En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Temps mort

            Pocket
            EAN : 9782266207737
            Code sériel : 13741
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Temps mort

            PAUL BENITA (Traducteur)
            Date de parution : 15/09/2011

            En principe, Myron Bolitar ne fait pas dans le baby-sitting. Pas même pour une basketteuse aussi talentueuse que sexy, et menacée de mort. Mais là, il s'agit de la fille de l'un de ses vieux amis. Lequel s'est évanoui dans la nature. Que cachait le père ? Quels liens entretenait-il avec...

            En principe, Myron Bolitar ne fait pas dans le baby-sitting. Pas même pour une basketteuse aussi talentueuse que sexy, et menacée de mort. Mais là, il s'agit de la fille de l'un de ses vieux amis. Lequel s'est évanoui dans la nature. Que cachait le père ? Quels liens entretenait-il avec les frères Ache, chefs de la pègre new-yorkaise ? Et avec la puissante famille Bradford, dont l'un des fils se présente au poste de gouverneur ? Pour Myron, une enquête à hauts risques...

            « Le rythme est soutenu, les bons mots et les dialogues enlevés, les rebondissements bien amenés. Bref, un polar qui prend complètement son propre titre à contre-pied. » Philippe Lemaire – Le Parisien / Aujourd'hui en France

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266207737
            Code sériel : 13741
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • cathy13600 Posté le 15 Mai 2018
              Aujourd'hui encore Harlan Coben fait partie de mon panthéon d'auteur au même titre que Maxime Chattam qui l'a rejoint récemment. Il est l'auteur dont je suis fan au point de ne jamais cesser de le suivre. Pourtant, je dois admettre, qu'en raison d'une pile à lire monstrueuse et surtout d'un besoin perpétuel de découvrir des écrivains différents, je le lis moins qu'auparavant. Vous pouvez donc comprendre à quel point j'étais ravie quand mon amie nathalou93, autre adepte de cette littérature, m'a proposée de découvrir « Temps mort », quatre mois après avoir lu, ensemble, « Double piège ». Que voulez-vous, nous avons craqué. Il nous manquait trop. Après avoir été légèrement insatisfaite par ma lecture de janvier 2018, j'étais impatience, voire curieuse de m'immerger dans un autre de ses romans. Allait-il réussir, par cette intrigue, à effacer ma récente déception et à m'hypnotiser à nouveau ? J'avais bon espoir. Ma lecture achevée, je dois admettre que la mission est atteinte puisque je suis rentrée facilement dans l'histoire. J'ai été emportée rapidement au point de n'avoir qu'une envie : connaître la vérité. En clair, j'ai bel et bien été envoûtée. Dans ce cinquième volet de la série de onze romans qui a donné vie à... Aujourd'hui encore Harlan Coben fait partie de mon panthéon d'auteur au même titre que Maxime Chattam qui l'a rejoint récemment. Il est l'auteur dont je suis fan au point de ne jamais cesser de le suivre. Pourtant, je dois admettre, qu'en raison d'une pile à lire monstrueuse et surtout d'un besoin perpétuel de découvrir des écrivains différents, je le lis moins qu'auparavant. Vous pouvez donc comprendre à quel point j'étais ravie quand mon amie nathalou93, autre adepte de cette littérature, m'a proposée de découvrir « Temps mort », quatre mois après avoir lu, ensemble, « Double piège ». Que voulez-vous, nous avons craqué. Il nous manquait trop. Après avoir été légèrement insatisfaite par ma lecture de janvier 2018, j'étais impatience, voire curieuse de m'immerger dans un autre de ses romans. Allait-il réussir, par cette intrigue, à effacer ma récente déception et à m'hypnotiser à nouveau ? J'avais bon espoir. Ma lecture achevée, je dois admettre que la mission est atteinte puisque je suis rentrée facilement dans l'histoire. J'ai été emportée rapidement au point de n'avoir qu'une envie : connaître la vérité. En clair, j'ai bel et bien été envoûtée. Dans ce cinquième volet de la série de onze romans qui a donné vie à Myron Bolitar, nous retrouvons notre agent sportif, ancien basketteur universitaire puis agent spécial du FBI, dans la peau d'un enquêteur qui s'empresse, une nouvelle fois, de prêter assistance à un de ses protégés. En l'occurrence, ici, une femme. Après avoir tergiversé, le propriétaire de MB Sports toujours installé dans le New Jersey accepte suite, à une brève entrevue, de devenir le bodyguard de Brenda Slaughter, jeune espoir du basket féminin menacée par des coups de fils anonymes. Pourquoi ce revirement ? Tout simplement parce que cette jeune championne n'est autre que la fille de Horace, ancien mentor de notre héros lors de sa carrière sportive, qui a subitement disparu une semaine auparavant. Vous pensez que c'est l'unique énigme de ce bouquin ? Détrompez-vous. A vingt ans d'intervalles, alors âgée de cinq ans, Brenda a vu Anita, sa mère, se volatiliser inexplicablement. A l'époque, cette dernière travaillait pour la puissante mais non moins célèbre dynastie Bradford. Un lien ? Personne ne s'en préoccupe. A l'exception de Myron qui, indifférent à la future élection au poste de gouverneur d'Arthur Bradford, le fils ainé, commence à investiguer… Epaulé par son acolyte Win que va-t-il déterrer ? Existe-il une corrélation entre tous ces évènements ? le chemin sera-t-il semé d'embûches ? Brenda sera-t-elle en sécurité ? Va-t-il finalement aboutir ? Mystère… Les éléments qui portent la marque de fabrique du romancier sont toujours d'actualité : - Des disparitions mystérieuses - Des événements improbables - Des protagonistes attachants - Un épilogue imprévisible Je ne m'attarde pas davantage sur l'essence même de ce récit au risque de trop en dire. Je vous laisse le loisir d'en découvrir les tenants et aboutissants. Sachez que c'est un thriller comme je les aime. Basé sur un questionnement perpétuel, une intense réflexion et une recherche incessante de solutions. En ne dévoilant des informations que par parcimonie au fil des chapitres, le romancier américain nous oblige à réétudier les faits, à réexaminer la situation dans son ensemble afin d'établir des théories qui seront immanquablement détruites par l'annonce d'autres données capitales. Il possède une manière, bien à lui, de brouiller les pistes pour nous tenir en haleine. C'est avec délectation que je me suis encore promenée dans l'univers du sport et du basket féminin américain. Je dois admettre mon ignorance des us et coutumes pratiqués sur les parquets américains. Je remercie donc Harlan Coben de m'avoir initiée. Je déplore un plongeon peu profond. le sport est moins présent que lors des investigations antérieures. Scénario habillement construit. Les rebondissements sont nombreux et amenés avec précision. Rythme enlevé, qui prend, selon moi, le titre du livre à contre-pied. J'ai deviné quelques événements mais cela ne pas gênée. Monsieur Coben s'est surpassé niveau dialogues. C'est hilarant, humoristique, sarcastique et cynique au possible. Un modèle du genre. Si vous avez besoin de rire, n'hésitez-pas ! Plume agréable, facile à lire. C'est un tome plus sombre, plus triste que les précédents. Notre détective de choc ne ressortant pas indemne de cette aventure, Je me demande s'il ne marque pas un tournant dans cette série. Est-ce un nouveau Bolitar qui se dessine pour le futur ? A voir… Comme de coutume, j'ai supposé, j'ai supputé des hypothèses de fin. Je croyais avoir élucidé ou du moins dégrossi l'affaire. Et bien pas du tout, je me suis fait piéger. le final sort de nulle part. C'est magique ! C'est avec une joie non feinte que j'ai réaccompagné nos personnages récurrents. Notre homme de lettres les dépeint comme des individus sympathiques, pittoresques, charismatiques. Myron est une fois de plus intègre, consciencieux, perspicace, drôle, attaché aux siens et à ceux qu'il aime. Je l'apprécie tel quel mais, cette fois-ci, son côté inquiet, tourmenté, triste m'a incontestablement conquise. Gros point fort du roman. Windsor Horne Lockwood, troisième du nom, alias « Win » reste fidèle à lui-même, Sous son air inoffensif, « premier de la classe », indiffèrent aux autres, se cache en réalité une personne fidèle en amitié, intuitive, intelligente qui accourt à tout moment pour aider son comparse. J'ai un faible pour ce bonhomme uniquement violent pour les besoins de l'enquête et la protection de son ami. Ce duo est indubitablement attachant. Un des meilleurs de la littérature ? Esperanza Diaz est la copie conforme de la femme volontaire, persévérante, sûre de son amitié. J'ai aimé son fort caractère, son abnégation au travail, son inflexibilité. Je n'ai pas éprouvé une grande empathie pour Jessica. Elle est terne, distante, peu attrayante. J'ai été agréablement surprise par les relations entre les différents intervenants. C'est juste, cohérent, fin, touchant. En conclusion, j'ai eu dans les mains un épisode de très bonne facture, empli de suspens, de complexité, de drames et d'une fin à la « Coben ». Ayant déjà lu sept de ses oeuvres (dont une de cette saga), je considère celui-là comme étant le meilleur des « Bolitar ». Ne conservera-t-il pas la tête définitivement ? le désarroi, le trouble, l'émotion qui se dégage de cette aventure est inattendue, déconcertante mais c'est une belle surprise qui participe pleinement au succès de ce volume. J'ai apprécié cette nouvelle facette que j'espère retrouver par la suite. Myron est encore plus craquant tout en émotivité ! Pur moment de plaisir. Je cours l'acheter ? Ma réponse est oui. Nullement besoin de réfléchir. Selon moi, H.C. a encore fait ce qu'il sait faire au mieux. A savoir écrire un polar qui vous ensorcelle, que vous ne pouvez plus lâcher jusqu'à la dernière page, pardon jusqu'au dernier mot. Il a le don, a chaque fois, d'élaborer une histoire qui n'a de véritable sens que dans son intégralité. A mi-parcours, vous ne savez toujours pas quelle sera la chute. Vous cherchez, vous imaginez pour vous tromper finalement. Cet opus ne dérogeant pas, bien entendu, à la règle. Merci pour cette belle réussite agrémentée d'échanges désopilants. Assurément, j'adore ce romancier à l'imagination débordante.
              Lire la suite
              En lire moins
            • dedanso Posté le 12 Mai 2018
              Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas lu Harlan Coben. Et Temps mort serait resté encore un bon moment dans ma PAL sans la pioche de Nathalou93 dans le cadre du challenge Pioche dans ma PAL de mai. Même si le récit se lit bien, et qu'il y a sans conteste des moments assez drôles et des personnages intéressants (j'ai beaucoup aimé Win), dans l'ensemble je ne garderai pas un souvenir impérissable de cette lecture. Le style utilisé par Harlan Coben ici (et apparemment pour toute la série des Myron Bolitar si j'ai bien compris) est trop basée sur les blagues et les réparties du personnage principal. Au bout d'un moment j'ai trouvé que c'était trop. Les multiples interpellations de l'auteur envers son lecteur m'ont gênées aussi. J'aime bien disparaître entièrement et me fondre dans ma lecture. A chaque fois qu'on m'interpelle, on me rappelle que je suis juste en train de lire et je n'aime pas ça. Et puis il y a tout de même pas mal de clichés : la vieille bibliothécaire à lunettes trop sérieuse, le sergent d'accueil déprimé par son métier et qui s'ennuie, les gardes du corps musclés sans cervelle... J'ai par contre beaucoup appris sur le métier... Ça faisait bien longtemps que je n'avais pas lu Harlan Coben. Et Temps mort serait resté encore un bon moment dans ma PAL sans la pioche de Nathalou93 dans le cadre du challenge Pioche dans ma PAL de mai. Même si le récit se lit bien, et qu'il y a sans conteste des moments assez drôles et des personnages intéressants (j'ai beaucoup aimé Win), dans l'ensemble je ne garderai pas un souvenir impérissable de cette lecture. Le style utilisé par Harlan Coben ici (et apparemment pour toute la série des Myron Bolitar si j'ai bien compris) est trop basée sur les blagues et les réparties du personnage principal. Au bout d'un moment j'ai trouvé que c'était trop. Les multiples interpellations de l'auteur envers son lecteur m'ont gênées aussi. J'aime bien disparaître entièrement et me fondre dans ma lecture. A chaque fois qu'on m'interpelle, on me rappelle que je suis juste en train de lire et je n'aime pas ça. Et puis il y a tout de même pas mal de clichés : la vieille bibliothécaire à lunettes trop sérieuse, le sergent d'accueil déprimé par son métier et qui s'ennuie, les gardes du corps musclés sans cervelle... J'ai par contre beaucoup appris sur le métier d'agent sportif sur lequel je ne m'étais jamais vraiment posé de question. Ça ne m'étonne pas du tout qu'il puisse y avoir autant de corrompus dans cette branche. C'est moins le sport et les sportifs qui intéressent que l'argent... Une lecture intéressante mais vous devriez pouvoir trouver beaucoup plus passionnant, y compris parmi l'oeuvre d'Harlan Coben (j'avais beaucoup aimé Ne le dis à personne).
              Lire la suite
              En lire moins
            • nathalou93 Posté le 4 Mai 2018
              15e livre d'@harlancoben que je viens de terminée, dans le cadre de #piochedansmapal j'ai choisis a @dedanso #tempsmort et comme il est aussi dans ma pal, je lui proposée une lecture commune, @cathy13260 as aussi participer a cette lecture, comme elle est fan de cet auteur. Noel ZUCKERMANN homme d'affaire averti dirige une entreprise d'article de sports que la belle représente en tant que mannequin et sportive, joueuse de basket très en vogue. Mais la demoiselle est en danger, elle as reçu des menaces de mort, donc pour pas perdre sa sportive préférée il demande a Myron Bolitar notre enquêteur préférée de l'as protéger en contre partie il s'occuperas de ses contrats sportifs, très juteux pour l'équipe de Myron, mais jouer les garde du corps, pas trop son truc. Mais en faisant connaissance avec la jeune athlète, il se pris d'affection, et entrepris de retrouver son père et découvrir le mystère de sa mère partie dés son plus jeune âge. Mais Myron ne se doutait pas, qu'il s'est embrigader, dans une enquêtes avec énormément de complications, seras t-il démeler le vrai du faux et offrir a Brenda la sérénité ? Opus que j'ai adorer, les dialogues sont hilarant, j'était explosée du tout du... 15e livre d'@harlancoben que je viens de terminée, dans le cadre de #piochedansmapal j'ai choisis a @dedanso #tempsmort et comme il est aussi dans ma pal, je lui proposée une lecture commune, @cathy13260 as aussi participer a cette lecture, comme elle est fan de cet auteur. Noel ZUCKERMANN homme d'affaire averti dirige une entreprise d'article de sports que la belle représente en tant que mannequin et sportive, joueuse de basket très en vogue. Mais la demoiselle est en danger, elle as reçu des menaces de mort, donc pour pas perdre sa sportive préférée il demande a Myron Bolitar notre enquêteur préférée de l'as protéger en contre partie il s'occuperas de ses contrats sportifs, très juteux pour l'équipe de Myron, mais jouer les garde du corps, pas trop son truc. Mais en faisant connaissance avec la jeune athlète, il se pris d'affection, et entrepris de retrouver son père et découvrir le mystère de sa mère partie dés son plus jeune âge. Mais Myron ne se doutait pas, qu'il s'est embrigader, dans une enquêtes avec énormément de complications, seras t-il démeler le vrai du faux et offrir a Brenda la sérénité ? Opus que j'ai adorer, les dialogues sont hilarant, j'était explosée du tout du long, l'enquête est également bien ficélée et la fin est efficace. Et quel plaisir de retouver l'équipe de Myron Bolitar, c'est comme un peu retrouver un lieu ou aime être.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lau2810 Posté le 16 Septembre 2017
              Plus sombre que les autres, mais toujours bien ficelé. Comme à son habitude, Harlan Coben nous transporte et nous emmène dans son histoire sans problème.
            • Badole Posté le 6 Juin 2016
              Première aventure avec Myron Bolitar, pas mal, on cherche la fin, ça tourne bien, les personnages sont forts et impliqués, un bon polar, bien noir. Et bien différent de mon précédent chez Coben.

            Ils en parlent

            « (…) le rythme est soutenu, les bons mots et les dialogues enlevés, les rebondissements bien amenés. (…) Bref, un polar qui prend complètement son propre titre à contre-pied. » Philippe Lemaire - Le Parisien / Aujourd’hui en France

            « Bref, tous les ingrédients pour un bon gros polar. Mais Harlan Coben a quelque chose de plus : des dialogues percutants, de la tendresse pour son héros qui se débat dans des états d’âme, et son amour pour Jessica. Et nous, on fond, tout en se demandant qui est l’assassin. » S.H. - Cosmopolitan

            Vos nuits sont hantées par les romans d'Harlan Coben ?
            Vos mains tremblent à chacune de leurs pages et vous trépignez d'impatience à chaque nouvelle parution ?
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com