Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266287760
Code sériel : 17356
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm

Seuls les enfants savent aimer

Date de parution : 21/02/2019
Seuls les enfants savent aimer.
Seuls les enfants aperçoivent l’amour au loin, qui arrive de toute sa lenteur, de toute sa douceur, pour venir nous consumer.
Seuls les enfants embrassent le désespoir vertigineux de la solitude quand l’amour s’en va.
Seuls les enfants meurent d’amour.
Seuls les enfants jouent leur cœur à chaque instant,...
Seuls les enfants savent aimer.
Seuls les enfants aperçoivent l’amour au loin, qui arrive de toute sa lenteur, de toute sa douceur, pour venir nous consumer.
Seuls les enfants embrassent le désespoir vertigineux de la solitude quand l’amour s’en va.
Seuls les enfants meurent d’amour.
Seuls les enfants jouent leur cœur à chaque instant, à chaque souffle.
À chaque seconde le cœur d’un enfant explose.
Tu me manques à crever, maman.
Jusqu’à quand vas-tu mourir ?

« Une émotivité démaquillée qui fait le sel de ses chansons. Cali nous émeut. Une fois de plus. » Sophie Delassein – L’Obs

« Cali a le don de nous secouer. » Alice Develey – Le Figaro

« La lettre d’amour d’un petit garçon à sa mère. » Le Dauphiné libéré
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266287760
Code sériel : 17356
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 176
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Seuls les enfants savent aimer est un livre cathartique qui montre qu’après la perte, les amis, la famille et l’amour demeurent, eux, éternels. » Le Figaro
« Autour du souvenir sublime de la disparue, sa beauté, sa douceur, Cali raconte merveilleusement la vie d’un enfant du pays » L’Obs
« Une émotivité démaquillée qui fait le sel de ses chansons. Cali nous émeut. Une fois de plus. » Sophie Delassein, L’Obs
« Un faux roman tendre et attachant. » Marianne
« Cali parvient à faire ressentir au lecteur la stagnation du chagrin et les joies possibles, faramineuses, qui coexistent. » Libération
« La lettre d’amour d’un petit garçon à sa mère » Le Dauphiné libéré
« Magnifique. » Femme actuelle
 « Cali a le don de nous secouer. » Alice Develey, Le Figaro
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Gail168 Posté le 3 Mai 2020
    L'autobiographie du chanteur Cali : deuil et souffrance dans le Sud de la France. Nous ne sommes pas dans de la grande littérature, néanmoins Cali parvient à nous émouvoir et à faire passer l'émotion dans cet ouvrage court et simple.
  • Symphonie Posté le 29 Avril 2020
    Je termine cette lecture, complètement chamboulée et le mot est faible. Cali chanteur, je connaissais, mais Cali écrivain, un talent que je lui découvre par le biais de Seuls les enfants savent aimer. Si la quatrième de couverture laisse entendre que le lecteur allait se heurter à un récit fort, j'étais à mille lieues d'imaginer que la plume de Cali serait à même de dévoiler avec autant de poigne, l'enfance du petit garçon de six ans qu'il était au décès de sa mère. En relatant les souvenirs de celle qui n'est plus, on mesure l'intensité de la plaie qui lui a déchiré le coeur. Les lignes pleurent, transpirent le mal être du jeune garçon en culottes courtes qui figure sur la couverture. Avec l'innocence de son jeune âge, Cali (Bruno) nous fait partager son quotidien entre ses amis, Carol, son amoureuse ainsi que l'attachement très particulier qu'il nourrit pour Alec, un nouvel élève aux yeux d'émeraude. Par le désespoir omniprésent dans cette autobiographie de Cali, on peut se demander si " Seuls les enfants savent aimer " ne lui sert pas d'exutoire, parce qu'à six ans on ne comprend pas vraiment ce que signifie la mort et le manque de cette... Je termine cette lecture, complètement chamboulée et le mot est faible. Cali chanteur, je connaissais, mais Cali écrivain, un talent que je lui découvre par le biais de Seuls les enfants savent aimer. Si la quatrième de couverture laisse entendre que le lecteur allait se heurter à un récit fort, j'étais à mille lieues d'imaginer que la plume de Cali serait à même de dévoiler avec autant de poigne, l'enfance du petit garçon de six ans qu'il était au décès de sa mère. En relatant les souvenirs de celle qui n'est plus, on mesure l'intensité de la plaie qui lui a déchiré le coeur. Les lignes pleurent, transpirent le mal être du jeune garçon en culottes courtes qui figure sur la couverture. Avec l'innocence de son jeune âge, Cali (Bruno) nous fait partager son quotidien entre ses amis, Carol, son amoureuse ainsi que l'attachement très particulier qu'il nourrit pour Alec, un nouvel élève aux yeux d'émeraude. Par le désespoir omniprésent dans cette autobiographie de Cali, on peut se demander si " Seuls les enfants savent aimer " ne lui sert pas d'exutoire, parce qu'à six ans on ne comprend pas vraiment ce que signifie la mort et le manque de cette mère qui n'est plus se ressent tout au long de cette lecture. Quelles que soient les circonstances, les larmes débordent du coeur du jeune Bruno, assailli par l'image de Mireille sa chère maman, emportée par la maladie à l'âge de trente-cinq ans. Seuls les enfants savent aimer est un moment intime de la vie de Cali qu'il a choisi de nous dévoiler, qui se lit mais se raconte difficilement. Il est un poème à lui seul, une finesse d'écriture tourmentée mais tellement remarquable.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MaggyM Posté le 27 Avril 2020
    Des souvenirs d'un enfant de 6 ans écrit par un adulte de 50, quand ceux-ci débute au décès de sa maman, c'est noir, c'est dur. A 6 ans, les adultes tentent de vous éloigner de la mort, même si elle a emporté votre mère. Et vous êtes là avec vos questions, votre imagination, votre solitude, vos illusions qui s'envolent, votre envie farouche de ne plus vous attacher à quelqu'un parce que ça fait trop mal à la fin. Cali raconte à sa mère les quelques mois qui ont suivi son départ vers on ne sait où. Il lance ses pourquoi vers le ciel à plusieurs moments. Il n'obtiendra pas de réponse, il va alors se les créer en basculant du côté noir de la vie. Il se convaincra d'être mauvais, il pensera ne savoir faire que le mal. La plume est parfois presque poétique. Et on entre dans la tête de ce petit garçon qui sommeille toujours dans l'homme, avec précaution, les larmes au bord des yeux, le cœur sur un fil... Cette tranche de vie est touchante, on sent la souffrance toujours présente sous chaque phrase. Elle aura construit l'artiste d'aujourd'hui que l'on sent toujours écorché d'ailleurs et qui le restera à... Des souvenirs d'un enfant de 6 ans écrit par un adulte de 50, quand ceux-ci débute au décès de sa maman, c'est noir, c'est dur. A 6 ans, les adultes tentent de vous éloigner de la mort, même si elle a emporté votre mère. Et vous êtes là avec vos questions, votre imagination, votre solitude, vos illusions qui s'envolent, votre envie farouche de ne plus vous attacher à quelqu'un parce que ça fait trop mal à la fin. Cali raconte à sa mère les quelques mois qui ont suivi son départ vers on ne sait où. Il lance ses pourquoi vers le ciel à plusieurs moments. Il n'obtiendra pas de réponse, il va alors se les créer en basculant du côté noir de la vie. Il se convaincra d'être mauvais, il pensera ne savoir faire que le mal. La plume est parfois presque poétique. Et on entre dans la tête de ce petit garçon qui sommeille toujours dans l'homme, avec précaution, les larmes au bord des yeux, le cœur sur un fil... Cette tranche de vie est touchante, on sent la souffrance toujours présente sous chaque phrase. Elle aura construit l'artiste d'aujourd'hui que l'on sent toujours écorché d'ailleurs et qui le restera à jamais. Cali avait sans doute besoin de sortir tout cela et de le coucher sur papier, de le partager peut-être. On ne ressort pas de cette lecture comme on y est entré; une lecture bouleversante de plusieurs manières.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ldo Posté le 28 Février 2020
    Véritable déclaration d’amour d’un enfant de 6 ans à sa mère partie trop tôt. Perdu, il cherche l’amour à tout prix et se demande s’il a encore le droit d’être heureux. C’est triste mais c’est doux. C’est beau et c’est tendre. C’est émouvant et terriblement poétique. On a envie de serrer Bruno dans ses bras pour ne plus le lâcher. J’ai adoré !
  • Lecturelle Posté le 31 Janvier 2020
    C'est un livre que j' avais envie de lire depuis un moment surtout que j'avais rencontré l'auteur sur différent salon et puis j'étais curieuse de voir ou un chanteur comme Cali pouvait emmener une lectrice comme moi qui est très sensible. C'est donc un roman autobiographique sur son enfance ou à l'âge de six ans il perd sa maman et tous au long du livre il raconte comment il a vécu se deuil mais aussi les quelques mois après ce terrible évènement. Après avoir lu ce roman, j'ai fait quelque recherche sur l'auteur et je suis tombé sur une interview ou il explique que certaines scènes sont vrai et d'autres pas car je trouvais que certains passages était space et très dur du coup ça m'a réconforté dans mon opinion surtout que certains avis sont bon et pour ma part je suis mitigé. Je trouve que c'est un roman qui manque d'âme alors oui il est prenant car les chapitres et les phrases sont courts mais je n'ais pas réussi à me mettre à la place de se petit garçon que la vie n'a pas épargné et même si l'auteur a l'habitude des mots je trouve que la façon dont il raconte sont... C'est un livre que j' avais envie de lire depuis un moment surtout que j'avais rencontré l'auteur sur différent salon et puis j'étais curieuse de voir ou un chanteur comme Cali pouvait emmener une lectrice comme moi qui est très sensible. C'est donc un roman autobiographique sur son enfance ou à l'âge de six ans il perd sa maman et tous au long du livre il raconte comment il a vécu se deuil mais aussi les quelques mois après ce terrible évènement. Après avoir lu ce roman, j'ai fait quelque recherche sur l'auteur et je suis tombé sur une interview ou il explique que certaines scènes sont vrai et d'autres pas car je trouvais que certains passages était space et très dur du coup ça m'a réconforté dans mon opinion surtout que certains avis sont bon et pour ma part je suis mitigé. Je trouve que c'est un roman qui manque d'âme alors oui il est prenant car les chapitres et les phrases sont courts mais je n'ais pas réussi à me mettre à la place de se petit garçon que la vie n'a pas épargné et même si l'auteur a l'habitude des mots je trouve que la façon dont il raconte sont histoire sont plus des mots pour une chanson que pour un roman. Au final, je suis un peu déçus je m'attendais a avoir plus d'émotion et a ressentir plus de chose je pense que c'est plus un texte pour chanson que pour un roman du coup je ne pense pas lire la suite.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !