Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266317054
Code sériel : 12176
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Rupture de contrat

Martine LECONTE (Traducteur)
Date de parution : 15/10/2020
EAN : 9782266317054
Code sériel : 12176
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • aurelievdm Posté le 14 Juillet 2021
    Le premier roman de la série Myron Bolitar et j ai hâte de lire les suivants. Ce n est pas.mon premier Coben et je trouve qu on est jamais déçu. Des intrigues, des retournements de situation,....un pure bonheur ce thriller. Et que dire du duo Myron-Win, un duo de choc complément déjanté. Harlan Coben est pour moi le roi du thriller. Je vous le recommande chaudement
  • aurelievdm Posté le 14 Juillet 2021
    Le premier roman de la série Myron Bolitar et j ai hâte de lire les suivants. Ce n est pas.mon premier Coben et je trouve qu on est jamais déçu. Des intrigues, des retournements de situation,....un pure bonheur ce thriller. Et que dire du duo Myron-Win, un duo de choc complément déjanté. Harlan Coben est pour moi le roi du thriller. Je vous le recommande chaudement
  • Kassuatheth Posté le 21 Juin 2021
    C’est une drôle d’expérience de lire le premier roman d’une série de 10 lorsque vous avez lu presque tous les titres qui ont suivi. C’est comme assister à la naissance d’un personnage que vous avez vu mourir dans un roman qui suit. Après la lecture de ce roman, j’ai compris pourquoi les lecteurs ont été encouragés à lire les autres. Le premier roman d’une série est soit un flop, soit une petite merveille parce que l’auteur y a mis a tout ce qu’il pouvait. Harlan Coben a un humour assez spécial, il nous fait des comparaisons inimaginable et il en fait énormément. J’ai eu l’impression qu’il avait à son service une équipe de… Oups, j’ai failli écrire le mot proscrit de notre vocabulaire, vous savez ce mot en « N » qui fait de vous un paria de la société et qui vous gratifie d’un courrier phénoménal de méchancetés. Alors tous ces « N » ont produit un nombre assez considérable de cette catégorie d’humour. J’en ai d’ailleurs mis plusieurs en citation. J’ai aussi constaté que ses deux principaux personnages, tout en étant très colorés, sont beaucoup plus nuancés dans les romans suivants. Bien entendu, jusqu’à la fin du roman, vous vous... C’est une drôle d’expérience de lire le premier roman d’une série de 10 lorsque vous avez lu presque tous les titres qui ont suivi. C’est comme assister à la naissance d’un personnage que vous avez vu mourir dans un roman qui suit. Après la lecture de ce roman, j’ai compris pourquoi les lecteurs ont été encouragés à lire les autres. Le premier roman d’une série est soit un flop, soit une petite merveille parce que l’auteur y a mis a tout ce qu’il pouvait. Harlan Coben a un humour assez spécial, il nous fait des comparaisons inimaginable et il en fait énormément. J’ai eu l’impression qu’il avait à son service une équipe de… Oups, j’ai failli écrire le mot proscrit de notre vocabulaire, vous savez ce mot en « N » qui fait de vous un paria de la société et qui vous gratifie d’un courrier phénoménal de méchancetés. Alors tous ces « N » ont produit un nombre assez considérable de cette catégorie d’humour. J’en ai d’ailleurs mis plusieurs en citation. J’ai aussi constaté que ses deux principaux personnages, tout en étant très colorés, sont beaucoup plus nuancés dans les romans suivants. Bien entendu, jusqu’à la fin du roman, vous vous demandez où est ce qu’il nous conduit. Et, au dernier chapitre il fait le lien avec tous les indices qu’il a semé tout au long de l’enquête. Pour les lecteurs paresseux et pressés, vous n’avez qu’à lire le dernier chapitre pour avoir toute l’histoire. Assez curieusement, ce dernier chapitre a un air de déjà vu dans les aventures d’Hercule Poireau. Pour ceux qui aiment les polars et qui ne connaissent pas cet auteur. Je vous le recommande, vous ne le regretterai pas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kassuatheth Posté le 21 Juin 2021
    C’est une drôle d’expérience de lire le premier roman d’une série de 10 lorsque vous avez lu presque tous les titres qui ont suivi. C’est comme assister à la naissance d’un personnage que vous avez vu mourir dans un roman qui suit. Après la lecture de ce roman, j’ai compris pourquoi les lecteurs ont été encouragés à lire les autres. Le premier roman d’une série est soit un flop, soit une petite merveille parce que l’auteur y a mis a tout ce qu’il pouvait. Harlan Coben a un humour assez spécial, il nous fait des comparaisons inimaginable et il en fait énormément. J’ai eu l’impression qu’il avait à son service une équipe de… Oups, j’ai failli écrire le mot proscrit de notre vocabulaire, vous savez ce mot en « N » qui fait de vous un paria de la société et qui vous gratifie d’un courrier phénoménal de méchancetés. Alors tous ces « N » ont produit un nombre assez considérable de cette catégorie d’humour. J’en ai d’ailleurs mis plusieurs en citation. J’ai aussi constaté que ses deux principaux personnages, tout en étant très colorés, sont beaucoup plus nuancés dans les romans suivants. Bien entendu, jusqu’à la fin du roman, vous vous... C’est une drôle d’expérience de lire le premier roman d’une série de 10 lorsque vous avez lu presque tous les titres qui ont suivi. C’est comme assister à la naissance d’un personnage que vous avez vu mourir dans un roman qui suit. Après la lecture de ce roman, j’ai compris pourquoi les lecteurs ont été encouragés à lire les autres. Le premier roman d’une série est soit un flop, soit une petite merveille parce que l’auteur y a mis a tout ce qu’il pouvait. Harlan Coben a un humour assez spécial, il nous fait des comparaisons inimaginable et il en fait énormément. J’ai eu l’impression qu’il avait à son service une équipe de… Oups, j’ai failli écrire le mot proscrit de notre vocabulaire, vous savez ce mot en « N » qui fait de vous un paria de la société et qui vous gratifie d’un courrier phénoménal de méchancetés. Alors tous ces « N » ont produit un nombre assez considérable de cette catégorie d’humour. J’en ai d’ailleurs mis plusieurs en citation. J’ai aussi constaté que ses deux principaux personnages, tout en étant très colorés, sont beaucoup plus nuancés dans les romans suivants. Bien entendu, jusqu’à la fin du roman, vous vous demandez où est ce qu’il nous conduit. Et, au dernier chapitre il fait le lien avec tous les indices qu’il a semé tout au long de l’enquête. Pour les lecteurs paresseux et pressés, vous n’avez qu’à lire le dernier chapitre pour avoir toute l’histoire. Assez curieusement, ce dernier chapitre a un air de déjà vu dans les aventures d’Hercule Poireau. Pour ceux qui aiment les polars et qui ne connaissent pas cet auteur. Je vous le recommande, vous ne le regretterai pas.
    Lire la suite
    En lire moins
  • cecbooks Posté le 21 Avril 2021
    Myron Bolitar a tout de l'antiheros qu'on aime détester ! Il est direct, cash, vulgaire et parfois beauf à souhait😅 Accompagné de ses acolytes Win, fils de, premier de la classe, riche à souhait et prodige des arts martiaux et Esperanza, assistante hors pair ancienne championne de lutte, Myron se lance corps et âme pour résoudre des enquêtes improbable ! Et pour vous dire, celle dans "Rupture de contrat" est vraiment improbable... Je n'ai pas du tout vu le reveal arriver, et j'ai adoré ma lecture !
Vos nuits sont hantées par les romans d'Harlan Coben ?
Vos mains tremblent à chacune de leurs pages et vous trépignez d'impatience à chaque nouvelle parution ?