Lisez! icon: Search engine

Tu ne perds rien pour attendre

Pocket
EAN : 9782266279987
Code sériel : 17080
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm
Tu ne perds rien pour attendre

Date de parution : 08/03/2018
Libreville, Gabon. Chaque nuit, Jean-Marc fait ce rêve qu’il tue un homme. Toujours le même. Ce fils de ministre qui, au volant de sa voiture, faucha naguère sa mère et sa jeune sœur. En toute impunité. Jean-Marc n’est pas devenu flic par vocation. Chaque nouvelle affaire est l’occasion pour lui... Libreville, Gabon. Chaque nuit, Jean-Marc fait ce rêve qu’il tue un homme. Toujours le même. Ce fils de ministre qui, au volant de sa voiture, faucha naguère sa mère et sa jeune sœur. En toute impunité. Jean-Marc n’est pas devenu flic par vocation. Chaque nouvelle affaire est l’occasion pour lui d’affronter ses fantômes. Ou d’en venger un autre. Quand, par une soirée étouffante, il prend en stop une jeune serveuse, il ne sait pas encore que cette rencontre n’est absolument pas fortuite… Une chose est certaine : dans les nuits rouges de Libreville, le sang appelle le sang.

« Une balade gabonaise au côté d'un guide au style inventif et à l'imagination féconde. Ambiance tropicale et dépaysement garantis. » François Estrada – L'Écho

« Un roman social et urbain à l'engrenage implacable. » Sarah Castel – PAGE
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266279987
Code sériel : 17080
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 224
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Janis Otsiemi est le James Ellroy du polar africain. »
Julie Malaure, Le Point

« La mécanique du polar est parfaite. On est au gabon, et le français d'Otsiemi, sans tomber dans le folklore, est épatant. »
J.-C. P., Livres Hebdo

« Une balade gabonaise au côté d'un guide au style inventif et à l'imagination féconde. Ambiance tropicale et dépaysement garantis. »
François Estrada, L'Écho

« Un roman social et urbain à l'engrenage implacable. »
Sarah Castel, Page









 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Sharon Posté le 11 Juillet 2019
    Libreville, Gabon. Jean-Marc Oussavou est policier parce que justice n’a pas été rendue quand il était adolescent, et il ne désespère pas de pouvoir faire rendre justice, d’une manière ou d’une autre, à d’autres personnes. Un soir, il fait une rencontre. C’est banal, une rencontre, c’est simple, une rencontre. Elle est charmante, elle s’appelle Svetlana, elle est maman d’un petit garçon, Louis. Tout irait bien, si ce n’est que Svetlana a été assassinée voici deux ans, et que Jean-Marc doit se rendre à l’évidence (même si je me rends bien compte en vous écrivant que cette évidence n’est pas facile à croire) : c’est un fantôme qui est monté dans sa voiture. Heureusement, Jean-Marc n’est pas aussi superstitieux qu’on pourrait le penser, et il n’est pas effrayé, non, pas trop, il se demande simplement pourquoi Svetlana l’a choisi, lui, pour lui faire justice. Que dire ? Nous sommes dans une affaire louche : la jeune femme a été tuée alors qu’elle quittait son travail au casino, casino dont les propriétaires ne sont pas des hommes à la réputation irréprochable. Des témoins, des amis ? Pas vraiment. Enfin, si, mais c’est compliqué. Pourtant, Jean-Marc persiste et enquête. « Votre affaire est bien une... Libreville, Gabon. Jean-Marc Oussavou est policier parce que justice n’a pas été rendue quand il était adolescent, et il ne désespère pas de pouvoir faire rendre justice, d’une manière ou d’une autre, à d’autres personnes. Un soir, il fait une rencontre. C’est banal, une rencontre, c’est simple, une rencontre. Elle est charmante, elle s’appelle Svetlana, elle est maman d’un petit garçon, Louis. Tout irait bien, si ce n’est que Svetlana a été assassinée voici deux ans, et que Jean-Marc doit se rendre à l’évidence (même si je me rends bien compte en vous écrivant que cette évidence n’est pas facile à croire) : c’est un fantôme qui est monté dans sa voiture. Heureusement, Jean-Marc n’est pas aussi superstitieux qu’on pourrait le penser, et il n’est pas effrayé, non, pas trop, il se demande simplement pourquoi Svetlana l’a choisi, lui, pour lui faire justice. Que dire ? Nous sommes dans une affaire louche : la jeune femme a été tuée alors qu’elle quittait son travail au casino, casino dont les propriétaires ne sont pas des hommes à la réputation irréprochable. Des témoins, des amis ? Pas vraiment. Enfin, si, mais c’est compliqué. Pourtant, Jean-Marc persiste et enquête. « Votre affaire est bien une patate chaude », lui dit-on. Certes. Dans un pays où la police est largement corrompue, où les couples ne durent pas, où les mères célibataires sont nombreuses, où le travail est précaire, une enquête pour une affaire quasiment classée ne pèse pas lourd, et peut vous entraîner plus loin que Jean-Marc, aidé par Roger Massambat et soutenu par Marie, sa compagne, ne l’avait pensé. Un polar vif, enlevé, aux dialogues percutants et au récit précis, bref, une lecture intéressante, hors des sentiers battus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mary63 Posté le 20 Août 2017
    un polar qui se lit bien et qui fait découvrir l'Afrique corrompue....
  • DanR Posté le 20 Août 2017
    Jean-Marc collationna peu la boutade de Roger mais il ne rouscailla pas. Cette citation c'est tout l'esprit de ce livre: histoire banale ( pour un polar) mais une langue et des situations savoureuses.
  • Polars_urbains Posté le 10 Juillet 2017
    Pas mal mais Janis Otsiemi a perdu beaucoup du mordant de ses premiers romans parus chez Jigal. Il est beaucoup moins irrévérencieux aussi. C’est dommage ! Que ceux qui auront apprécié « Tu ne perds rien pour attendre » se précipitent sur « African tabloid » ou « Les chasseurs de lucioles ». C’est le vrai Janis, un homme brillant et attachant et un auteur qui ira loin.
  • Melvie77 Posté le 10 Mai 2017
    Un roman noir qui se lit en quelques heures tant l'écriture et l'intrigue est addictive. L'écriture de Janis Otsiemi est une réelle découverte, elle se lit avec aisance et nous plonge dans le Gabon en nous révélant des expressions locales à chaque page, une vraie invitation au voyage. Je regrette que la quatrième de couverture ne tienne pas toutes ses promesses, le personnage de Jean-Marc est, certes hors des sentiers battus, mais le résumé est surestimé, on n'est loin de retrouver tout ce qui est promis et en aucun cas un Dexter en puissance, gabonais ou non^^ Une histoire simple qui mêle meurtres, intimidations, corruption, drogue, viol et malfrats face à un flic qui ira jusqu'au bout, quelles qu'en soient les conséquences... Un polar noir bien ficelé que je vous recommande pour la découverte d'un auteur à suivre
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.