RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Un miracle en équilibre

            10/18
            EAN : 9782264042699
            Code sériel : 4010
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            Un miracle en équilibre

            ,

            Date de parution : 19/04/2007

            Loin des clichés, Lucía Etxebarria livre, à travers cette longue lettre d'une jeune mère à sa fille, une réflexion jubilatoire sur la féminité actuelle. Tour à tour drôle, piquante et poétique, elle lui parle des désirs multiples et parfois contraires qui tiraillent le cœur de la femme moderne : être...

            Loin des clichés, Lucía Etxebarria livre, à travers cette longue lettre d'une jeune mère à sa fille, une réflexion jubilatoire sur la féminité actuelle. Tour à tour drôle, piquante et poétique, elle lui parle des désirs multiples et parfois contraires qui tiraillent le cœur de la femme moderne : être indépendante, attirante, active, aimante, l'une après l'autre ou toutes à la fois. Elle lui parle aussi de ses doutes d'écrivain et de l'inspiration capricieuse. Ce roman bourré d’humour et d’émotion a reçu le prestigieux prix Planeta, équivalent espagnol du prix Goncourt.

             

            « Lucía Etxebarria décape la maternité avec l'humour qu'on lui connaît, mais aussi avec une profondeur et une émotion nouvelles »

            Olivia de Lamberterie, Elle

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264042699
            Code sériel : 4010
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 416
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            8.10 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Petite soeur rêvée d'Almodovar, Lucía Etxebarria revient avec un roman en forme de journal. Un miracle en équilibre conte l'histoire d'une jeune mère qui profite des premiers jours de sa fille pour se retourner sur sa vie. »
            Stéphanie Janicot, Muze

            « Un miracle en équilibre est le roman d'un double apprentissage : le bonheur et le chagrin. [...] Entre ces deux points extrêmes, le chemin qu'emprunte chacun d'entre nous avec son lot de vicissitudes, de trahisons, de bonheurs fragiles que Lucía Etxebarria déroule dans une langue fiévreuse où l'humour cinglant s'invite volontiers. "La vie est un miracle", fait-elle dire à l'un de ses personnages. Renvoyons-lui le compliment à propos de son livre. »
            Fabrice Gaignault, Marie-Claire

            « Entre rires et larmes, aveux sincères sur un passé alcoolisé, clins d'oeil médicaux et réflexions jubilatoires, ce roman est vrai cadeau. »
            C. S., Psychologies magazine

            « Lucía Etxebarria est ainsi, changeante, complexe, boulimique de la vie. Une existence qu'elle veut aussi scintillante et pétaradante qu'un toro de fuego. Un soir dans une boîte de nuit à la sono déchaînée, un soir à un concert de musique de chambre, cette fille est le jour et la nuit. Lucía est un Miracle en équilibre. »
            Lire

            « Avec Un miracle en équilibre, l'écrivain renoue avec son style "à la Almodovar". Enfin, pas tout à fait... [...] Il se dégage de ce livre une quiétude retrouvée, la petite note d'optimisme qui n'existait pas dans ses précédents romans. »
            Marie-Colombe Afota, Evene

            PRESSE

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • VALENTYNE Posté le 8 Mai 2019
              J'avais envie d'une lecture un peu légère et la couverture me semblait bien adaptée :  un bébé adorable dans sa petite bouée rose, la bouche grande ouverte, les yeux cachés derrière ses lunettes de soleil. le contenu est beaucoup plus subtil et beaucoup plus intéressant que ne laisse présager la couverture. D'ailleurs, en lisant la quatrième de couverture à la toute fin de ma lecture, j'ai vu que ce roman avait eu le « prestigieux prix Planeta équivalent espagnol du prix Goncourt » , prix amplement mérité à mon avis tant les réflexions d'Eva m'ont intéressée :  sur le plan des relations mère-enfant mais aussi entre parents-enfants, frères et soeurs.... Voici l'histoire en quelques mots  : Eva, la trentaine,  vient d'avoir un bébé ; Amanda a 11 jours. Au début du livre, Eva profite de quelques jours de repos pour commencer une longue lettre, qu'elle souhaite remettre à sa fille quand celle-ci sera grande. Eva va lui raconter - pas forcément dans l'ordre - une multitudes de faits, de réflexions, d'interprétations  : sa jeunesse, son début dans la vie active, son addiction à l'alcool, sa dépendance vis à vis de ce que l'on appelle maintenant un « pervers narcissique », ses... J'avais envie d'une lecture un peu légère et la couverture me semblait bien adaptée :  un bébé adorable dans sa petite bouée rose, la bouche grande ouverte, les yeux cachés derrière ses lunettes de soleil. le contenu est beaucoup plus subtil et beaucoup plus intéressant que ne laisse présager la couverture. D'ailleurs, en lisant la quatrième de couverture à la toute fin de ma lecture, j'ai vu que ce roman avait eu le « prestigieux prix Planeta équivalent espagnol du prix Goncourt » , prix amplement mérité à mon avis tant les réflexions d'Eva m'ont intéressée :  sur le plan des relations mère-enfant mais aussi entre parents-enfants, frères et soeurs.... Voici l'histoire en quelques mots  : Eva, la trentaine,  vient d'avoir un bébé ; Amanda a 11 jours. Au début du livre, Eva profite de quelques jours de repos pour commencer une longue lettre, qu'elle souhaite remettre à sa fille quand celle-ci sera grande. Eva va lui raconter - pas forcément dans l'ordre - une multitudes de faits, de réflexions, d'interprétations  : sa jeunesse, son début dans la vie active, son addiction à l'alcool, sa dépendance vis à vis de ce que l'on appelle maintenant un « pervers narcissique », ses relations complexes avec un corps qu'elle n'aime pas... En parallèle la petite fille grandit (4 mois à la fin du livre) et on suit son évolution au jour le jour. Eva rend visite à sa mère qui est à l'hôpital, elle a eu une attaque et est dans le coma. Le ton est à la fois sérieux, triste puis très drôle, très caustique envers elle-même envers sa famille et aussi très attachant vis-à-vis de cette petite fille. De plus, la construction est très habile car Eva entreprend de raconter à Amanda comment elle a rencontré son père à New-York : le père est à la fois très présent (il s'occupe bien de la petite fille et de la maman) mais comme en retrait, on ne connaîtra son prénom que dans les 50 dernières pages : il y a un certain suspense dans le fait de découvrir au fil du récit le portrait de cet homme très attachant. Je me suis énormément reconnue à travers les mots de Lucia-Eva :  je lis ce livre à l'heure où ma grande fille de 17 ans (et demi)  va bientôt partir de la maison pour ses études supérieures et c'est comme un kaléidoscope de sensations que j'ai pu revivre. En bref, un excellent moment.
              Lire la suite
              En lire moins
            • mjaubrycoin Posté le 24 Novembre 2015
              Eva journaliste et chroniqueuse radio a connu la célébrité grace à son livre"droguées" qui reprend les témoignages des victimes de la drogue en les replaçant dans leur contexte social. Alors qu'elle vient de donner naissance à une petite fille Amanda, elle décide de se raconter dans un journal qui lui est destiné et dans lequel elle parle de ses carences et de ses addictions. Elevée par des parents exigeants,elle tente de trouver son chemin personnel dans l'alcool et se perd dans des liaisons sentimentales qui ne lui apportent que de la souffrance. La mort de sa mère précédée d'une longue agonie est l'occasion de raviver les conflits familiaux mais cette perte permet enfin à Eva de rompre définitivement avec son passé pour se tourner vers l'avenir et se construire une cellule familiale qui lui permettra de trouver l'apaisement et le bonheur Un joli roman qui présente un portrait de femme complexe et tourmentée mais toujours diablement attachante. cette Eva ,on a envie de l'avoir pour amie ; La forme littéraire de la longue lettre confession adressée à un enfant au berceau permet de se demander quelle est la part de fiction et si l'auteur a puisé dans son expérience personnelle pour écrire ce livre Je... Eva journaliste et chroniqueuse radio a connu la célébrité grace à son livre"droguées" qui reprend les témoignages des victimes de la drogue en les replaçant dans leur contexte social. Alors qu'elle vient de donner naissance à une petite fille Amanda, elle décide de se raconter dans un journal qui lui est destiné et dans lequel elle parle de ses carences et de ses addictions. Elevée par des parents exigeants,elle tente de trouver son chemin personnel dans l'alcool et se perd dans des liaisons sentimentales qui ne lui apportent que de la souffrance. La mort de sa mère précédée d'une longue agonie est l'occasion de raviver les conflits familiaux mais cette perte permet enfin à Eva de rompre définitivement avec son passé pour se tourner vers l'avenir et se construire une cellule familiale qui lui permettra de trouver l'apaisement et le bonheur Un joli roman qui présente un portrait de femme complexe et tourmentée mais toujours diablement attachante. cette Eva ,on a envie de l'avoir pour amie ; La forme littéraire de la longue lettre confession adressée à un enfant au berceau permet de se demander quelle est la part de fiction et si l'auteur a puisé dans son expérience personnelle pour écrire ce livre Je recommande chaleureusement cette lecture
              Lire la suite
              En lire moins
            • Johanna14 Posté le 30 Mai 2015
              Eva , jeune mère madrilène écrit une longue lettre à sa fille. Formidable roman où l'on navigue entre plusieurs époques de la vie d'Eva, de son enfance à l'arrivée de sa fille pour finalement assister à sa propre renaissance. A travers les rapports qu'elles entretient avec les hommes, de son père jusqu'à ses amants, on découvre les failles et les doutes qui l'assaillent en tant que femme, fille, soeur et mère dans un univers où transmettre ses émotions rend faible. A lire absolument à n'importe quel moment de la vie!
            • Wilena Posté le 15 Mai 2015
              Excellent livre, au ton et au rythme enjoués. Abordant des questions existentielles sur la famille, ce qui nous construit et ce qui nous empêche de grandir. Très intéressant. Mon coup de cœur de l'année!
            • excalibri Posté le 11 Novembre 2014
              J'avais commencé ce livre avec enthousiasme (je l'ai lu en version originale, en espagnol, donc), après en avoir lu (et entendu) tant de bien, mais j'ai été tout de même déçue. Cette longue lettre, écrite sous forme de journal intime, a reçu le prix Planeta 2004 (équivalent espagnol à notre prix Goncourt), et je n'ai pas vraiment compris pourquoi. Je ne me laisse jamais influencer par les prix littéraires pour choisir mes lectures ; j'avais eu envie de lire ce livre simplement parce que le thème m'avait plu et que l'idée d'une mère qui écrit une longue lettre à sa fille nouvellement née avait un brin d'originalité. Je m'attendais à quelque chose d'un peu plus déjanté et « vivant » venant de la part de Lucía Etxebarria... Il y a certes une vraie touche d'humour, beaucoup d'émotion, mais ce récit bourré de flashbacks traîne en longueur. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, et je dirais que les 150-200 dernières pages sont finalement les plus belles et intéressantes. Disons que, mais ça n'engage que moi, si l'auteure s'était contentée d'écrire 200-250 pages, ça aurait suffit. Je trouve qu'elle se répète beaucoup, certains détails m'ont semblé inutiles et viennent alourdir... J'avais commencé ce livre avec enthousiasme (je l'ai lu en version originale, en espagnol, donc), après en avoir lu (et entendu) tant de bien, mais j'ai été tout de même déçue. Cette longue lettre, écrite sous forme de journal intime, a reçu le prix Planeta 2004 (équivalent espagnol à notre prix Goncourt), et je n'ai pas vraiment compris pourquoi. Je ne me laisse jamais influencer par les prix littéraires pour choisir mes lectures ; j'avais eu envie de lire ce livre simplement parce que le thème m'avait plu et que l'idée d'une mère qui écrit une longue lettre à sa fille nouvellement née avait un brin d'originalité. Je m'attendais à quelque chose d'un peu plus déjanté et « vivant » venant de la part de Lucía Etxebarria... Il y a certes une vraie touche d'humour, beaucoup d'émotion, mais ce récit bourré de flashbacks traîne en longueur. J'ai eu du mal à entrer dans l'histoire, et je dirais que les 150-200 dernières pages sont finalement les plus belles et intéressantes. Disons que, mais ça n'engage que moi, si l'auteure s'était contentée d'écrire 200-250 pages, ça aurait suffit. Je trouve qu'elle se répète beaucoup, certains détails m'ont semblé inutiles et viennent alourdir le récit, et les retours incessants dans le passé rendent l'histoire parfois confuse... Cependant, je ne peux pas nier la qualité de son écriture, cette auteure a un style bien à elle que j'apprécie vraiment, l'histoire de cette femme récemment devenue mère et qui est en train de perdre sa propre mère, mourante dans un hôpital, est touchante. Ce livre est également une réflexion sur notre société actuelle, notamment sur la place et le rôle des femmes au sein de la société et des familles, mais là encore, beaucoup de banalités et de détails sans grand intérêt...
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…