RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Transsiberian back to black

            10/18
            EAN : 9782264072696
            Code sériel : 5360
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 216
            Format : 108 x 177 mm
            Transsiberian back to black

            Thierry MARIGNAC (Traducteur)
            Collection : Domaine Policier
            Date de parution : 05/04/2018
            « Tokha, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre. »
            Un jeune auteur de Saint-Pétersbourg raconte le quotidien tragi comique d’un camé. Sans illusion,...
            « Tokha, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre. »
            Un jeune auteur de Saint-Pétersbourg raconte le quotidien tragi comique d’un camé. Sans illusion, sans la moindre sentimentalité inutile, ces récits noirs en grande partie autobiographiques, tragiques et pleins d’humour, font de la grande ville du Nord une métropole anonyme à la beauté lépreuse, et dont les palais tant vantés cachent d’innombrables taudis.

            « D’une cocasserie macabre quasi carnavalesque, sinistre et envoûtant, un coup de sonde redoutable dans la violence de la Russie actuelle. »
            France Culture

            « La noirceur de Transsiberian back to black n’a d’égal que sa légèreté. J’ai rarement autant ri à la lecture d’un texte violent et sordide. »
            Vice

            Traduit du russe par Thierry Marignac
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264072696
            Code sériel : 5360
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 216
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MadameTapioca Posté le 19 Janvier 2019
              Récit autobiographique d'un junkie de Saint Petersbourg, ce livre est une succession de tranches de vies, d'anecdotes rocambolesques racontant le quotidien du narrateur et de ces acolytes. Chaque jour il faut trouver de l'argent, il faut trouver de la drogue, il faut gérer le manque. Un Trainspotting russe, sinistre, acide, parfois loufoque qui ne cache rien de la noirceur, du pathétisme et de la déchéance à laquelle conduit l'addiction. Sous des températures glaciales, les aventures s'enchaînent sous forme de courts chapitres, indépendants les uns des autres. Malgré une bonne dose d'humour et d'autodérision, difficile de ne pas se sentir oppressé par la violence des bas fonds russes. Récit d'une vie sans foi ni loi (sauf celle de la drogue), ne cherchez pas la lumière entre ces pages, il n'y en a pas. Sur ce, je pense que je vais lire une belle histoire d'amour bien gnangnan pour me remonter le moral.
            • celestineh Posté le 17 Juillet 2017
              Les aventures tragi-comiques d'un jeune toxico à Saint Pétersbourg. Une série de courts chapitres racontant le quotidien d'un homme à la recherche de sa "dose". Le récit est manifestement très autobiographique, sans jugement ni doléances. Voilà comment cela se passaient mes journées de toxicomane nous raconte l'auteur. Autant dire que cela n'est pas toujours simple ! Les errances avec les compagnons d'infortune, le manque d'argent, l'entourage qui a fui etc...Cela pourrait être sordide mais il y a tant d'humour et d'excentricité (typiquement russe) que cette lecture fut un vrai plaisir ! Entre celui qui vend son héroïne dans un marché d'animaux en l'accrochant aux ventres des hamsters, celui qui assomme les passants qu'il entend dépouiller avec des chats congelés, celui qui fait garder sa voiture remplie de came par les flics etc Il y a de nombreuses anecdotes du même style qui font de cette lecture un vrai moment de plaisir. Un univers déjanté, drôle et une belle écriture, je conseille !
            • encoredunoir Posté le 24 Juin 2017
              « Thoka, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre. » De l’argent, il faut bien sûr en gagner pour pouvoir s’acheter de l’héroïne ou n’importe quel substitut un tant soit peu valable. Et si les températures glaciales de l’hiver du nord de la Russie aident d’évidence à trouver des moyens originaux de le faire, il n’en demeure pas moins que la quête reste difficile ; presqu’autant que les tentatives plus ou moins résolues de réhabilitation. C’est de ces expédients, de ces tentatives tragicomiques pour trouver de quoi se shooter, pour trouver de l’argent pour se shooter ou pour trouver la force de ne pas se shooter, dont parle le livre d’Andreï Doronine à travers des tranches de vies, des anecdotes carnavalesques qui exposent une réalité tout à fait triviale. « "Comment peut-on plaisanter sur les drogues ? C’est horrible, horrible !" L’indignation des inconnus se sentait à chaque signe de ponctuation. Si les traitements de texte avaient pu traduire les sentiments, alors chaque lettre dans le courrier que je recevais à l’époque aurait été... « Thoka, un petit mec trapu, gagnait son fric de manière extravagante – attaquant dans le dos des passants isolés, en les assommant par-derrière avec des chats gelés à mort et durs comme de la pierre. » De l’argent, il faut bien sûr en gagner pour pouvoir s’acheter de l’héroïne ou n’importe quel substitut un tant soit peu valable. Et si les températures glaciales de l’hiver du nord de la Russie aident d’évidence à trouver des moyens originaux de le faire, il n’en demeure pas moins que la quête reste difficile ; presqu’autant que les tentatives plus ou moins résolues de réhabilitation. C’est de ces expédients, de ces tentatives tragicomiques pour trouver de quoi se shooter, pour trouver de l’argent pour se shooter ou pour trouver la force de ne pas se shooter, dont parle le livre d’Andreï Doronine à travers des tranches de vies, des anecdotes carnavalesques qui exposent une réalité tout à fait triviale. « "Comment peut-on plaisanter sur les drogues ? C’est horrible, horrible !" L’indignation des inconnus se sentait à chaque signe de ponctuation. Si les traitements de texte avaient pu traduire les sentiments, alors chaque lettre dans le courrier que je recevais à l’époque aurait été entourée trois fois et, à la place des signatures, se seraient étalées les marques noires de la forme d’un crâne et de deux tibias croisés de poulet. » écrit Doronine en ouverture de Transsiberian back to black, avec, n’en doutant pas, une certaine satisfaction à voir ses concitoyens s’offusquer certainement moins de l’humour avec lequel il aborde le sujet que le fait que celui-ci ne soit abordé ni par le biais de la condamnation de la drogue et de ses consommateurs ni par celui de la plainte déchirante doublée d’une saine contrition. Car Transsiberian back to black n’a rien d’un plaidoyer contre la drogue, ni non plus d’un récit édifiant destiné à en détourner le lecteur, quand bien même ce dernier aura sous les yeux le portrait de la déchéance, de la perte d’estime de soi, de la trahison et de la rupture progressive avec tout ce qui pouvait compter avant l’addiction. Doronine se contente de raconter sans affèteries, d’une manière brute – qui n’exclut d’ailleurs pas dans la recherche d’une certaine épure de l’écriture, une véritable ambition littéraire – le quotidien du drogué saint-pétersbourgeois par le prisme de ces tranches de vie, et parfois de mort, abordées par le prisme d’une autodérision qui, pour être salutaire, n’en porte pas moins une certaine gravité. On rit donc, et même parfois très franchement, à la lecture de ces histoires rocambolesques, mais elles laissent aussi un arrière-goût amer pour ce qu’elles révèlent de la rudesse de ce quotidien et du fonctionnement violent d’une société dans son ensemble. Les chapitres consacrés au théâtre pour enfants dans lequel se fait embaucher le narrateur ou à l’hôpital sont sur ce point édifiants. Noir, violent, hilarant, porté par une écriture d’une rare efficacité sans être « sèche » pour reprendre l’axiome à la mode, Transsiberian back to black est une lecture aussi rugueuse que subtile et réjouissante.
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…