Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262024833
Code sériel : 134
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm

Richelieu

Collection : Tempus
Date de parution : 01/06/2006

Sans rien cacher des côtés inquiétants du personnage, un portrait qui dissipe tous les partis pris. Le Cardinal fut un singulier homme d'Eglise et l'un des plus grands hommes d'Etat que la France ait connu. Un classique de la biographie.

Sans rien cacher des côtés inquiétants du personnage, Philippe Erlanger brosse de Richelieu un superbe portrait qui finit par dissiper tous les partis pris : le Cardinal fut un singulier homme d'Eglise mais sans doute le plus grand homme d'Etat que la France ait jamais connu. Un classique de la...

Sans rien cacher des côtés inquiétants du personnage, Philippe Erlanger brosse de Richelieu un superbe portrait qui finit par dissiper tous les partis pris : le Cardinal fut un singulier homme d'Eglise mais sans doute le plus grand homme d'Etat que la France ait jamais connu. Un classique de la biographie.

 Philippe Erlanger a publié plusieurs biographies célèbres chez Perrin (Henri VIII, Cinq Mars, le duc de Buckingham…), et Charles Quint dans la collection Tempus.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262024833
Code sériel : 134
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 864
Format : 108 x 177 mm
Perrin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • melodbellaisa Posté le 7 Mars 2020
    Lorsque, le 9 septembre 1585, naquit à Paris Armand Jean du Plessis, futur cardinal de Richelieu, la France paraissait vouée au chaos et à l'anarchie. Catherine de Médicis, chaque soir, scrutait anxieusement le ciel, entourée de ses astrologues, dans l'attente d'un présage de salut. Pressentiment? Coïncidence? Quoiqu'il en soit c'est au plus noir de cette année sombre qu'allait naître l'artisan de l'hégémonie française et de l'absolutisme monarchique. Tout comme ses adversaires et ses victimes, dont une brillante tradition littéraire a fait de glorieux martyrs de la liberté, l'implacable cardinal qui a "foudroyé plutôt que gouverner les hommes" (Retz), fut d'abord un prodigieux héros de roman. Et c'est une existence d'action et de passion, où l'esprit de calcul n'exclut ni le goût du risque ni la présence permanente du danger, que nous invite à découvrir la magistrale biographie de Philippe Erlanger. Mais, évoquer l'étonnante métamorphose du jeune prélat qui, distingué aux États généraux de 1614, allait devenir, dix ans plus tard, le maître du Conseil puis bientôt du royaume, ce n'est pas simplement retracer l'histoire d'une ambition, c'est aussi faire revivre la naissance, l'affirmation et la défense obstinée d'une grande idée, celle de l'unité nationale.
  • mercutio Posté le 29 Janvier 2017
    Philippe Erlanger narre la stupéfiante ascension d'Armand du Plessis, son emprise sur le royaume de Louis XIII, l'Europe et jusqu'à la Papauté, dans un ordre chronologique peu enrichissant et avec un souci du détail qui prend le risque d'épuiser le lecteur non adepte du genre people. Il n'omet pourtant pas les prises de recul ponctuelles, aptes à montrer les mouvements de fond vers la monarchie (absolue en France, parlementaire en Angleterre) et l’État nation conquérant avec son corolaire, le sacrifice du bien-être des populations. L'histoire de France enseignée a bien transmis la réalité dictatoriale attachée à Richelieu; un peu moins, me semble-t-il -ou alors j'ai oublié- son caractère révolutionnaire au sens de la remise en cause sans concession des ordres établis -les Grands, les religions, l'hégémonie du Saint-Empire romain- mais aussi de l'introduction de nouveaux paradigmes comme l'impérieuse nécessité du développement économique ou encore la maîtrise maritime et les entreprises outremer. Le personnage minutieusement décrit est incroyablement attachant-révoltant: loque physique, esprit d'exception, caractère visionnaire et pragmatique, ange et démon surtout démon. Par défaut de modestie ou parce que ce n'était pas encore un must dans les années 1970, l'auteur nous prive d'une bibliographie organisée sans pourtant nous épargner de nombreuses et quelquefois trop... Philippe Erlanger narre la stupéfiante ascension d'Armand du Plessis, son emprise sur le royaume de Louis XIII, l'Europe et jusqu'à la Papauté, dans un ordre chronologique peu enrichissant et avec un souci du détail qui prend le risque d'épuiser le lecteur non adepte du genre people. Il n'omet pourtant pas les prises de recul ponctuelles, aptes à montrer les mouvements de fond vers la monarchie (absolue en France, parlementaire en Angleterre) et l’État nation conquérant avec son corolaire, le sacrifice du bien-être des populations. L'histoire de France enseignée a bien transmis la réalité dictatoriale attachée à Richelieu; un peu moins, me semble-t-il -ou alors j'ai oublié- son caractère révolutionnaire au sens de la remise en cause sans concession des ordres établis -les Grands, les religions, l'hégémonie du Saint-Empire romain- mais aussi de l'introduction de nouveaux paradigmes comme l'impérieuse nécessité du développement économique ou encore la maîtrise maritime et les entreprises outremer. Le personnage minutieusement décrit est incroyablement attachant-révoltant: loque physique, esprit d'exception, caractère visionnaire et pragmatique, ange et démon surtout démon. Par défaut de modestie ou parce que ce n'était pas encore un must dans les années 1970, l'auteur nous prive d'une bibliographie organisée sans pourtant nous épargner de nombreuses et quelquefois trop longues citations au fil du texte. Dans l'ensemble, aurait pu mieux faire mais ne parvient pas à gâcher l'immensité de son sujet.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…