Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266249324
Code sériel : 15951
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Tout cela n'a rien à voir avec moi

Date de parution : 02/01/2015
Que reste-t-il de nos chagrins d’amour ?

Depuis le premier jour, les signaux étaient là.
Elle : passionnée, fougueuse, pleine d’espoir.
Lui : fuyant, changeant, désinvesti.
Le déséquilibre est flagrant mais elle s’aveugle, s’élance… s’effondre. Quelques mois plus tard, la rupture est consommée. Une rupture, comme une répétition de son histoire, dont elle nous offre les reliques...
Que reste-t-il de nos chagrins d’amour ?

Depuis le premier jour, les signaux étaient là.
Elle : passionnée, fougueuse, pleine d’espoir.
Lui : fuyant, changeant, désinvesti.
Le déséquilibre est flagrant mais elle s’aveugle, s’élance… s’effondre. Quelques mois plus tard, la rupture est consommée. Une rupture, comme une répétition de son histoire, dont elle nous offre les reliques naufragées : une collection de photos, quelques mots doux, des baisers volés, des briquets dérobés… Chronique de nos amours avortées.
 
 « L’on est surtout touché de plein fouet par le savant cocktail de drôlerie et de mélancolie qui s’en dégage. Par un charme fou qui ne se dissipe pas, même le livre refermé. » Alexandre Fillon – Sud Ouest

Cet ouvrage a reçu le prix de Flore
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266249324
Code sériel : 15951
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un texte saisissant et posé qui amène le lecteur vers une nouvelle forme de lecture, une nouvelle façon d'aborder le récit. » Mathieu Dufain – L’Express Culture
« Cet amour possède finalement bien plus que sa réalité blessante, il possède l’immense talent de Monica Sabolo. » David Foenkinos – Paris Match
« Au bout du compte, bien après la lecture, reste l’impression d’une fluidité parfaite. » Clara Dupont-Monod – Le Magazine Littéraire
« Tout cela n’a rien à voir avec moi est un drame qui a à voir avec chacun de nous. » Lisa Vignoli – Marianne
« L’on est surtout touché de plein fouet par le savant cocktail de drôlerie et de mélancolie qui s’en dégage. Par un charme fou qui ne se dissipe pas, même le livre refermé. » Alexandre Fillon – Sud-Ouest
 « Avec un sujet plus rebattu que les rochers de la côte bretonne par le ressac, Monica Sabolo sort du neuf. Et c’est délicieusement drôle. » Frédérique Brehaut – Le Courrier de l’Ouest

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • FlorenceCleo Posté le 20 Avril 2020
    Beaucoup de photos dans ce livre, c’est assez déroutant je crois bien que c’est le premier livre que je lis comme ça. Je connaissais cet auteur grâce au livre Summer que j’ai littéralement dévoré. Lui pour le coup je vous le conseille les yeux fermés. Mais après avoir lu 3 livres de cette auteur je trouve que les mêmes thèmes reviennent trop souvent dans ces livres, c’est un peu comme Elena Ferrante, après avoir lu la saga on est un peu déçu de voir que ces premiers romans tournent autour du même thème. Après l’intrigue est tout de même remarquable dans ce livre. On est clairement perdu au début mais ça devient une espèce de jeu et on veut vraiment savoir ce qui se passe. Je soulignerais le caractère «original» de ce livre mais je déplore dans la plupart des livres de Monica Sabolo le caractère «médiocre» des personnages. Du coup ce livre est intéressant mais pas non plus remarquable à mon sens.
  • johanndesgrouas Posté le 5 Septembre 2015
    Avec ce mélange de journal intime, de lettres, de SMS, Monica Sabolo convie le lecteur à suivre une histoire d'amour de notre temps. Ce roman autofictif épistolaire laisse un sentiment d'inachevé, comme le sentiment qu'a laissé cette relation amoureuse à l'auteur. A suivre ? Non, plus était au-dessus de ses forces. A suivre donc oui, mais pas dans le sens d'attendre une suite, plutôt dans celui de décrypter une piste, de filer une belle inconnue pour résoudre son équation.
  • biancaf Posté le 26 Avril 2015
    Des photos. Des objets. L'auteur nous entraîne dans ce qui reste des «amours avortées». Monica Sabolo nous fait remarquer que ce que nous traînons comme bagage émotionnel nous vient de bien des voyages... Nos gares existentielles sont souvent beaucoup trop petites pour d'autres horizons... Il faut savoir prendre le large pour vivre ailleurs... pour rencontrer l'autre.
  • Nathv Posté le 28 Mars 2015
    157 pages qui se lisent d'une traite, très rapidement. C'est l'histoire d'un amour déçu, d'une fille qui s'entiche d'un mec qui n'en a pas grand chose à faire, voire rien à cirer. La fille - M.S. - devient obnubilée par cette histoire de rien et fait, ensuite, un réel travail sur elle-même, sur son histoire familiale afin de comprendre les tenants et aboutissants de toutes ces histoires d'amour avortées. C'est, avant tout, assez bizarrement organisé: des textes courts, des sms, des tableaux et un nombre incroyable de photos parsèment le récit. C'est, ensuite, très joliment écrit: la première partie est relativement comique, cocasse et ironique tandis que les deux autres se veulent plus sensibles et profondes. Ce qui était, au départ, une histoire de rien devient, au fil des pages, une histoire de tout, et ce pour le plus grand bonheur du lecteur.
  • Espresso Posté le 29 Août 2014
    Chronique d’un chagrin d’amour annoncé. Ce "roman-collage" se présente comme un traité, illustré, de résistance au chagrin d’amour où Monica Sabolo (MS) décortique une histoire d’amour de sa naissance à sa fin, ponctuant son texte de photos. Comme tout bon traité scientifique, il se divise en trois parties. D'abord, De l’aveuglement, composé de sms, mails, conversations téléphoniques, lettres à un écrivain mort, à Bouygues Télécom, à un marabout, ... Aveuglement, car au départ de toute passion amoureuse, il y a l'éblouissement. Ca brille, c’est formidable, le quotidien devient magique et mêmes les personnes les plus cartésiennes, les plus raisonnables deviennent irrationnelles, attribuent des pensées magiques à tout et chaque objet du quotidien devient objet magique parce que touché par l’être aimé. Les photos sont présentées comme de véritables pièces à conviction. Dans la deuxième partie, Des antécédents, MS se demande s’il n’y a pas quelque chose de génétique dans le fait de toujours, systématiquement, choisir le mauvais garçon, celui qui la fera souffrir. Et imperceptiblement, du chagrin d’amour l’auteur glisse vers la mémoire familiale, l’histoire de ses parents, et, là, l’écriture se déploie de façon magistrale. Certaines photos sont littéralement glaçantes. La dernière partie, De l’effondrement, n’étonne personne puisque symboliser une histoire amoureuse... Chronique d’un chagrin d’amour annoncé. Ce "roman-collage" se présente comme un traité, illustré, de résistance au chagrin d’amour où Monica Sabolo (MS) décortique une histoire d’amour de sa naissance à sa fin, ponctuant son texte de photos. Comme tout bon traité scientifique, il se divise en trois parties. D'abord, De l’aveuglement, composé de sms, mails, conversations téléphoniques, lettres à un écrivain mort, à Bouygues Télécom, à un marabout, ... Aveuglement, car au départ de toute passion amoureuse, il y a l'éblouissement. Ca brille, c’est formidable, le quotidien devient magique et mêmes les personnes les plus cartésiennes, les plus raisonnables deviennent irrationnelles, attribuent des pensées magiques à tout et chaque objet du quotidien devient objet magique parce que touché par l’être aimé. Les photos sont présentées comme de véritables pièces à conviction. Dans la deuxième partie, Des antécédents, MS se demande s’il n’y a pas quelque chose de génétique dans le fait de toujours, systématiquement, choisir le mauvais garçon, celui qui la fera souffrir. Et imperceptiblement, du chagrin d’amour l’auteur glisse vers la mémoire familiale, l’histoire de ses parents, et, là, l’écriture se déploie de façon magistrale. Certaines photos sont littéralement glaçantes. La dernière partie, De l’effondrement, n’étonne personne puisque symboliser une histoire amoureuse par Le Titanic, forcément, cela termine mal. Les photos sont à nouveau pleines d'humour et d'originalité, notamment un montage de livres offerts à MS en guise de réconfort. Drôle, inventif et qui fait du bien à l'âme.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.