Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264078018
Code sériel : 5661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Tout ce que nous allons savoir

Marie HERMET (Traducteur)
Date de parution : 15/04/2021
Dans une petite ville irlandaise, le portrait de deux femmes libres et tourmentées.
« Martin Toppy est le fils d’un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j’en ai trente-trois. J’étais sa répétitrice. Je me serais tuée depuis longtemps si j’en avais eu le courage. Je ne crois pas que le... « Martin Toppy est le fils d’un homme célèbre chez les gens du voyage et le père de mon enfant à naître. Il a dix-sept ans, j’en ai trente-trois. J’étais sa répétitrice. Je me serais tuée depuis longtemps si j’en avais eu le courage. Je ne crois pas que le bébé souffrirait. »
Melody Shee, la narratrice, commence son récit à la douzième semaine de sa grossesse. Semaine après semaine, tandis qu’elle sent le bébé bouger à l’intérieur d’elle, elle raconte ses peurs et sa douleur, puis parle de son père, un homme bon à qui elle préfère cacher la vérité pour ne pas le briser ; de sa mère énigmatique aujourd’hui disparue ; de son mari manipulateur qui a des relations sexuelles avec des prostituées. Se débattant avec ses démons intérieurs, la jeune femme se laisse parfois happer par les espoirs d’un avenir possible, mais le passé toujours la rattrape : ce qu’elle a fait à sa meilleure amie Breedie Flynn des années plus tôt continue de la hanter. C’est alors qu’elle fait la rencontre de Mary Crothery, une jeune femme de la communauté des gens du voyage qui en sait plus sur elle qu’elle ne veut bien le laisser paraître et pourrait bien la sauver.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264078018
Code sériel : 5661
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Anne_Litt_ Posté le 7 Septembre 2021
    Irlande, de nos jours. Melodie est enceinte, son mari n’est pas le pe#768;re de l’enfant et cette annonce a mis fin a#768; leur relation. Me#769;lodie est en cole#768;re, et triste. En cole#768;re contre elle me#770;me surtout. Et un peu contre la terre entie#768;re aussi. Triste de ne pas savoir aimer mieux. Cette grossesse et la rencontre avec Mary, une jeune femme appartenant a#768; la communaute#769; des gens du voyage, auront elles raison de la violence qui habite Melody ? Pourront-elles lui redonner gou#770;t a#768; la vie ? C’est le propos de ce roman qui ne m’a pas comple#768;tement convaincue mais dont j’ai trouve#769; quelques passages tre#768;s beaux. Notamment ceux ou#768; apparai#770;t le pe#768;re de Melody, un homme extre#770;mement touchant. Traduction Marie Hermet
  • nathiec44 Posté le 13 Juin 2021
    Sombre et torturé et si bien écrit, un très beau récit qui me permet de découvrir Donal RYAN, écrivain Irlandais. Au départ du livre, j’avoue avoir été dubitative puis je me suis laissé emporter par le long monologue de Melody, enceinte de 12 semaines. L’enfant n’est pas celui de son mari Pat, le couple se déchire depuis bien longtemps. A l’annonce de la vérité, le couple explose, « Nous avons laissé notre rage devenir cette chose vivante et folle ». Mélody porte en elle de lourds secrets et une terrible culpabilité. L’enfant est celui d’un garçon de dix-sept ans membre de la communauté des gens du voyage à qui elle donnait des cours particuliers. Il lui revient aussi l’infamie d’avoir trahie une amie quelques années auparavant. Elle vit les semaines de sa grossesse dans l’introspection comme une pénitence. Parviendra-elle- à avancer, à se pardonner ? Melody est perdue et pourtant elle se prend d’amitié pour Mary, une jeune femme bannie par sa communauté des gens du voyage en raison de sa stérilité. La vie, ses amours, ses ruptures, ses déceptions, ses trahisons, ses espoirs, cette quête permanente d’un sens, de soi et d’une forme de bonheur surtout lorsque celui-ci semble envolé à jamais sont portés... Sombre et torturé et si bien écrit, un très beau récit qui me permet de découvrir Donal RYAN, écrivain Irlandais. Au départ du livre, j’avoue avoir été dubitative puis je me suis laissé emporter par le long monologue de Melody, enceinte de 12 semaines. L’enfant n’est pas celui de son mari Pat, le couple se déchire depuis bien longtemps. A l’annonce de la vérité, le couple explose, « Nous avons laissé notre rage devenir cette chose vivante et folle ». Mélody porte en elle de lourds secrets et une terrible culpabilité. L’enfant est celui d’un garçon de dix-sept ans membre de la communauté des gens du voyage à qui elle donnait des cours particuliers. Il lui revient aussi l’infamie d’avoir trahie une amie quelques années auparavant. Elle vit les semaines de sa grossesse dans l’introspection comme une pénitence. Parviendra-elle- à avancer, à se pardonner ? Melody est perdue et pourtant elle se prend d’amitié pour Mary, une jeune femme bannie par sa communauté des gens du voyage en raison de sa stérilité. La vie, ses amours, ses ruptures, ses déceptions, ses trahisons, ses espoirs, cette quête permanente d’un sens, de soi et d’une forme de bonheur surtout lorsque celui-ci semble envolé à jamais sont portés par une écriture délicate et sensible. J’ai vraiment découvert de très belles pages où la complexité de l’être humain affleure avec justesse. J’ai particulièrement été touchée par le personnage du père de Mélody, aimant et patient, d’une très grande humanité. Le final est troublant, émouvant et ouvre une porte vers l’avenir, la lumière.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lalivrophile Posté le 21 Juin 2020
    Ce roman m'a beaucoup plu. J'ai l'impression d'être plus souple, car le livre m'a plu malgré le fait que le personnage principal ne soit pas très sympathique. D'ailleurs, j'ai du mal à comprendre pourquoi l'héroïne est si méchante. C'est principalement ce pauvre Pat qui reçoit toutes les horreurs dont est capable Melody. Elle raconte leur passé par petites touches, et si elle appuie sur le fait qu'il allait voir des prostituées, elle ne cache pas qu'elle était détestable. Je n'ai d'ailleurs pas compris pourquoi. On dirait que c'est dans sa nature. Certains diraient peut-être qu'inconsciemment, Melody punit Pat et se punit aussi pour l'horrible acte qu'elle a commis dans son adolescence, acte qui avait un rapport avec Pat. [...] Lire la suite sur:
  • RedIzaBzh Posté le 17 Mars 2020
    Une de mes lectrices a rendu ce roman à la bibliothèque et a déclaré, avec un regard émerveillé, qu'il était magnifique. Alors bien sûr, je l'ai emprunté pour le IrishReadathon de mars. Après quelques pages, j'ai commencé à comparer ce qui était écrit sur la couverture ("A joy to read" - The Independant) et ce que je lisais : une histoire à propos d'une femme manifestement compliquée, confuse et même harpie, à la limite, dure avec son mari, pas gentille avec son père et elle a été horrible avec son ex-meilleure amie, qui s'est suicidée. Tout était sombre, Melody n'était pas une fille bien, mais en plus elle était déprimée et pensait à mourir. Je me suis dit que The Independant et moi avions des notions différentes de la joie ! Puis... J'ai compris pourquoi, récemment, elle était dure avec son mari ! Et à partir de là, j'ai été accrochée par l'histoire, par toutes les couches successives révélées avec subtilité, la profondeur des personnages, Breedie, Pat, la confusion de Melody, sa douleur, sa colère, les pertes qu'elle avait subies, son incapacité à vivre en paix avec elle-même. Le déroulé chronologique est inhabituel : chaque chapitre est associé à la progression de la... Une de mes lectrices a rendu ce roman à la bibliothèque et a déclaré, avec un regard émerveillé, qu'il était magnifique. Alors bien sûr, je l'ai emprunté pour le IrishReadathon de mars. Après quelques pages, j'ai commencé à comparer ce qui était écrit sur la couverture ("A joy to read" - The Independant) et ce que je lisais : une histoire à propos d'une femme manifestement compliquée, confuse et même harpie, à la limite, dure avec son mari, pas gentille avec son père et elle a été horrible avec son ex-meilleure amie, qui s'est suicidée. Tout était sombre, Melody n'était pas une fille bien, mais en plus elle était déprimée et pensait à mourir. Je me suis dit que The Independant et moi avions des notions différentes de la joie ! Puis... J'ai compris pourquoi, récemment, elle était dure avec son mari ! Et à partir de là, j'ai été accrochée par l'histoire, par toutes les couches successives révélées avec subtilité, la profondeur des personnages, Breedie, Pat, la confusion de Melody, sa douleur, sa colère, les pertes qu'elle avait subies, son incapacité à vivre en paix avec elle-même. Le déroulé chronologique est inhabituel : chaque chapitre est associé à la progression de la grossesse. Les personnages de ce roman sont compliqués, certains formidables (Mary Crothery) et graduellement, Melody apprend à faire face à tout ce qui est arrivé dans sa vie, comment expier pour ses péchés (roman irlandais) et comment changer complètement la vie de ceux qui sont autour d'elle et du même coup, la sienne. Ma chronique ne rendra jamais assez justice à ce roman. Quand je me suis d'abord demandé comment aborder cette critique, tout ce que j'ai pensé c'est que ce livre était comme une lumière dans le ciel, comme le soleil qui brille après la pluie et fait tout briller autour de vous. Puis je suis allée chercher des vidéos de Donal Ryan parlant de ce roman et en l'écoutant, j'ai été frappée par son empathie, son espoir pour la race humaine, sa capacité à comprendre les faiblesses et je me suis dit qu'il fallait vraiment que je mette la main sur tout ce qu'il a écrit. Magnifiquement écrit, cette histoire vous essore de l'intérieur et vous élève en même temps. La fin est totalement inattendue mais révèle tant d'espoir pour Mary et Melody ! Impossible d'oublier tout ça une fois le livre refermé. Comme l'auteur le dit à la fin de l'édition anglaise, "Je que l'expérience de lire mes livres soit intense, et mémorable, et compte pour quelque chose dans la vie de mes lecteurs au-delà d'une distraction temporaire." Mission accomplie.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Fleitour Posté le 15 Septembre 2019
    De semaines en semaines se déroule le scénario de "Tout ce que nous allons savoir", dernier roman de l'Irlandais Donal Ryan. C'est le scénario le plus simple de la vie, il commence le premier jour de la conception d'un bébé, il se termine le jour de l'enfantement. Paradoxalement existe-t-il dans la nature un scénario plus complexe, plus délicat à conter que celui d'une femme, qui à la septième semaine va sentir quelque chose d'imperceptible, un mouvement, un léger déplacement, le poids de l'ombre. Cette ombre va bousculer toute une vie, celle Melody la future maman, mais il faudra attendre le terme du neuvième mois pour célébrer sa naissance. Une autre ombre plane, celle des gens du voyage, Martin Toppy a dix sept ans, il est le père de l'enfant à naître, et son propre père est une personnalité reconnue de sa communauté. Les tensions sont palpables dans la petite cité irlandaise. Que s'est-il passé entre Melody Shee, et Pat son mari ? L'ombre de la maman de Mélody affleure aussi, cette parole s'est tu quand elle avait 14 ans. Donal Ryan s'est emparé de ce scénario, pour parler aux femmes, à deux femmes, l'une Mary, essayant désespérément de concevoir, et de sentir s'arrimer... De semaines en semaines se déroule le scénario de "Tout ce que nous allons savoir", dernier roman de l'Irlandais Donal Ryan. C'est le scénario le plus simple de la vie, il commence le premier jour de la conception d'un bébé, il se termine le jour de l'enfantement. Paradoxalement existe-t-il dans la nature un scénario plus complexe, plus délicat à conter que celui d'une femme, qui à la septième semaine va sentir quelque chose d'imperceptible, un mouvement, un léger déplacement, le poids de l'ombre. Cette ombre va bousculer toute une vie, celle Melody la future maman, mais il faudra attendre le terme du neuvième mois pour célébrer sa naissance. Une autre ombre plane, celle des gens du voyage, Martin Toppy a dix sept ans, il est le père de l'enfant à naître, et son propre père est une personnalité reconnue de sa communauté. Les tensions sont palpables dans la petite cité irlandaise. Que s'est-il passé entre Melody Shee, et Pat son mari ? L'ombre de la maman de Mélody affleure aussi, cette parole s'est tu quand elle avait 14 ans. Donal Ryan s'est emparé de ce scénario, pour parler aux femmes, à deux femmes, l'une Mary, essayant désespérément de concevoir, et de sentir s'arrimer le fœtus, comme après une délicate couvaison, puis une autre femme Melody qui après deux fausses couches a senti son ventre se réveiller. Dans la plupart des romans on identifie facilement les bons des méchants, on les suit, on les traque, jusqu'à leur faire avouer leurs dernières tentations, les unes perverses, les autres miraculeuses. Avec sa voix de stentor Ryan réveille l'humanité de chaque personne, mêle et entrelace leur histoire familiale, dans sa multiplicité douce ou orageuse. Les coups de sang en majuscule dans le texte, frémissent de cris et de jurons comme ceux de vieux routiers. Dans le cœur de chacun de ses personnages qui tour à tour sera cruel ou généreux, sourd ou attentif, fidèle ou infidèle, la complexité des sentiments des femmes et des hommes est restituée, leurs capacités d'être des hommes justes ou de piètres parents testée. Ryan ne fait pas de cadeaux lorsqu'il fait dire à Melody : " j'ai toujours été une salope mais maintenant je suis une salope cinglée. Une vraie salope devenue folle. Et aussi une pute, au fait. " Il ne fait pas non plus de cadeaux à l'entourage familial, quand il se fait le l'écho des non-dits page 118 : " le soupçon courait, elle le savait au fond de son cœur et de son âme, selon lequel elle aurait été flétrie de l'intérieur par un autre homme et les Clothery auraient été au courant depuis le début qu'elle ne pouvait pas accueillir la vie dans son ventre et ils auraient dupé tout le monde," Il anime au diapason du récit, la langue anglaise avec une dextérité d'acrobate et de jongleur passant de la boutade,  "tout ce qu'il a rapporté de l'école, c'est des poux", à de la tendre ironie, celle du père moqueur qui tendrement s'amuse à dire à sa fille, "tu as failli pleurer devant tant de gentillesse, tu as la vessie près des yeux". Deux histoires qui se nouent et se dénouent avec justesse, comme une délicieuse façon de tendre la main pour caresser le ventre qui s'arrondit pour apaiser une blessure qui n'en finit pas de sourdre. Les affres que suscitent la désintégration du couple de Mary, comme, comme les rapports devenus difficiles de Melody avec Martin Toppy le jeune père de l'enfant à naître, sont vécus à travers des mots où s'impriment la délicatesse de Dolan Ryan. La joie, peut être le bonheur, la vie sûrement s'imposent avec une clarté bleutée que nous parcourons les yeux écarquillés, parfois un peu chiffonnés d'avoir trop lu. On ne saura jamais tout, ni tout ce qu'il fallait savoir, car l'essentiel nous échappe, l'émotion est si dense et si intense que les mots nous fuient, mais le plaisir du lecteur nous le portons très haut, le cœur meurtri, l'esprit conquis.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…