Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266223720
Code sériel : 13599
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Terminus Elicius

Date de parution : 21/10/2011

Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose : « Vous êtes si belle, Jeanne. » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre....

Toujours le même trajet. Istres-Marseille. Marseille-Istres. Sa mère, son travail. La vie de Jeanne est en transit. Elle la contemple en passager. Une lettre suffira à faire dérailler ce train-train morose : « Vous êtes si belle, Jeanne. » Glissée entre deux banquettes, elle l’attendait. Une déclaration. D’amour. De guerre. Car l’homme de ses rêves est un monstre, un tueur sans pitié. Elle sera sa confidente, son épaule. Il sera son âme sœur, son dilemme. Le terminus de ses cauchemars…

Cet ouvrage a reçu le Prix marseillais du polar

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266223720
Code sériel : 13599
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 256
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • RadioBooking Posté le 10 Juillet 2020
    Ça se sent que c'est le premier livre de l'auteur. Les phrases sont très travaillées, on voit qu'elle a mis du temps et qu'elle voulait absolument impressionner les éditeurs. Ça donne un roman court mais intense. Et surtout qui fait remonter l'auteur très haut dans mon estime :) Si elle est capable de ça et du texte de "Toutes blessent, la dernière tue" alors je continuerai à la lire, même si tous les autres titres ne m'ont pas plu pour le moment...
  • annemariesomers990 Posté le 17 Juin 2020
    Mon premier de l auteure j ai adoré waowwwwww. Un bon thriller qui nous met de suite dans le vif du sujet. Thriller captivant se lite vite dur à lâcher je l'ai dévoré :-)
  • countessmorphea Posté le 2 Juin 2020
    Je peux déjà dire que je n’ai pas été déçue ! Je me suis totalement laissée emporter par cette histoire que j’ai lu d’une traite. D’abord parce qu’elle est originale, ensuite parce que les personnages sont peu nombreux mais marquants. Jeanne est touchante, le tueur est-il réellement un monstre ? Il y a plusieurs zones d’ombres et l’autrice a parfaitement su en jouer et m’y plonger. Et ce, jusqu’à la dernière phrase qui ne m’a pas laissée de marbre. J’ai vraiment aimé l’histoire et l’aspect épistolaire. Il y avait un côté romantique qui dénotait avec l’horreur des meurtres. Je me suis demandée comment j’aurai réagit à la place de Jeanne, qui est quand même bien fragile. Impossible de répondre facilement. L’auteure sait jouer avec la morale et l’empathie de ses lecteurs, ce qui rend le roman captivant et, d’une certaine façon, plus complexe. Je lirai d’autres roman de Karine Giebel avec plaisir. Niveau thriller, un genre pas assez représenté par les femmes, je sens qu’elle va devenir une de mes préférées ! Bisous
  • jfponge Posté le 29 Mai 2020
    Un jour, un train, entre Istres et Marseille. Dans le train de 17h36, toujours à la même place au fond du dernier wagon, Jeanne trouve un jour une lettre qui lui est adressée par un inconnu. Lui la connait, et même très bien, il la trouve jolie, lui déclare son amour. Elle, secrétaire autant exemplaire que discrète au commissariat, va voir changer sa vie, surtout lorsque son amant épistolaire lui apprend une terrible vérité. De son côté, le capitaine Esposito enquête sur une série de meurtres inexpliqués, assortis d’un rituel particulièrement cruel. Tel est le départ d’un récit haletant, exécuté avec brio, où le mystère demeure jusqu’à la dernière page, conviant le lecteur à imaginer des pistes tout aussi fausses les unes que les autres. Une écriture efficace, où chaque mot semble définitivement à sa place, des personnages attachants, y compris ceux que l’on préférerait ne jamais rencontrer. Une réussite du genre…
  • Anais90 Posté le 22 Avril 2020
    J ai découvert Karine Giebel en janvier, après avoir lu "Ce que tu as fait de moi", que j ai trouvé sensationnel. Ensuite, j ai enchaîné ses romans avec un bonheur non dissimulé. Je n avais pas encore lu Terminus Elicius, dont le nom m attirait. Enfin, j ai pu l acheter... Je n ai pas été happée par l histoire comme ça a été le cas avec "Toutes blessent, la dernière tue" ou "Les morsures de l ombre". Le scénario m a peu convaincue. J avais l impression qu elle ne savait pas très bien où elle allait durant l écriture. Ensuite, contrairement à ses autres romans, je n ai jamais éprouvé de réelle empathie ou sympathie pour l héroïne. Elle était trop "coincée", trop rigide, trop attaquée moralement sans que ce soit une folie intrigante et captivante. J ai trouvé qu il y avait beaucoup de répétitions, que parfois cela tournait en rond. Et enfin... Je n ai pas compris la dernière page. Attention pour ceux qui ne l ont pas encore lu, ne continuez pas la suite de cette critique. Tout à coup, Elicius apparaît dans le train, ce n était pas credible. Son désir de tuer Jeanne qui tout à... J ai découvert Karine Giebel en janvier, après avoir lu "Ce que tu as fait de moi", que j ai trouvé sensationnel. Ensuite, j ai enchaîné ses romans avec un bonheur non dissimulé. Je n avais pas encore lu Terminus Elicius, dont le nom m attirait. Enfin, j ai pu l acheter... Je n ai pas été happée par l histoire comme ça a été le cas avec "Toutes blessent, la dernière tue" ou "Les morsures de l ombre". Le scénario m a peu convaincue. J avais l impression qu elle ne savait pas très bien où elle allait durant l écriture. Ensuite, contrairement à ses autres romans, je n ai jamais éprouvé de réelle empathie ou sympathie pour l héroïne. Elle était trop "coincée", trop rigide, trop attaquée moralement sans que ce soit une folie intrigante et captivante. J ai trouvé qu il y avait beaucoup de répétitions, que parfois cela tournait en rond. Et enfin... Je n ai pas compris la dernière page. Attention pour ceux qui ne l ont pas encore lu, ne continuez pas la suite de cette critique. Tout à coup, Elicius apparaît dans le train, ce n était pas credible. Son désir de tuer Jeanne qui tout à coup s étiole au bord de la mer, pareil. Comment cela se termine t il ? Elle se met en couple avec Fabrice ? Elle est enfermée ? Elle est dans train ? Quelqu'un peut il m expliquer ? En conclusion, c est un premier livre qui ne m a pas pleinement convaincue. Même si je le répète Karine Giebel est mon coup de cœur de l année, et de loin !
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.