme le premier polar grec, met en place une mécanique infernale, où une police apathique affronte un faux coupable en quête de gloire.

        « Ce roman s’impose comme une petite perle littéraire. » Philippe Blanchet − Le Figaro Magazine

        Traduit du grec par Loïc Marcou
         

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264069139
        Code sériel : 5256
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Komboloi Posté le 23 Janvier 2018
          Un polar sympathique et plutôt original. On va suivre ici un personnage à l'esprit bien dérangé qui pour avoir son moment de célébrité va revendiquer un meurtre qu'il n'a pas commis. Dans ce livre écrit à la première personne, on va suivre le cheminement de chaque idées tordues du moment ou celle-ci germe dans la tête du protagoniste, jusqu'aux conséquences parfois bien éloignées de ce qui était prévu, en passant bien sûr par la mise en oeuvre. J'ai trouvé que c'était vraiment écrit avec beaucoup d'intelligence et d'humour. Une belle petite pépite qui n'est d'ailleurs pas si récente que ça mais je ne connaissais pas du tout l'auteur, un des premiers grecs à s'illustrer dans le genre des polar. Une belle découverte !
        • rorod2d4 Posté le 11 Décembre 2017
          Ce roman est considéré comme le premier polar grec ( il a été écrit en 1931 ). La construction de ce livre est particulière car au départ le roman paraissait en épisodes dans un journal. Ce livre nous compte l'histoire d 'un homme désoeuvré pret à tout afin de rencontrer la célébrité ( sujet très actuel s'il en est ... ). Son histoire nous est narrée telle une fable , et c' est superbement écrit. Un livre vraiment très original que je vous conseille en tous points. Bonne lecture à toutes et tous.
        • missmolko1 Posté le 4 Décembre 2016
          Publié en 1928, Psychiko est un roman policier grec qui n'a pas pris une ride. On suit l'histoire de Nikos, un jeune homme de bonne famille qui a abandonné ses études de médecine, qui traîne avec des gens peu fréquentables et surtout dépense sans compter la fortune de sa famille. Quand un crime est commis à Athènes, il est fasciné par chaque détail publié dans les journaux et décide de s'accuser du meurtre. La construction du roman est intéressante puisqu'à l'origine ce texte est paru sous forme de feuilleton. On suit avec régal, chaque chapitre, de l'élaboration de Nikos pour s'accuser du meurtre, a son arrivée en prison, son procès et enfin le dénouement. Le suspense est bien là et on frissonne pour notre héros. Je ne sais pas quoi penser du jeune homme au final : il est extrêmement naïf et vraiment stupide d'organiser un tel canular mais en même temps on a peur pour lui tout au long de son procès. L'écriture est fluide et le roman se lit d'un trait tant on est pris par l'intrigue et le suspense. Comme je le disais plus haut, le récit n'a pas pris une ride et pourrait encore être d'actualité aujourd'hui. C'est... Publié en 1928, Psychiko est un roman policier grec qui n'a pas pris une ride. On suit l'histoire de Nikos, un jeune homme de bonne famille qui a abandonné ses études de médecine, qui traîne avec des gens peu fréquentables et surtout dépense sans compter la fortune de sa famille. Quand un crime est commis à Athènes, il est fasciné par chaque détail publié dans les journaux et décide de s'accuser du meurtre. La construction du roman est intéressante puisqu'à l'origine ce texte est paru sous forme de feuilleton. On suit avec régal, chaque chapitre, de l'élaboration de Nikos pour s'accuser du meurtre, a son arrivée en prison, son procès et enfin le dénouement. Le suspense est bien là et on frissonne pour notre héros. Je ne sais pas quoi penser du jeune homme au final : il est extrêmement naïf et vraiment stupide d'organiser un tel canular mais en même temps on a peur pour lui tout au long de son procès. L'écriture est fluide et le roman se lit d'un trait tant on est pris par l'intrigue et le suspense. Comme je le disais plus haut, le récit n'a pas pris une ride et pourrait encore être d'actualité aujourd'hui. C'est en tout cas une belle découverte et j'ai adoré ce voyage en Grèce.
          Lire la suite
          En lire moins
        • pupucing Posté le 3 Septembre 2016
          Athènes, début du siècle dernier, une jeune femme est retrouvée assassinée dans le quartier de Psychiko. Impossible de l'identifier tant son visage a été lacéré, de plus les enquêteurs n'ont pas retrouvé ses papiers, elle semble issue de l' aristocratie mais aucune famille n'a signalé de disparition. Cette affaire émeut la ville entière, d'autant plus qu'aucun suspect n'est dans la ligne de mire de la police ! C'est alors que Nikos Mocholantis, jeune homme ayant abandonné ses études de médecine, vivant sur l'héritage de ses parents, en mal de célébrité, fasciné par la litté policière, a pour idée de se faire passer pour le sordide assassin, il met un seul et unique ami dans la confidence, ami qui devra fournir son (réel) alibi et ainsi lui permettre d'échapper in extremis à l' échafaud ! Paul Nirvanas est l' un des nombreux pseudos de Pétros Apostolidis. Il signe là le premier polar grec, publié en 1928. Polar qui même loin d' être sordide et glauque comme dont on a l' habitude, n'a rien à leur envier, certes il ne tourne pas autour d'une enquête et encore moins du tueur, il joue plus dans la légèreté, en même trmps, vu l' époque.... C'est un... Athènes, début du siècle dernier, une jeune femme est retrouvée assassinée dans le quartier de Psychiko. Impossible de l'identifier tant son visage a été lacéré, de plus les enquêteurs n'ont pas retrouvé ses papiers, elle semble issue de l' aristocratie mais aucune famille n'a signalé de disparition. Cette affaire émeut la ville entière, d'autant plus qu'aucun suspect n'est dans la ligne de mire de la police ! C'est alors que Nikos Mocholantis, jeune homme ayant abandonné ses études de médecine, vivant sur l'héritage de ses parents, en mal de célébrité, fasciné par la litté policière, a pour idée de se faire passer pour le sordide assassin, il met un seul et unique ami dans la confidence, ami qui devra fournir son (réel) alibi et ainsi lui permettre d'échapper in extremis à l' échafaud ! Paul Nirvanas est l' un des nombreux pseudos de Pétros Apostolidis. Il signe là le premier polar grec, publié en 1928. Polar qui même loin d' être sordide et glauque comme dont on a l' habitude, n'a rien à leur envier, certes il ne tourne pas autour d'une enquête et encore moins du tueur, il joue plus dans la légèreté, en même trmps, vu l' époque.... C'est un polar plutôt drôle, dont le héros peut sembler pathétique, néanmoins très attachant, un roman au final très actuel, il n'y a qu' à regarder tous ces candidats aux émissions de téléréalité !! Mais eux sont purement et simplement pathétiques 😜 Un roman qui me fait penser à du Romain Puértolas avant l' heure ! Que je conseille vivement, que vous soyez fan de polar ou nous, c'est une vraie bouffée de fraîcheur et ça fait un bien fou !! Encore une fois, je clame haut et fort que Mirobole est une fucking maison d' éditions 😍
          Lire la suite
          En lire moins
        • canel Posté le 31 Mai 2016
          Athènes, années 1910. Le corps d'une femme assassinée est retrouvé, dissimulé sous des pierres. Son identité et celle du meurtrier restent longtemps inconnues. Nikos Molochantis, jeune rentier désoeuvré en quête de frisson et de gloire, s'accuse du crime. Il imagine tout un scénario pour avoir les honneurs, puis s'en tirer indemne. Mais il y a des failles dans sa logique, le piège pourrait bien se refermer sur lui. L'intérêt de ce polar est avant tout historique : le philosophe Pétros Apostolidis (alias Paul Nirvanas) est le premier auteur grec à s'être frotté au genre en publiant cet ouvrage en 1928, près d'un siècle après parution du premier roman policier occidental*. • « Dans un pays encore rural et n'ayant pas connu la révolution industrielle, où la criminalité, anémique, se limite surtout au crime d'honneur, la littérature policière tarde à s'implanter et se diffuse d'abord par le biais de traductions diffusées dans la presse. » Comme le précise le sous-titre original, ce roman est satirique : l'auteur s'y moque de la rumeur, des médias et de la naïveté confondante de ce jeune oisif qui a vite interrompu ses études de médecine à la vue du sang, qui se repaît néanmoins de livres d'épouvante et... Athènes, années 1910. Le corps d'une femme assassinée est retrouvé, dissimulé sous des pierres. Son identité et celle du meurtrier restent longtemps inconnues. Nikos Molochantis, jeune rentier désoeuvré en quête de frisson et de gloire, s'accuse du crime. Il imagine tout un scénario pour avoir les honneurs, puis s'en tirer indemne. Mais il y a des failles dans sa logique, le piège pourrait bien se refermer sur lui. L'intérêt de ce polar est avant tout historique : le philosophe Pétros Apostolidis (alias Paul Nirvanas) est le premier auteur grec à s'être frotté au genre en publiant cet ouvrage en 1928, près d'un siècle après parution du premier roman policier occidental*. • « Dans un pays encore rural et n'ayant pas connu la révolution industrielle, où la criminalité, anémique, se limite surtout au crime d'honneur, la littérature policière tarde à s'implanter et se diffuse d'abord par le biais de traductions diffusées dans la presse. » Comme le précise le sous-titre original, ce roman est satirique : l'auteur s'y moque de la rumeur, des médias et de la naïveté confondante de ce jeune oisif qui a vite interrompu ses études de médecine à la vue du sang, qui se repaît néanmoins de livres d'épouvante et de films, et qui a pour seule ambition de devenir célèbre. • « Dans cet univers empli de chimères, il rêvait de se signaler et de se couvrir de gloire, de la même façon que les jeunes gens de son âge ambitionnent de se distinguer dans le monde réel. Ainsi, les frontières entre la fiction et la réalité s'étaient peu à peu brouillées dans son esprit, de sorte que, souvent, il n'arrivait pas à savoir lui-même s'il était un personnage de cinéma ou un homme de chair et d'os. » Tiens tiens, déjà ce fléau que l'on croit récent, alimenté aujourd'hui par la télé-réalité, les réseaux sociaux, les jeux en ligne... La fascination pour le virtuel et la gloire ne date pas d'hier ! J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre, plus pour l'humour (les extraits de journaux à sensation, les situations, la naïveté du personnage...) que pour le suspense - même si on se demande si Nikos va s'en tirer (une petite guillotine dessinée ouvre chaque chapitre). Encore une belle trouvaille des éditions Mirobole ! * « Double assassinat dans la rue Morgue », Edgar Allan Poe, 1841
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Ce roman érudit et volontiers ironique, accumulant les clins d’œil à Oscar Wilde ou à Thomas De Quincey, s’impose comme une petite perle littéraire, jusqu’à ce jour inédit, et qu’il aurait été franchement dommage de ne pas exhumer. » Philippe Blanchet, Le Figaro Magazine
        « Roman-feuilleton très amusant, truffé de références littéraires, de clins d’œil érudits, ce polar fantasque est à la fois moderne et désuet, et c’est ce qui fait tout son charme. Humour pittoresque, intrigue improbable, le plaisir d’un livre un tantinet incongru. Une fantaisie savoureuse. » François Forestier, L’Obs
        « Psychiko est un petite bijou facétieux, qui doit beaucoup à la traduction de Loïc Marcou. » Yann Plougastel, Le Monde Mag
         « Une (re)découverte que ce roman qui entraine le lecteur dans une intrigue intemporelle. Un délice. » J.L., L’Alsace
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.