En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Théa

        Pocket
        EAN : 9782266281003
        Code sériel : 17112
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Théa

        Date de parution : 04/01/2018
        Paris, années 1980. Pour Jo, 22 ans, c’est le temps de la belle vie, engagée et nocturne. Un soir, dans une foule d’étudiants militants, elle croise le regard d’Antoine. C’est le coup de foudre. Félin, un léger accent, Antoine est son nom clandestin : le jeune homme a fui la... Paris, années 1980. Pour Jo, 22 ans, c’est le temps de la belle vie, engagée et nocturne. Un soir, dans une foule d’étudiants militants, elle croise le regard d’Antoine. C’est le coup de foudre. Félin, un léger accent, Antoine est son nom clandestin : le jeune homme a fui la dictature argentine. À mesure que son nouvel amant apparaît et disparaît mystérieusement de sa vie, Jo tâche de comprendre, d’en savoir plus – une enquête qui la mènera jusqu’à ses propres origines, quelque part en Algérie. Car le crime répond au crime, et l’exil à l’exil…

        « Un texte puissant et remarquablement construit. Scotchant. » Figaro Madame
         
        « Passionnant. » Anne Michelet – Version Femina
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266281003
        Code sériel : 17112
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 320
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • aquatintienne Posté le 12 Mars 2018
          Mazarine Pingeot sort de l'autobiographie ! Son écriture se densifie et se personnalise. Elle analyse finement les actions et les pensées d'une jeune étudiante de 22 ans qui "tombe" amoureuse d'un exilé argentin. Elle cherche à mettre de la distance avec sa famille étriquée, mutique, renfermée sur le malheur d'avoir perdu un enfant 25 ans plus tôt. (Nous sommes dans les années 80 où tout s'enregistre sur cassettes.) Elle veut connaître tout de cet homme qui lui raconte par bribes son passé de militant, sa famille, les "disparus'. Mais il est réticent, disparaît, réapparaît. .. Dans la même période, elle découvre la vie de son père pendant la guerre d'Algérie et elle renoue un dialogue avec sa mère.
        • VDEMIER Posté le 12 Mars 2018
          L'écriture est belle et fluide. J'ai aimé l'atmosphère de ce roman.
        • Maracudja29 Posté le 25 Février 2018
          Josèphe est une fille de son époque; arrivée à l'age où l'on sort de l'adolescence et où l'on rentre dans le monde des adultes. L'age où l'on commence à comprendre que le monde n'est pas noir ou blanc, qu'il existe des nuances, des zones grises, qu'il est difficile de juger. C'est à ce tournant de la vie aussi que l'on réalise que les parents ne sont pas seulement ceux qui nous empêche de vivre la vie que l'on souhaiterait . Mais ce sont surtout les derniers qui nous aimeront quoi qu'il arrive. C'est d'ailleurs pour cela que nous oublions parfois leur présence car nous savons que nous pourrons les retrouver une fois épuisés des bonheurs éphémères. Commencer à vivre c'est commencer à subir les violences de la vie et les échecs. Nos cicatrices nous rapprochent des leurs.Le dialogue devient enfin possible. Je n'avais encore rien lu de Mazarine Pingeot et c'est par hasard que j'ai acheté ce livre. Je ne le regrette pas car c'est bien écrit avec des mots justes et précis. L'amour est le fil directeur de ce livre qui nous fait revivre deux périodes difficiles de l'histoire de ce monde qui ont influencé et divisé les... Josèphe est une fille de son époque; arrivée à l'age où l'on sort de l'adolescence et où l'on rentre dans le monde des adultes. L'age où l'on commence à comprendre que le monde n'est pas noir ou blanc, qu'il existe des nuances, des zones grises, qu'il est difficile de juger. C'est à ce tournant de la vie aussi que l'on réalise que les parents ne sont pas seulement ceux qui nous empêche de vivre la vie que l'on souhaiterait . Mais ce sont surtout les derniers qui nous aimeront quoi qu'il arrive. C'est d'ailleurs pour cela que nous oublions parfois leur présence car nous savons que nous pourrons les retrouver une fois épuisés des bonheurs éphémères. Commencer à vivre c'est commencer à subir les violences de la vie et les échecs. Nos cicatrices nous rapprochent des leurs.Le dialogue devient enfin possible. Je n'avais encore rien lu de Mazarine Pingeot et c'est par hasard que j'ai acheté ce livre. Je ne le regrette pas car c'est bien écrit avec des mots justes et précis. L'amour est le fil directeur de ce livre qui nous fait revivre deux périodes difficiles de l'histoire de ce monde qui ont influencé et divisé les milieux intellectuels .
          Lire la suite
          En lire moins
        • Katsika Posté le 23 Décembre 2017
          Rien ne définit mieux le thème du roman de Mazarine Pingeot, Théa, que l'intitulé de sa thèse que ce personnage improvise au cours d'une conversation : "Le retour vers le origines, l'impossible retour vers ce qui sans cesse nous échappe." Ce qui fait fait la force de ce roman c'est d'abord son sujet l'irrémédiable destruction de l'être par les guerres et les dictatures. Ainsi en est-il du personnage d'Antoine-Agustin, mais aussi , traité en contre point, de celui du père de la narratrice. Autre qualité une analyse psychologique très fine de l'aliénation que constitue le coup de foudre par lequel la narratrice se laisse emporter avant de se ressaisir par la force des choses. Le roman est agréable à lire et ne peut laisser indifférent.
        • Marcuyttendaele Posté le 2 Juillet 2017
          Je n’avais jamais lu Mazarine Pingeot. Sans doute en raison d’un préjugé informulé et informulable. Préjugé surmonté avec Théa… Belle narration d’une écriture riche et fluide sur les années 80, sur la quête d’identité, sur les moments de l’histoire qui s’emmêlent et sur le retour sur le passé, sur des histoires familiales, sur ce qui ne se compare pas et se heurte néanmoins. Chacun a ses fêlures et ses lâchetés. Théa rebaptisée ainsi par son amant alors quelle s’appelle Josèphe en souvenir de son frère mort est confrontée à une double quête et un double amour et s’en trouve écartelée. Entre un père qui a fait la guerre d’Algérie et un amant qui a fui la dictature argentine, elle essaye de les comprendre l’un et l’autre et de décrypter leur passé qui est toujours indicible et inavouable. C’est un beau livre sur l’indulgence : chacun fait ce qu’il peut, comme il peut. Et chacun porte ses affres, ses lâchetés et en est irrémédiablement abîmé. Au bout du compte, faut-il juger ? Sans doute pas ou pas trop en tout cas. C’est aussi un beau livre sur la construction tardive d’un dialogue entre une mère et une fille, dans l’amour des siens qui... Je n’avais jamais lu Mazarine Pingeot. Sans doute en raison d’un préjugé informulé et informulable. Préjugé surmonté avec Théa… Belle narration d’une écriture riche et fluide sur les années 80, sur la quête d’identité, sur les moments de l’histoire qui s’emmêlent et sur le retour sur le passé, sur des histoires familiales, sur ce qui ne se compare pas et se heurte néanmoins. Chacun a ses fêlures et ses lâchetés. Théa rebaptisée ainsi par son amant alors quelle s’appelle Josèphe en souvenir de son frère mort est confrontée à une double quête et un double amour et s’en trouve écartelée. Entre un père qui a fait la guerre d’Algérie et un amant qui a fui la dictature argentine, elle essaye de les comprendre l’un et l’autre et de décrypter leur passé qui est toujours indicible et inavouable. C’est un beau livre sur l’indulgence : chacun fait ce qu’il peut, comme il peut. Et chacun porte ses affres, ses lâchetés et en est irrémédiablement abîmé. Au bout du compte, faut-il juger ? Sans doute pas ou pas trop en tout cas. C’est aussi un beau livre sur la construction tardive d’un dialogue entre une mère et une fille, dans l’amour des siens qui constitue la première marche de l’acceptation, sinon de la construction de soi…
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Ce livre sur l'amour fou pour un homme mystérieux, l'amour filial et la recherche de ses origines a un souffle tel qu'il nous emmène jusqu'au point final en mêlant politique, histoire du monde et sensualité entre deux amoureux. Passionnant. » Anne Michelet - Version Femina
        « Mazarine Pingeot raconte avec finesse la prise de conscience d'une femme qui jusque-là ignorait finalement tout d'elle-même. C'est aussi comme ça qu'on devient adulte. » Thomas Tissaud - L’Obs
        « Une réflexion sur la mémoire et l'oubli. » Psychologies Magazine
        « Un texte puissant et remarquablement construit. Scotchant. » Figaro Madame
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.