En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        San-Antonio chez les Mac

        Pocket
        EAN : 9782266250221
        Code sériel : 47
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        San-Antonio chez les Mac

        Date de parution : 24/04/2014

        Les coups de fil du Vieux, c’est avant tout une question de timing… Interrompu en pleine discussion existentielle avec une jolie poupée, San-Antonio sait où se trouve son devoir. Ordre du patron. Il y a là-bas, chez un éditeur de Neuilly, un cocktail huppé qui a mal tourné : le Tout-Paris...

        Les coups de fil du Vieux, c’est avant tout une question de timing… Interrompu en pleine discussion existentielle avec une jolie poupée, San-Antonio sait où se trouve son devoir. Ordre du patron. Il y a là-bas, chez un éditeur de Neuilly, un cocktail huppé qui a mal tourné : le Tout-Paris se tord de douleur. Diagnostic : intoxication à l’héroïne… D’autant plus stupéfiant que le coupable est une bouteille de scotch. Ni une ni deux, direction Glasgow, au pays des lochs et des ducs, des castles gothiques, des Ecossaises à écosser et des barriques de whisky où baignent des cadavres…

        SAN-ANTONIO ANNÉES 60

        Texte original
        @Titre disponible au format numérique

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266250221
        Code sériel : 47
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 256
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ntchoubis Posté le 22 Juin 2017
          I. San-A est en vacances, avec une gonzesse, prêt à examiner profondément une des questions primordiales de la physique quantique… Brusquement, un coup de téléphone l’arrache de ses pensées frivoles. Le devoir a ses exigences et le commissaire raccroche pour entendre la voix du Vieux à l’autre bout du fil. — Je vous ai appelé à tout hasard, bien que vous sachant en vacances, mon cher San-Antonio, car il vient de se produire quelque chose de très exceptionnel chez un de mes amis, M. Petit-Littré, l’éditeur bien connu. Figurez-vous qu’il donnait une soirée en son hôtel de Neuilly lorsque brusquement, les deux tiers de ses invités se sont trouvés incommodés. San-A suit strictement le conseil chanté par Renaud: «toujours la banane, toujours debout». Il se rend sur place et découvre un vrai désastre: Guillemet « Une vingtaine de personnes en tenue de soirée gisent sur les canapés ou sur les tapis. Elles remuent faiblement en poussant des vagissements ou des rires fluets. Elles ne paraissent pas souffrir, mais elles sont inconscientes… » L’enquête express du commissaire révèle que les défoncés (involontaires) «ont absorbé une forte quantité de stupéfiant». Ce sont les bouteilles de whisky «Mac Herrel», une marque pas très connue, mais, «in use for... I. San-A est en vacances, avec une gonzesse, prêt à examiner profondément une des questions primordiales de la physique quantique… Brusquement, un coup de téléphone l’arrache de ses pensées frivoles. Le devoir a ses exigences et le commissaire raccroche pour entendre la voix du Vieux à l’autre bout du fil. — Je vous ai appelé à tout hasard, bien que vous sachant en vacances, mon cher San-Antonio, car il vient de se produire quelque chose de très exceptionnel chez un de mes amis, M. Petit-Littré, l’éditeur bien connu. Figurez-vous qu’il donnait une soirée en son hôtel de Neuilly lorsque brusquement, les deux tiers de ses invités se sont trouvés incommodés. San-A suit strictement le conseil chanté par Renaud: «toujours la banane, toujours debout». Il se rend sur place et découvre un vrai désastre: Guillemet « Une vingtaine de personnes en tenue de soirée gisent sur les canapés ou sur les tapis. Elles remuent faiblement en poussant des vagissements ou des rires fluets. Elles ne paraissent pas souffrir, mais elles sont inconscientes… » L’enquête express du commissaire révèle que les défoncés (involontaires) «ont absorbé une forte quantité de stupéfiant». Ce sont les bouteilles de whisky «Mac Herrel», une marque pas très connue, mais, «in use for over 100 years», qui en contenaient. Et en une quantité terrifiante! L’homme qui a offert ce boisson douteux est mort. Ainsi, la seule piste chaude mène le commissaire San-Antonio et son loyal compagnon, l’inspecteur Bérurier, en Écosse, «à la distillerie de whisky puisque des bouteilles pourvues du capsulage d’origine contenaient de l’héroïne.» II. Ça y est, les gars! La mayonnaise a pris! Cette procédure littéraire devient de plus en plus multipliable cette année. Jugez-en par vous-même: «Du brut pour les brutes» (S.-A #039), «J’suis comme ça» (S.-A #040), «La fin des haricots» (S.-A #044). Comme vous voyez, des expériences réussies deviennent de plus en plus fréquentes. Et les traits communs, qui font leur succès sont: a) l’intégrité du contenu; b) la vivacité du récit; c) la grande liberté de plume. Et servez tout ça chaud et assaisonné avec du talent, de la persistance et de la passion de l’auteur. «San-Antonio chez les Mac», publié à la fin de l’année 1961, est une écriture savoureuse, burlesque, rythmée, avec un parfait tempo qui ne laisse pas de place aux temps morts. Et n’oublions pas d’autres ingrédients propres au style san-antonien, comme une langue truculente et gouailleuse. Le livre est bourré de digressions lyriques, d’énumérations loufoques, de calembours juteux et de lieux et personnages aux blazes marrants (p.ex.: il y a un bled en Écosse qui s’appelle «Mybackside-Istchicken», un sheriff dont le nom est Mac Heusdress, ou James Mayburn, majordome du château). Il y a aussi des renvois plaisants au bas de page, des métaphores inattendues et, bien sûr, des digressions kamasutresques. Félicie est de passage, Pinaud est à la retraite. Mais le duo San-A—Béru s’improvise avec brio. «San-Antonio chez les Mac» est un des rares volumes, où le commissaire San-Antonio est à l’aise en anglais. Admirez aussi Bérurier qui joue les larbins, fait le fantôme, chasse les monstres dans le lac et a même la chance d’être promu au grade d’inspecteur principal. III. À titre de synthèse sur ce volume. L’auteur a touché en plein dans le mille, en mêlant une verve étonnante du récit et des outrances hilarantes en pleine forme. «San-Antonio chez les Mac» se lit rapidement, tant l’histoire est passionnante. Impeccable, tout court. 2/ À NOTER : #9830; Berthe Bérurier a une sœur qui s’appelle Geneviève: «La Gravosse me désigne le catafalque: — Je vous présente ma sœur Geneviève.» #9830; Autrefois, Béru travaillait aux mœurs. («Gladys de Montrouge, une ancienne tapineuse que j’ai connue aut’fois quand c’est que j’étais aux mœurs.») #9830; Pour impressionner ses lecteurs, l’auteur met le paquet et utilise tous les moyens stylistiques qui lui tombent sous la main. Même, son nom de famille: «[…] plus industrieux qu’une abeille (d’ailleurs mon meilleur ami s’appelle Dard) j’en fabrique un avec un gros fil de fer et je me livre à la pêche au cadavre.» 4.0/5.0
          Lire la suite
          En lire moins
        • venividiosculavi Posté le 19 Septembre 2016
          Régulièrement, je relis un S-A, ça donne du peps et ça détend les nerfs. Celui-là ne fait cependant pas partie des meilleurs. Les derniers opus sont plus déjantés et ont ma préférence ...
        • lecassin Posté le 26 Août 2016
          En vacances en Dordogne avec Félicie chez tatan Rose et son garde-chasse de mari, Alphonse, San-Antonio reçoit un télégramme de Bérurier : il doit rentrer en urgence ! Félicie n'est pas dupe de la manoeuvre de son fils unique et préféré. Aussi reste-t-elle une semaine de plus auprès de sa demi-soeur… Le télégramme est un prétexte, bien entendu, qui permet à San-A. qui s'ennuie ferme en Dordogne de rentrer à la maison accompagné d'une sauterelle rencontrée dans le train. Pas de bol : le Boss bigophone. Il est minuit et demi. Un ami à lui, l'éditeur Petit-Littré a organisé une petite sauterie à son domicile et une bonne partie de ses invités semble mal en point… Un rapide déplacement sur place permet à notre célèbre commissaire de constater que les ceusses qui ont consommé du whisky Mac Grégor sont dans un état semi-comateux… Une enquête entre l'Ecosse et Nice pas très compliquée, mais efficace. San-Antonio est accompagné de Bérurier comme son ombre ; un Bérurier qui devient au fil des épisodes une pièce maîtresse de l'intrigue, par sa singularité, son côté imprévisible et son vocabulaire si personnel ; un Bérurier que Frédéric Dard nous annonce comme un incontournable, en faisant... En vacances en Dordogne avec Félicie chez tatan Rose et son garde-chasse de mari, Alphonse, San-Antonio reçoit un télégramme de Bérurier : il doit rentrer en urgence ! Félicie n'est pas dupe de la manoeuvre de son fils unique et préféré. Aussi reste-t-elle une semaine de plus auprès de sa demi-soeur… Le télégramme est un prétexte, bien entendu, qui permet à San-A. qui s'ennuie ferme en Dordogne de rentrer à la maison accompagné d'une sauterelle rencontrée dans le train. Pas de bol : le Boss bigophone. Il est minuit et demi. Un ami à lui, l'éditeur Petit-Littré a organisé une petite sauterie à son domicile et une bonne partie de ses invités semble mal en point… Un rapide déplacement sur place permet à notre célèbre commissaire de constater que les ceusses qui ont consommé du whisky Mac Grégor sont dans un état semi-comateux… Une enquête entre l'Ecosse et Nice pas très compliquée, mais efficace. San-Antonio est accompagné de Bérurier comme son ombre ; un Bérurier qui devient au fil des épisodes une pièce maîtresse de l'intrigue, par sa singularité, son côté imprévisible et son vocabulaire si personnel ; un Bérurier que Frédéric Dard nous annonce comme un incontournable, en faisant déclarer San-Antonio à son boss qui lui propose de varier ses collaborateurs : « Voyez-vous, boss, Béru n'est pas très intelligent. C'est un rustre, un soiffard, un butor, mais il a des qualités qui en font néanmoins mon plus précieux collaborateur. D'abord, il m'est attaché comme un chien ; ensuite il est bon, courageux, tenace. Et enfin, il a par instants une espèce de jugeote matoise qui équivaut à du génie. Et puis, mieux que tout encore : je l'aime bien. Je le chahute et ça me repose ... » l'avenir nous le prouvera… Alberthenri nous confie sur babélio que ce « San-Antonio chez les Mac » est un de ses préférés… Je pense que c'est un des meilleurs des sixties (on est en Ecosse) qui débutent ; en attendant la fin, de ces mêmes sixties et les années 70 où pour ma part se concentrent une bonne partie de mes préférés. Notons que dans cet épisode, Pinaud est absent, que les calembours (parfois faciles sur les noms de lieux, « Mybackside-Istchicken », ou sur les personnages comme le « shérif Mac Heusdress » et le so british « Sir Constence Haggravente » ) sont très présents, que les miss sont à croquer, que (par conséquent) le Kâma-Sûtra personnel du commissaire s'étoffe grandement, que Béru est « resplendissant »… Il me manque néanmoins ,pour un grand cru, des digressions fantaisistes, des notes farfelues en bas de page et des énumérations surréalistes… Un épisode qui contient à mon goût la meilleure réplique Béruréenne de toute la série : « James Mayburn, se présente-t-il. Je ne déteste pas non plus les miennes, rétorque Béru qui croit à une saillie ». Je sais… C'est con… mais moi ça me fait marrer… Et puis une des plus belles illustrations de couverture due à Gourdon....
          Lire la suite
          En lire moins
        • alberthenri Posté le 22 Octobre 2015
          Cela commence avec du whisky frelaté, qui intoxique des gens haut placés. Voilà donc San-Antonio, flanqué de l'inénarrable Bérurier (Alexandre Benoit, de son prénom) envoyé pour enquêter en Ecosse, dans le château ou on distille le fameux alcool... San-Antonio, si vous connaissez, je veux dire, si vous en avez lu, et pas seulement si vous en êtes resté sur des a priori généralement négatifs du genre "c'est de la sous-littérature de gare, etc.." Vous savez à quoi vous en tenir, d'accord, ça n'est pas toujours d'une finesse remarquable, ainsi dans ce roman Frédéric Dard abuse des jeux de mots avec les noms des personnages écossais, et du coup n'évite pas certaines facilités. En même temps, il ne prétendait pas non plus être un littérateur subtil, et avouez que si il n'a pas produit que des chefs-d'oeuvre , on rigole plus avec lui, qu'avec la plupart des auteurs de romans policiers, qui donnent dans le sombre, l'inquiétant, voire le déprimant . Il faut rendre à César ce qui est à Dard, il a inventé un genre (ou un sous-genre, si vous préférez): le polar burlesque. Et pour ma part, les "San-Antonio", sont un peu ma madeleine de Proust (auto-promo : voir ma critique de "faut être logique")... Cela commence avec du whisky frelaté, qui intoxique des gens haut placés. Voilà donc San-Antonio, flanqué de l'inénarrable Bérurier (Alexandre Benoit, de son prénom) envoyé pour enquêter en Ecosse, dans le château ou on distille le fameux alcool... San-Antonio, si vous connaissez, je veux dire, si vous en avez lu, et pas seulement si vous en êtes resté sur des a priori généralement négatifs du genre "c'est de la sous-littérature de gare, etc.." Vous savez à quoi vous en tenir, d'accord, ça n'est pas toujours d'une finesse remarquable, ainsi dans ce roman Frédéric Dard abuse des jeux de mots avec les noms des personnages écossais, et du coup n'évite pas certaines facilités. En même temps, il ne prétendait pas non plus être un littérateur subtil, et avouez que si il n'a pas produit que des chefs-d'oeuvre , on rigole plus avec lui, qu'avec la plupart des auteurs de romans policiers, qui donnent dans le sombre, l'inquiétant, voire le déprimant . Il faut rendre à César ce qui est à Dard, il a inventé un genre (ou un sous-genre, si vous préférez): le polar burlesque. Et pour ma part, les "San-Antonio", sont un peu ma madeleine de Proust (auto-promo : voir ma critique de "faut être logique") ils en valent bien d'autres !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Beathi Posté le 21 Septembre 2014
          47ème roman de San-Antonio publié en 1961 (dépôt légal 4ème trimestre 1961). L'histoire se déroule en grande partie en Ecosse pendant l'été ou l'automne 1961 sur une durée de 9 jours. Mission : San-Antonio et Bérurier se rendent à Mybackside-Ischicken pour démanteler un réseau de trafiquant de drogue. Cette enquête en Ecosse est très divertissante. Frédéric Dard en profite pour inventer des jeux de mots avec "Mac". Bérurier accomplira même un exploit qui surprendra San-Antonio. A noter : pour simplifier l'enquête, San-Antonio parle anglais contrairement aux romans précédents.
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com