RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Tout plutôt qu'être moi

            10/18
            EAN : 9782264069092
            Code sériel : 5233
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Tout plutôt qu'être moi

            Fanny LADD (Traducteur)
            Date de parution : 17/08/2017
            Craig, un adolescent sous pression, se fait interner en hôpital psychiatrique où il réapprend le goût de la vie.
            Comme beaucoup d'adolescents, Craig est bien décidé à réussir sa vie. Il intègre l'une des plus prestigieuses prépas de New York, de celles qui font de vous un homme et assurent votre avenir. Seulement, au bout d'un an, il ne mange plus, ne dort plus, n'arrive plus à se lever,... Comme beaucoup d'adolescents, Craig est bien décidé à réussir sa vie. Il intègre l'une des plus prestigieuses prépas de New York, de celles qui font de vous un homme et assurent votre avenir. Seulement, au bout d'un an, il ne mange plus, ne dort plus, n'arrive plus à se lever, pense sans arrêt à ses devoirs, ses exams et à la jolie copine de son meilleur ami. Pour faire front à tout ça, il ne trouve d'autre solution que de fumer de l'herbe en glandant pendant des heures. Craig est pris dans une spirale d'anxiété, d'inquiétudes, de peurs qui l'acculent et le paralysent. Comment en est-il arrivé là ?

            Entre L’attrape-cœur et Vol au-dessus d’un nid de coucou, un superbe roman sur les affres de l’adolescence.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264069092
            Code sériel : 5233
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • gromit33 Posté le 31 Janvier 2019
              Craig Gilner, jeune garçon, a travaillé très dur pour intégrer une prestigieuse école new yorkaise, mais il commence à avoir du mal à suivre et le moral, l’appétit, le sommeil en pâtissent. Bien sûr il arrive à se défouler plus ou moins avec quelques amis en fumant un peu et en buvant, lors de soirées. Un soir, il décide au lieu de se suicider et de sauter du Pont de Brooklyn de se faire interner dans un service psychiatrique. Et il se retrouve alors pour cinq jours dans l’aile psychiatrique de l’hôpital mais dans l’aile pour adultes. Il va alors nous décrire avec humour et beaucoup de douceur l’ensemble des patients qui se sont retrouvés pour plusieurs raisons dans cette unité. De beaux portraits d’hommes et de femmes, qui essaient de se retrouver : il y a le Président Amélio, Johnny, Bobby.. Il y a aussi Nia qui est une jeune adolescente qui ne va pas laisser indifférent Craig. Il y a aussi le personnel soignant ou accompagnant. Je fuis d’habitude les textes qui se passent dans les milieux hospitaliers mais là je me suis laissé entraîner par l’écriture de ce jeune adolescent qui a une vision douce et... Craig Gilner, jeune garçon, a travaillé très dur pour intégrer une prestigieuse école new yorkaise, mais il commence à avoir du mal à suivre et le moral, l’appétit, le sommeil en pâtissent. Bien sûr il arrive à se défouler plus ou moins avec quelques amis en fumant un peu et en buvant, lors de soirées. Un soir, il décide au lieu de se suicider et de sauter du Pont de Brooklyn de se faire interner dans un service psychiatrique. Et il se retrouve alors pour cinq jours dans l’aile psychiatrique de l’hôpital mais dans l’aile pour adultes. Il va alors nous décrire avec humour et beaucoup de douceur l’ensemble des patients qui se sont retrouvés pour plusieurs raisons dans cette unité. De beaux portraits d’hommes et de femmes, qui essaient de se retrouver : il y a le Président Amélio, Johnny, Bobby.. Il y a aussi Nia qui est une jeune adolescente qui ne va pas laisser indifférent Craig. Il y a aussi le personnel soignant ou accompagnant. Je fuis d’habitude les textes qui se passent dans les milieux hospitaliers mais là je me suis laissé entraîner par l’écriture de ce jeune adolescent qui a une vision douce et réaliste du monde qui l’entoure. Nous nous attachons à ce jeune garçon qui nous décrit sa vie familiale, sa vie avec ses copains et son séjour dans cet hôpital. De beaux portraits jalonnent le texte et j’ai beaucoup aimé sa façon de raconter comment il décide de dessiner pour évacuer le trop plein. Et avant de sortir de l’hôpital, il y a une belle séance de dessins où il dessine le portrait des « malades » en faisant des cartes de villes imaginaires. Ce texte aborde beaucoup de thèmes mais il est proche de son personnage principal et nous sommes avec lui dans son appartement avec sa famille pourtant si compréhensive malgré tout, sur son vélo quand il va à son école et bien sûr, pendant les cinq jours où il est hospitalisé et qu’il découvre l’univers des autres patients et où il se découvre aussi. C’est un portrait d’adolescent en souffrance mais c’est aussi la description d’une société où on doit réussir à tout prix et pour réussir, il faut faire une bonne école, être le meilleur, se marier et avoir des enfants.. Mais que fait-on quand on est en marge, que la pression nous assaille ?? Une écriture réaliste et beaucoup de dérision et d’humour font de ce texte un réel plaisir de lecture et on s’attache à l’ensemble des personnages. Il y a de belles bouffées d’humanité et de fraternité.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Boulibooks Posté le 8 Juin 2018
              J'ai acheté ce livre au hasard de mes pérégrinations au sein de la petite librairie à côté de mon bureau. Je ne connaissais ni l'auteur, ni l'éditeur. Simplement, la quatrième de couverture m'a plu. Je me suis lancée dans cette lecture en me disant « bon, ça ne va pas être très gai mais le thème m'intéresse ». Nous faisons ici la connaissance de Craig, jeune adolescent de 15 ans, brillant mais très anxieux. Craig a intégré une école prépa de choix avec succès mais ne semble pas gérer la pression qui en résulte. Il ne mange plus, ne dort plus, il fume de l'herbe et son meilleur ami (qui n'a d'ami que le nom) l'entraîne dans ses dérives et ne lui apporte aucun véritable soutien. Un soir, Craig prend une décision : il veut en finir. Il n'est pas fait pour vivre dans ce monde. Mais ne passe pas à l'acte qui veut. Craig, fébrile, appelle SOS suicide et finit par se faire interner en hôpital psychiatrique. Il y restera une petite semaine. Une semaine qui changera le cours de sa vie. A l'aide d'une plume délicate et touchante mais également drôle et tendre, l'auteur nous livre une très... J'ai acheté ce livre au hasard de mes pérégrinations au sein de la petite librairie à côté de mon bureau. Je ne connaissais ni l'auteur, ni l'éditeur. Simplement, la quatrième de couverture m'a plu. Je me suis lancée dans cette lecture en me disant « bon, ça ne va pas être très gai mais le thème m'intéresse ». Nous faisons ici la connaissance de Craig, jeune adolescent de 15 ans, brillant mais très anxieux. Craig a intégré une école prépa de choix avec succès mais ne semble pas gérer la pression qui en résulte. Il ne mange plus, ne dort plus, il fume de l'herbe et son meilleur ami (qui n'a d'ami que le nom) l'entraîne dans ses dérives et ne lui apporte aucun véritable soutien. Un soir, Craig prend une décision : il veut en finir. Il n'est pas fait pour vivre dans ce monde. Mais ne passe pas à l'acte qui veut. Craig, fébrile, appelle SOS suicide et finit par se faire interner en hôpital psychiatrique. Il y restera une petite semaine. Une semaine qui changera le cours de sa vie. A l'aide d'une plume délicate et touchante mais également drôle et tendre, l'auteur nous livre une très belle leçon de vie. Le sujet de ce roman est pesant mais l'histoire en elle-même ne l'est pas. Elle est très agréable à lire et le message d'espoir délivré dans les derniers chapitres est précieux.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Solittletime Posté le 15 Mai 2018
              « Péter un câble », « Dérangé »… Autant de termes qui pourraient convenir à Craig mais ça serait péjoratif. Craig est adolescent sensible doté d’une intelligence émotionnel assez développée. Lorsqu’il est reçu grâce à son travail acharné dans une super bonne école, on pourrait penser que tout lui sourit. Hors, la descente se fait peu à peu. Perdant pied, il se fait interner selon sa propre volonté dans l’aile psychiatrique d’un hôpital du quartier. On lui suivra tout au long de cette descente, de cette expérience. Roman autobiographique, l’auteur nous livre avec humour et tendresse ce vécu éprouvant. Tellement éprouvant qu’il n’a pas su s’en sortir. Ned Vizzini nous a quitté à 32 ans… J’avais d’abord vu le film (It’s a kind of a funny story) avec Emma Roberts et je l’avais beaucoup aimé mais je dois bien avouer que le roman est mille fois meilleur. Ecrit avec tendresse… Même si il s’agit d’un roman pour adolescent, je pense qu’il convient parfaitement à tout le monde. Chacun n’est pas à l’abri de vivre cette situation psychologiquement éprouvante qu’est la dépression. Si je voulais parler personnellement, je dirai que l’auteur a su mettre des mots sur ce que je... « Péter un câble », « Dérangé »… Autant de termes qui pourraient convenir à Craig mais ça serait péjoratif. Craig est adolescent sensible doté d’une intelligence émotionnel assez développée. Lorsqu’il est reçu grâce à son travail acharné dans une super bonne école, on pourrait penser que tout lui sourit. Hors, la descente se fait peu à peu. Perdant pied, il se fait interner selon sa propre volonté dans l’aile psychiatrique d’un hôpital du quartier. On lui suivra tout au long de cette descente, de cette expérience. Roman autobiographique, l’auteur nous livre avec humour et tendresse ce vécu éprouvant. Tellement éprouvant qu’il n’a pas su s’en sortir. Ned Vizzini nous a quitté à 32 ans… J’avais d’abord vu le film (It’s a kind of a funny story) avec Emma Roberts et je l’avais beaucoup aimé mais je dois bien avouer que le roman est mille fois meilleur. Ecrit avec tendresse… Même si il s’agit d’un roman pour adolescent, je pense qu’il convient parfaitement à tout le monde. Chacun n’est pas à l’abri de vivre cette situation psychologiquement éprouvante qu’est la dépression. Si je voulais parler personnellement, je dirai que l’auteur a su mettre des mots sur ce que je ressentais. Même si bien sûr, chaque situation est différente. Mais les mots « déclic », « bulle », « ancre », « tentacules » ont été novateurs dans mon ressenti. L’auteur Ned Vizzini parle de la dépression nerveuse avec beaucoup d'humour pour rendre le sujet moins sensible, moins tabou et surtout, moins honteux. Car non, il ne faut pas avoir honte. Cela ne fait de nous/vous une personne faible et lâche. Etre découragé, c’est avoir été fort trop longtemps. Cela ne veut pas dire qu’on ne s’en sortira pas. Assumer son mal-être ne fait pas de nous une personne moindre. Le regard des autres, la honte sont aussi des questions récurrentes posées à travers Craig. Je voulais dire merci à Ned Vizzini pour le courage qu’il a eu d’écrire ce livre, d’écrire sur sa maladie… Qu’il est une perte pour ce monde. Chaque être humain compte, chaque être humain mérite Amour/compassion/compréhension. J’ai adoré ce livre ! L’ayant emprunté à la bibliothèque, je n’ai même pas envie de le rendre. Je vais l’acheter… C’est juste waouh ! Un roman inoubliable ! Un auteur inoubliable ! L’oiseau du monde littéraire a perdu une de ses plus belles plumes. Merci d’avoir été aussi fort…
              Lire la suite
              En lire moins
            • Luxi Posté le 26 Mars 2018
              S’appuyant sur sa propre expérience, Ned Vizzini publie ce roman, « It’s kind of a funny story » en V.O., en 2006 – il a 25 ans. Et je me demande encore pourquoi j’ai mis tant de temps à découvrir ce délicat chef-d’œuvre. Mais au final, je sais pourquoi. Tout au long de ma lecture, j’étais incapable de me sortir de l’esprit que Ned Vizzini n’était plus là ; ça me bouleversait autant que ça me révoltait. Parce qu’il avait un vrai don pour les mots. Il savait raconter une histoire. Il savait transmettre une émotion et incarner ses paragraphes. Avec une grande sincérité, Ned Vizzini nous raconte la lente descente vers l’abime de Craig Gilner puis son internement à « Nord Six », un service de psychiatrie adulte. Étonnamment, chaque page est pleine de vie, d’une tendresse et d’une acuité extrêmes. On peut craindre une lecture douloureuse et pesante mais ce texte est l’inverse de tout cela. C’est une œuvre d’une immense profondeur, gorgée d’humour et de tendresse, poignante, puissante, touchante et raffinée comme une toile d’araignée recouverte de givre. Je ne sais pas pourquoi je pense au « Moins que zéro » de Brett Easton Ellis, mais en plus fort,... S’appuyant sur sa propre expérience, Ned Vizzini publie ce roman, « It’s kind of a funny story » en V.O., en 2006 – il a 25 ans. Et je me demande encore pourquoi j’ai mis tant de temps à découvrir ce délicat chef-d’œuvre. Mais au final, je sais pourquoi. Tout au long de ma lecture, j’étais incapable de me sortir de l’esprit que Ned Vizzini n’était plus là ; ça me bouleversait autant que ça me révoltait. Parce qu’il avait un vrai don pour les mots. Il savait raconter une histoire. Il savait transmettre une émotion et incarner ses paragraphes. Avec une grande sincérité, Ned Vizzini nous raconte la lente descente vers l’abime de Craig Gilner puis son internement à « Nord Six », un service de psychiatrie adulte. Étonnamment, chaque page est pleine de vie, d’une tendresse et d’une acuité extrêmes. On peut craindre une lecture douloureuse et pesante mais ce texte est l’inverse de tout cela. C’est une œuvre d’une immense profondeur, gorgée d’humour et de tendresse, poignante, puissante, touchante et raffinée comme une toile d’araignée recouverte de givre. Je ne sais pas pourquoi je pense au « Moins que zéro » de Brett Easton Ellis, mais en plus fort, plus émotif, plus tendre et plus authentique. D’ailleurs, je salue la performance des deux traductrices, Fanny Ladd et Christel Gaillard-Paris, parce que malheureusement je n’ai pas le niveau pour le lire en V.O. mais le texte est une pure merveille, fluide, limpide, parfaitement abouti. J’ai lu ce roman de la même manière que si j’écoutais la confession d’un ami. Et je l’aurais écouté encore des heures, des jours, des années entières, ce fantastique ami. Les derniers chapitres sont merveilleux et les derniers paragraphes sont magiques. Il y a six ans de ça, j’ai croisé le chemin de cette chère dépression. J’ai connu cette sensation exceptionnelle de néant total, cette anesthésie du corps et cette torpeur de l’esprit, cette chute progressive et totale dans un immense et insondable RIEN. Ce « rien », je n’aurais jamais pu l’écrire comme Ned Vizzini l’a écrit. J’ai été subjuguée par cette aisance avec laquelle chaque mot sonne juste. Sans lyrisme ni dramatisation, il écrit comme on a l’impression d’étouffer, de mourir de l’intérieur sans pouvoir hurler, de disparaître sous une épaisse couche de boue. J’avais du ciment dans la gorge à chaque page que je tournais, parcourant les mots si justes d’un jeune homme que la vie a battu, déchiffrant son âme qu’il nous livre avec générosité, sans épines ni déguisements, et je me répétais : il l’a fait, il l’a fait. Plusieurs fois j’ai failli abandonner par peur de retrouver les anciennes sensations morbides, mais la dépression n’est pas contagieuse et le roman de Ned Vizzini ressemble à un majestueux poème d’espoir. Étrange, me direz-vous, mais à travers ses limbes, le jeune homme n’abandonne jamais vraiment. Même au plus profond de son gouffre, il tend la main et n’oublie jamais totalement les gens qui l’aiment. Et c’est ce message fabuleux que je veux retenir de ce roman. Je ne voulais pas terminer ce livre malgré sa thématique tragique pour rester un peu plus long-temps avec le Ned vivant. Au final, je sors de cette lecture à la fois abattue et émerveillée. Ned Vizzini avait tout du garçon-éponge, hypersensible, probablement surdoué, qui aurait sûrement fait un immense écrivain. J’ai lu le roman prodigieux d’un garçon surprenant, d’une exceptionnelle intelligence et d’une intense beauté d’âme. Et j’ai de la peine qu’il ne soit plus là, voilà. [chronique complète avec citations sur mon blog]
              Lire la suite
              En lire moins
            • Cassy Posté le 4 Décembre 2017
              Craig est un adolescent américain de quinze ans. Il a eu la chance d’intégrer une grande école suite à un concours d’entrée. Le problème de Craig, c’est qu’il est dépressif. Pas la petite déprime, non, une grave maladie qui le ronge chaque jour un peu plus. La dépression est une maladie que je méconnais et je voyais en ce roman l’occasion de me familiariser avec. Craig est un personnage touchant, que j’ai apprécié découvrir. On se plonge dans sa tête, pleine de sombres pensées et on est exposé à tout ce que la maladie peut impliquer : perte de concentration, perte d’appétit, manque de sommeil, isolement et j’en passe. On suit Craig à différents stades de la maladie : avant, au début, pendant, au plus bas… Toutes ces étapes aident à comprendre comment on peut en arriver là tout en ayant une famille qui prend soin de nous et une enfance heureuse. Si le sujet est dur, Ned Vizzini en parle avec justesse mais surtout avec un brin d’humour et beaucoup d’espoir. La dépression est un sujet grave et important dans la vie des adolescents. Un roman important et très bien traité dans lequel beaucoup de personnes mal dans leur peau pourraient... Craig est un adolescent américain de quinze ans. Il a eu la chance d’intégrer une grande école suite à un concours d’entrée. Le problème de Craig, c’est qu’il est dépressif. Pas la petite déprime, non, une grave maladie qui le ronge chaque jour un peu plus. La dépression est une maladie que je méconnais et je voyais en ce roman l’occasion de me familiariser avec. Craig est un personnage touchant, que j’ai apprécié découvrir. On se plonge dans sa tête, pleine de sombres pensées et on est exposé à tout ce que la maladie peut impliquer : perte de concentration, perte d’appétit, manque de sommeil, isolement et j’en passe. On suit Craig à différents stades de la maladie : avant, au début, pendant, au plus bas… Toutes ces étapes aident à comprendre comment on peut en arriver là tout en ayant une famille qui prend soin de nous et une enfance heureuse. Si le sujet est dur, Ned Vizzini en parle avec justesse mais surtout avec un brin d’humour et beaucoup d’espoir. La dépression est un sujet grave et important dans la vie des adolescents. Un roman important et très bien traité dans lequel beaucoup de personnes mal dans leur peau pourraient se retrouver.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…