En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Tu n'auras pas peur

            10/18
            EAN : 9782264072863
            Code sériel : 5370
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 552
            Format : 108 x 177 mm
            Tu n'auras pas peur

            Collection : Domaine Policier
            Date de parution : 15/03/2018
            Jeune journaliste passionnée, Lynn Dunsday enquête pour un site d’informations sur
            Internet. Reporter chevronné désormais proche de la retraite, Trevor Sugden travaille « à l’ancienne » pour un petit quotidien papier. Tous les deux vont traquer un assassin qui met en scène ses victimes en reconstituant avec autant de rigueur que...
            Jeune journaliste passionnée, Lynn Dunsday enquête pour un site d’informations sur
            Internet. Reporter chevronné désormais proche de la retraite, Trevor Sugden travaille « à l’ancienne » pour un petit quotidien papier. Tous les deux vont traquer un assassin qui met en scène ses victimes en reconstituant avec autant de rigueur que de férocité les morts de célébrités, avant de les diffuser sur le Net.
            Sur les blogs et les réseaux sociaux, les indices et les rumeurs circulent plus vite que les informations officielles. Un mortel jeu de piste s’organise alors, où Lynn et Trevor devront faire face à la folie humaine, à leur conscience et au rôle qu’ils jouent dans cette escalade de l’horreur.

            « Il y a quinze ans, cette histoire aurait eu l’air d’un roman d’anticipation inquiétant, mais il s’agit, hélas, de notre présent, terrifiant. »
            Le Point

            Prix Polar du festival de Cognac 2017
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264072863
            Code sériel : 5370
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 552
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.80 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • druspike Posté le 12 Septembre 2017
              Quel bouquin, mais quel bouquin ! J’ai eu la chance de rencontrer Michel Moatti à Saint-Maur En Poche, j’ai eu un gros coup de cœur pour l’auteur ! J’avais prévu de le lire justement cette semaine pour clôturer le mois de juin avec lui et après ma rencontre avec l’auteur j’en avais encore plus envie !!!! Sauf que merci saint-Maur en poche, la descente a été difficile et je n’ai pas été capable de lire (dépression post « salon de ouf ») pendant 3 jours :D Du coup tu n’auras pas peur, même pas peur je l’ai bouffé en 2 jours ! Et ça été 2 jours géniaux ! Rah lalala chouette ce mois de juin, il avait bien commencé et il se termine super bien ! Michel Moatti nous offre ici un thriller d’une grande originalité puisque nous n’allons pas suivre une équipe de police mais des journalistes ! Une journaliste WEB et un journaliste à l’ancienne. Ils vont traquer un assassin sans scrupules qui reproduit des morts « médiatisées » et poste les vidéos de ses crimes sur le net. Ce roman est un gros coup de cœur pour moi ! D’abord parce que l’écriture est absolument géniale et que j’ai adoré l’idée... Quel bouquin, mais quel bouquin ! J’ai eu la chance de rencontrer Michel Moatti à Saint-Maur En Poche, j’ai eu un gros coup de cœur pour l’auteur ! J’avais prévu de le lire justement cette semaine pour clôturer le mois de juin avec lui et après ma rencontre avec l’auteur j’en avais encore plus envie !!!! Sauf que merci saint-Maur en poche, la descente a été difficile et je n’ai pas été capable de lire (dépression post « salon de ouf ») pendant 3 jours :D Du coup tu n’auras pas peur, même pas peur je l’ai bouffé en 2 jours ! Et ça été 2 jours géniaux ! Rah lalala chouette ce mois de juin, il avait bien commencé et il se termine super bien ! Michel Moatti nous offre ici un thriller d’une grande originalité puisque nous n’allons pas suivre une équipe de police mais des journalistes ! Une journaliste WEB et un journaliste à l’ancienne. Ils vont traquer un assassin sans scrupules qui reproduit des morts « médiatisées » et poste les vidéos de ses crimes sur le net. Ce roman est un gros coup de cœur pour moi ! D’abord parce que l’écriture est absolument géniale et que j’ai adoré l’idée de Michel Moatti de s’inspirer de faits réels. J’ai adoré les personnages et surtout Lynn qu’est une sacrée nana ! Les descriptions des paysages, de l’atmosphère, de la météo sont d’un réalisme bluffant ! On s’y croit ! Les 100 dernières pages sont absolument FABULEUSES ! On ne peut pas refermer le livre, on les dévore d’une traite ! On est totalement en apnée sur ces 100 dernières pages, les yeux comme des billes, cramponné à notre bouquin, le cœur qui bat la chamade, bref la totale :D L’identité du tueur, quelle merveilleuse idée ! La fin est juste géniale, j’ai vraiment trouvé que le dénouement était bien amené. Les chapitres sont super courts, j’adore ça dans les livres parce que déjà ça permet de lire vraiment un chapitre par ci par là quand tu as 5 minutes ! J’ai l’impression d’avancer plus vite aussi je ne sais pas pourquoi ! Et alors à la fin, dans ces fameuses 100 dernières pages de fous furieux, les chapitres deviennent extrêmement courts, il y en a même 1 si je me souviens qui doit faire 3 lignes ! Ça rajoute vraiment une ambiance je dirais « INTENSE » à la fin de ce livre. Il y a à la fin tout un « chapitre » où Michel Moatti explique la construction de son roman, comment l’idée est venue, comment il a construit son roman c’est passionnant ! J’avais une idée de la façon de travailler de Michel puisqu’à saint Maur nous avons discuté de l’écriture de retour à Whitechapel mais ça été une grosse surprise pour tu n’auras pas peur ! J’ai hâte de retrouver la plume de Michel, en aout certainement avec retour à Whitechapel que je lirais dans un challenge thriller dans les temps jadis :D Merci 1000 fois Michel pour cette belle rencontre à Saint-Maur, pour ces supers échanges qu’on a eu et pour ce livre fabuleux qui clôture à merveille mon mois de juin ! 10/10 GROS COUP DE CŒUR !
              Lire la suite
              En lire moins
            • janessane Posté le 4 Août 2017
              "A toi, lecteur, qui va ouvrir ce livre. Tu vas rentrer dans l'ère du numérique, de l'information à tout va, parfois sans limite. Je ne te le cache pas, la première moitié du livre, tu attends plus de rebondissements. Tu te dis que c'est un peu long par moments toute ces descriptions de lieux où il ne fait pas bon traîner et tous ces pubs où Lynn s'envoie des bières et des cocktails. Puis tu commences à ressentir toute cette misère du monde qui entoure ces journalistes et ces flics. Tu te dis que ça doit pas être drôle tous les jours et que finalement il y a peut-être que les Bacardi de plus en plus tôt dans la journée pour supporter toute cette poisse et ce glauque. Puis tu comprends que toi, tout comme ces journalistes, tu alimentes le système. Tu sais, celui de chercher sur internet, la dernière info, de cliquer sur des tas de pages pour en savoir toujours plus. Et tu te dis que parfois t'en vois beaucoup trop mais tu continues quand même. Alors quand un psychopathe prend les commandes tu te dis que comme ces journalistes, tu deviens sa marionnette. Puis quand tu... "A toi, lecteur, qui va ouvrir ce livre. Tu vas rentrer dans l'ère du numérique, de l'information à tout va, parfois sans limite. Je ne te le cache pas, la première moitié du livre, tu attends plus de rebondissements. Tu te dis que c'est un peu long par moments toute ces descriptions de lieux où il ne fait pas bon traîner et tous ces pubs où Lynn s'envoie des bières et des cocktails. Puis tu commences à ressentir toute cette misère du monde qui entoure ces journalistes et ces flics. Tu te dis que ça doit pas être drôle tous les jours et que finalement il y a peut-être que les Bacardi de plus en plus tôt dans la journée pour supporter toute cette poisse et ce glauque. Puis tu comprends que toi, tout comme ces journalistes, tu alimentes le système. Tu sais, celui de chercher sur internet, la dernière info, de cliquer sur des tas de pages pour en savoir toujours plus. Et tu te dis que parfois t'en vois beaucoup trop mais tu continues quand même. Alors quand un psychopathe prend les commandes tu te dis que comme ces journalistes, tu deviens sa marionnette. Puis quand tu termines le livre, parce que la seconde moitié tu décroches pas, tu te dis que l'auteur a tapé dans le mille et que dans ce petit voyage dans l'info express et internet, bah tu peux peut-être faire en sorte d'avoir une conduite un peu plus éthique." Impossible de résister à une "pâle imitation" des articles de Lynn pour vous faire part de mon avis...Malgré quelques passages inégaux dans ce livre, j'ai apprécié ce livre et également les notes de l'auteur qui apportent un éclairage complémentaire à l'ouvrage.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Horizon_du_plomb Posté le 28 Juillet 2017
              « Une boucherie, une pure scène d'abattoir, lorsque les bêtes égorgées au seuil de l'agonie battent des pattes et patinent dans leur propre sang. » « Les blancs de l'image sont brûlés, largement surexposés. » « Ce n'est probablement rien mais… Si vous voyez ou entendez quelque chose qui pourrait être lié à une action terroriste, faites confiance à votre instinct et appelez la hotline confidentielle antiterroriste. Votre appel peut sauver des vies. » C'est un livre dur à l'image de notre société qu'a écrit l'auteur mais qui est néanmoins rempli de finesse et d'humour qui vient heureusement nous donner des bouffées d'air frais de temps en temps. L'action est présente mais elle prend le temps de s'installer, ce qui profite au climat et au milieu. Paradoxalement, le roman est rempli de chapitres courts et situés qui se savourent parfois comme des entités en soi (par exemple la séance chez le docteur Henzler ou la fixette de Trout). Rien n'est plus terrible que l'attente. Tous les profileurs le savent, il faut une série pour établir un portrait robot cohérent, un fantôme pris dans nos peurs et nos fantasmes auquel on peut jeter un peu de poussière de réalité à coups d'évaluations statistiques. Le livre parle de ce flux d'infos... « Une boucherie, une pure scène d'abattoir, lorsque les bêtes égorgées au seuil de l'agonie battent des pattes et patinent dans leur propre sang. » « Les blancs de l'image sont brûlés, largement surexposés. » « Ce n'est probablement rien mais… Si vous voyez ou entendez quelque chose qui pourrait être lié à une action terroriste, faites confiance à votre instinct et appelez la hotline confidentielle antiterroriste. Votre appel peut sauver des vies. » C'est un livre dur à l'image de notre société qu'a écrit l'auteur mais qui est néanmoins rempli de finesse et d'humour qui vient heureusement nous donner des bouffées d'air frais de temps en temps. L'action est présente mais elle prend le temps de s'installer, ce qui profite au climat et au milieu. Paradoxalement, le roman est rempli de chapitres courts et situés qui se savourent parfois comme des entités en soi (par exemple la séance chez le docteur Henzler ou la fixette de Trout). Rien n'est plus terrible que l'attente. Tous les profileurs le savent, il faut une série pour établir un portrait robot cohérent, un fantôme pris dans nos peurs et nos fantasmes auquel on peut jeter un peu de poussière de réalité à coups d'évaluations statistiques. Le livre parle de ce flux d'infos ininterrompu, quasi en temps réel qui a remplacé le règne des presses et où chacun peut devenir son propre média. Au cours du bouquin, on sent l'expertise de l'auteur qui est docteur en sociologie des médias et a été journaliste pendant 16 ans. « Un titre du genre: « Le grand désordre du réel, l'homme et ses i-objets » - Ouh là, branlette d'intello ! coupa Andrew. » « Il y a deux choses, Andy: la première, c'est que la loi est très bipolaire sur ces questions: tu publies la photo d'une gamine de 8 ans en maillot au bord d'une piscine: tu peux filer en taule pour diffusion de matériel pédophile. Tu inventes une histoire où tu mets en scène cette gamine dans un donjon SM avec dix malades qui la violent et la torturent, tu ne risques quasiment rien: c'est de la fiction, messieurs-dames ! La seconde chose (…) tout pousse à ce que les journalistes diffusent d'abord et réfléchissent après. » Tout le long du livre, les nouvelles médiatiques courent comme sur un bandeau défilant sous un écran nous délivrant l'histoire principale. Elles se rappellent à notre mémoire sous une forme réelle ou projetée. On perçoit aussi que de nombreuses critiques des médias peuvent se prolonger sur la politique et son impact sur le social. Ainsi, par exemple, on croise la carte de Charles Booth à un moment. « Je dis Thérésa May et je vois ses cent vingt paires de chaussures ! A-t-on besoin de tant de paires de chaussures pour remettre un pays sur ses pieds ? » J'ai aimé la description et l'évolution de la relation amoureuse entre la journaliste et l'enquêteur. Elle prend parfois à la gorge et est bien menée avec les bon mots, entre deux shoots d'adrénaline. Elle a cette tristesse douce de l'interlude dans un monde que ne s'arrête jamais vraiment. Elle est à l'image du livre dont la thématique du tueur en série en lien avec son image médiatique n'est pas vraiment originale mais est surtout bien menée, avec les mots justes. Contrairement à "La fille du train", la société environnante est omniprésente et c'est elle qui crée le crime quelque part. La nourriture est surabondante dans le livre mais on peut y voir cette métaphore de ce que nous décidons d'ingurgiter ou de déguster. Quel régime médiatique, politique ou social nous appliquons à notre vie. Veut-on vraiment manger à tous les râteliers ? « Le poivre rouge du Starling lui brûlait les gencives. » On met du temps à deviner le coupable dans ces dédales de vérités et fictions. Je trouve que la fin est particulièrement réussie et réaliste. « Est-ce que nous préférons qu'il soit arrêté ou abattu ? Ou est ce que nous voulons que le spectacle continue ? » PS: L'auteur ne semble définitivement pas un fan de Chelsea
              Lire la suite
              En lire moins
            • pepitouille Posté le 30 Mai 2017
              Un thriller original dans sa construction puisque cette fois-ci l'intrigue est suivie par 2 journalistes et par des policiers comme très souvent. Ainsi se posent les questions telles que " Faut-il tout dire, tout montrer ? " " Recherche absolue du scoop ou faire le choix de l'intégrité ? " "Tu n'auras pas peur" nous plonge au c?ur des dérives de l'internet ainsi que les dangers de la transmission de l'Information dans la société moderne. L'intrigue est bien menée, les crimes sordides (comme on aime ! ), le tout à un rythme rapide et trépidant. Une fois de plus, un roman d'une superbe maîtrise. Réussite totale qui devrait satisfaire les amateurs du genre.
            • Gaiange Posté le 2 Mai 2017
              chronique complète sur le blog Parlons de l'histoire : Dans ce roman, nous voici entre deux mondes tellement proches mais aussi tellement éloignés du journalismes. Lynn jeune journaliste qui évolue dans l'information en directe du Net et Trevor proche de la retraite qui garde les bases du journalisme dans un journal papier où la source doit être vérifiée pour la publication du soir ou du lendemain. Ils vont enquêter ensemble sur une série de meurtres d'une violence absolue. Ils vont avec leurs expériences bien différentes se rendre compte des liens entre chaque meurtre. Ils vont comprendre que l'assassin est en train de reproduire des scènes de crimes passées, avec une minutie extrême. Les voici face à l'horreur.... Cet assassin se sert d'informations trouvées par le biais de journaux, des images et des textes qui ont décortiqué ces crimes, au point où il réussit à les reproduire à la perfection. Ils prennent conscience de l'effet boule de neige de leur métier, de l'impact qu'il peut provoquer. Chaque photo, mot ont été le déclencheur de la fureur de ce psychopathe sans scrupule. Parlons du sujet : A travers ce roman, Michel Moatti dénonce la responsabilité de chacun dans le monde virtuel, dans le partage... chronique complète sur le blog Parlons de l'histoire : Dans ce roman, nous voici entre deux mondes tellement proches mais aussi tellement éloignés du journalismes. Lynn jeune journaliste qui évolue dans l'information en directe du Net et Trevor proche de la retraite qui garde les bases du journalisme dans un journal papier où la source doit être vérifiée pour la publication du soir ou du lendemain. Ils vont enquêter ensemble sur une série de meurtres d'une violence absolue. Ils vont avec leurs expériences bien différentes se rendre compte des liens entre chaque meurtre. Ils vont comprendre que l'assassin est en train de reproduire des scènes de crimes passées, avec une minutie extrême. Les voici face à l'horreur.... Cet assassin se sert d'informations trouvées par le biais de journaux, des images et des textes qui ont décortiqué ces crimes, au point où il réussit à les reproduire à la perfection. Ils prennent conscience de l'effet boule de neige de leur métier, de l'impact qu'il peut provoquer. Chaque photo, mot ont été le déclencheur de la fureur de ce psychopathe sans scrupule. Parlons du sujet : A travers ce roman, Michel Moatti dénonce la responsabilité de chacun dans le monde virtuel, dans le partage des informations et sur la façon de l'interprétation. Déjà, si je suis de nature à faire très attention à mes publications et mes mots sur la toile Internet, après cette lecture je dois dire que je prends encore plus conscience de la violence, de l'horreur, de la folie vers laquelle nous évoluons. Des partages de vidéos, de photos et d'informations, sans aucun respect, sans chercher à comprendre, sans se dire que cela peut avoir un impact plus grave. Regardons simplement les attentats qui nous touchent depuis plusieurs mois et ce qui circulent sur Facebook, sur des sites qui malheureusement je connais car on m'a dit "tiens regarde, c'est cool, on voit le mec se faire descendre ou se suicider", j'ai été choquée d'apprendre l'existence de ses sites il y a quelques années et que certains trouvent ça cool de voir l'HORREUR. Ce n'est pas un film, c'est la réalité !!!!! Les autorités doivent dire à chaque fois, de ne pas faire circuler les informations, les photos et vidéos.... Si pour moi ça coule de source que ces assassins se servent des réseaux sociaux et bien ce n'est pas le cas de tout le monde. Sinon pourquoi nous dire de ne rien publier ?! Les gens pensent pas.... pour eux ils sont libres de droit et d'expression.... Ils sont surtout libres de leur bêtise humaine. Un roman que tout le monde doit lire, pour prendre conscience de leurs actes sur la toile. Un partage de vidéos, de photos et d'informations n'est pas sans conséquence. A notre époque, où tout est "libre" d'accès, où tout est curiosité "morbide".
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com