Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266297691
Code sériel : 7300
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Replis

Date de parution : 10/06/2021
"Ne croyez pas tout ce que l'on vous raconte" Daniel Sagnes
Dans une France ravagée par le changement climatique et la Grande Guerre des Frontières qui s’en est suivie, l’État contrôle tout et abreuve la population de fake news. Daniel Sagnes est l’un de ces monteurs/menteurs, simple rouage de la grande machinerie du mensonge institutionnalisé. Et à ce titre, il sait... Dans une France ravagée par le changement climatique et la Grande Guerre des Frontières qui s’en est suivie, l’État contrôle tout et abreuve la population de fake news. Daniel Sagnes est l’un de ces monteurs/menteurs, simple rouage de la grande machinerie du mensonge institutionnalisé. Et à ce titre, il sait que l’Assimilation, qui permet de transférer aux enfants la conscience d'un de leurs parents en fin de vie, présentée comme seul espoir de survie dans ce monde de centres, est une supercherie. Alors quand vient le moment d’accueillir en lui la conscience d’un père honni, il n’a d’autre alternative que la fuite.
  
« Un récit vif, intelligent et propre à inciter à la réflexion. Une découverte, en somme. » Raphaël Gaudin – Bifrost  
« Un univers sombre, une dystopie violente, qui révèle une complexité grandissante. » L’Épaule d’Orion
« Un thriller dystopique (ou postapocalyptique) enthousiasmant. »  Le Dragon galactique
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266297691
Code sériel : 7300
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Replis est avant tout un thriller, une course pour la survie, rythmée et variée. On peut lui reprocher de renforcer l’idée selon laquelle tout est complot. Mais c’est surtout un récit vif, intelligent et propre à inciter à la réflexion. Une découverte, en somme. »
Raphaël Gaudin / Bifrost

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Stelphique Posté le 11 Octobre 2021
    Ce que j’ai ressenti: « Et regarde aujourd’hui: tout le monde aspire à l’immortalité mémorielle. » C’est l’ultime but des Hommes, l’immortalité. Vaincre le temps, vaincre l’existence, vaincre au mépris de tout, cette poignée d’années aléatoires qui nous ait impartis. Quitte à se prendre pour des dieux, quitte à dénigrer le Vivant, quitte à y laisser un champs de ruines sur la planète…La seule raison de tout ça, c’est vaincre l’inéluctable: la mort. Replis, c’est visionner une approche de cette immortalité plausible grâce au concept de l’Assimilation. Dans un futur proche apocalyptique et ravagé, l’Homme a réussi à contrer la fatalité de la mort, en transférant l’âme du parent dans celle de son enfant. Sauf, que cette fusion n’est pas au goût de tout le monde, et que ce genre de pratique n’est pas sans risques. Daniel Sagnes, refuse catégoriquement de se soumettre à cette expérience, étant donné la haine qu’il voue à son géniteur. Le gouvernement en place, en a décidé autrement, puisque ils ne peuvent se permettre de perdre l’élément-clef de leurs travaux de recherche. La traque peut alors, commencer… Dans un monde corrompu et totalitaire, sur des terres à feu et à sang, et au milieu du chaos et de la... Ce que j’ai ressenti: « Et regarde aujourd’hui: tout le monde aspire à l’immortalité mémorielle. » C’est l’ultime but des Hommes, l’immortalité. Vaincre le temps, vaincre l’existence, vaincre au mépris de tout, cette poignée d’années aléatoires qui nous ait impartis. Quitte à se prendre pour des dieux, quitte à dénigrer le Vivant, quitte à y laisser un champs de ruines sur la planète…La seule raison de tout ça, c’est vaincre l’inéluctable: la mort. Replis, c’est visionner une approche de cette immortalité plausible grâce au concept de l’Assimilation. Dans un futur proche apocalyptique et ravagé, l’Homme a réussi à contrer la fatalité de la mort, en transférant l’âme du parent dans celle de son enfant. Sauf, que cette fusion n’est pas au goût de tout le monde, et que ce genre de pratique n’est pas sans risques. Daniel Sagnes, refuse catégoriquement de se soumettre à cette expérience, étant donné la haine qu’il voue à son géniteur. Le gouvernement en place, en a décidé autrement, puisque ils ne peuvent se permettre de perdre l’élément-clef de leurs travaux de recherche. La traque peut alors, commencer… Dans un monde corrompu et totalitaire, sur des terres à feu et à sang, et au milieu du chaos et de la misère, on est projeté au cœur d’une Guerre sans pitié. C’est le monde d’Après, avec un air irrespirable de désespoir et de cendres, des intelligences artificielles et des drones omniprésents, des vidéos virales et des clouds minés, des vérités digitales et des mensonges trafiqués, des secrets Défense et des attaques armées, dans un besoin constant de sensationnalisme et de mille et une théories du complot. « Ne croyez pas tout ce que l’on vous raconte… », c’est le moins qu’on puisse dire, puisque certains s’évertuent à vous balancer des fake news à-tout-va!… On est vraiment lancé dans une espèce de réalité sombre contaminée par la violence et la tromperie, et ce maigre espoir d’avancée scientifique est un Mal beaucoup plus destructeur que ce qu’on pourrait croire… C’était une lecture intéressante, qui fait réfléchir sur les valeurs de la transmission, de la liberté et de l’éthique. C’est un thriller énergique avec un héros qui détone, et suscite des sentiments contraires. C’est déstabilisant parfois, cet univers de rage et de paranoïa mais, cette forme de contrôle par l’État est peut-être encore plus flippante…Je vais donc tenter un Repli(s) en terre verdoyante, après cette virée désenchantée, et vraiment, tant pis, pour l’immortalité! N’allez pas croire tout ce que l’on vous raconte, il y en a qui se passerait aisément de cette envie de survivre par-delà le temps, si c’est, à ces conditions… « Le temps n’adoucit rien. Il s’écoule avec une lenteur assassine. »
    Lire la suite
    En lire moins
  • Le_chien_critique Posté le 1 Septembre 2021
    Un jeune homme reçoit la plus belle des propositions, avoir une relation fusionnelle avec son père, et refuse... Pourquoi ? Second roman de l'auteur que je lis sans savoir de quoi il retourne, bonne idée ou pas ? Ai-je tenté un repli après quelques lignes ? Daniel Sagnes est monteur vidéo travaillant pour l'État. Son rôle est de faire de la propagande en faisant dire aux images ce qu'elles ne sont pas. C'est le monsieur Photoshop de la vidéo. Comme le personnage de 1984, nous sommes aussi en pleine dystopie dans quelques dizaines d'années. Un monde apocalyptique après une hécatombe végétale ayant eu des effets dévastateurs sur la vie. La science a tout de même fait une percée significative : la possibilité de transfert de la conscience dans la tête de sa progéniture. Encore un roman sur des lendemains qui déchantent comme je les aime, plein de cynisme et de misanthropie. On rigole, jaune, noir et je me suis bien marré avec les répliques du personnage principal. Emmanuel Quentin nous parle du mensonge, des fake news vidéos auxquels nous aurons de plus en plus dans quelques années. C'est un véritable page turner, un thriller efficace lu en deux jours. Encore un auteur qui fait... Un jeune homme reçoit la plus belle des propositions, avoir une relation fusionnelle avec son père, et refuse... Pourquoi ? Second roman de l'auteur que je lis sans savoir de quoi il retourne, bonne idée ou pas ? Ai-je tenté un repli après quelques lignes ? Daniel Sagnes est monteur vidéo travaillant pour l'État. Son rôle est de faire de la propagande en faisant dire aux images ce qu'elles ne sont pas. C'est le monsieur Photoshop de la vidéo. Comme le personnage de 1984, nous sommes aussi en pleine dystopie dans quelques dizaines d'années. Un monde apocalyptique après une hécatombe végétale ayant eu des effets dévastateurs sur la vie. La science a tout de même fait une percée significative : la possibilité de transfert de la conscience dans la tête de sa progéniture. Encore un roman sur des lendemains qui déchantent comme je les aime, plein de cynisme et de misanthropie. On rigole, jaune, noir et je me suis bien marré avec les répliques du personnage principal. Emmanuel Quentin nous parle du mensonge, des fake news vidéos auxquels nous aurons de plus en plus dans quelques années. C'est un véritable page turner, un thriller efficace lu en deux jours. Encore un auteur qui fait baisser cruellement ma productivité au boulot... Un auteur à éviter si tu travailles dans une centrale nucléaire... Un bémol cependant, la fin est un peu trop rapide, j'aurai aimé rester un peu plus dans ce monde. Mais bon, si on veut du rabe, c'est que le plat est bon. Ne me reste que Dormeurs à lire de l'auteur, mais comme il n'a pas fait d'effort pour choisir un éditeur avec format numérique, moi je vais aller dormir afin de récupérer les heures de sommeil que l'auteur m'a volé.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesFantasydAmanda Posté le 21 Juillet 2021
    --- Un dynamisme à double tranchant ? --- Replis est un roman court qui ne souffre d’aucune longueur. Chaque page est utile, que ce soit pour creuser la personnalité du héros, présenter l’univers post-apocalyptique ou faire avancer l’intrigue. Certes, Emmanuel Quentin aurait pu rajouter des chapitres, tant il y a matière à développer. Néanmoins, il n’était pas dans son intention d’exposer plus en détail les effets du réchauffement climatique, ni même de dispenser un cours sur l’Assimilation, aussi intéressant soit ce concept. Bref, c’est un parti pris que je ne lui reproche absolument pas, mais dont il faut avoir conscience avant de commencer le livre afin d’éviter les déceptions. Ceci étant dit, un dynamisme poussé à l’extrême n’est pas sans inconvénients, bien qu’il soit ici habilement maîtrisé. En vérité, j’ai parfois éprouvé des difficultés à suivre le fil de l’histoire. Pas l’action en elle-même, rassurez-vous, plutôt les machinations d’envergure qui mettent le personnage principal dans des situations délicates. D’ailleurs, à plusieurs reprises, ce dernier parvient à des conclusions que je n’ai compris qu’à moitié. Ma fatigue y est sûrement pour quelque chose, mais je pense malgré tout que le livre souffre d’un manque d’explications par moments. --- « Ne croyez pas tout ce... --- Un dynamisme à double tranchant ? --- Replis est un roman court qui ne souffre d’aucune longueur. Chaque page est utile, que ce soit pour creuser la personnalité du héros, présenter l’univers post-apocalyptique ou faire avancer l’intrigue. Certes, Emmanuel Quentin aurait pu rajouter des chapitres, tant il y a matière à développer. Néanmoins, il n’était pas dans son intention d’exposer plus en détail les effets du réchauffement climatique, ni même de dispenser un cours sur l’Assimilation, aussi intéressant soit ce concept. Bref, c’est un parti pris que je ne lui reproche absolument pas, mais dont il faut avoir conscience avant de commencer le livre afin d’éviter les déceptions. Ceci étant dit, un dynamisme poussé à l’extrême n’est pas sans inconvénients, bien qu’il soit ici habilement maîtrisé. En vérité, j’ai parfois éprouvé des difficultés à suivre le fil de l’histoire. Pas l’action en elle-même, rassurez-vous, plutôt les machinations d’envergure qui mettent le personnage principal dans des situations délicates. D’ailleurs, à plusieurs reprises, ce dernier parvient à des conclusions que je n’ai compris qu’à moitié. Ma fatigue y est sûrement pour quelque chose, mais je pense malgré tout que le livre souffre d’un manque d’explications par moments. --- « Ne croyez pas tout ce que l’on vous raconte » --- Voilà qui résume bien Replis. En effet, tous les protagonistes sont capables de tromperies et de manipulations pour atteindre leur but. Il n’y a aucune règle, aucune limite. Le héros lui-même ne ressent nulle culpabilité (ou presque) lorsqu’il agit de façon à servir ses intérêts. De plus, le récit étant écrit à la première personne, il est le seul point de repère du lecteur. Je pensais donc pouvoir me fier à lui, à tort ! Soyez donc certain d’une chose lorsque vous débuterez ce one-shot : tout le monde triche. Mais en quelles circonstances ? C’est là tout l’enjeu de cette intrigue bien ficelée ! Outre les rebondissements liés aux cachotteries de tout un chacun, Emmanuel Quentin n’hésite pas à nous surprendre par des ellipses temporelles inattendues. La première fois que j’y ai été confrontée, j’ai cru qu’il se contentait de régler l’affaire en quelques lignes, ce qui était ô combien frustrant. Mais non ! Je ne l’ai compris que bien plus tard et, comme d’habitude, j’ai adoré me faire berner ! --- Un récit dystopique avant toute chose --- Replis, c’est un récit dystopique qui se déroule dans un monde post-apocalyptique. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, l’écrivain ne fait qu’effleurer les bouleversements climatiques et le contrôle des populations par l’État. Certes, il apporte quelques réponses, mais rien de bien développé. Vous le savez, l’histoire est davantage centrée sur l’action. Mais, mais, mais… Emmanuel Quentin a glissé divers documents officiels entre les chapitres, nous dévoilant ainsi quelques rouages de la manipulation de masse par les médias. Encore une fois, pas de fioritures, ni de détails inutiles, à l’image de la plume qui se veut très incisive. Daniel Sagnes, fruit de la cruauté humaine ? Désabusé, détestable même, ce héros – anti-héros devrais-je dire – ne nourrit plus aucun espoir quant au devenir de l’humanité. Sa seule préoccupation est de vivre de manière confortable les quelques années ou décennies qui lui restent. Voilà un objectif difficilement atteignable dans un monde en ruine ! J’ai apprécié son franc-parler et son cynisme, peut-être un peu moins son langage cru et ses réflexions gratuites. Autant d’éléments, toutefois, qui le rendent humain et donc crédible à mes yeux. Ainsi, si j’ai eu un peu de mal à accepter son égoïsme et sa lâcheté exacerbés par des conditions difficiles, je lui ai volontiers pardonné ses défauts, car il a su porter l’histoire jusqu’à son terme. Et quel terme ! Je ne suis pas près de l’oublier…
    Lire la suite
    En lire moins
  • SChaptal Posté le 16 Juillet 2021
    « Abandonne tout espoir toi qui entre ici… » Cette phrase qui selon Dante Alighieri dans sa Divine Comédie est inscrite au fronton de l’Enfer pourrait parfaitement convenir à Replis, le roman d’Emmanuel Quentin. Mélangeant cyberpunk et post-apocalyptique climatique (plus si éloigné que ça), ce livre est d’un rare pessimisme, rehaussé par le fait qu’aucun des personnages n’est particulièrement sympathique. À commencer par Daniel, le narrateur lâche, égoïste, violent et tout sauf fiable. Exerçant la profession de « monteur menteur », il modifie vidéos et fichiers numériques suivant le bon vouloir du gouvernement français, ou plutôt des 1 % qui contrôlent ce dernier en coulisse. Dans un monde dévasté par les catastrophes climatiques, et où la majorité des terres sont empoisonnées, les pays se sont repliés sur leurs frontières. Et à l’intérieur des pays, les villes elles-mêmes vivent à l’abri coupée de leurs banlieues et des laissés-pour-compte qui s’y accrochent à la vie. Chacun survit comme il peut, prêt à tout pour une bouffée d’air frais. Et les parents cannibalisent leurs propres enfants grâce à l’Assimilation, une procédure permettant de transférer sa conscience et ses souvenirs dans le corps de ses descendants. Quand Daniel se voit convoquer pour une Assimilation... « Abandonne tout espoir toi qui entre ici… » Cette phrase qui selon Dante Alighieri dans sa Divine Comédie est inscrite au fronton de l’Enfer pourrait parfaitement convenir à Replis, le roman d’Emmanuel Quentin. Mélangeant cyberpunk et post-apocalyptique climatique (plus si éloigné que ça), ce livre est d’un rare pessimisme, rehaussé par le fait qu’aucun des personnages n’est particulièrement sympathique. À commencer par Daniel, le narrateur lâche, égoïste, violent et tout sauf fiable. Exerçant la profession de « monteur menteur », il modifie vidéos et fichiers numériques suivant le bon vouloir du gouvernement français, ou plutôt des 1 % qui contrôlent ce dernier en coulisse. Dans un monde dévasté par les catastrophes climatiques, et où la majorité des terres sont empoisonnées, les pays se sont repliés sur leurs frontières. Et à l’intérieur des pays, les villes elles-mêmes vivent à l’abri coupée de leurs banlieues et des laissés-pour-compte qui s’y accrochent à la vie. Chacun survit comme il peut, prêt à tout pour une bouffée d’air frais. Et les parents cannibalisent leurs propres enfants grâce à l’Assimilation, une procédure permettant de transférer sa conscience et ses souvenirs dans le corps de ses descendants. Quand Daniel se voit convoquer pour une Assimilation avec son géniteur qu’il déteste, il va fuir et découvrir peu à peu une réalité encore moins reluisante que celle qu’il modifiait à longueur de journée. Se lisant très vite, et monté comme un polar français des années 80, Replis est une lecture intéressante, mais pas franchement agréable. Le miroir qu’elle nous tend sur notre époque est crasseux au possible, tant dans l’environnement que dans la façon dont les masses (et Daniel aussi) sont manipulées. De couche en couche, le complot semble ne plus finir jusqu’à ce que l’explication finale devienne tellement grosse qu’elle passe difficilement. Et que l’espoir d’une autre planète pour accueillir la vie (même des 1 % privilégiés) semble dérisoire. Pour autant, le roman est une excellente lecture. Daniel est à la fois au cœur du système corrompu, sait qu’il est manipulable et manipulé et pourtant il se fait avoir comme un bleu et n’a pas mesuré l’ampleur des mensonges qui l’entourent. Si vous avez envie d’un polar bien noir aux accents cyberpunk cet été, c’est le livre qu’il vous faut.
    Lire la suite
    En lire moins
  • LesrecetteslitterairesdeMylene Posté le 5 Juillet 2021
    Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd'hui avec Alfred nous vous proposons de découvrir un thriller dystopique, REPLIS,  écrit Emmanuel Quentin paru aux Éditions Pocket Imaginaire. Au menu, l'auteur vous propose une société future par forcément idyllique. La terre est gangrenée par la pollution de l'air et des sols. À votre disposition l'hyper contrôle des populations, en passant par des médias corrompus. Vous est également proposé le processus de l'Assimilation, afin de conserver la conscience de vos parents. Alfred deuxième roman d'Emmanuel Quentin, mais première découverte nous concernant. L'auteur nous propose clairement une dystopie très noire, très sombre, et très rythmée. C'est un roman plutôt court mais haletant avec un rythme effréné qui nous plonge dans une course contre la montre enrobée de mensonges. Pour nous guider à travers ce monde en ruine, Dan personnage et narrateur du roman nous entraîne à travers ses pensées et nous conte sa propre histoire.  L'écriture est cynique, franche et tranchée, à l'image de Dan.  Je suis sentie brinquebaler au cours de ma lecture, les événements s'enchaînant à vitesse grand V. J'ai été parfois prise de court, surprise, en colère et j'ai aussi ri. Bref une énorme palette d'émotions.  En conclusion REPLIS est un roman rythmé, qui ravira les amateurs de dystopie. Le mot de la fin, pour... Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd'hui avec Alfred nous vous proposons de découvrir un thriller dystopique, REPLIS,  écrit Emmanuel Quentin paru aux Éditions Pocket Imaginaire. Au menu, l'auteur vous propose une société future par forcément idyllique. La terre est gangrenée par la pollution de l'air et des sols. À votre disposition l'hyper contrôle des populations, en passant par des médias corrompus. Vous est également proposé le processus de l'Assimilation, afin de conserver la conscience de vos parents. Alfred deuxième roman d'Emmanuel Quentin, mais première découverte nous concernant. L'auteur nous propose clairement une dystopie très noire, très sombre, et très rythmée. C'est un roman plutôt court mais haletant avec un rythme effréné qui nous plonge dans une course contre la montre enrobée de mensonges. Pour nous guider à travers ce monde en ruine, Dan personnage et narrateur du roman nous entraîne à travers ses pensées et nous conte sa propre histoire.  L'écriture est cynique, franche et tranchée, à l'image de Dan.  Je suis sentie brinquebaler au cours de ma lecture, les événements s'enchaînant à vitesse grand V. J'ai été parfois prise de court, surprise, en colère et j'ai aussi ri. Bref une énorme palette d'émotions.  En conclusion REPLIS est un roman rythmé, qui ravira les amateurs de dystopie. Le mot de la fin, pour changer que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! Et n'hésitez pas à venir nous dire si vous avez lu ce roman ou si vous aimeriez le lire.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.