En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Soré

        10/18
        EAN : 9782264030450
        Code sériel : 3347
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 108 x 177 mm
        Soré

        INES JORGENSEN (Traducteur)
        Date de parution : 06/12/2001

        Après Heq et Arluk, voici le troisième volet du Chant pour celui qui désire vivre, cycle consacré par l'auteur des désormais célèbres Racontars aux Inuit. Avec cet hymne à un peuple du Grand Nord, mémoire des paroles et des rires qui délivrent du dur désir de survivre, on en apprend...

        Après Heq et Arluk, voici le troisième volet du Chant pour celui qui désire vivre, cycle consacré par l'auteur des désormais célèbres Racontars aux Inuit. Avec cet hymne à un peuple du Grand Nord, mémoire des paroles et des rires qui délivrent du dur désir de survivre, on en apprend autant, mieux et plus vite qu'avec n'importe quel documentaire. Car la prose de Riel, pourtant d'une grande simplicité, est traversée d'un souffle lyrique qui est la marque des chefs-d'œuvre. Soré se lit comme un conte, un conte que l'on avalerait – a-t-on écrit – « comme une bouchée de mattaq (peau de narval délicieuse à consommer sur la bête tout juste harponnée) et qui vous laisse dans la bouche un arrière-goût suave et salé ».

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264030450
        Code sériel : 3347
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 176
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        6.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Saturnia Posté le 25 Août 2017
          J'ai commencé par le dernier livre de la Saga de Jorn Riel et je suis avide de remonter les générations..... Belle écriture , fluide qui paraît ne pas être trahie par la traduction..... On plonge sans effort dans cet univers sauvage et mystérieux où s'entremellent réalité et sortilèges! Belle expérience !
        • nadiouchka Posté le 26 Février 2017
          Écrivain danois, Jorn Riel a vécu seize ans au Groenland où il était parti avec l’expédition de Lauge Koch. De cette expérience, il a écrit une vingtaine d’ouvrages et a, d’ailleurs, obtenu le Grand Prix de l’Académie Danoise en 2010. Dans ce Big Book (574 pages aux Éditions 10/18) : « Le chant pour celui qui désire vivre », sont regroupés trois livres : Heq – Arluk – Soré. Cette trilogie est une fresque magnifique sur le peuple Inuit, fiction romancée, qui nous parle d’une famille ayant vécu, il a de cela mille ans, et dont le personnage principal, Heq (un chaman), migre avec son clan, vers le Groenland, surnommé « Le pays des Hommes ». Ils vont donc traverser le Grand Nord canadien. L’auteur fait preuve d’une grande connaissance des mœurs de ces peuples et de leur ignorance du monde qui les entoure. D’ailleurs, page 111, un des personnages dit que le monde est porté par quatre piliers et la voûte céleste. A ce moment-là, je me suis souvenue de l’œuvre de Jean Auel « Les Piliers de la Terre », composée de six volumes, mais qui se passait pendant la préhistoire. On participe à la rude vie de ces Inuits, à leur culture, à tout ce qu’ils doivent endurer pour leur... Écrivain danois, Jorn Riel a vécu seize ans au Groenland où il était parti avec l’expédition de Lauge Koch. De cette expérience, il a écrit une vingtaine d’ouvrages et a, d’ailleurs, obtenu le Grand Prix de l’Académie Danoise en 2010. Dans ce Big Book (574 pages aux Éditions 10/18) : « Le chant pour celui qui désire vivre », sont regroupés trois livres : Heq – Arluk – Soré. Cette trilogie est une fresque magnifique sur le peuple Inuit, fiction romancée, qui nous parle d’une famille ayant vécu, il a de cela mille ans, et dont le personnage principal, Heq (un chaman), migre avec son clan, vers le Groenland, surnommé « Le pays des Hommes ». Ils vont donc traverser le Grand Nord canadien. L’auteur fait preuve d’une grande connaissance des mœurs de ces peuples et de leur ignorance du monde qui les entoure. D’ailleurs, page 111, un des personnages dit que le monde est porté par quatre piliers et la voûte céleste. A ce moment-là, je me suis souvenue de l’œuvre de Jean Auel « Les Piliers de la Terre », composée de six volumes, mais qui se passait pendant la préhistoire. On participe à la rude vie de ces Inuits, à leur culture, à tout ce qu’ils doivent endurer pour leur survie dans des conditions extrêmes, au milieu des ours et des phoques (leurs principales ressources vitales). Mais il y a également de belles descriptions de ces paysages glaciaires arctiques. Heq est donc le premier livre. On passe ensuite au second : Arluk. Celui-ci, devenu chaman lui aussi, entraîne également son peuple vers les contrées du Nord. Sa mission : traverser tous les merveilleux pays de la Terre. Il entreprend donc tout un périple autour du Groenland où il ne rencontre qu’une nature inhospitalière, mais également d’autres Inuits. C’est une vie remplie de froid, d’épreuves, de mort. Mais Arluk désire vivre. Pour ces deux livres (qui peuvent se lire séparément, ainsi que le troisième, car cela peut paraître beaucoup, d’autant plus que le récit est parsemé de langage inuit….), c’est une grande saga. Arrive le dernier livre, « Soré » (qui se passe dans les années 1970,) c’est le nom d’une petite fille groenlandaise qui tente de reconstituer le puzzle que représente la vie de ses ancêtres et de le retranscrire en un livre papier. Elle va partir, encouragée par Lûtivik, son grand-oncle chez qui elle vit. Voyant ses difficultés pour l’écriture de cette saga, il lui rappelle que les Inuits ne savaient pas écrire et que tout se transmettait par la parole. De plus, ils croyaient que la Terre était plate et qu’en dessous, le monde était à l’envers. Soré va donc s’acharner et part à la recherche de sa mère que l’on croyait morte. Au début du livre, Jorn Riel nous explique que son livre parle des premiers Américains, des chasseurs qui ont quitté le fleuve Mackenzie. D’ailleurs, il dédie son ouvrage aux descendants de ceux-ci qui se sont montrés irréductibles. On peut dire que « Le chant pour celui qui désire vivre » est une œuvre formidable, une fresque ethnologique, un roman d’espoir et de courage. Comme je l’ai dit plus haut, cela peut se lire en trois étapes, mais j’ai préféré le faire d’une seule traite car il m’importait de connaître la suite et de voir comment on en arrivait aux années 1970. Bien que ce soit une fiction, elle est très documentée et dans la Postface, l’auteur remercie chaleureusement ceux qui l’ont aidé. De plus, et heureusement, à la fin du livre se trouve un Lexique pour la traduction des nombreux mots inuits. En conclusion, je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce livre mais, à mon avis, il faut être intéressé par l’histoire de l’Humanité et vouloir connaître ce qu’a été la vie de ces peuples qui ont été des nomades, ne restant jamais très longtemps au même endroit et traçant leur route. Ainsi que l’a écrit un critique, ce roman est « Un hymne à la liberté et à la tolérance ».
          Lire la suite
          En lire moins
        • LevoyagedeLola Posté le 10 Décembre 2015
          Dans les années 70 au Groendland, une nuit, Soré voit son père frapper sa mère à mort puis se pendre. La petite fille va chez son grand-oncle Lûtivik qui vit seul dans la forêt avec ses bêtes, avant d’être placée dans une famille au Danemark. Soré grandit, obsédée par ses racines, ses ancêtres, ses origines, se marie et a deux enfants quand elle apprend que sa mère n’est pas morte mais qu’elle vit seule, loin. Soré et la famille de son mari partent à la recherche de la vieille femme défigurée. L’auteur nous régale encore une fois, avec cette histoire pleine de contes, de légendes, de rêves, de créatures, chargée en émotions. A lire pour partir à la découverte de ces contrées mystérieuses du Grand Nord.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.