Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266306720
Code sériel : 17801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm

Tant qu'il y a de la vie ! : journal d'Hendrik Groen, 85 ans

Myriam BOUZID (Traducteur), Mireille COHENDY (Traducteur)
Date de parution : 04/06/2020
Réveillon 2015. L’année commence en fanfare, tout en feux d’artifice. Il y a eu cette fusée très peu réglementaire, allumée au cinquième étage de la maison de retraite. Mais surtout cette bonne nouvelle : Hendrik Groen a repris l’écriture de son journal ! S’il pleure encore ceux qui sont partis, le club... Réveillon 2015. L’année commence en fanfare, tout en feux d’artifice. Il y a eu cette fusée très peu réglementaire, allumée au cinquième étage de la maison de retraite. Mais surtout cette bonne nouvelle : Hendrik Groen a repris l’écriture de son journal ! S’il pleure encore ceux qui sont partis, le club des VIMAPEM (pour VIeux MAis Pas Encore Morts) peut s’enorgueillir de nouvelles recrues très imaginatives. Courses en déambulateur, fugues à gogo : tant pis si l'acariâtre directrice essaie de leur mettre des bâtons dans les roues ! Nos retraités ne sont pas près de se laisser faire...
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266306720
Code sériel : 17801
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 464
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Au-delà de l’humour mordant, des rivalités entre résidents et des petites mesquineries qui font sourire le lecteur, c’est bien de la perte d’autonomie et du placement des aînés qu’il est question dans ce roman. »

« La leçon de vie, livrée avec lucidité, simplicité et honnêteté, n’est ni culpabilisante, ni larmoyante. Grâce à un récit pétillant et vitaminé, l’auteur réussit à donner une vision positive et tout à fait surprenante du quatrième âge. »

« Intelligent, drôle, impertinent et surtout très différent de la production littéraire du moment, Les flagrants délires d’Hendrik Groen est un formidable roman antidépresseur pour toutes celles et ceux qui ont peur de vieillir ! »

Histoire du soir
Histoire du soir

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • CSBlitaussi Posté le 1 Novembre 2020
    Lors d'un court passage dans mon petit pays plat, j'ai eu l'occasion d'acheter la suite de "Les Flagrantes délires de Hendrik Groen" en VO. J'avais bien aimé le premier tome. le deuxième tome est donc la suite du journal intime qu'Hendrik a décidé de reprendre à 85 ans le 1er janvier 2015. Hendrik décrit toujours avec un certain humour sa vie dans sa maison de retraite, son club "Omanido" (Oud MAar Nog NIet DOod = Vieux mais pas encore morts), qui organise des sorties culinaires pour garder le morale. Ce deuxième tome est vraiment une suite du premier tome : même rythme, des sujets d'actualité et les critiques sur la société en général... Aussi la mort ou comment Hendrik et ses amis s'approchent davantage de la mort est abordée. Evert, son meilleur ami, est atteint d'un cancer et il sait qu'il va mourir bientôt. Hendrik essaie de garder le morale, mais quand Evert est parti pour de bon, la vie n'est plus pareille. J'ai moins apprécié ce deuxième livre parce que j'avais une impression de déjà lu (voir remarque plus haut). Ce tome est moins drôle que le premier, c'est peut-être aussi parce que les sujets autour de la vieillesse... Lors d'un court passage dans mon petit pays plat, j'ai eu l'occasion d'acheter la suite de "Les Flagrantes délires de Hendrik Groen" en VO. J'avais bien aimé le premier tome. le deuxième tome est donc la suite du journal intime qu'Hendrik a décidé de reprendre à 85 ans le 1er janvier 2015. Hendrik décrit toujours avec un certain humour sa vie dans sa maison de retraite, son club "Omanido" (Oud MAar Nog NIet DOod = Vieux mais pas encore morts), qui organise des sorties culinaires pour garder le morale. Ce deuxième tome est vraiment une suite du premier tome : même rythme, des sujets d'actualité et les critiques sur la société en général... Aussi la mort ou comment Hendrik et ses amis s'approchent davantage de la mort est abordée. Evert, son meilleur ami, est atteint d'un cancer et il sait qu'il va mourir bientôt. Hendrik essaie de garder le morale, mais quand Evert est parti pour de bon, la vie n'est plus pareille. J'ai moins apprécié ce deuxième livre parce que j'avais une impression de déjà lu (voir remarque plus haut). Ce tome est moins drôle que le premier, c'est peut-être aussi parce que les sujets autour de la vieillesse sont traités d'une manière plus pertinente : euthanasie, solitude, maladies, Alzheimer et autres pathologies gériatriques... Et puis les événements dans le monde en 2015 ne sont pas les plus joyeux : attentats à Paris, le sort des réfugiés, les restrictions budgétaires dans le monde médical et bien sûr l'élimination des Pays-Bas pour le coup d'Europe... Néanmoins, j'ai été contente de retrouver Hendrik et j'ai passé un moment agréable de lecture avec lui. :-) Challenge Multi-défis
    Lire la suite
    En lire moins
  • kbnha Posté le 8 Août 2019
    J'ai appris vers la fin du livre que s'il commence en disant qu'il n'a pas tenu de journal en 2004 c'était parce qu'il y avait un journal avant! Livre que je vais commencé sous peu. Ceci-dit, ce livre est vraiment très bon. Informatif, drôle, touchant la plume de l'auteur est parfaite.
  • stephalivres Posté le 15 Avril 2019
    Avant toute chose, précisons que c’est la suite du livre d’hendrik Groen, 83 ans et demi. Mais je ne l’ai pas lu, et on peut faire sans. Précisons aussi (parce que si vous êtes comme moi vous vous poserez la question), que ça n’est pas un journal vrai de vrai. Mais après tout, c’est pas bien grave, parce que bien des choses qui y sont ressemblent à ce qu’on pourrait voir dans une maison de retraite. Même les françaises. Du moins, quand j’y allais encore en stage il y a une dizaine d’années, ça y ressemblait pas mal. En effet, l’auteur est un discret hollandais d’une soixantaine d’année (loin des 85 de son héros!). Mais nous ne saurons pas ce qu’il en est de sa connaissance des maisons de retraite : d’une part il est extrêmement discret, d’autre part je ne parle pas hollandais, donc impossible de comprendre tout les articles à son sujet. Malgré tout, c’est tellement bien écrit qu’on s’y croirait, et qu’Hendrik et ses collègues nous deviennent proches, et fort sympathiques. On rit beaucoup, mais pas toujours à gorge déployée, soyons honnête on rit parfois jaune. C’est pas toujours marrant de vieillir, et certains moments sont très émouvant. Pour... Avant toute chose, précisons que c’est la suite du livre d’hendrik Groen, 83 ans et demi. Mais je ne l’ai pas lu, et on peut faire sans. Précisons aussi (parce que si vous êtes comme moi vous vous poserez la question), que ça n’est pas un journal vrai de vrai. Mais après tout, c’est pas bien grave, parce que bien des choses qui y sont ressemblent à ce qu’on pourrait voir dans une maison de retraite. Même les françaises. Du moins, quand j’y allais encore en stage il y a une dizaine d’années, ça y ressemblait pas mal. En effet, l’auteur est un discret hollandais d’une soixantaine d’année (loin des 85 de son héros!). Mais nous ne saurons pas ce qu’il en est de sa connaissance des maisons de retraite : d’une part il est extrêmement discret, d’autre part je ne parle pas hollandais, donc impossible de comprendre tout les articles à son sujet. Malgré tout, c’est tellement bien écrit qu’on s’y croirait, et qu’Hendrik et ses collègues nous deviennent proches, et fort sympathiques. On rit beaucoup, mais pas toujours à gorge déployée, soyons honnête on rit parfois jaune. C’est pas toujours marrant de vieillir, et certains moments sont très émouvant. Pour peu que vous ayez un aïeul lui même dans ces situations… Souvent nous, les plus jeunes, on rigole du jour où l’on sera placé, est ce qu’ils mettront encore « la java bleue » à la radio pour les après midi musicaux, ou alors il faudra se farcir Christophe Maé. Mais souvent on oublie aussi qu’il faudra vivre avec des gens qu’on n’aura pas choisi, une porte de chez soi qui s’ouvre n’importe quand, l’intimité qui n’existe plus du tout, que ce soit parce qu’on parlera de vos protections intimes à haute voix, mais aussi parce que personne ou presque ne vous touchera plus. Alors peut être que nous aussi, on fera partie de ces vieux qui rigolent parce qu’être vieux, d’accord, mais n’être pas encore mort, c’est ça l’important!
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.