RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Téméraire

            Pocket
            EAN : 9782266192873
            Code sériel : 7016
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Téméraire

            ,

            Guillaume FOURNIER (Traducteur), Bénédicte LOMBARDO (Direction de collection)
            Date de parution : 12/05/2011

            Une épidémie redoutable décime les rangs des dragons de combat de l'armée anglaise. Seuls Téméraire ainsi qu'une meute de dragons inexpérimentés semblent échapper au mal. En mer, les dragons de Bonaparte harcèlent déjà les vaisseaux britanniques. Il ne reste plus qu'une chose à faire : Téméraire et son capitaine Will Laurence s'envolent pour l'Afrique, dont les rivages lointains pourraient bien receler le remède à cette contagion aussi mystérieuse que meurtrière...

            EAN : 9782266192873
            Code sériel : 7016
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.30 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « C'est peu de dire que si vous aviez aimé les précédents, ce quatrième tome ne vous décevra pas. On se lève tous pour Téméraire ! »

            Elbakin.net

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Tatooa Posté le 24 Mai 2019
              J'avions lâché Téméraire et Laurence à leur retour de Chine, et c'était il y a plus de deux ans. A ma grande surprise, d'ailleurs ! Chapeau bas, déjà, à l'auteure, pour avoir fait deux héros (Dragon et homme) qui m'ont tellement marquée que je n'avais rien oublié de leurs aventures chinoises, et des espoirs de Téméraire concernant leur retour en Angleterre. Las, ils reviennent en pleine épidémie de "grippe dragonale". Mortelle, l'épidémie... Il va donc s'agir pour nos deux compères et quelques-uns de leurs amis, et d'une d'essayer un climat moins froid et humide que l'Angleterre, et de deux de chercher un remède à ce virus. Direction "Le Cap", en Afrique du Sud (et en bateau, s'il vous plait, les dragons malades étant trop épuisés pour voler.) Ce sera l'occasion pour l'auteure de nous révéler que Laurence, bien sûr, a des conceptions politiques anti-esclavagistes, mais que le combat des progressistes contre l'esclavagisme rencontre une opposition farouche dans les hautes sphères marchandes anglaises, ce qui ne surprendra personne, et est tout à fait réaliste. C'est donc de nouveau une uchronie très réussie dans son contexte politique que nous pouvons lire ici. Avec un renversement complet de situation coloniale, dont on ne peut révéler grand... J'avions lâché Téméraire et Laurence à leur retour de Chine, et c'était il y a plus de deux ans. A ma grande surprise, d'ailleurs ! Chapeau bas, déjà, à l'auteure, pour avoir fait deux héros (Dragon et homme) qui m'ont tellement marquée que je n'avais rien oublié de leurs aventures chinoises, et des espoirs de Téméraire concernant leur retour en Angleterre. Las, ils reviennent en pleine épidémie de "grippe dragonale". Mortelle, l'épidémie... Il va donc s'agir pour nos deux compères et quelques-uns de leurs amis, et d'une d'essayer un climat moins froid et humide que l'Angleterre, et de deux de chercher un remède à ce virus. Direction "Le Cap", en Afrique du Sud (et en bateau, s'il vous plait, les dragons malades étant trop épuisés pour voler.) Ce sera l'occasion pour l'auteure de nous révéler que Laurence, bien sûr, a des conceptions politiques anti-esclavagistes, mais que le combat des progressistes contre l'esclavagisme rencontre une opposition farouche dans les hautes sphères marchandes anglaises, ce qui ne surprendra personne, et est tout à fait réaliste. C'est donc de nouveau une uchronie très réussie dans son contexte politique que nous pouvons lire ici. Avec un renversement complet de situation coloniale, dont on ne peut révéler grand chose sous peine de spoiler tout le roman. Qui contient malgré tout quelques longueurs, et péripéties redondantes, qui lassent un peu sur la durée, ce serait donc dommage de révéler ce qui en fait l'originalité et la saveur. C'est bien écrit, bien traduit, et le duo Téméraire "fonce dans le tas" / Laurence "plus circonspect mais obligé de suivre" fonctionne toujours à fond. Les personnages secondaires sont bien traités, les politocards et hauts fonctionnaires anglais, guindés, bornés (et veules, qui plus est) agréables à détester, vraiment ça se laisse lire avec une facilité déconcertante. Les "vrais personnages" historiques apparaissent de façon crédible, bref, c'est bien ficelé. Le cliffhanger, fait pour qu'on saute immédiatement sur la suite, et dont l'auteure, si je me souviens bien, s'est fait une spécialité, ne fonctionnera pas dans mon cas. Comme je me souviens bien, de fait, de ces histoires, je peux me permettre d'attendre plusieurs mois (plusieurs années, même, c'est un constat), pour lire les suivants ! :)
              Lire la suite
              En lire moins
            • mauriceandre Posté le 19 Janvier 2019
              Salut les Babelionautes Commencé en Europe puis un voyage vers l'Empire du milieu ce troisième tome Mène le capitaine Will Laurence et Téméraire sur le continent Africain. Nous avions laissé nos deux Amis fuyant le siège de Dantzig par les Français. Mais a leur Arrivé en Angleterre ils apprennent qu'une étrange maladie s'est abattue sur les Dragons Anglais, seul Téméraire y réchappe. En cherchant pourquoi, les médecins attachés au Aerial Corps s’aperçoivent que Téméraire a bien attrapé le virus en question lors de son voyage vers la Chine mais qu'il en a réchappé grâce a la nourriture préparée par les cuisiniers Chinois lors du séjour en Afrique du Sud. Ni une ni deux, tous les Dragons malades sont chargés sur le même vaisseau et direction l'Afrique, mais n’ayant plus a sa disposition les cuisiniers Chinois et leur recettes, il leur sera difficile de trouver l'aliment qui pourrait servir de remède a l'épidémie. Mais l'Afrique va leur réserver quelques surprises, avec une autre race de Dragons ayant tissé des liens avec les autochtones. Les derniers événements auquel ils seront confrontés, va pour des raisons morales, les emmenaient en présence de Bonaparte et de la Dragonne albinos qu'ils ont affrontés en... Salut les Babelionautes Commencé en Europe puis un voyage vers l'Empire du milieu ce troisième tome Mène le capitaine Will Laurence et Téméraire sur le continent Africain. Nous avions laissé nos deux Amis fuyant le siège de Dantzig par les Français. Mais a leur Arrivé en Angleterre ils apprennent qu'une étrange maladie s'est abattue sur les Dragons Anglais, seul Téméraire y réchappe. En cherchant pourquoi, les médecins attachés au Aerial Corps s’aperçoivent que Téméraire a bien attrapé le virus en question lors de son voyage vers la Chine mais qu'il en a réchappé grâce a la nourriture préparée par les cuisiniers Chinois lors du séjour en Afrique du Sud. Ni une ni deux, tous les Dragons malades sont chargés sur le même vaisseau et direction l'Afrique, mais n’ayant plus a sa disposition les cuisiniers Chinois et leur recettes, il leur sera difficile de trouver l'aliment qui pourrait servir de remède a l'épidémie. Mais l'Afrique va leur réserver quelques surprises, avec une autre race de Dragons ayant tissé des liens avec les autochtones. Les derniers événements auquel ils seront confrontés, va pour des raisons morales, les emmenaient en présence de Bonaparte et de la Dragonne albinos qu'ils ont affrontés en Chine. La Plume de Naomi Novik distille avec soin son récit et il me tarde de lire la suite. Toujours bien écris et traduit par Guillaume Fournier.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lutin82 Posté le 6 Avril 2017
              Dans Par les chemins de la Soie, nous avions quitté, Téméraire, Lawrence ainsi qu’une ribambelle de prussiens et de dragons sauvages lors d’une retraite mouvementée au « soir » de la bataille de Iéna. Nous retrouvons toute cette compagnie 3 jours après, épuisée, harcelée par les troupes françaises au dessus de la Manche. La fuite n’a pas été de tout repos, entre les escarmouches, la soif et la faim, la panique s’est glissée parmi les teutons qui rendent l’évasion aussi bien compliquée que périlleuse. La suite du voyage devient de plus en plus laborieuse, mais ils parviennent enfin sur les côtes britanniques. Naomi Novik nous propose un roman qui emprunte au canevas des tomes 2 et 3, à savoir, un voyage, une mission et quelques rebondissements. J’avais trouvé le procédé quelque peu lassant dans Par les chemins de la soie (tome 3) avec un trajet qui s’attardait beaucoup sur les étapes, les paysages et les rencontres (tout comme Le Trône de Jade, le tome 2). Sans que cela soit ennuyeux, il y a avait une certaine redondance d’un volume à l’autre Naomi Novik s’attarde sur la situation en Angleterre avec de nombreuses patrouilles qui épuisent la vingtaine de dragons sains qui se... Dans Par les chemins de la Soie, nous avions quitté, Téméraire, Lawrence ainsi qu’une ribambelle de prussiens et de dragons sauvages lors d’une retraite mouvementée au « soir » de la bataille de Iéna. Nous retrouvons toute cette compagnie 3 jours après, épuisée, harcelée par les troupes françaises au dessus de la Manche. La fuite n’a pas été de tout repos, entre les escarmouches, la soif et la faim, la panique s’est glissée parmi les teutons qui rendent l’évasion aussi bien compliquée que périlleuse. La suite du voyage devient de plus en plus laborieuse, mais ils parviennent enfin sur les côtes britanniques. Naomi Novik nous propose un roman qui emprunte au canevas des tomes 2 et 3, à savoir, un voyage, une mission et quelques rebondissements. J’avais trouvé le procédé quelque peu lassant dans Par les chemins de la soie (tome 3) avec un trajet qui s’attardait beaucoup sur les étapes, les paysages et les rencontres (tout comme Le Trône de Jade, le tome 2). Sans que cela soit ennuyeux, il y a avait une certaine redondance d’un volume à l’autre Naomi Novik s’attarde sur la situation en Angleterre avec de nombreuses patrouilles qui épuisent la vingtaine de dragons sains qui se résument à Téméraire, ses 20 compagnons sauvages et la petite cracheuse de feu au tempérament bouillant. Nous avons également la description de la longue agonie des reptiles ailés un peu partout en Grande Bretagne. Un tableau qui s’avère finalement assez triste et déprimant. L’action promise ensuite fait figure de grand bol d’air et de libération. Halte à la résignation, place à l’action! Le lecteur doit s’attendre à un roman un peu plus sombre et violent. Adieu, le conflit d’Iéna et les batailles rangées entre deux armées. Pour le coup, elles paraîtraient bien plus humaines que ce qui attendent nos amis en Afrique du Sud. La quête du médicament pour les dragons malades évolue d’une situation délicate à désespérée, entre enlèvements, combats, révoltes, massacres et séquestrations, tout cela sur fond d’esclavage. Oui, le roman est rythmé, le lecteur a toutefois quelques plages de respirations, avec des scènes plus intimistes, ou l’exposition de paysages magnifiques. Outre l’exotisme et des thématiques intéressantes, L’Empire d’Ivoire affine les interactions entre les différents personnages. Comme précédemment, la relation entre Téméraire et Lawrence est à la fois tendre, amicale et empreinte de beaucoup d’amour, mais nous voyons se développer les autres, traitées de manière superficielle jusqu’alors. Ainsi les personnages secondaires ont-ils plus de corps et d’indépendance dans ce récit. Jane occupe une position surprenante à leur retour, Naomi Novik en joue même si elle aurait pu aller plus loin dans cette veine. Nous avons Harcourt, capitaine de Lilly (la longwing) impliquée dans une relation amoureuse moderne…. cela décoiffe à cette époque, une incursion bienvenue dans ce domaine qui participe à la qualité du roman. Critique plus complète et illustrée sur mon blog
              Lire la suite
              En lire moins
            • Apophis Posté le 1 Août 2016
              Un très bon quatrième tome, avec un énorme suspens à la fin, mais qui n'est pas exempt de critiques en matière de répétitivité Ce tome 4 est relativement complexe à juger : s’il comprend des redites ou schémas répétitifs par rapport aux autres tomes (on donne à Laurence une mission, qui l’entraîne vers des terres lointaines et exotiques), il n’en reste pas moins très intéressant, surtout au niveau de ses dernières dizaines de pages qui se révèlent extrêmement prenantes et annoncent un énorme changement de paradigme pour Laurence et Téméraire dans le tome 5. Il y a beaucoup de rebondissements, beaucoup d’action, d’émotion, et de nombreuses et nettes évolutions du côté des personnages secondaires. Les nouveaux personnages, humains ou dragons, se révèlent intéressants, avec plusieurs « invités de marque », dont Horatio Nelson, William Wilberforce et un autre dont je ne peux vous parler sans spoiler. La partie africaine fait la part belle à un côté uchronique nettement plus prononcé que dans les tomes précédents, offre une vue sur une civilisation Tswana très intéressante, et réserve quelques scènes d’action trépidantes. Une fois de plus, nous faisons connaissance avec une nation qui, après la Chine et la Prusse, a une manière tout à... Un très bon quatrième tome, avec un énorme suspens à la fin, mais qui n'est pas exempt de critiques en matière de répétitivité Ce tome 4 est relativement complexe à juger : s’il comprend des redites ou schémas répétitifs par rapport aux autres tomes (on donne à Laurence une mission, qui l’entraîne vers des terres lointaines et exotiques), il n’en reste pas moins très intéressant, surtout au niveau de ses dernières dizaines de pages qui se révèlent extrêmement prenantes et annoncent un énorme changement de paradigme pour Laurence et Téméraire dans le tome 5. Il y a beaucoup de rebondissements, beaucoup d’action, d’émotion, et de nombreuses et nettes évolutions du côté des personnages secondaires. Les nouveaux personnages, humains ou dragons, se révèlent intéressants, avec plusieurs « invités de marque », dont Horatio Nelson, William Wilberforce et un autre dont je ne peux vous parler sans spoiler. La partie africaine fait la part belle à un côté uchronique nettement plus prononcé que dans les tomes précédents, offre une vue sur une civilisation Tswana très intéressante, et réserve quelques scènes d’action trépidantes. Une fois de plus, nous faisons connaissance avec une nation qui, après la Chine et la Prusse, a une manière tout à fait différente d’insérer les dragons dans sa société par rapport à celle pratiquée par l’Angleterre (qui, sur l’ensemble du cycle, si elle ne se révélera pas la meilleure, ne sera toutefois pas la pire). Au final, j’ai trouvé ce tome 4 globalement (et je dis bien globalement) meilleur que les tomes 2 et 3, même si j’ai beaucoup aimé la partie Prussienne de ce dernier. La fin explosive (quel magistral cliffhanger ! ) donne clairement envie de se jeter immédiatement sur le tome 5. Retrouvez la version complète de cette critique sur mon blog.
              Lire la suite
              En lire moins
            • joel87 Posté le 12 Janvier 2015
              Mon avis général sur toute la série. Oui, je suis d'accord, c'est souvent un peu long, mais rien ne nous oblige à lire en détail... Mais quelle idée de génie ! Quels personnages ! Et ces dragons... Téméraire qui se met à réfléchir et faire réfléchir sur la condition sociale des animaux et des humains... Tout y est.... LE GRAND KIFFE
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.