RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            The City & The City

            Pocket
            EAN : 9782266239721
            Code sériel : 15575
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            The City & The City

            Nathalie MEGE (Traducteur)
            Date de parution : 14/03/2013

            Deux villes, un seul territoire… Beszel et Ul Qoma se partagent un labyrinthe de rues enchevêtrées, s’ignorant mutuellement. Le passage de l’une à l’autre, un simple regard même, implique l’intervention d’une milice transnationale et omnipotente. Côté Beszel, l’assassinat d’une jeune étudiante en archéologie va mettre le feu aux poudres…
            En charge...

            Deux villes, un seul territoire… Beszel et Ul Qoma se partagent un labyrinthe de rues enchevêtrées, s’ignorant mutuellement. Le passage de l’une à l’autre, un simple regard même, implique l’intervention d’une milice transnationale et omnipotente. Côté Beszel, l’assassinat d’une jeune étudiante en archéologie va mettre le feu aux poudres…
            En charge d’une enquête délicate, entre secrets d’histoire et brouillard juridictionnel, l’inspecteur Borlù avance en terrain miné… 

            « Fascinant ! »
            M.P. – Femme actuelle

            « Un étonnant roman qui mêle science-fiction, uchronie et polar. »
            F.F. – Le Nouvel Observateur

             

            Ce roman a reçu cinq prix en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Il a été cité dans la liste des meilleurs livres de l'année par le Los Angeles Times, le Seattle Times et Publishers' Weekly.

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266239721
            Code sériel : 15575
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 480
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.30 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Si Raymond Chandler et Philip K. Dick avait un enfant élevé par Kafka, ce pourrait bien être The City & The City. » Los Angeles Times

            « Virtuose de l'imbraication des récits, Miéville a composé une symphonie harmonieuse (...). » Nathalie Ruas - ActuSF

            « Fascinant ! » M.P. - Femme Actuelle

            « Un étonnant roman qui mêle science-fiction, uchronie et polar. » F.F. - Le Nouvel Observateur

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Yoda_Bor Posté le 24 Janvier 2019
              Tyador Borlù est policier à Bes#378;el et se voit confier l’enquête sur la mort d’une étudiante trouvée dans un terrain vague. Détail intéressant, celle-ci habitait à Ul Qoma et n’aurait jamais du se trouver là, les deux villes voisines ne communiquant que très rarement. Mais alors que Borlù est persuadé que Rupture, l’organisation chargée de maintenir la séparation entre Bes#378;el et U lQoma va prendre le relais, il reste finalement à la tête de l’enquête et va devoir naviguer entre les deux cités pour résoudre le meurtre de Mahalia. Si on est au premier abord dans une histoire très classique d’enquête policière, on comprend rapidement que l’environnement a un grand rôle à jouer et qu’il ne s’agit pas que de cela. Bes#378;el et Ul Qoma existent en parallèle. Pas côte à côte mais entremêlées. C’est le vocabulaire qui met sur la piste. Les habitants doivent constamment éviser et inouïr l’autre cité alors qu’elle se trouve à leur portée. Ce n’est pas un univers fantastique (ou presque, les membres de Rupture possédant tout de même quelques facultés très étranges), mais au contraire quelque chose de très réel même si difficilement compréhensible, d’autant plus que le reste du monde semble exister plus classiquement. C’est là le gros point fort... Tyador Borlù est policier à Bes#378;el et se voit confier l’enquête sur la mort d’une étudiante trouvée dans un terrain vague. Détail intéressant, celle-ci habitait à Ul Qoma et n’aurait jamais du se trouver là, les deux villes voisines ne communiquant que très rarement. Mais alors que Borlù est persuadé que Rupture, l’organisation chargée de maintenir la séparation entre Bes#378;el et U lQoma va prendre le relais, il reste finalement à la tête de l’enquête et va devoir naviguer entre les deux cités pour résoudre le meurtre de Mahalia. Si on est au premier abord dans une histoire très classique d’enquête policière, on comprend rapidement que l’environnement a un grand rôle à jouer et qu’il ne s’agit pas que de cela. Bes#378;el et Ul Qoma existent en parallèle. Pas côte à côte mais entremêlées. C’est le vocabulaire qui met sur la piste. Les habitants doivent constamment éviser et inouïr l’autre cité alors qu’elle se trouve à leur portée. Ce n’est pas un univers fantastique (ou presque, les membres de Rupture possédant tout de même quelques facultés très étranges), mais au contraire quelque chose de très réel même si difficilement compréhensible, d’autant plus que le reste du monde semble exister plus classiquement. C’est là le gros point fort du roman, bien plus que son enquête somme toute assez balisée. China Miéville a su créer un univers, régi par ses propres règles et ses propres codes. Un univers qui demande un peu d’implication pour comprendre ce qu’il se passe et comment il fonctionne, avec ses factions d’unificationnistes et de nationalistes et cet espoir d’Orsiny, une troisième ville qui pourrait bien régler tous les problèmes. Avec son vocabulaire spécifique, c’est en quelques pages une ville entière (ou deux, ou trois) qui se créent et ce livre est un petit bijou d’inventivité.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Nausicaah Posté le 23 Novembre 2018
              Un livre bien particulier que The City The City car théoriquement, ce n'est pas un livre de SFFF! China Miéville, auteur de new weird, un genre bien spécifique et parfois difficile à aborder: en tout cas un genre qui propose des choses incroyables en terme d'imagination et de concepts, a un style bien à lui et on aime ou on aime pas. Parce que la lecture ne va pas être facile loin de là. Niveau scénario, on se retrouve dans une ville divisée en deux, par un pouvoir "gouvernemental" qui a réussi à s'imposer et à imposer une stricte séparation de la ville. A tel point que les citoyens sont "formatés" à ne voir que ce dont ils ont le droit. Et si par erreur (ou pas) ils transgressent l'interdit... Mais c'est surtout la fin, à laquelle nous prépare l'auteur depuis le début et la fin réelle, qui est terrible, qui donne cette saveur au livre, ce gout amer, et pourtant tellement proche de notre réalité!
            • Lutin82 Posté le 29 Octobre 2018
              L’univers de Besz et Ul Quoma sont parfois lugubres, empreint d’une atmosphère de guerre froide, un brin angoissante et excitante également. L’auteur nous tient dans ses filets et ne nous lâche pas jusqu’à la dernière page. L’enquête en elle-même emprunte des voies relativement classiques et nous emmène dans un imbroglio politico-économique un peu flou et b*****. La sensation de danger qui colle aux basques de l’inspecteur sera omniprésente. Miéville décrit des villes siamoises cohérentes, et l’attitude de leurs habitants respectifs, les détails qui les différencient d’une façon telle que nous nous y immergeons finalement aisément. Une ville qui nous devient familière au fil des pages, le premier choc culturel absorbé. Oui, car l’auteur ne prend pas les lecteurs que nous sommes pour des imbéciles et leur demande une participation active au fur et à mesure que nous parcourons les rues et que nous apparaissent toute l’originalité et la complexité de cette vie. Originalité encore dans le comportement des habitants, dans leur façon unique d’ignorer leur voisin, en évisant (éviter de voir) et en inouïssant les bruits, la circulation, les gens, la ville voisine dans sa globalité, comme s’ils n’existaient pas.
            • ChatDepee Posté le 22 Août 2018
              Dans "The city and the city", le personnage principal est la ville elle-même. China Miéville part d'un concept original -- deux villes séparées, partageant le même lieu géographique, mais dont les habitants ne peuvent pas se voir -- et en explore toutes les facettes. Formellement, ce roman est un roman policier, l'enquête mettant en jeu toutes les subtilités de ce découpage. Le monde ainsi créé est à la fois original, extrêmement bien pensé, et non exempt de commentaire social. Il explique la très bonne réception de ce récit, et les récompenses qu'il a obtenues. Cependant, je trouve le roman finalement assez décevant, pour deux raisons : un problème de rythme, et la faiblesse de l'intrigue policière. Pour résumer, "The city and the city" est un mauvais roman policier dans un environnement magnifique. Le rythme, tout d'abord. Dès le début du roman, le lecteur est plongé dans la ville et ses particularités, sans la moindre explication préalable. Puis l'on parvient à comprendre peu à peu comment elle fonctionne. Enfin, les aspects plus subtils sont abordés et expliqués. En pratique, cette progression n'est pas très maîtrisée. J'ai lutté pendant le début du roman pour comprendre ce monde. Ensuite, une fois que j'en ai... Dans "The city and the city", le personnage principal est la ville elle-même. China Miéville part d'un concept original -- deux villes séparées, partageant le même lieu géographique, mais dont les habitants ne peuvent pas se voir -- et en explore toutes les facettes. Formellement, ce roman est un roman policier, l'enquête mettant en jeu toutes les subtilités de ce découpage. Le monde ainsi créé est à la fois original, extrêmement bien pensé, et non exempt de commentaire social. Il explique la très bonne réception de ce récit, et les récompenses qu'il a obtenues. Cependant, je trouve le roman finalement assez décevant, pour deux raisons : un problème de rythme, et la faiblesse de l'intrigue policière. Pour résumer, "The city and the city" est un mauvais roman policier dans un environnement magnifique. Le rythme, tout d'abord. Dès le début du roman, le lecteur est plongé dans la ville et ses particularités, sans la moindre explication préalable. Puis l'on parvient à comprendre peu à peu comment elle fonctionne. Enfin, les aspects plus subtils sont abordés et expliqués. En pratique, cette progression n'est pas très maîtrisée. J'ai lutté pendant le début du roman pour comprendre ce monde. Ensuite, une fois que j'en ai compris les ficelles, les aspects plus subtils viennent naturellement, et les pages d'explications qui viennent à ce moment sont redondantes et ennuyeuses. L'intrigue, maintenant. "The city and the city" est, sur la forme, un roman policier ; il lui manque cependant tout ce qui fait l'intérêt d'un roman policier. Les personnages sont fades et sans la moindre épaisseur, rien de plus que des véhicules pour visiter la ville. Quant à l'intrigue, elle aurait pu être intéressante s'il avait été mieux menée. On patauge pendant les trois quarts du roman (voir les problèmes de rythme), avant que la solution soit apportée sur un plateau -- une solution que l'on n'aurait pas pu deviner [masquer](sauf à connaître les opinions politiques de China Miéville, dont il ne fait pas secret, auquel cas on trouve sans problème les coupables dès le début du livre)[/masquer]. Finalement, ce livre se lit plutôt bien et le monde ainsi créé vaut le détour, mais j'ai été plutôt déçu, peut-être à cause des nombreuses récompenses.
              Lire la suite
              En lire moins
            • scienceenlivre Posté le 23 Décembre 2017
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.