Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266157902
Code sériel : 12844
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Tokyo

Hubert TEZENAS (Traducteur)
Date de parution : 08/03/2007

Quand Grey débarque à Tokyo sans argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Rapidement, elle trouve un toit et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d’une nurse à la silhouette monstrueuse…
Le but de ce...

Quand Grey débarque à Tokyo sans argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher. Rapidement, elle trouve un toit et un emploi dans un club à hôtesses très privé. Ses clients ? Des yakuzas et un étrange infirme accompagné d’une nurse à la silhouette monstrueuse…
Le but de ce voyage : retrouver un mystérieux film à l’existence contestée datant de l’invasion de la Chine par les Japonais. Un seul homme pourrait aider Grey. Un survivant du massacre qui refuse de répondre à ses questions...

« [Elle] entre au panthéon des grandes. Des très grandes. » M.-F. Rémond – Le Nouvel Observateur

Cet ouvrage a reçu le Grand Prix littéraire des lectrices de ELLE

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266157902
Code sériel : 12844
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Avec Tokyo, Mo Hayder entre au panthéon des grandes. Des très grandes. »»

Marie-France Remond ? Le Nouvel Observateur

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Aelurus Posté le 14 Octobre 2020
    Il m'a fallu un peu de temps pour rentrer dans l'histoire. Le saut d'époque quasiment à chaque changement de chapitre a été un peu perturbant. Pourtant en général je m'adapte assez facilement à ce genre d'écriture. Mais k'histoire est prenante. Très prenante. Et même si je me doutais fortement de la finalité cela reste quand même surprenant par les détails.
  • bobtazar Posté le 27 Août 2020
    Double plongée, dans la Chine de 1937 et dans le Tokyo des années 90. Double plongée, dans les horreurs de la guerre et la peur qu’inspirent les yakuzas, les mafieux japonais. Un polar actuel, mais qui prend sa source dans un épisode historique peu connu (du moins en ce qui me concerne), l’invasion de la Chine par le Japon en 1937. Et une intrigue aussi haletante qu’insoutenable : une jeune américaine, en 1990, s’est mise en tête de retrouver un vieux film disparu pouvant attester des actes de cruauté commis par les militaires japonais lors de la prise de Nankin, en 1937. Et, tout particulièrement, un acte d’une cruauté absolue. Un acte commis sur les femmes et qui ferait presque passer le « simple » viol pour un agréable divertissement tout public. Autant dire qu’on est, à de nombreuses reprises, à la limite du supportable. Et, quand ce n’est pas le cas, l’ambiance n’est quand même pas franchement légère : « A l’époque, le kasutori était le seul substitut au saké qu’on pût trouver à Tokyo – Le troisième verre, paraît-il, rendait aveugle, mais quelle ... Double plongée, dans la Chine de 1937 et dans le Tokyo des années 90. Double plongée, dans les horreurs de la guerre et la peur qu’inspirent les yakuzas, les mafieux japonais. Un polar actuel, mais qui prend sa source dans un épisode historique peu connu (du moins en ce qui me concerne), l’invasion de la Chine par le Japon en 1937. Et une intrigue aussi haletante qu’insoutenable : une jeune américaine, en 1990, s’est mise en tête de retrouver un vieux film disparu pouvant attester des actes de cruauté commis par les militaires japonais lors de la prise de Nankin, en 1937. Et, tout particulièrement, un acte d’une cruauté absolue. Un acte commis sur les femmes et qui ferait presque passer le « simple » viol pour un agréable divertissement tout public. Autant dire qu’on est, à de nombreuses reprises, à la limite du supportable. Et, quand ce n’est pas le cas, l’ambiance n’est quand même pas franchement légère : « A l’époque, le kasutori était le seul substitut au saké qu’on pût trouver à Tokyo – Le troisième verre, paraît-il, rendait aveugle, mais quelle importance ? A quoi bon s’en inquiéter quand tout le monde mourait ? » Suspens terrifiant, à ne pas mettre entre toutes les mains… A noter que cet épisode historique du massacre de Nankin est toujours l’objet de révisionnisme (ou négationnisme) de la part du Japon.
    Lire la suite
    En lire moins
  • scharpentier Posté le 6 Juin 2020
    C’est le premier livre que je lis de cette auteure, anglaise, et maitresse du roman noir. Et quelle claque ! Un ami vient de m’en parler en me disant : « Mo Hayder, elle envoie le steak ». ;-) Et c’est exactement cela. Ce livre, dur et cru, m’a totalement happé. On y suit une jeune anglaise, venue à Tokyo obsédée par un épisode de l’histoire (le massacre de Nankin par les japonais en 1937) et s’intéressant aux pratiques d’un inquiétant yakusa. C’est haletant. Ça cogne. Et la tension monte crescendo. Croyez-moi, vous lisez les 40 dernières pages en apnée. Je suis tombé dedans. Je vais lire ses autres livres sans tarder.
  • ange77 Posté le 5 Juin 2020
    « Quand Grey débarque à Tokyo, sans argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher... » Titre original : The Devil of Nanking (2004) Mais que n'ai-je lu ce bouquin plus tôt ?? ... Encore un qui s'était, comme bon nombre de ses petits camarades, laissé engloutir par ma PAL pantagruélique ^^ Enfin, c'est chose faite à présent ! — Et Mo Hayder de s'inscrire aussitôt dans ma liste d'écrivains à découvrir plus amplement ;-) Le moins que l'on puisse en dire, pour commencer, c'est que Tokyo tient la dragée haute à quantité de romans qualifiés de page-turner (!) Je me dois de préciser que j'avais volontairement fait l'impasse sur la quatrième - comme bien souvent d'ailleurs - une fois découverts les trois avis d'auteurs en lieu et place de celle-ci : • « Tokyo est un roman formidable, un livre envoûtant, lyrique, troublant, essentiel, chargé de suspense, beau et magnifiquement écrit. Vous allez l'adorer et vous ne serez pas près d'oublier l'expérience qu'il vous fera vivre. » (Harlan COBEN) • « Tokyo propulse Mo Hayder parmi les plus grands auteurs contemporains de thrillers. Humain et cataclysmique, beau et terrifiant, c'est le thriller le plus subtil que vous lirez cette année. » (Val McDERMID) • «... « Quand Grey débarque à Tokyo, sans argent ni bagages, elle a beaucoup à prouver et encore plus à cacher... » Titre original : The Devil of Nanking (2004) Mais que n'ai-je lu ce bouquin plus tôt ?? ... Encore un qui s'était, comme bon nombre de ses petits camarades, laissé engloutir par ma PAL pantagruélique ^^ Enfin, c'est chose faite à présent ! — Et Mo Hayder de s'inscrire aussitôt dans ma liste d'écrivains à découvrir plus amplement ;-) Le moins que l'on puisse en dire, pour commencer, c'est que Tokyo tient la dragée haute à quantité de romans qualifiés de page-turner (!) Je me dois de préciser que j'avais volontairement fait l'impasse sur la quatrième - comme bien souvent d'ailleurs - une fois découverts les trois avis d'auteurs en lieu et place de celle-ci : • « Tokyo est un roman formidable, un livre envoûtant, lyrique, troublant, essentiel, chargé de suspense, beau et magnifiquement écrit. Vous allez l'adorer et vous ne serez pas près d'oublier l'expérience qu'il vous fera vivre. » (Harlan COBEN) • « Tokyo propulse Mo Hayder parmi les plus grands auteurs contemporains de thrillers. Humain et cataclysmique, beau et terrifiant, c'est le thriller le plus subtil que vous lirez cette année. » (Val McDERMID) • « La plus grande réussite d'un écrivain, c'est d'immerger totalement son lecteur dans un monde neuf et inconnu. Mo Hayder y parvient à la perfection avec Tokyo. Ce livre ensorcelant a un impact profond. Il est élégiaque et important. Et, surtout, il continue de vous poursuivre longtemps après avoir été refermé. » (Michael CONNELLY) Bref, impossible pour moi de ne pas y plonger aussitôt ! Et sincèrement, après ces éloges plus que méritées, il va m'être difficile de faire mieux - à tout le moins, d'égaler cet engouement que j'ai pourtant trouvé si communicatif... Plusieurs quêtes se côtoient ici au coeur d'un Tokyo empreint de sombres mystères, de croyances séculaires, de questions sans réponses, d'interdits et d'inavouables secrets. Partagé entre la recherche prégnante de la jeune Grey dans la métropole tokyoïte et les extraits du journal de Chi Chongming, alors tout jeune époux et futur père, dans sa campagne chinoise de 1937, le lecteur embarque pour un voyage aux confins du tourment des ans et de l'indicible horreur de la guerre. Entre l'héroïne qu'on découvre au fur et à mesure du récit troublée et troublante à souhait, et le professeur Chi Chongming, maintenant passablement âgé et résidant la capitale japonaise, s'instaure alors un lien particulier et évolutif - chacun trouvant chez l'autre le moyen d'avancer dans ses propres investigations. Seulement voilà, il n'existe de véritable quête qui vaille la peine sans risques aucun... Et il faudra à nos protagonistes force de caractère et de courage pour surmonter les obstacles dressés sur leur route. Les chapitres alternant de facto ces deux récits s'enchaînent superbement, gardant nos sens en alerte tout au long, et l'idée même de poser ce livre, ne serait-ce que le temps de reprendre sa respiration, devient de plus en plus impensable. Les personnages secondaires se révèlent rapidement indispensables, et l'empathie pour les habitants de “Takadanobaba”, on ne peut plus viscérale. De plus, Mo Hayder s'est réellement investie corps et âme dans l'écriture de ce roman magistral et son implication se ressent dans chaque mot, chaque phrase... Un tel investissement personnel crève littéralement les pages de Tokyo, et Dieu, que c'est plaisant à lire ! Au final, Tokyo m'a plu. Beaucoup. Énormément. Même si... Il me reste peut-être quelques minces regrets quant à des points de détails - sans véritable importance mais que j'aurai aimé connaître -, cependant honnêtement, j'ai bel et bien adoré ce livre. Les terribles images que firent naître dans mon esprit les exceptionnelles et très visuelles descriptions qu'emploient l'auteure risquent de stagner en moi longtemps encore. Tant de réalisme, parfois malsain, m'asphyxie tout simplement. Mais c'est là un sentiment que j'aime à éprouver au sortir des lectures m'ayant durablement marquée. [...mon côté maso j’imagine ^^] Et évidemment... Je ne saurais trop que vous le conseiller :-)
    Lire la suite
    En lire moins
  • euphemie Posté le 18 Mai 2020
    Houlà , heureusement que je ne me suis pas arrêté à la première critique qui apparait sur le site. Dur,dur. Mais c'est aussi un roman dur, très dur. Comment n'en peut il pas être autrement.Les sujets abordés: perte d'enfants, mutilations volontaires, les massacres commis par les japonais en Chine, et j'en passe... L'ambiance est lourde, les protagonistes confus, torturés, sur fond, sur les bas fonds aussi de la société japonaise et chinoise. Mais malgré cette atmosphère lourde, l'érudition sur l'histoire, les coutumes anciennes et présentes de ces deux cultures, distillé tout au long du roman est addictive. L'intrigue alternant entre le passé et le présent des protagonistes, qui interpellent tout du long, tient en haleine. Le dénouement salvateur pour eux, nous rappelle que les plus grandes douleurs viennent des non dits... Pour les amateurs d'histoire, des cultures asiatiques et de polars, car c'est aussi un polar...un excellent .
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.