RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Ta façon d'être au monde

            Pocket
            EAN : 9782266268455
            Code sériel : 16675
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            Ta façon d'être au monde

            Date de parution : 02/02/2017
            L’une est une petite fille inquiète, sage, maladroite et rêveuse avec quelque chose d’imprécis dans le regard. Comme une certaine distance au monde.
            L’autre est un rayon de soleil sans ombre qui sourit et irradie avec un naturel désarmant.
            Elles ont 10 ans quand elles se rencontrent et se décident demi-sœurs, parce...
            L’une est une petite fille inquiète, sage, maladroite et rêveuse avec quelque chose d’imprécis dans le regard. Comme une certaine distance au monde.
            L’autre est un rayon de soleil sans ombre qui sourit et irradie avec un naturel désarmant.
            Elles ont 10 ans quand elles se rencontrent et se décident demi-sœurs, parce qu’elles trouvent que « copines » c’est galvaudé.
            L’école, le collège, le lycée, les vacances à Ker Timéoscor, la liberté des premières virées, le goût des premières cigarettes, l’émoi des premières amours, elles partageront tout. Ensemble, elles découvriront la vie. Puis la mort, le drame, le chagrin et le deuil. Et la trahison.

            « C’est terriblement bien écrit et incisif, il y a de la poésie et du rythme jusqu’à la dernière page, la dernière ligne… qui vous donne envie de reprendre le livre à l’envers. » soisbelleetparle.fr
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266268455
            Code sériel : 16675
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Une fiction grave sur le deuil et le temps qui passe, bien loin du récit de grossesse non désirée qu'elle partageait dans son premier livre. » aufeminin.com
            « C’est terriblement bien écrit et incisif, il y a de la poésie et du rythme jusqu’à la dernière page, la dernière ligne… qui vous donne envie de reprendre le livre à l’envers. Il y a des fulgurances. Il y aura peut-être aussi des résonances. » soisbelleetparle.fr
            « Il y avait Christophe et les mots bleus. Il y a désormais Camille et les mots justes. Et j’ai hâte qu’elle en écrive plein d’autres. » soisbelleetparle.fr
            « Un roman prenant avec une écriture empreinte d'émotions, une écriture douce qui aborde le deuil dans toute sa profondeur » croqueuse-livres.weebly.com

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • LeslecturesdeNinon Posté le 12 Décembre 2018
              Ce livre m’a laissée perplexe… Encore un bon exemple pour dire qu’il en faut pour tous les goûts, puisque beaucoup d’avis à son sujet sont plutôt positifs. Quant à moi, malheureusement, je n’ai pas accroché plus que ça. J’ai été déroutée par le style, perturbée par les pronoms utilisés : « on », « elle », « tu »… J’ai vraiment eu du mal à suivre pendant la première partie. Qui parle à qui de qui ?? Cependant, on ne peut pas enlever à l’auteur son art de manier les mots. Un vrai régal ! En ce qui concerne l’histoire, il faut s’accrocher jusqu’au bout pour comprendre l’intrigue. Bravo, d’ailleurs, car nous ne nous doutons de rien jusqu’à la fin, et c’est vrai que, comme le dit la quatrième de couverture, on a presque envie de relire le livre à l’envers
            • Acoun Posté le 19 Juillet 2018
              Ta façon d'écrire... 1. Il ne te connaît pas. A peine es-tu un nom vaguement familier, mais il ne saurait pas dire ce que ça lui évoque. Quelques copains copines de Babelio ont parlé de toi. C'était quoi, déjà ? Un truc sur la maternité, non ? Un tout petit rien... Toi c'est ton deuxième roman, celui de la confirmation. Tu es attendue... Et tu ne déçois pas... Tu lui offres ici un récit poignant et sensible sur l'amitié, le temps qui passe, le désir ou l'impossibilité de profiter du moment présent. Il te lit et il tombe sous le charme de ta façon d'écrire. Avec rythme et poésie, tu l'emmènes exactement où tu veux, et il te suit pas à pas, des premiers souvenirs d'enfance aux vacances à la mer en passant par la fugue fantasmée... Lui aussi se souvient... Tu lui dis l'amitié, tu racontes ces deux filles, la rêveuse et la joyeuse, l'effacée et la solaire...Qui grandissent, mûrissent découvrent la vie, l'amour... 2. Au fil des chapitres, en contant des détails, des moments, tu me montres ce temps qui passe et qui ne reviendra pas. Tu m'offres un grand bol de nostalgie plein de souvenirs personnels avec des vrais morceaux de sentiments dedans... Et puis d'un... Ta façon d'écrire... 1. Il ne te connaît pas. A peine es-tu un nom vaguement familier, mais il ne saurait pas dire ce que ça lui évoque. Quelques copains copines de Babelio ont parlé de toi. C'était quoi, déjà ? Un truc sur la maternité, non ? Un tout petit rien... Toi c'est ton deuxième roman, celui de la confirmation. Tu es attendue... Et tu ne déçois pas... Tu lui offres ici un récit poignant et sensible sur l'amitié, le temps qui passe, le désir ou l'impossibilité de profiter du moment présent. Il te lit et il tombe sous le charme de ta façon d'écrire. Avec rythme et poésie, tu l'emmènes exactement où tu veux, et il te suit pas à pas, des premiers souvenirs d'enfance aux vacances à la mer en passant par la fugue fantasmée... Lui aussi se souvient... Tu lui dis l'amitié, tu racontes ces deux filles, la rêveuse et la joyeuse, l'effacée et la solaire...Qui grandissent, mûrissent découvrent la vie, l'amour... 2. Au fil des chapitres, en contant des détails, des moments, tu me montres ce temps qui passe et qui ne reviendra pas. Tu m'offres un grand bol de nostalgie plein de souvenirs personnels avec des vrais morceaux de sentiments dedans... Et puis d'un coup, même si je m'y attendais, j'encaisse l'uppercut... Le point de bascule qui marque la fin des jours heureux... Sans pathos, sans violons mielleux, tout en pudeur, tu me dis ce qu'on ne sait pas dire, ce monde qui s'écroule mais qui continue à tourner. Et je me rappelle et j'imagine... Comment se soucier de ce qu'on va porter le jour des obsèques peut être une façon de ne pas penser à l'après... 3. Tu es intelligente Camille... Tout en douceur, en retenue, à petits coups d'images et de seconds plans, tu m'amènes juste où tu voulais. Et voilà la fin qui approche, inéluctable, impitoyable... J'ai suivi tes petits cailloux mais je voudrais m'être trompé... Mais tu ne faiblis pas... Pas de quartier. Tu me montres pourquoi « être au monde » ne va pas toujours de soi, pourquoi nous en sommes sommes tous là, flottant entre le désir de profiter de ce qui est, la frustration de savoir que c'est déjà fini, et l'espoir de vivre un encore mieux... Je referme le livre avec le désir immédiat de l'ouvrir à nouveau pour relire des passages, pour vérifier des indices, pour me replonger dans ce style... Toi tu es passée à autre chose, tu racontes ta maison d'enfance... Je te retrouverai bientôt...
              Lire la suite
              En lire moins
            • Souris_de_bibliotheque Posté le 11 Avril 2018
              Une gifle, voilà l'effet que m'a fait ce tout petit livre. Je l'ai dévoré, j'ai tourné les pages sans plus pouvoir m'arrêter. Je l'ai adoré, parce qu'il m'a touchée comme peu de livres m'avaient touchée depuis longtemps. Parce que son écriture est juste, pudique, poétique même parfois. Et en même temps, je l'ai détesté. J'ai détestée me sentir aussi chamboulée, et ne plus pouvoir lire parce que je pleurais trop. J'ai détesté qu'il soit aussi court. J'ai détesté, une fois la dernière page tournée, le reposer déjà et rester de longues minutes sur mon canapé, à ne plus vraiment savoir comment je m'appelais ni ce que je faisais là. Bref, une gifle. Mais une belle gifle.
            • MAPATOU Posté le 19 Avril 2017
              J’ai découvert ce roman sur un des présentoirs de ma médiathèque préférée. En lisant la quatrième de couverture, j’ai vu qu’il s’agissait d’une histoire d’amitié d’enfance entre deux jeunes femmes. Plusieurs membres du club de lecture que j’anime, Les Gourmands Lisent, parlent avec chaleur ou déception (voire détestation) de « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante. Je me suis dit que faire le pendant avec le présent ouvrage serait intéressant. Une petite fille (on ignore son prénom car c’est elle qui nous raconte l’histoire), très introvertie, plutôt mal dans son corps et dans sa vie, devient la meilleure amie de celle qui est tout son contraire : souriante, joyeuse, lumineuse. Elles sont inséparables. Mais cette amitié n’est pas équilibrée. Elle me fait plutôt penser à l’image d’un champignon qui s’installe sur un tronc d’arbre et se nourrit de tout ce que ce dernier peut lui apporter. C’est ainsi que je vois la narratrice, même si l’image n’est pas très jolie. Au moment de l’adolescence, les deux filles ne fréquentent plus la même école mais elles garderont des liens très forts, présentant chacune à l’autre sa nouvelle amie rencontrée dans leurs collèges respectifs. Et de duo, l’amitié devient un quatuor. La bande s’élargit avec les garçons... J’ai découvert ce roman sur un des présentoirs de ma médiathèque préférée. En lisant la quatrième de couverture, j’ai vu qu’il s’agissait d’une histoire d’amitié d’enfance entre deux jeunes femmes. Plusieurs membres du club de lecture que j’anime, Les Gourmands Lisent, parlent avec chaleur ou déception (voire détestation) de « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante. Je me suis dit que faire le pendant avec le présent ouvrage serait intéressant. Une petite fille (on ignore son prénom car c’est elle qui nous raconte l’histoire), très introvertie, plutôt mal dans son corps et dans sa vie, devient la meilleure amie de celle qui est tout son contraire : souriante, joyeuse, lumineuse. Elles sont inséparables. Mais cette amitié n’est pas équilibrée. Elle me fait plutôt penser à l’image d’un champignon qui s’installe sur un tronc d’arbre et se nourrit de tout ce que ce dernier peut lui apporter. C’est ainsi que je vois la narratrice, même si l’image n’est pas très jolie. Au moment de l’adolescence, les deux filles ne fréquentent plus la même école mais elles garderont des liens très forts, présentant chacune à l’autre sa nouvelle amie rencontrée dans leurs collèges respectifs. Et de duo, l’amitié devient un quatuor. La bande s’élargit avec les garçons qui viennent graviter autour. Des couples se forment, emménagent dans de tous petits appartements ; ce qui n’empêche pas les amies de se retrouver et de partir en vacances ensemble. Seule la narratrice, âgée maintenant de 26 ans, semble avoir conservé la même personnalité que pendant son enfance. Elle est plutôt solitaire et semble avoir beaucoup de mal à avoir un petit ami. Il y a bien ce Gabriel …. mais il ne fait que passer régulièrement en coup de vent chez elle. Un drame va venir tout chambouler : sa meilleure amie perd dans un accident de voiture son compagnon. Pendant des pages, la narratrice va nous raconter comment elle a pris soin de son amie, tentant de l’aider à retrouver goût à la vie…. Jusqu’à ce qu’elle nous dévoile la vérité … et là, je me suis exclamée « La salope ! ». A vous de le lire, vous comprendrez pourquoi . Et encore une histoire d’amitié qui n’en est pas une finalement !
              Lire la suite
              En lire moins
            • djoulpim Posté le 18 Avril 2017
              J'ai découvert le style de Camille Anseaulme à travers son blog et son premier livre "Un tout petit rien". J'avais déjà accroché avec une écriture vraie, poétique mais tellement ancrée dans le réel. Ce second roman m'a mis une vraie claque. Certains livres ou certains auteurs nous touchent davantage, il semble que ce soit le cas pour moi avec Camille Anseaulme. Ce roman raconte la jeunesse de deux amies, de leur rencontre, enfants, à leurs années d'études et de premier boulot. On y retrouve une envie de liberté, de laisser-aller; ce roman nous raconte comment on se construit, les rencontres et les obstacles ou les drames de la vie qui nous font devenir ce qu'on est. C'est émouvant, grisant, et rempli de poésie.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.