RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Retour à Duncan's creek

            10/18
            EAN : 9782264073471
            Code sériel : 5397
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 408
            Format : 108 x 177 mm
            Retour à Duncan's creek

            Collection : Domaine Policier
            Date de parution : 18/04/2019
            Rappelé à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où il a grandi, Jake va retrouver ses amis d’enfance, et renouer le pacte qui les liait. A la vie, à la mort.
            Après un appel de Sam Baldwin, son amie d'enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi.
            C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis...
            Après un appel de Sam Baldwin, son amie d'enfance, Jake Dickinson se voit contraint de retourner à Duncan’s Creek, le petit village de l’Utah où ils ont grandi.
            C’est là que vit Ben McCombs, leur vieux copain qu’ils n’ont pas revu depuis plus de vingt ans. Les trois adolescents, alors unis par une amitié indéfectible, se sont séparés dans des circonstances dramatiques au début des années quatre-vingt-dix.
            Depuis, ils ont enterré le passé et tenté de se reconstruire. Mais de Los Angeles aux montagnes de l’Utah, à travers les étendues brûlantes de l’Ouest américain, leurs retrouvailles risquent de faire basculer l’équilibre fragile de leurs vies.
            Ce voyage fera ressurgir les haines et les unions sacrées, et les amènera à jeter une lumière nouvelle sur le terrible secret qui les lie. Ils n’auront alors plus d’autre choix que de déterrer les vieux cadavres, quitte à renouer avec la part d’ombre qui les habite… et à se confronter à leurs propres démons.
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264073471
            Code sériel : 5397
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 408
            Format : 108 x 177 mm

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LauBlue Posté le 2 Septembre 2019
              A la demande de Sam, son amie d’enfance qui souhaite retourner à Ducan’s Creek Jake prend la route avec elle. De la Californie à l’Utah, en passant par l’Arizona et le Nevada, se déroule alors un road-trip empreint de souvenirs. Nicolas Zeimet alterne entre passé et présent avec un sens de la mesure assez prégnant, distillant avec sensibilité les souffrances et la pesanteur d’un drame qui remonte à la surface au fil des kilomètres avalés. On embarque rapidement dans ce périple comme un passager discret s’immergeant sans mal dans l’ambiance et les décors de l’ouest américain. L’auteur réussit à donner à ses personnages une présence forte, notamment avec Jack, personnage central aux regrets mâtinés de maturité. Les souvenirs sont âpres, l’empreinte indélébile et l’existence passablement fragile et tragique. Le drame, sordide. Nicolas Zeimet n’a rien à envier aux écrivains américains. D’une écriture fluide et maîtrisée, il brosse des paysages, campe des personnages, décrit une ambiance et mène son récit avec habilité. Retour à Duncan’s Creek est digne des polars noirs du genre.
            • sojalove Posté le 10 Juin 2019
              J'aime l'ambiance road-trip et nostalgie sous le soleil de l'ouest des Etats-Unis. J'aime le narrateur, sa sensibilité, son regard, son caractère. J'aime aussi les bases de l'intrigue : trois amis d'enfance qui subissent un drame et qui, plusieurs dizaines d'années plus tard, se retrouvent dans leur ville natale, par la force des choses, avec ce qui implique d'émotion, de secrets, de ressentiments, de changements. L'écriture nous enveloppe, donne vie au décors et aux événements. Les allers et retours entre présent et passé sont bien rythmés, bien ordonnés, maintiennent parfaitement le suspens et l'envie d'en savoir plus - sans jamais perdre le lecteur ! 'Retour à Duncan's Creek' est une lecture qui laisse une marque davantage sur les sens que sur l'esprit - pour ma part, en tout cas. C'est un roman noir mais cotonneux, entre la sécheresse et les larmes, la douceur de l'enfance et l’apprêté de l'âge adulte, les regrets et les espoirs. Il y a, dans ce roman, un réalisme bouleversant, un réalisme si intense qu'il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup d'imagination pour vivre chaque mot. Je n'ai pas lu 'Seuls les vautours' (le livre qui précède), ce qui n'a pas gêné ma lecture... mais je vais quand même rectifier le tir... J'aime l'ambiance road-trip et nostalgie sous le soleil de l'ouest des Etats-Unis. J'aime le narrateur, sa sensibilité, son regard, son caractère. J'aime aussi les bases de l'intrigue : trois amis d'enfance qui subissent un drame et qui, plusieurs dizaines d'années plus tard, se retrouvent dans leur ville natale, par la force des choses, avec ce qui implique d'émotion, de secrets, de ressentiments, de changements. L'écriture nous enveloppe, donne vie au décors et aux événements. Les allers et retours entre présent et passé sont bien rythmés, bien ordonnés, maintiennent parfaitement le suspens et l'envie d'en savoir plus - sans jamais perdre le lecteur ! 'Retour à Duncan's Creek' est une lecture qui laisse une marque davantage sur les sens que sur l'esprit - pour ma part, en tout cas. C'est un roman noir mais cotonneux, entre la sécheresse et les larmes, la douceur de l'enfance et l’apprêté de l'âge adulte, les regrets et les espoirs. Il y a, dans ce roman, un réalisme bouleversant, un réalisme si intense qu'il n'est pas nécessaire d'avoir beaucoup d'imagination pour vivre chaque mot. Je n'ai pas lu 'Seuls les vautours' (le livre qui précède), ce qui n'a pas gêné ma lecture... mais je vais quand même rectifier le tir au plus vite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cecile13 Posté le 14 Décembre 2018
              J'ai adoré ce roman, tout comme j'avais adoré " seuls les vautours". J'ai retrouvé avec plaisir Jack, Sam et Ben, qui sont maintenant adultes. Les chapitres alternent hier et aujourd'hui jusqu'à l'évocation du Drame, qui bouleversera à jamais leur vie. Au cours de la lecture, on n'imagine pas que Nicolas Zeimet est français. Il décrit avec tellement de talent les paysages de la Californie et de l'Utah, que j'ai eu l'impression d'être dans la voiture avec Jack, cheveux au vent. C'est à regret et avec tristesse que je quitte Jack, Sam et Ben.
            • StefEleane Posté le 1 Août 2018
              J’ai enfin sorti ce roman de mon immense PAL pour mon plus grand plaisir et j’espère le votre si vous me lisez en me faites confiance 🙂 Retour à Duncan’s Creek est la digne suite de Seuls les vautours. Alors il est vrai que pour apprécier pleinement ce roman, je vous conseille de lire le premier. Bien que celui-ci soit une histoire à part entière, vous aurez tout de même connaissance d’un passif intense, d’ un lien fort et dramatique qui lie les personnages de cette histoire. Sam, Jake et Ben ont bien grandi. On les retrouve 20 après, tous dispersé. Deux ont fui leur ville d’enfance. Seul Ben est resté Duncan’s Creek, cette petite ville de l’Utah. On ne peut pas dire, qu’ils soient restés amis, mais à la première difficulté Jake est présent. D’ailleurs, c’est bien ça notre histoire ! Jake raccompagne Sam à Duncan’s Creek. Il n’est plus temps de fuir le passé. Il est temps de l’affronter ! Le destin n’est rien d’autre que la part de bonheur ou de malheur, le lot de fortune ou d’infortune, qui échoit à chacun à la naissance, et la vie distribue ses cartes au hasard. Nicolas Zeimet, c’est une jolie plume. Avec des... J’ai enfin sorti ce roman de mon immense PAL pour mon plus grand plaisir et j’espère le votre si vous me lisez en me faites confiance 🙂 Retour à Duncan’s Creek est la digne suite de Seuls les vautours. Alors il est vrai que pour apprécier pleinement ce roman, je vous conseille de lire le premier. Bien que celui-ci soit une histoire à part entière, vous aurez tout de même connaissance d’un passif intense, d’ un lien fort et dramatique qui lie les personnages de cette histoire. Sam, Jake et Ben ont bien grandi. On les retrouve 20 après, tous dispersé. Deux ont fui leur ville d’enfance. Seul Ben est resté Duncan’s Creek, cette petite ville de l’Utah. On ne peut pas dire, qu’ils soient restés amis, mais à la première difficulté Jake est présent. D’ailleurs, c’est bien ça notre histoire ! Jake raccompagne Sam à Duncan’s Creek. Il n’est plus temps de fuir le passé. Il est temps de l’affronter ! Le destin n’est rien d’autre que la part de bonheur ou de malheur, le lot de fortune ou d’infortune, qui échoit à chacun à la naissance, et la vie distribue ses cartes au hasard. Nicolas Zeimet, c’est une jolie plume. Avec des phrases pleines de sens et une profondeur qui vous atteint en plein cœur. C’est aussi des romans où il prend son temps. Pour nous présenter ses personnages, poser son histoire, semer le doute. Il vous berce, vous émeut, vous raconte un drame et des atrocités simplement. Pudiquement. C’est une immersion qu’il nous offre. Le roman est scindé en deux parties qui s’alterne à chaque chapitre. Une sorte de road trip funèbre et un drame passé il y a vingt ans. On défile à travers les différents états américains. La force de cet auteur est son pouvoir de nous planter un décor digne des grands auteurs américains. D’ailleurs l’ambiance pourrait rejoindre le roman Nulle part sur la terre de Michael Farris Smith (auteur américain . Mississippi ). Tant que j’y suis, je vous conseille également de lire son précédent roman, Comme une ombre dans la ville. Une autre histoire, une autre ambiance, mais un roman étonnant pour son mélange des genres.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Crossroads Posté le 11 Juin 2018
              Ce second Zeimet séduit de par son ambiance adolescente à la Ça du grand King. Ce second Zeimet déçoit de par la prévisibilité de son dénouement. Jake trace sa route, direction Duncan's Creek. Chemin faisant, il se souvient de sa jeunesse passée aux côtés de l'intrépide Samantha, surnommée Sam , mais que d'audace, et du placide Ben. Des jours heureux débouchant sur un cataclysme sans nom. Jake est de retour au pays afin de clore un chapitre douloureux au sale goût d'inachevé. Beau et terriblement cruel, ce trajet est l'occasion de se souvenir d'un passé plutôt enjoué tout en nourrissant une caravane de regret et d'amertume. L'adolescence perturbée y est formidablement campée et n'est pas sans rappeler illico celle déjà évoquée par un King alors au sommet. Amitié puérile, premiers émois inavoués, une légèreté régulièrement contrariée par un odieux secret familial à l'origine d'un drame en devenir. Nicolas Zeimet possède un sens du timing évident. Alternant avec un égal bonheur passé et présent, il convie les fantômes d'antan pour torcher une intrigue sordide au déroulé implacable. S'attachant aux racines du mal pour faire toute la lumière sur cet obscène fait divers, Zeimet décrit admirablement les abîmes d'incompréhension et de désolation promis à un Jake alors contraint de tout remettre en perspective, y... Ce second Zeimet séduit de par son ambiance adolescente à la Ça du grand King. Ce second Zeimet déçoit de par la prévisibilité de son dénouement. Jake trace sa route, direction Duncan's Creek. Chemin faisant, il se souvient de sa jeunesse passée aux côtés de l'intrépide Samantha, surnommée Sam , mais que d'audace, et du placide Ben. Des jours heureux débouchant sur un cataclysme sans nom. Jake est de retour au pays afin de clore un chapitre douloureux au sale goût d'inachevé. Beau et terriblement cruel, ce trajet est l'occasion de se souvenir d'un passé plutôt enjoué tout en nourrissant une caravane de regret et d'amertume. L'adolescence perturbée y est formidablement campée et n'est pas sans rappeler illico celle déjà évoquée par un King alors au sommet. Amitié puérile, premiers émois inavoués, une légèreté régulièrement contrariée par un odieux secret familial à l'origine d'un drame en devenir. Nicolas Zeimet possède un sens du timing évident. Alternant avec un égal bonheur passé et présent, il convie les fantômes d'antan pour torcher une intrigue sordide au déroulé implacable. S'attachant aux racines du mal pour faire toute la lumière sur cet obscène fait divers, Zeimet décrit admirablement les abîmes d'incompréhension et de désolation promis à un Jake alors contraint de tout remettre en perspective, y compris ses convictions les plus enracinées. Si le récit électrise, il pêche cependant par son final parfaitement conjecturable. La route fut belle et triste, la destination attendue, la conclusion sans surprise.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…