Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306744
Code sériel : 17804
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm

Sortie de rails

Date de parution : 05/03/2020
Chômeur et artiste sans le sous au début, Léon Cornec entre chez HTransports, une entreprise de sous-traitance chargée par la RATP et la SNCF de veiller au bon fonctionnement des trains, métros et tramways. Il se forme sur le tas, comme électricien. Il intègre une équipe, va de chantier en... Chômeur et artiste sans le sous au début, Léon Cornec entre chez HTransports, une entreprise de sous-traitance chargée par la RATP et la SNCF de veiller au bon fonctionnement des trains, métros et tramways. Il se forme sur le tas, comme électricien. Il intègre une équipe, va de chantier en chantier. Il gravit les échelons et devient contremaître.
Léon Cornec ne prend pas le temps de nous introduire dans ce monde qui sent le rouge, le goudron, les armoires électriques et le caoutchouc. Il nous le fait vivre.
Sortie de rails est une claque, un essentiel pour comprendre la misère des précaires, un voyage halluciné des lieux désaffectés, lunaires, où zonent des populations oubliées, déglinguées. Une sortie de rails nécessaire.


 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306744
Code sériel : 17804
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Ambitieux mais surmené par un système défaillant, cet ouvrier qui bossait pour la SNCF et la RATP a passé onze ans à trimer dans le noir et la crasse. Après avoir craqué, il publie un livre où il raconte la violence de son quotidien précaire, souvent frôlé par la mort. »
« Les trains qui passent sont racontés comme des balles qui sifflent. »
Ramsès Selbert – Libération
Libération
« Ce livre est une œuvre littéraire. C’est un très beau livre. » Christophe Hondelatte, Europe 1
Christophe Hondelatte

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FabDef95 Posté le 15 Juillet 2020
    Chômeur et artiste sans le sous au début, Léon Cornec entre chez HTransports, une entreprise de sous-traitance chargée par la RATP et la SNCF de veiller au bon fonctionnement des trains, métros et tramways. Il se forme sur le tas, comme électricien. Il intègre une équipe, va de chantier en chantier. Il gravit les échelons et devient contremaître. Léon Cornec ne prend pas le temps de nous introduire dans ce monde qui sent le rouge, le goudron, les armoires électriques et le caoutchouc. Il nous le fait vivre. Sortie de rails, n'est pas un roman, c'est le témoignage de onze années passées au sein d'une grosse entreprise, un fleuron de l'industrie française qui affiche des millions de chiffre d'affaires, des inventions, le TGV. Y entrer c'est la garantie après une longue période de chômage, de goûter enfin à l'ascension sociale. Du moins, tel est l'espoir de Léon Cornec. La réalité sera tout autre, beaucoup plus sombre... L'auteur raconte l'envers du décor, son quotidien précaire. Le travail de nuit, le manque de moyens, d'encadrement et de formation, l'alcool, la violence, la misère humaine. Entre les odeurs nauséabondes, les situations dangereuses, Léon bricolait comme il pouvait. Il tirait des câbles selon des plans et du... Chômeur et artiste sans le sous au début, Léon Cornec entre chez HTransports, une entreprise de sous-traitance chargée par la RATP et la SNCF de veiller au bon fonctionnement des trains, métros et tramways. Il se forme sur le tas, comme électricien. Il intègre une équipe, va de chantier en chantier. Il gravit les échelons et devient contremaître. Léon Cornec ne prend pas le temps de nous introduire dans ce monde qui sent le rouge, le goudron, les armoires électriques et le caoutchouc. Il nous le fait vivre. Sortie de rails, n'est pas un roman, c'est le témoignage de onze années passées au sein d'une grosse entreprise, un fleuron de l'industrie française qui affiche des millions de chiffre d'affaires, des inventions, le TGV. Y entrer c'est la garantie après une longue période de chômage, de goûter enfin à l'ascension sociale. Du moins, tel est l'espoir de Léon Cornec. La réalité sera tout autre, beaucoup plus sombre... L'auteur raconte l'envers du décor, son quotidien précaire. Le travail de nuit, le manque de moyens, d'encadrement et de formation, l'alcool, la violence, la misère humaine. Entre les odeurs nauséabondes, les situations dangereuses, Léon bricolait comme il pouvait. Il tirait des câbles selon des plans et du matériel qui ne correspondaient pas à sa mission. Pourtant au fil des chantiers, Léon prend du galon. Plus il grimpera les échelons, plus il sera confronté à la misère sociale, pour finalement échoir sur le quai et regarder les trains passer trois années durant. Sortie de rails est une claque, un essentiel pour comprendre la misère des invisibles, un voyage halluciné des lieux désaffectés, lunaires, où zonent des populations oubliées, déglinguées. Il est de ces livres qui marquent au fer rouge, qui font frémir. Les usagers des transports ferroviaires notamment ceux de la région parisienne, ne resteront certainement pas insensibles à ce qu'ils y découvriront et comprendront pourquoi leurs trains arrivent rarement à l'heure... Bien que le style littéraire soit différent, mais néanmoins efficace, Sortie de rails m'a fait penser à À la ligne, le roman de Joseph Ponthus, vous savez cet intellectuel qui de missions d'intérim en intérim a échoué à l'usine pour y triturer le bulot, la crevette, le tofu, le cochon et la vache. La démarche de ces deux auteurs est similaire. Mettre à l'honneur ceux que l'on ne voit pas, ces ouvriers dont les conditions de travail sont dignes d'un autre siècle, raconter leur précarité, la pénibilité tant physique que psychologique de leur tâche. Aucun doute, que vous preniez le train, le métro ou le tramway Sortie de rails est pour vous et tous les autres. Un conseil, lisez-le, vous verrez c'est effarant !
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolo60 Posté le 19 Mai 2020
    Une plongée vertigineuse dans le monde du travail, de la sous-traitance dans une entreprise qui est le fleuron de l'industrie française. Léon Cornec raconte son vécu, les journées dans le noir et la crasse, et les odeurs de caoutchouc.  Des employés  peu ou mal formés, du matériel qui ne correspond pas au besoin du chantier et un travail avec l'amiante sans les protections adaptées et obligatoires. Tout cela dans des lieux sombres et désaffectés. Un travail réalisé dans la plus parfaite confusion, en apprenant sur le tas, avec les moyens du bord avec l'alcool cet ami qui très vite devient le pire ennemi des ouvriers. Une entreprise rongée par la démotivation et l'alcool. Un livre dur, difficile mais réaliste sur le monde du travail. On ne peut imaginer quand on prend les transports, ce qui se cache derrière, c'est stupéfiant et angoissant à la fois. "Sortie de rail"  n'a pas été pour nous faire peur, mais pour nous faire prendre conscience que certaines entreprises ayant pignon sur rue sont loin de prendre leur responsabilité. Il me restera longtemps en mémoire.
  • ju-s-tine Posté le 26 Avril 2020
    Un témoignage très intéressant dans les entrailles des villes, sur les métiers du rail, l'intérim, les abus de pouvoirs, les coups de nerfs, la fatigue, la violence. La déchéance.
  • ElouanG Posté le 15 Mars 2020
    Cet ouvrage nous entraîne dans la dure réalité des ouvriers du monde ferroviaire. Des outils inadaptés aux situations, des règles de sécurité bafouées, du personnel pas assez formé pour effectuer sa tâche : telle est la réalité décrite dans Sortie de rails. C'est aussi l'ascension hiérarchique d'un intérimaire qui devient, au fil des pages, de plus en plus gradé, cédant parfois à l'ivresse du pouvoir. Dans l'ensemble, le livre est intéressant, bien qu'un peu plombant au niveau du moral. J'ai apprécié ma lecture, qui a été fluide, la plume de l'auteur est très agréable.
  • Skorski Posté le 12 Mars 2020
    [Lu grâce à Masse Critique] Cette immersion dans le monde de la sous-traitance a été une expérience hallucinante : il faut le lire pour le croire. Honnêtement, je ne m'attendais pas à découvrir des dérives d'une telle ampleur et d'une telle intensité. Ayant déjà lu une interview de l'auteur, j'ai abordé ce livre comme étant réellement un témoignage et non une œuvre de fiction (d'ailleurs je n'ai même pas fait attention à la mention "roman"). Et pour le coup, je comprends les lecteurs déçus par la qualité de l'écriture. On ne trouvera pas son bonheur de ce côté-là car le récit avance à un rythme très rapide et les événements n'ont pas le temps d'être développés (certaines scènes auraient mérité un chapitre à elles seules). Au final on obtient une succession d'instantanés qui manque de profondeur. Néanmoins, ce témoignage a le mérite de mettre en lumière les terribles conditions de travail imposées par certaines entreprises rapaces qui remportent des marchés au prix de ce que l'on est en droit d'appeler des sacrifices humains. Tout le monde n'est pas Zola pour exposer brillamment les dérives de la société contemporaine, mais Cornec a redonné de la visibilité et de la dignité à ces figures... [Lu grâce à Masse Critique] Cette immersion dans le monde de la sous-traitance a été une expérience hallucinante : il faut le lire pour le croire. Honnêtement, je ne m'attendais pas à découvrir des dérives d'une telle ampleur et d'une telle intensité. Ayant déjà lu une interview de l'auteur, j'ai abordé ce livre comme étant réellement un témoignage et non une œuvre de fiction (d'ailleurs je n'ai même pas fait attention à la mention "roman"). Et pour le coup, je comprends les lecteurs déçus par la qualité de l'écriture. On ne trouvera pas son bonheur de ce côté-là car le récit avance à un rythme très rapide et les événements n'ont pas le temps d'être développés (certaines scènes auraient mérité un chapitre à elles seules). Au final on obtient une succession d'instantanés qui manque de profondeur. Néanmoins, ce témoignage a le mérite de mettre en lumière les terribles conditions de travail imposées par certaines entreprises rapaces qui remportent des marchés au prix de ce que l'on est en droit d'appeler des sacrifices humains. Tout le monde n'est pas Zola pour exposer brillamment les dérives de la société contemporaine, mais Cornec a redonné de la visibilité et de la dignité à ces figures de travailleurs malmenés. Je recommande chaudement.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.