RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un hiver long et rude

            10/18
            EAN : 9782264066732
            Code sériel : 5028
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Un hiver long et rude

            Michèle VALENCIA (Traducteur)
            Date de parution : 21/01/2016
            Rien ne va plus chez les Cartwright. Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau une échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun,... Rien ne va plus chez les Cartwright. Alors qu'Emily s'apprête à donner naissance à son huitième enfant, qu'Edward, le père, cherche dans son bureau une échappatoire au chaos ambiant, que Tom, le fils aîné, s'enferme dans la dépression, Megan, fille unique de la fratrie et mère de substitution de chacun, décide de voler de ses propres ailes. À vingt et un ans, l'heure est venue pour la jeune fille de se libérer des siens. Adieu le Grand Nord canadien, bonjour le swinging London ! Pendant que Megan se cherche dans la Vieille Europe, les Cartwright, eux, tentent de survivre. Qui pour s'occuper du foyer, désormais ? Pour remplir le frigo ? Pour protéger Adam, quatre ans, et ses frères de la folie douce d'Emily, uniquement absorbée par son nourrisson et négligeant tout le reste ? Le silence qui étouffe les Cartwright peut-il être conjuré ? Et si le plus difficile, parfois, était l'espoir ?
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264066732
            Code sériel : 5028
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Salix_alba Posté le 1 Mai 2019
              Début des années 60, un village perdu dans le froid et la neige du Canada, et où vit la famille Cartwright. Une famille qui semble unit, grâce à l'omniprésence de Megan, la fille qui partage avec sa mère la tâche de s'occuper de la famille ; importante d'ailleurs, car hormis le père Edward, la mère Emily, Megan a 7 frères… Au fil de l'avancée du roman, nous apprenons, qu'Emily, délaissée par le manque d'amour de son mari, se réfugie dans le fait d'être une parturiente perpétuelle afin d'avoir un bébé pour elle ; le dorloter avec dévouement jusqu'à son sevrage ; puis recommence à enfanter ! La conséquence de cette situation réside dans son abandon total et catégorique de s'occuper, à la fois, de l'ordre de son foyer mais également et surtout de ses autres enfants ! Megan ayant atteint ses 21 ans, décide, après beaucoup d'hésitations, de vivre enfin Sa vie, de connaître le monde. Elle part donc découvrir Londres ; avec beaucoup de difficultés dès son arrivée ; mais devant sa force de caractère, sa faculté à s'investir dans le travail, elle trouve enfin un poste à la mesure de ses capacités. Jusqu'au moment…où…Tom, l'un de ses frères, l'appelle et lui... Début des années 60, un village perdu dans le froid et la neige du Canada, et où vit la famille Cartwright. Une famille qui semble unit, grâce à l'omniprésence de Megan, la fille qui partage avec sa mère la tâche de s'occuper de la famille ; importante d'ailleurs, car hormis le père Edward, la mère Emily, Megan a 7 frères… Au fil de l'avancée du roman, nous apprenons, qu'Emily, délaissée par le manque d'amour de son mari, se réfugie dans le fait d'être une parturiente perpétuelle afin d'avoir un bébé pour elle ; le dorloter avec dévouement jusqu'à son sevrage ; puis recommence à enfanter ! La conséquence de cette situation réside dans son abandon total et catégorique de s'occuper, à la fois, de l'ordre de son foyer mais également et surtout de ses autres enfants ! Megan ayant atteint ses 21 ans, décide, après beaucoup d'hésitations, de vivre enfin Sa vie, de connaître le monde. Elle part donc découvrir Londres ; avec beaucoup de difficultés dès son arrivée ; mais devant sa force de caractère, sa faculté à s'investir dans le travail, elle trouve enfin un poste à la mesure de ses capacités. Jusqu'au moment…où…Tom, l'un de ses frères, l'appelle et lui demande de revenir gérer la cellule familiale, qui part à vau- l'eau…Va-t-elle céder à sa demande ? Sans pathos, Mary Lawson, nous dresse, un fragment de vie d'une famille : qui se déchire, qui s'ignore, dont la lâcheté du père m'a révolté. Un père présent physiquement mais absent, une mère qui sombre dans la folie, des enfants livrés à eux-mêmes. le vide, que dis-je, le néant dans la perception des sentiments ancestraux du noyau De La Famille. Un voyage irréel dans une famille, où, le désespoir de la vie ne le cède qu'à l'égoïsme des adultes.
              Lire la suite
              En lire moins
            • AnitaMillot Posté le 7 Mars 2019
              La famille (nombreuse) des Cartwright est installée à Struan, au Canada. Megan, la seule fille de la fratrie, seconde sa mère Emily, depuis l’âge de six ou sept ans. Ou plutôt fait tout à sa place puisque celle-ci n’est heureuse qu’avec un nourrisson dans les bras… Elle ne s’y intéresse plus guère une fois qu’ils grandissent et les remplace par un nouveau bébé. Edward, le père, banquier, ne sait rien refuser à sa femme qu’il adore, quand bien même le médecin de famille lui déconseille formellement une nouvelle grossesse. Il s’enferme dans son bureau pour se pencher sur son passé et celui de sa mère, ne voulant surtout pas reproduire la violence de son père alcoolique sur ses enfants … Tom, l’ainé, s’est éloigné depuis longtemps, ne s’intéressant plus qu’à ses propres soucis. Megan (et on la comprend !) va partir vivre sa vie en Angleterre, pour ne plus servir de domestique à toute la famille. Les jumeaux, Donald et Gary, rejoindront l’armée, Peter et Corey sont axés sur eux-mêmes et Adam qui n’a pas encore atteint l’âge de l’école est totalement délaissé … (on peut même parler d’un cas de négligence qui frise la maltraitance !) Le vrai narrateur est... La famille (nombreuse) des Cartwright est installée à Struan, au Canada. Megan, la seule fille de la fratrie, seconde sa mère Emily, depuis l’âge de six ou sept ans. Ou plutôt fait tout à sa place puisque celle-ci n’est heureuse qu’avec un nourrisson dans les bras… Elle ne s’y intéresse plus guère une fois qu’ils grandissent et les remplace par un nouveau bébé. Edward, le père, banquier, ne sait rien refuser à sa femme qu’il adore, quand bien même le médecin de famille lui déconseille formellement une nouvelle grossesse. Il s’enferme dans son bureau pour se pencher sur son passé et celui de sa mère, ne voulant surtout pas reproduire la violence de son père alcoolique sur ses enfants … Tom, l’ainé, s’est éloigné depuis longtemps, ne s’intéressant plus qu’à ses propres soucis. Megan (et on la comprend !) va partir vivre sa vie en Angleterre, pour ne plus servir de domestique à toute la famille. Les jumeaux, Donald et Gary, rejoindront l’armée, Peter et Corey sont axés sur eux-mêmes et Adam qui n’a pas encore atteint l’âge de l’école est totalement délaissé … (on peut même parler d’un cas de négligence qui frise la maltraitance !) Le vrai narrateur est Edward, le père. Certains chapitres racontent le point de vue de Tom ou de Megan, mais la narration est faite à la troisième personne. Presque tous les protagonistes sont antipathiques. La mère qui ne fait strictement rien et semble ne plus avoir sa raison est horripilante, mais le tout, paradoxalement, donne un très beau roman qui pose beaucoup de questions sur la place de chacun dans cette famille à la dérive. Une fois de plus, Mary Lawson sait nous émouvoir !
              Lire la suite
              En lire moins
            • kateginger63 Posté le 15 Octobre 2018
              Les chroniques d'une famille canadienne dysfonctionnelle * Vous connaissez des familles qui partent à la dérive ? J'en connais peu d'une manière si intime. Ici, dans ce roman , on entre pas à pas dans la maison d'une famille du Canada du Grand Nord. La couverture aux couleurs douces et enneigées nous induit plus ou moins en erreur. On s'attend à de la douceur , de la quiétude, de l'harmonie. Mais c'est la rudesse et la misère affective qui prédominent. L'auteure raconte une histoire bien sombre et triste. * Dans les années 60-70, la grande tribu Cartwright connaît des déboires. Meg, la seule fille de la fratrie décide de partir à Londres dans l'espoir d'un avenir radieux. Le choix est difficile puisqu'elle « tient » la maisonnée d'une main de fer. Elle partie, la fragile cohésion se disloquera petit à petit et le chaos s'installera irrévocablement. Ce roman à trois voix (Meg, Tom le frère aîné et Edward le père) oscillera tour à tour entre la dépression lente et un espoir ténu de vie. On voyagera avec eux entre le Canada hivernal si froid et Londres la ville « où l'on ne dort jamais ». * Les personnages ont beaucoup de charisme et de présence scénique. Je me suis attachée à tous même... Les chroniques d'une famille canadienne dysfonctionnelle * Vous connaissez des familles qui partent à la dérive ? J'en connais peu d'une manière si intime. Ici, dans ce roman , on entre pas à pas dans la maison d'une famille du Canada du Grand Nord. La couverture aux couleurs douces et enneigées nous induit plus ou moins en erreur. On s'attend à de la douceur , de la quiétude, de l'harmonie. Mais c'est la rudesse et la misère affective qui prédominent. L'auteure raconte une histoire bien sombre et triste. * Dans les années 60-70, la grande tribu Cartwright connaît des déboires. Meg, la seule fille de la fratrie décide de partir à Londres dans l'espoir d'un avenir radieux. Le choix est difficile puisqu'elle « tient » la maisonnée d'une main de fer. Elle partie, la fragile cohésion se disloquera petit à petit et le chaos s'installera irrévocablement. Ce roman à trois voix (Meg, Tom le frère aîné et Edward le père) oscillera tour à tour entre la dépression lente et un espoir ténu de vie. On voyagera avec eux entre le Canada hivernal si froid et Londres la ville « où l'on ne dort jamais ». * Les personnages ont beaucoup de charisme et de présence scénique. Je me suis attachée à tous même au plus exécrable – Edward. Un père abandonniste, égoïste, mélancolique, à la quête d'un idéal qu'il trouve dans ses livres. La mère, ne trouvant le réconfort que dans l'enfantement et le soin donné à ses nouveaux-nés et les laissant en incurie du moment où elle ne peut plus les pouponner. Tom, le fils prodigue tombant dans la dépression. Meg, la jeune femme d'un courage exemplaire, les deux frères turbulents et Adam le petit bout de chou négligé par toute la maisonnée. * Il ne se passe pas grand chose finalement ; des actions lentes qui illustrent l'essence même de ce long hiver. Ici, l'auteure pointe du doigt ce qui fait la cohésion (ou le déséquilibre) familiale en parlant de la responsabilité des parents envers leurs enfants, la solidarité, l'amour filial. J'ai trouvé que la fin méritait un peu plus de texture, j'ai ressenti un côté abrupt d'un « happy end ». * Quel est l'avenir de ces enfants rêvant d'une vie meilleure ? Resteront-ils s'occuper de leur parents ou partiront-ils voler de leurs propres ailes ? Un roman bouleversant qui questionne sur la responsabilité parentale. Emouvant !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Ladybirdy Posté le 26 Août 2018
              Un hiver long et rude, c’est la traversée dans les profondeurs d’une famille à la dérive. La mère, Emily, passe son temps à enfanter, à s’occuper du dernier né et à délaisser tous ses autres sept enfants car seuls les nourrissons l’intéressent. Le père, Edward, s’enferme dans un mutisme et un aveuglement sans fin, ruminant son passé et la colère qui le ronge. Le fils aîné, Tom, trop lucide, voit, ressent, ne dit mot et dépérit peu à peu. Enfin Megan, unique fille de cette famille délabrée, a fait tout ce qu’elle a pu, remplacer la mère, le père, la femme de ménage, elle décide de partir en Angleterre et de vivre enfin pour elle. Cette histoire à trois voix (Edward, Tom et Megan) entre le Canada et l’Angleterre dépeint les décombres d’une famille où la survie de chacun semble dangereusement tanguer devant l’absence de Megan. Des familles aussi décrépies, cela fait froid dans le dos. J’avais envie de les secouer ces parents aveugles et inconscients. Ce roman questionne la responsabilité parentale, la solidarité familiale, sans sombrer dans l’horreur, c’est en effet un hiver bien long et rude quand l’amour est aux abonnés absents, que la misère s’engouffre par toutes les... Un hiver long et rude, c’est la traversée dans les profondeurs d’une famille à la dérive. La mère, Emily, passe son temps à enfanter, à s’occuper du dernier né et à délaisser tous ses autres sept enfants car seuls les nourrissons l’intéressent. Le père, Edward, s’enferme dans un mutisme et un aveuglement sans fin, ruminant son passé et la colère qui le ronge. Le fils aîné, Tom, trop lucide, voit, ressent, ne dit mot et dépérit peu à peu. Enfin Megan, unique fille de cette famille délabrée, a fait tout ce qu’elle a pu, remplacer la mère, le père, la femme de ménage, elle décide de partir en Angleterre et de vivre enfin pour elle. Cette histoire à trois voix (Edward, Tom et Megan) entre le Canada et l’Angleterre dépeint les décombres d’une famille où la survie de chacun semble dangereusement tanguer devant l’absence de Megan. Des familles aussi décrépies, cela fait froid dans le dos. J’avais envie de les secouer ces parents aveugles et inconscients. Ce roman questionne la responsabilité parentale, la solidarité familiale, sans sombrer dans l’horreur, c’est en effet un hiver bien long et rude quand l’amour est aux abonnés absents, que la misère s’engouffre par toutes les fissures de cette maison au Canada.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Bislys Posté le 18 Novembre 2017
              Après 21 années passées à s'occuper de ses frères, Megan décide de quitter le nid familial et le froid canadien pour le bouillonnant Londres des années 60. Deux années passent et l'on retrouve Megan dans une situation favorable après avoir vécu des mois difficiles. De l'autre côté de l'Atlantique, la situation est tout autre. Edward, son père ne sait pas comment gérer cette famille très nombreuse qu'il a si souvent laissé à la charge de sa fille, et Tom le fils ainé peine à se remettre du suicide de son meilleur ami dont il s'estime responsable. Ce sont ces trois personnages que l'on va suivre au gré de leurs espoirs et desespoirs. Bilan mitigé pour cette lecture. Après un prologue prometteur, le roman alterne entre ennui et intêret. D'un paragraphe à l'autre, l'ambiance change du tout au tout. En cela le roman est très inégal. Idem pour les personnages. J'ai préféré Edward et Meg à Tom que j'ai trouvé déprimant et peu intéressant. La fin est aussi très mauvaise. Je n'en dirais pas plus ici, mais ceux qui ont lu le roman me comprendront.
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…