RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Six pieds sous terre

            10/18
            EAN : 9782264049285
            Code sériel : 4262
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            Six pieds sous terre

            Carine CHICHEREAU (Traducteur)
            Date de parution : 17/09/2009

            Terminées les grèves de la faim, manifestations en tout genre et autres immolations sur la place publique. La nouvelle solution pour se faire entendre lorsqu'on est un petit homme face au grand système ? S'enterrer vivant… C'est du moins l'idée folle d'Aidan lorsqu'il apprend la délocalisation de l'usine qui fait...

            Terminées les grèves de la faim, manifestations en tout genre et autres immolations sur la place publique. La nouvelle solution pour se faire entendre lorsqu'on est un petit homme face au grand système ? S'enterrer vivant… C'est du moins l'idée folle d'Aidan lorsqu'il apprend la délocalisation de l'usine qui fait vivre sa petite ville du pays de Galles. Sous l'œil accablé de sa fille, épaulé par son fils et par ses compagnons de pub, considéré comme fou par le reste du monde, Aidan creuse un trou dans son jardin et élit domicile dans un cercueil « bio ». Et il n'en sortira pas tant que les autorités ne seront pas revenues sur leur décision. Contre toute attente, la renommée d'Aidan s'étend rapidement à l'ensemble du pays. Une comédie à l'anglaise, tendre et humaine, pour en finir avec la crise !

            Traduit de l'anglais
            par Carine Chichereau


            "Domaine étranger" dirigé
            par Jean-Claude Zylberstein

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264049285
            Code sériel : 4262
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • afterworkeuse3 Posté le 28 Juillet 2017
              Roman très original sur un thème social encore et toujours d'actualité: le chômage... The full monthy n'est pas loin!
            • Jul_ser Posté le 29 Avril 2014
              Certainement un des livres les plus drôles que j'ai lus. Des situations cocasses, des personnages bien posés, des répliques qui font mouche. C'est vraiment dommage que ce monsieur, Ray french, n'ai pas écrit d'autres livres.
            • isabiblio Posté le 12 Décembre 2011
              L’usine dans laquelle travaille Aidan va fermer. La multinationale délocalise en Inde. Aidan est veuf, père de deux grands enfants Shauna et Dylan, il a une cinquantaine bien tassée et se demande bien ce qu’il va devenir sans emploi ! La majorité des habitants de Crindau ce village du Pays de Galle travaille dans cette usine et s’inquiète vivement de cette fermeture. Aidan ne veut pas se laisser licencier, il se révolte et décide de se faire enterrer vivant dans un cercueil bio aménagé d’un périscope au fond de son jardin pour attirer l’attention et protester contre cette délocalisation. Ses collègues, ses amis, ses enfants, puis les habitants de la commune s’organisent pour lui apporter son soutien, tous espèrent que les responsables de l’usine alertés par les médias vont revenir sur leur décision. On suit donc les tribulations rocambolesques de ce modeste ouvrier courageux et déterminé à faire évoluer le Système. Un roman réaliste qui aborde largement les préoccupations actuelles de tous les travailleurs. Les situations dues à l’enfermement dans un cercueil sont souvent cocasses et les personnages décrits ne nous sont pas inconnus, ils sont même très près de nous ! Malgré une ambiance bonne enfant, l’humour naïf et... L’usine dans laquelle travaille Aidan va fermer. La multinationale délocalise en Inde. Aidan est veuf, père de deux grands enfants Shauna et Dylan, il a une cinquantaine bien tassée et se demande bien ce qu’il va devenir sans emploi ! La majorité des habitants de Crindau ce village du Pays de Galle travaille dans cette usine et s’inquiète vivement de cette fermeture. Aidan ne veut pas se laisser licencier, il se révolte et décide de se faire enterrer vivant dans un cercueil bio aménagé d’un périscope au fond de son jardin pour attirer l’attention et protester contre cette délocalisation. Ses collègues, ses amis, ses enfants, puis les habitants de la commune s’organisent pour lui apporter son soutien, tous espèrent que les responsables de l’usine alertés par les médias vont revenir sur leur décision. On suit donc les tribulations rocambolesques de ce modeste ouvrier courageux et déterminé à faire évoluer le Système. Un roman réaliste qui aborde largement les préoccupations actuelles de tous les travailleurs. Les situations dues à l’enfermement dans un cercueil sont souvent cocasses et les personnages décrits ne nous sont pas inconnus, ils sont même très près de nous ! Malgré une ambiance bonne enfant, l’humour naïf et répétitif est un peu lassant, à côté de cela l’auteur analyse parfaitement l’ingratitude de notre société actuelle.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cicou45 Posté le 4 Mars 2011
              Comment manifester contre une injustice qui va peut-être ruiner sa vie ? En effe, l'usine dans laquelle Aidan travaille et qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille et qui permet aussi de faire vivre un bon nombre de personnes dans ce petit village du pays de Galles doit être délocaliser. Jugeant les banderoles dépassées et souvent inefficaces, Aidan met donc au point une stratégie qui va se réveler efficace au delà de ses espérances : se faire enterrer vivant. Grâce à un conduit aménagé au fond de son jardin, Aidan va pouvoir continuer à s'alimenter en oxygène ainsi qu'en nourriture, grâce au soutien se sa famille et de ses amis. Lui qui espérait faire parler de lui et de son usine, il ne va pas être déçu car très vite, sa petite histoire se répand à tel point que les médias vont se bousculer autour de son cercueil afin de pouvoir le voir( il a aussi imaginé un système de vitre lui donnant une vision sur le monde extérieur) et surtout lui parler ? Aidan réussira-t-il à empêcher la fermeture de son usine dans son village ? Je vous laisse le découvrir. C'est un livre très bien... Comment manifester contre une injustice qui va peut-être ruiner sa vie ? En effe, l'usine dans laquelle Aidan travaille et qui lui permet de subvenir aux besoins de sa famille et qui permet aussi de faire vivre un bon nombre de personnes dans ce petit village du pays de Galles doit être délocaliser. Jugeant les banderoles dépassées et souvent inefficaces, Aidan met donc au point une stratégie qui va se réveler efficace au delà de ses espérances : se faire enterrer vivant. Grâce à un conduit aménagé au fond de son jardin, Aidan va pouvoir continuer à s'alimenter en oxygène ainsi qu'en nourriture, grâce au soutien se sa famille et de ses amis. Lui qui espérait faire parler de lui et de son usine, il ne va pas être déçu car très vite, sa petite histoire se répand à tel point que les médias vont se bousculer autour de son cercueil afin de pouvoir le voir( il a aussi imaginé un système de vitre lui donnant une vision sur le monde extérieur) et surtout lui parler ? Aidan réussira-t-il à empêcher la fermeture de son usine dans son village ? Je vous laisse le découvrir. C'est un livre très bien écrit et surtout, rempli d'humour (malgré le thème relativement dur dont il parle, à savoir celui de la lélocalisation et de la perte d'emploi pour des centaines de personnes). Si vous voulez vous détendre et passer un agréable moment, lisez-le.
              Lire la suite
              En lire moins
            • amanda Posté le 1 Janvier 2009
              Lorsqu’il apprend que l’usine dans laquelle il travaille va être délocalisée, Aidan Walsh, du haut de sa petite cinquantaine comprend que sa vie est finie. Comment retrouver un emploi dans cette petite ville du Pays de Galles où le travail est rare et surtout dépend entièrement de la multinationale qui y est implantée ? Délocaliser l’usine, c’est condamner l’économie de la ville. Sacrifier l’avenir de sa centaine de salariés et les vouer au chômage, les condamner à la bouillie de vie. Autant les enterrer vivants, donc. C’est ce que Aidan décide de faire. Un cercueil – écologique, il va sans dire – un périscope, un communiqué de presse pour alerter l’opinion, et Aidan engage un bras de fer avec la grosse multinationale. Un bras de fer dont il ressort vite qu’Aidan a toute la sympathie de ses concitoyens et de la presse, avide de sensationnel. Or, quand on vit six pieds sous terre, les perspectives changent vite et Aidan se rend bientôt compte qu’il est devenu un symbole pour tous les citoyens. Voici un petit roman fort agréable. On n’est pas là pour lire un pamphlet contre le capitalisme et ses délocalisations à outrance, non, mais il n’en reste pas moins une... Lorsqu’il apprend que l’usine dans laquelle il travaille va être délocalisée, Aidan Walsh, du haut de sa petite cinquantaine comprend que sa vie est finie. Comment retrouver un emploi dans cette petite ville du Pays de Galles où le travail est rare et surtout dépend entièrement de la multinationale qui y est implantée ? Délocaliser l’usine, c’est condamner l’économie de la ville. Sacrifier l’avenir de sa centaine de salariés et les vouer au chômage, les condamner à la bouillie de vie. Autant les enterrer vivants, donc. C’est ce que Aidan décide de faire. Un cercueil – écologique, il va sans dire – un périscope, un communiqué de presse pour alerter l’opinion, et Aidan engage un bras de fer avec la grosse multinationale. Un bras de fer dont il ressort vite qu’Aidan a toute la sympathie de ses concitoyens et de la presse, avide de sensationnel. Or, quand on vit six pieds sous terre, les perspectives changent vite et Aidan se rend bientôt compte qu’il est devenu un symbole pour tous les citoyens. Voici un petit roman fort agréable. On n’est pas là pour lire un pamphlet contre le capitalisme et ses délocalisations à outrance, non, mais il n’en reste pas moins une jolie chronique, souvent caustique, d’une petite ville perdue au fond de l’Angleterre. Chronique sociale où la vie des habitants oscille entre usine et pubs, où le moindre petit incident est disséqué autour d’un pinte de bière, chronique humoristique où les petits défauts et grands emportements sont pointés avec finesse. Chronique humaine des ouvriers et des « prolos » sacrifiés par le capitalisme, dont les intérêts sont balayés d’un méprisant revers de main. Mais point ici d’apitoiement ni de compassion complaisante, au contraire, c’est traité avec un style frais et touchant. L’humour fait mouche la plupart du temps, et on suit avec intérêt et tendresse les aventures souterraines d’Aidan, soutenu par ses enfants, assisté par ses amis. La multinationale refuse de céder, les politiciens s’emparent de l’affaire, on s’émeut devant les constats amers d’Aidan qui voit sa vie et ses amis d’un tout autre regard maintenant qu’il est sous terre. Un joli roman donc, qui se lit avec plaisir, dont on apprécie l’humour sarcastique et qui n’est pas sans rappeler le film Full Monty. Ou comment se battre avec ses propres armes, du moment qu’on y met du cœur et de la sincérité.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…