En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Show devant

        10/18
        EAN : 9782264066268
        Code sériel : 5199
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        Show devant

        Date de parution : 20/04/2017
        EAN : 9782264066268
        Code sériel : 5199
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 360
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • AnneNY Posté le 27 Décembre 2017
          Ruth qui jusqu’à présent avait une vie bien cadrée se retrouve seule du jour au lendemain : son mari est parti pour le travail à l’autre bout du monde. Son père, vieux monsieur de 80 ans d’habitude si envahissant prend également ses distances et préfère partir à la découverte des petits restaurants de NY avec une Polonaise aux décolletés déconcertants. Lily Brett tout en pudeur nous décrit une relation père fille sincère mais maladroite. On devine beaucoup de non-dits entre ce père excentrique et sa fille un peu rigide. Ils ne se disent rien. Au détour de certains gestes, certains mots tout est dit. Même si Ruth a des difficultés à comprendre la nouvelle vie de son père, elle prend sur elle et le soutien. A travers tous ces changements Ruth va se découvrir plein de ressources, elle qui craignait de ne pas être capable de se retrouver seule va enfin apprendre à se connaître. Ce roman est très agréable à lire, c’est drôle et plein de tendresse. Et n’oublions pas un des personnages les plus importants de ce récit : New York. New York et ses quartiers, ses restaurants, sa musicalité …. On a vraiment le sentiment d’y être (enfin je suppose), on sent... Ruth qui jusqu’à présent avait une vie bien cadrée se retrouve seule du jour au lendemain : son mari est parti pour le travail à l’autre bout du monde. Son père, vieux monsieur de 80 ans d’habitude si envahissant prend également ses distances et préfère partir à la découverte des petits restaurants de NY avec une Polonaise aux décolletés déconcertants. Lily Brett tout en pudeur nous décrit une relation père fille sincère mais maladroite. On devine beaucoup de non-dits entre ce père excentrique et sa fille un peu rigide. Ils ne se disent rien. Au détour de certains gestes, certains mots tout est dit. Même si Ruth a des difficultés à comprendre la nouvelle vie de son père, elle prend sur elle et le soutien. A travers tous ces changements Ruth va se découvrir plein de ressources, elle qui craignait de ne pas être capable de se retrouver seule va enfin apprendre à se connaître. Ce roman est très agréable à lire, c’est drôle et plein de tendresse. Et n’oublions pas un des personnages les plus importants de ce récit : New York. New York et ses quartiers, ses restaurants, sa musicalité …. On a vraiment le sentiment d’y être (enfin je suppose), on sent les odeurs, les épices. Quand on « entend » Edek parler avec son accent on ne peut pas résister !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Blackrosesforme Posté le 9 Octobre 2016
          Dans Lola Bensky, premier roman de Lily Brett à être traduit en français, l’auteur nous contait les péripéties hilarantes d’une jeune australienne boulotte catapultée en plein Swinging London, dans un milieu rock dont elle ne connaissait rien et se retrouvait à recueillir les confidences des stars pour un magazine en vue. Lola était Lily. Dans Show devant, Lily Brett continue à mettre en scène sa propre existence, sous les traits de Ruth, une femme new-yorkaise d’âge mûr qui a fondé, avec succès, une agence de cartes de vœux « psychologisantes ». Tout va bien pour Ruth. D’accord, elle s’inquiète pour sa ligne (c’est une ancienne grosse). D’accord, elle est névrosée (elle est américaine). Mais elle gère. Jusqu’à ce qu’elle fasse venir son père d’Australie. Edek a quatre-vingt sept ans. C’est un vieux juif veuf, d’origine polonaise, unique survivant d’une famille décimée à Auschwitz. Edek a une patate d’enfer. Malgré un anglais balbutiant (qui entraîne nombre de quiproquos désopilants), Edek veut tout voir, parler à tout le monde, s’occuper de tout et surtout de la gestion des stocks de l’entreprise filiale. L’argent n’a aucune importance. Il n’en a pas. Alors, pourquoi ne pas dépenser celui de Ruth, commander des stocks de papier... Dans Lola Bensky, premier roman de Lily Brett à être traduit en français, l’auteur nous contait les péripéties hilarantes d’une jeune australienne boulotte catapultée en plein Swinging London, dans un milieu rock dont elle ne connaissait rien et se retrouvait à recueillir les confidences des stars pour un magazine en vue. Lola était Lily. Dans Show devant, Lily Brett continue à mettre en scène sa propre existence, sous les traits de Ruth, une femme new-yorkaise d’âge mûr qui a fondé, avec succès, une agence de cartes de vœux « psychologisantes ». Tout va bien pour Ruth. D’accord, elle s’inquiète pour sa ligne (c’est une ancienne grosse). D’accord, elle est névrosée (elle est américaine). Mais elle gère. Jusqu’à ce qu’elle fasse venir son père d’Australie. Edek a quatre-vingt sept ans. C’est un vieux juif veuf, d’origine polonaise, unique survivant d’une famille décimée à Auschwitz. Edek a une patate d’enfer. Malgré un anglais balbutiant (qui entraîne nombre de quiproquos désopilants), Edek veut tout voir, parler à tout le monde, s’occuper de tout et surtout de la gestion des stocks de l’entreprise filiale. L’argent n’a aucune importance. Il n’en a pas. Alors, pourquoi ne pas dépenser celui de Ruth, commander des stocks de papier toilette pour les vingt ans à venir et débarquer toutes les trois minutes dans son bureau pour vérifier la bonne marche de l’établissement ? De quoi faire péter les plombs à Ruth/Lily. Mais il est si gentil, si seul, si attendrissant. Et elle se sent tellement coupable. Puis, il ne manquait plus que ça, il décide d’accueillir chez lui Zofia et Walentina, deux dames polonaises rencontrées lors d’un pèlerinage sur la terre de ses ancêtres. Zofia a la soixante-dizaine pimpante et fait parfaitement les boulettes. Edek se met en tête d’ouvrir un resto. Il n’y connaît rien. Ruth tente de l’en dissuader. Elle sait qu’il court à l’échec. Le resto de boulettes fait un malheur. lire la suite : https://blackrosesforme.wordpress.com/2016/10/08/show-devant-de-lily-brett/
          Lire la suite
          En lire moins
        • nathalia1307 Posté le 14 Juillet 2016
          C'est facile de retrouver dans Show Devant, une part de Lily Brett- Ruth, est à la tête d'une entreprise de correspondance, son époux peintre professionnel travaille six mois en Australie, ses enfants ont quitté le nid, et elle partage son temps entre son entreprise- Son amie avocate, lui reproche son régime alimentaire, plutôt minimaliste- Ainsi quand Edek, son papa, juif rescapé des camps, s'installe a New York, c'est comme un chien dans un jeu de quille qui débarque dans la vie monotone de Ruth- Car Ruth ne peut rien refuser à son papa, meme si cela lui coute personnellement- D'abord gestionnaire du stock dans l'entreprise de Ruth, rien ne semble arrêter cet homme de 80 ans qui fait de son envie de vivre un moteur à toute épreuve- Accompagné de deux veuves polonaises, bien plus jeunes que lui (à peine 60 ans) Sofia et Valentina, le projet de monter un restaurant en plein centre de Manhattan va devenir son cheval de bataille. Si Ruth est très sceptique , elle laisse Edek et ses deux amies poursuivre ce projet insolite qui va se révéler comme un moyen de découvrir encore mieux ce père, laissant ainsi échapper qu'il faut parfois... C'est facile de retrouver dans Show Devant, une part de Lily Brett- Ruth, est à la tête d'une entreprise de correspondance, son époux peintre professionnel travaille six mois en Australie, ses enfants ont quitté le nid, et elle partage son temps entre son entreprise- Son amie avocate, lui reproche son régime alimentaire, plutôt minimaliste- Ainsi quand Edek, son papa, juif rescapé des camps, s'installe a New York, c'est comme un chien dans un jeu de quille qui débarque dans la vie monotone de Ruth- Car Ruth ne peut rien refuser à son papa, meme si cela lui coute personnellement- D'abord gestionnaire du stock dans l'entreprise de Ruth, rien ne semble arrêter cet homme de 80 ans qui fait de son envie de vivre un moteur à toute épreuve- Accompagné de deux veuves polonaises, bien plus jeunes que lui (à peine 60 ans) Sofia et Valentina, le projet de monter un restaurant en plein centre de Manhattan va devenir son cheval de bataille. Si Ruth est très sceptique , elle laisse Edek et ses deux amies poursuivre ce projet insolite qui va se révéler comme un moyen de découvrir encore mieux ce père, laissant ainsi échapper qu'il faut parfois bien une vie complète pour découvrir ceux qui nous sont le plus proche. Ruth, est une cousine de Lola Bensky, son rapport à la nourriture, sa facon d'idéaliser le père, la difficulté de grandir avec des parents rescapés des camps,. Lily Brett écrit avec beaucoup d'humour, de fraicheur, de fantaisie, un ton léger. Tout comme Ruth la part d'extravagance d'Edek intimide, fait sourire, indispose, pourtant derrière ce personnage il existe une force de vivre qui au fil des pages attendri et sublime ce trio, qui n'a pas peur d'entreprendre alors qu'ils ont déjà vécu. Là aussi elle décrit à merveille des personnages épris de liberté.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Brendouille Posté le 22 Juin 2016
          Un très bon moment de lecture avec un livre très jolie. Je me suis énormément attachée au personnage surtout en Edek qui est pleins de vie pleins d'espoir malgré son vieille âge. Je me suis reconnu dans le personnage de Ruth même si elle a 50 ans et moi seulement 14. Je trouve ce livre plein d'espoir, de bonne humeur et d'énergie qui m'as donné envie de bouger les choses, certains moment était assez drôle . le point négatif de ce livre c'est que je trouve qu'il a des longueurs certains passages je l'ai aurais enlevé , le personnage de Ruth m'as quelque fois agacée. Mais malgré ça c'est un très bon livre que je recommande à tous jeune et personne âgée de 86 ans !
        • cam8ille Posté le 8 Juin 2016
          J’ai découverts ce livre un peu par hasard je dois le dire. C’est grâce à la masse critique de Babelio. Certes ce n’est pas vraiment mon genre de lecture mais pourquoi ne pas sortir de mes sentiers battus. Show devant est l’histoire de Ruth, 54 ans dont le père, Edek qui quitte son pays pour venir vivre auprès de sa fille. Il vient l’aider dans son travail. Ruth a sa propre entreprise de correspondance et vient de se lancer dans les cartes à message personnalisé. Son père quant à lui est le gestionnaire des stocks, et quel gestionnaire. Ruth se retrouve avec une montagne de papier et des agrafes à profusion. Le véritable point fort de ce livre est les personnages attachant. On retrouve des personnages que l’on pourra croiser tous les jours. Le personnage qui m’a vraiment marqué est Edek avec son langage bien à lui est son passé d’ancien déporté dans le camp de concentration. Ruth ne sait pas vraiment comment le géré et sa relation avec Zophia ne va pas arranger les choses. Quant à Ruth, cette femme s’épanouie vraiment dans son métier mais son père et l’absence de son mari la déstabilise. L’ensemble nous donne un récit sur... J’ai découverts ce livre un peu par hasard je dois le dire. C’est grâce à la masse critique de Babelio. Certes ce n’est pas vraiment mon genre de lecture mais pourquoi ne pas sortir de mes sentiers battus. Show devant est l’histoire de Ruth, 54 ans dont le père, Edek qui quitte son pays pour venir vivre auprès de sa fille. Il vient l’aider dans son travail. Ruth a sa propre entreprise de correspondance et vient de se lancer dans les cartes à message personnalisé. Son père quant à lui est le gestionnaire des stocks, et quel gestionnaire. Ruth se retrouve avec une montagne de papier et des agrafes à profusion. Le véritable point fort de ce livre est les personnages attachant. On retrouve des personnages que l’on pourra croiser tous les jours. Le personnage qui m’a vraiment marqué est Edek avec son langage bien à lui est son passé d’ancien déporté dans le camp de concentration. Ruth ne sait pas vraiment comment le géré et sa relation avec Zophia ne va pas arranger les choses. Quant à Ruth, cette femme s’épanouie vraiment dans son métier mais son père et l’absence de son mari la déstabilise. L’ensemble nous donne un récit sur les relations père-fille, les relations amoureuses des personnes de 90 ans. On ne peut que succomber à ce récit. Mais ne vous attendais pas à avoir des surprises mais une belle leçon de vie. La plume de l’auteur m’a vraiment plus. Elle est fluide et plein d’originalité. Je vais peut-être me laisser tenter par d’autres ouvrages de l’auteur. Je n’ai pas vraiment compris la couverture su livre qui pour moi n’est pas vraiment en accord. J’ai aussi découvert une nouvelle maison d’édition. Je vais aller faire un tour dans leur catalogue pour voir si d’autre ouvrage.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.