Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377359691
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 10,8 x 17,7 mm

Un amour fou

Collection : Roman & évasion
Date de parution : 26/08/2021
Grand Prix RTL et Prix Femina 1981, Catherine Hermary-Vieille dessine le portrait sensible et flamboyant de Jeanne de Castille, mère de Charles Quint : une femme désespérément amoureuse, mais trahie par ses proches, aux premiers rayons du Siècle d’Or espagnol.
En 1509, à trente ans, Jeanne de Castille, fille d’Isabelle la Catholique et de Ferdinand d’Aragon, héritière du plus grand empire au monde, est enfermée dans la sombre citadelle de Tordesillas : elle y restera quarante-six ans au secret absolu.

Veuve de Philippe le Beau, souverain des Flandres, elle l’a aimé...
En 1509, à trente ans, Jeanne de Castille, fille d’Isabelle la Catholique et de Ferdinand d’Aragon, héritière du plus grand empire au monde, est enfermée dans la sombre citadelle de Tordesillas : elle y restera quarante-six ans au secret absolu.

Veuve de Philippe le Beau, souverain des Flandres, elle l’a aimé d’un amour fou. Qu’a-t-elle fait pour mériter ce châtiment ? Pourquoi son fils Charles Quint la surveille-t-il si étroitement ? On la dit démente : un prétexte pour la tenir éloignée du pouvoir ?

Catherine Hermary-Vieille s’est penchée sur le destin de cette reine d’Espagne, au temps de sa splendeur. Une multitude d’indices lui ont permis de donner une réponse à « l’énigme de Tordesillas », un sens à l’existence de cette femme solitaire, amoureuse, abandonnée par son père, trompée par son mari et trahie par son fils en un siècle raffiné et violent : celui de l’Inquisition, de la colonisation des Amériques et de la Reconquista.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377359691
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 400
Format : 10,8 x 17,7 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MaToutePetiteCulture Posté le 18 Octobre 2021
    J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, très richement documenté, et qui remet en question le surnom de « folle » qu’a pu voir Jeanne Ière de Castille apposé à son prénom au fil des siècles. Je connaissais vaguement le destin de Jeanne Ière avant d’entamer ma lecture; je connaissais davantage sa sœur Catherine d’Aragon, mais j’avais tout de même bien en tête l’époque et toute la géopolitique en cours. Sans cela, j’aurais facilement pu me perdre parmi tous les personnages de ce roman. Mon conseil quand on commence un roman de Catherine Hermary-Vieille, c’est de connaitre un minimum les personnages et l’époque, sans quoi on peut se perdre parmi les multiples détails et personnages qu’elle décrit. On sent par là que l’autrice est historienne et romancière, réussissant à nous dépeindre avec beaucoup de détails le destin d’un personnage tout en le replaçant dans un contexte fictionnel à coups de dialogues. L’exercice, entre biographie et roman, est périlleux mais parfaitement maîtrisé ! J’en ai appris énormément sur Jeanne Ière, dont je le réalise maintenant, j’avais une vision assez tronquée. Dans ce roman, l’autrice la décrit davantage comme une femme trahie et malheureuse que comme une « folle ». Jeanne,... J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman, très richement documenté, et qui remet en question le surnom de « folle » qu’a pu voir Jeanne Ière de Castille apposé à son prénom au fil des siècles. Je connaissais vaguement le destin de Jeanne Ière avant d’entamer ma lecture; je connaissais davantage sa sœur Catherine d’Aragon, mais j’avais tout de même bien en tête l’époque et toute la géopolitique en cours. Sans cela, j’aurais facilement pu me perdre parmi tous les personnages de ce roman. Mon conseil quand on commence un roman de Catherine Hermary-Vieille, c’est de connaitre un minimum les personnages et l’époque, sans quoi on peut se perdre parmi les multiples détails et personnages qu’elle décrit. On sent par là que l’autrice est historienne et romancière, réussissant à nous dépeindre avec beaucoup de détails le destin d’un personnage tout en le replaçant dans un contexte fictionnel à coups de dialogues. L’exercice, entre biographie et roman, est périlleux mais parfaitement maîtrisé ! J’en ai appris énormément sur Jeanne Ière, dont je le réalise maintenant, j’avais une vision assez tronquée. Dans ce roman, l’autrice la décrit davantage comme une femme trahie et malheureuse que comme une « folle ». Jeanne, c’est une femme trahie par toutes les personnes qu’elle a pu rencontrer, de ses parents à son mari, jusqu’à ses propres enfants : comment ne pas sombrer dans la dépression et une sorte de folie ? Comment ne pas se réfugier dans l’illusion et la solitude plutôt que d’affronter toutes ces trahisons ? C’est cela que nous explique l’autrice, et réhabilite d’un côté la mémoire de cette femme fragile, et trop romantique pour le rôle qu’on a voulu lui confier. Un autre petit bémol par rapport à ma lecture, en plus de la multiplicité des personnages, ce sont les longueurs. Le roman couvre des décennies, et il faut avouer que certaines scènes sont longues, et se répètent régulièrement. Ce n’est pas le roman le plus haletant du monde, il ne prétend d’ailleurs pas l’être, mais je pense que sur les 500 pages qu’il contient, quelques coupes auraient pu lui apporter plus de rythme sans nuire au propos. Je regrette également que l’autrice n’ait pas inséré plus d’indications sur l’année qui était traitée, je me suis parfois perdue dans la chronologie des scènes. Ce roman n’est pas un coup de cœur, mais il m’a plongé en plein cœur de l’Espagne du XVIème siècle, et du destin de Jeanne, aujourd’hui totalement oubliée ou rabaissée dans les livres d’Histoire avec ce surnom de « folle » qu’on lui colle. Catherine Hermary-Vieille lui redonne sa place dans l’Histoire, celle d’une femme passionnée, excessive, romantique, et surtout déçue et trahie. Un très bon moment de lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Mariloup Posté le 12 Octobre 2021
    Curieuse et passionnée d'Histoire littéralement, j'aime en apprendre toujours plus grâce à différents supports (romans, magazines, jeux, articles...) et pour le coup, avec ce roman, ce personnage, cette période, ce fut la découverte totale ! En effet, je ne savais pas qu'Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, grands monarques d'Espagne qui ont marqué l'Histoire, avaient eu plusieurs filles. Généralement, on ne retient que l'Infante Catherine d'Aragon, première femme d'Henri VIII d'Angleterre. L'héroïne de ce roman est Jeanne, la troisième enfant du couple. On suit donc Jeanne depuis ses 12 ans jusqu'à ces 75 ans, jusqu'à sa mort. Jeanne idolâtre son père et a la considération de sa mère. Elle sera fiancée à l'archiduc d'Autriche, Philippe le Beau dès ses 13 ans et mariée à lui à l'âge de 18 ans. Dès qu'elle l'aperçoit la première fois, ce fut le coup de foudre pour elle. Elle en tombe éperdument amoureuse mais c'est un amour à sens unique. Jeanne a une réelle obsession pour lui, ça en est maladif et ne s'intéresse à rien d'autres, pas même à la politique alors qu'elle deviendra même un jour Reine d'Espagne. Elle lui donnera 6 enfants dont leur héritier et successeur, Charles Quint. Durant toute sa... Curieuse et passionnée d'Histoire littéralement, j'aime en apprendre toujours plus grâce à différents supports (romans, magazines, jeux, articles...) et pour le coup, avec ce roman, ce personnage, cette période, ce fut la découverte totale ! En effet, je ne savais pas qu'Isabelle de Castille et Ferdinand d'Aragon, grands monarques d'Espagne qui ont marqué l'Histoire, avaient eu plusieurs filles. Généralement, on ne retient que l'Infante Catherine d'Aragon, première femme d'Henri VIII d'Angleterre. L'héroïne de ce roman est Jeanne, la troisième enfant du couple. On suit donc Jeanne depuis ses 12 ans jusqu'à ces 75 ans, jusqu'à sa mort. Jeanne idolâtre son père et a la considération de sa mère. Elle sera fiancée à l'archiduc d'Autriche, Philippe le Beau dès ses 13 ans et mariée à lui à l'âge de 18 ans. Dès qu'elle l'aperçoit la première fois, ce fut le coup de foudre pour elle. Elle en tombe éperdument amoureuse mais c'est un amour à sens unique. Jeanne a une réelle obsession pour lui, ça en est maladif et ne s'intéresse à rien d'autres, pas même à la politique alors qu'elle deviendra même un jour Reine d'Espagne. Elle lui donnera 6 enfants dont leur héritier et successeur, Charles Quint. Durant toute sa vie, elle ne sera que le pion de son mari, de son père et de son fils. Leur prisonnière, trahie, humiliée, spoliée. J'avais de la compassion pour Jeanne mais j'avais aussi très envie de la secouer plus d'une fois pour lui faire ouvrir les yeux. On peut le dire, c'est véritablement un amour fou, une maladie d'amour. Même mort, Philippe était le centre de son univers ! Jeanne valait mieux que ça, elle est tellement plus, elle aurait pu faire de grandes choses, elle avait tout pourtant et j'ai bien du mal à la comprendre. J'étais bien entendu outrée de la façon dont son mari la traitait. C'était un être absolument détestable, un homme à femme qui ne pensait qu'à ses besoins à lui, à son propre bonheur, qui se servait d'elle. Le père de Jeanne qui aimait beaucoup sa fille s'est complétement retourné contre elle au bout d'un moment. Et pour son fils, c'est surtout qu'on la tenue éloigné de sa mère, qu'il n'avait pas d'accroche avec elle. C'est véritablement un monde d'hommes où le pouvoir est recherché constamment au détriment des proches. Alors il y a des moments où Jeanne s'est rebellée comme à la Cour de France où elle a refusé de se plier aux coutumes françaises ; lorsque sa jalousie pour une des maîtresse de son mari la fera devenir violente ou lorsqu'elle complotera avec son père pour qu'il garde la main mise sur l'Espagne et non Philippe. Un autre événement est important, sa confession à son père à propos de la mort de Philippe. Ce n'est vraiment que vers la fin du roman qu'elle se rend compte de sa solitude, d'être prisonnière de ses proches. A travers Jeanne, on assiste aux succès de Christophe Colomb, à la Reconquista, nous découvrons les Cours d'Espagne et de Flandres toutes deux très différentes ; les alliances maritales font loi et les royaumes d'Europe s'éprouvent, s'affrontent sur plusieurs fronts. J'ai été agréablement surprise vu que j'avais déjà lu un roman de cette autrice qui ne m'avait pas vraiment plu, La Bête, et cela surtout à cause du style d'écriture. Néanmoins, ici, nous sommes dans un tout autre registre et j'ai plus accroché. C'est beaucoup plus fluide, prenant et pour un roman historique, je le trouve très accessible, il m'a été facile d’entrer dans l'histoire. Le travail de documentation est dingue. Je regrette juste un essoufflement et une perte d'intérêt vers la fin, ainsi que beaucoup de longueurs. En bref, ce fut une bonne lecture, entraînante, non complexe, facile à aborder mais avec quelques défauts. Je vais sans nul doute faire quelques recherches de mon côtés sur Jeanne, pour toujours en apprendre un peu plus sur elle, sur sa "folie". Et je pense me pencher sur d'autres romans de l'autrice, cela risque d'être intéressant et enrichissant pour ma culture générale. Je remercie Mylène et les éditions de L'Archipel pour l'envoi et la découverte de ce roman.
    Lire la suite
    En lire moins
  • elinebouquine Posté le 9 Octobre 2021
    Un amour fou 🏰 . Plongés en 1509, on va suivre Jeanne la Folle, fille de Ferdinand et Isabelle. Elle se retrouve enfermée dans son palais, où elle y restera 46 ans, tenue par le secret absolu. 🤫 . Jeanne éprouve un amour toxique envers Philippe, l’aimant du premier regard jusqu’au dernier souffle, malgré ses trahisons et son infidélité, qui n’alterneront en rien les sentiments puissants qu’elle aura éprouvé toute sa vie🌟 . Avec des parents obnubilés par le mariage et le pouvoir, et une fille qui n’aspire qu’à l’amour, le contraste est fort. Tandis que les 5 enfants mènent leur vie selon les codes. . Au fil de ce roman, on comprend pourquoi Jeanne est surnommée la Folle. Mais, on suit surtout une femme détruite par la vie, et privée de soutien. Voyant sa famille dépérir, sous ses yeux. . Ce roman était une belle découverte et une plongée à l’époque de l’inquisition, de la colonisation des Amériques et de la reconquista. 🇪🇸 . Alors, prêts à découvrir des secrets de famille déchirants? ✨
  • Nanako-Mai Posté le 8 Octobre 2021
    Tout d’abord, un grand merci aux éditions Archipoche et à Babelio pour l’envoi de ce roman ! J’apprécie beaucoup les romans historiques et je ne connaissais pas cette autrice, c’est donc déjà une belle découverte. Catherine Hermary-Vieille a réussi à me transporter au XVIème Siècle, sa plume agréable m’a permis de faire défiler les pages avec plaisir malgré une histoire de plus en plus pesante. Je reconnais avoir ressenti un sentiment de malaise grandissant à l’instar de Jeanne et de sa situation désespérée. Tant et si bien qu’à la fin de cet ouvrage je me sentais franchement mal et oppressée. (Y aurais-je mis trop de coeur ?) Les premières pensées qui me viennent après avoir achevé ma lecture sont : Quelle vie ! Quelle tristesse et quelle détresse… J’ignorais tout de cette Jeanne la Folle (ou Juana la Loca), 1ère de Castille et la découverte de son histoire me laisse chamboulée. Dès son plus jeune âge, elle est mise à l’écart, ou s’y met elle-même. Enfant assez secrète, renfermée, trop mystérieuse aux yeux de ses parents qui ne la comprennent pas. Ils pressentent déjà que tout n’ira pas comme ils le souhaitent avec la petite Jeanne. Bien trop émotive... Tout d’abord, un grand merci aux éditions Archipoche et à Babelio pour l’envoi de ce roman ! J’apprécie beaucoup les romans historiques et je ne connaissais pas cette autrice, c’est donc déjà une belle découverte. Catherine Hermary-Vieille a réussi à me transporter au XVIème Siècle, sa plume agréable m’a permis de faire défiler les pages avec plaisir malgré une histoire de plus en plus pesante. Je reconnais avoir ressenti un sentiment de malaise grandissant à l’instar de Jeanne et de sa situation désespérée. Tant et si bien qu’à la fin de cet ouvrage je me sentais franchement mal et oppressée. (Y aurais-je mis trop de coeur ?) Les premières pensées qui me viennent après avoir achevé ma lecture sont : Quelle vie ! Quelle tristesse et quelle détresse… J’ignorais tout de cette Jeanne la Folle (ou Juana la Loca), 1ère de Castille et la découverte de son histoire me laisse chamboulée. Dès son plus jeune âge, elle est mise à l’écart, ou s’y met elle-même. Enfant assez secrète, renfermée, trop mystérieuse aux yeux de ses parents qui ne la comprennent pas. Ils pressentent déjà que tout n’ira pas comme ils le souhaitent avec la petite Jeanne. Bien trop émotive pour garder la tête froide comme sa mère, Isabelle la Catholique, Jeanne se laisse submerger, envahir par ses sentiments jusqu’à perdre pied. A 18 ans, elle se marie à Philippe de Habsbourg, dit Philippe le Beau, et signe de fait sa lente déchéance. Elle tombe immédiatement et irrémédiablement amoureuse de son mari, dont les mœurs légères ne cesseront de la torturer. Petit à petit, elle est coupée du monde, son mari l’éloigne d’abord de la sphère politique, et vu son peu d’intérêt naturel pour ce genre de questions, ce n’est que chose aisée, puis ne la supportant plus, il tente également de l’éloigner de lui, le plus possible. Jeanne se retrouve totalement dépendante de ce mari que l’on pourrait aujourd’hui qualifier de pervers narcissique, elle n’est pas même maîtresse de sa propre maison et n'élève pas non plus ses enfants, dont elle sera plus ou moins séparée également. Finalement Jeanne ne vit que pour l’amour mais celui-ci se détournera sans cesse d’elle, son mari puis son père, Ferdinand d’Aragon, (ab)usent de sa faiblesse de sentiments pour la diriger tel un pantin. C’est triste d’avoir été reine d’autant de pays et de provinces et n’avoir été rien. Retenue prisonnière physiquement mais également repliée sur soi, étouffée par ses propres émotions, harcelée par ses démons, Jeanne souffre d’une réelle dépendance affective. Elle a cette nécessité de s’accrocher désespérément à l’amour mais les principaux hommes de sa vie en useront contre elle (son père, son mari puis son fils, le fameux Charles Quint). Les mains tendues se transforment en poignards, elle se retrouve totalement seule, démunie, tous conspirent autour d’elle, tous la persécutent et la regardent de travers, la jugent et la considèrent folle. L’isolement dans lequel elle est plongée tout le long de sa courte vie n’aura eu pour effet que d’accentuer sa détresse, d’amplifier sa mélancolie qui, aux yeux de tous, à l’époque, ne peut être considérée que comme l’expression de la folie pure. J’ai souvent eu envie de secouer Jeanne, j’ai été agacée par son manque d’amour propre et de fierté, sa naïveté, qui lui ont fait courber l’échine à maintes reprises, aveuglément manipulée par les êtres qui lui étaient chers, sa propre famille. Mais y avait-il seulement cette notion de famille à cette époque lorsqu’il était question uniquement de jeux de pouvoir ? A de rares occasions, Jeanne a su asseoir son autorité et se montrer digne, mais son mari, impitoyable, ne supportant pas l’affront qu’elle représentait, la considérant au fil du temps plus comme une ennemie qu’une femme fidèle, ne lui a jamais laissé le loisir de s’exprimer et de briller, préférant briser tout acte de “rébellion”. Ce roman retrace ainsi la tragique destinée d’une femme dont la plus grande faiblesse aura été le souhait idyllique d’aimer et d’être aimée. “Aimer à perdre la raison”... Chantait Jean Ferrat. Challenge Pavé 2021 Challenge Multi-Défis 2021 Challenge ABC 2021-2022 Masse Critique Littérature Septembre 2021
    Lire la suite
    En lire moins
  • littera_priscilla Posté le 30 Septembre 2021
    J’avoue que je ne savais pas grand-chose de cette partie de l’Histoire européenne. De cette famille, je n’avais entendu parler que de Charles Quint, dans la magnifique pièce de Victor Hugo, Hernani (comment ça ? Vous ne l’avez pas lue ???). Et pour cause, Jeanne de Castille, promise à Philippe le Beau à 15 ans, mariée à 18 et mère à 19 ans, est mise au ban de sa famille et du pouvoir à 25 ans et vivra seule, ou presque, enfermée dans une prison qui ne dit pas son nom. Cet épisode historique, c’est avant tout le récit d’une passion amoureuse. Ayant vécu une enfance austère, au plus près de l’amour de sa famille mais tenue sans cesse à distance par les obligations politiques et l’étiquette royale, Jeanne place tous ses espoirs en son mariage futur. Et, évidemment, le coup de foudre amorcé par la vision du portrait de son fiancé est confirmé par le premier échange de regards. Devenue subitement femme, elle se livre corps et âme aux délices de l’amour. Elle sera comme une victime offerte à la concupiscence, mais aussi à l’ambition de Philippe et de la cour des Habsbourg. Dès lors et contre son gré, Jeanne... J’avoue que je ne savais pas grand-chose de cette partie de l’Histoire européenne. De cette famille, je n’avais entendu parler que de Charles Quint, dans la magnifique pièce de Victor Hugo, Hernani (comment ça ? Vous ne l’avez pas lue ???). Et pour cause, Jeanne de Castille, promise à Philippe le Beau à 15 ans, mariée à 18 et mère à 19 ans, est mise au ban de sa famille et du pouvoir à 25 ans et vivra seule, ou presque, enfermée dans une prison qui ne dit pas son nom. Cet épisode historique, c’est avant tout le récit d’une passion amoureuse. Ayant vécu une enfance austère, au plus près de l’amour de sa famille mais tenue sans cesse à distance par les obligations politiques et l’étiquette royale, Jeanne place tous ses espoirs en son mariage futur. Et, évidemment, le coup de foudre amorcé par la vision du portrait de son fiancé est confirmé par le premier échange de regards. Devenue subitement femme, elle se livre corps et âme aux délices de l’amour. Elle sera comme une victime offerte à la concupiscence, mais aussi à l’ambition de Philippe et de la cour des Habsbourg. Dès lors et contre son gré, Jeanne devient l’enjeu d’une bataille pour l’Europe entre les fiers Espagnols et les cupides Flamands. Tous lui interdisent d’être femme et d’être mère avant d’être reine. Jeanne, dite La Folle, sera trahie par son mari, par sa mère, par son père et par son fils. Elle ne rêve que d’amour et elle n’en reçoit jamais. Cette sombre histoire m’a touchée du début à la fin. J’ai aimé l’évolution de cette jeune femme, j’ai été profondément révoltée par les traitements qui lui sont infligés. L’autrice nous fait naviguer avec aisance des méandres des pensées de Jeanne aux sombres complots de Philippe ou de Ferdinand, sous couvert des menaces françaises. Le lecteur est confronté sans aucun filtre à la violence, à l’inhumanité. Les femmes sont des instruments que l’on marie jeunes, veuves, à n’importe quel souverain dont l’alliance est indispensable. Dans les couloirs d’un royaume sur le point de devenir un empire, le défilé des noms, des cours nous donne le tournis et en cela, l’autrice parvient à nous rendre les doubles de Jeanne de Castille. Pour moi aussi, la politique passait après les espoirs et les désillusions de la jeune fille. Comment ne pas comprendre cette folie que les hommes se complaisent à utiliser comme arme ? Dépossédée de tout ce à quoi elle tenait, Jeanne se raccroche à son seul pouvoir : celui de leur faire peur parfois…et jusqu’à sa mort !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés