Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266238410
Code sériel : 15544
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Un petit jouet mécanique

Date de parution : 15/05/2015
Il ne faut jamais revenir au temps maudit de son enfance.
En ouvrant la maison d'Acquargento, désertée vingt ans plus tôt, c'est tout l'été de ses 16 ans qui brûle la mémoire d'Anna : l'aridité du soleil corse, l'omniprésente menace des guêpes, l'indifférence des parents, l'ennui moite de l'adolescence... et l'arrivée...
Il ne faut jamais revenir au temps maudit de son enfance.
En ouvrant la maison d'Acquargento, désertée vingt ans plus tôt, c'est tout l'été de ses 16 ans qui brûle la mémoire d'Anna : l'aridité du soleil corse, l'omniprésente menace des guêpes, l'indifférence des parents, l'ennui moite de l'adolescence... et l'arrivée surprise d'Hélène, sa cagole de sœur aînée, bébé au bras, plus égoïste et méchante que jamais. Plus dangereuse surtout. Cet été-là, Anna en était convaincue, Hélène jouait avec la vie de sa propre fille.
Paranoïa, jalousie de petite sœur ou pressentiment d'un drame annoncé ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266238410
Code sériel : 15544
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • loeildeluciole Posté le 8 Juin 2020
    On a tous eu seize ans mais tous différemment. Même celles et ceux qui rentraient dans des moules. Après Je tue les enfants français dans les jardins, où Marie Neuser parle du harcèlement scolaire, avec Un petit jouet mécanique, c’est les étés en vacances où à seize ans on ne matche avec personne qui est abordé avec finesse et rudesse en même temps. Toute la dualité de la plume douce mais acérée de l’auteure. Anna, adulte, mariée et mère revient dans la Corse de ses étés de jeunesse à Acquargento. Elle y a passé des semaines à côté de (mais pas avec) ses parents. Elle raconte des dîners où chacun monologue sur son centre d’intérêt mais où le dialogue est inexistant. Une ado qui aime lire, l’art, dessiner et écrire. Une ado qui s’en fout de la mode et qui du coup vit à côté des autres. Et c’est sans compter l’arrivée surprise d’Hélène, sa grande sœur. Douze ans d’écart, une vie. Hélène est venue avec sa fille Léa, un an. Un petit ange. À travers cet été où Hélène délaisse sournoisement sa fille, Anna raconte son désœuvrement à coexister, sa réalisation que sa sœur est méchante, la distance qui existe... On a tous eu seize ans mais tous différemment. Même celles et ceux qui rentraient dans des moules. Après Je tue les enfants français dans les jardins, où Marie Neuser parle du harcèlement scolaire, avec Un petit jouet mécanique, c’est les étés en vacances où à seize ans on ne matche avec personne qui est abordé avec finesse et rudesse en même temps. Toute la dualité de la plume douce mais acérée de l’auteure. Anna, adulte, mariée et mère revient dans la Corse de ses étés de jeunesse à Acquargento. Elle y a passé des semaines à côté de (mais pas avec) ses parents. Elle raconte des dîners où chacun monologue sur son centre d’intérêt mais où le dialogue est inexistant. Une ado qui aime lire, l’art, dessiner et écrire. Une ado qui s’en fout de la mode et qui du coup vit à côté des autres. Et c’est sans compter l’arrivée surprise d’Hélène, sa grande sœur. Douze ans d’écart, une vie. Hélène est venue avec sa fille Léa, un an. Un petit ange. À travers cet été où Hélène délaisse sournoisement sa fille, Anna raconte son désœuvrement à coexister, sa réalisation que sa sœur est méchante, la distance qui existe entre elles deux, ce fossé qui s’agrandit de jour en jour. Un roman écrit avec un « vous » narratif auquel je me suis vite habituée. Un roman noir et sombre d’une adolescente qui vit en marge de tous, mise de côté constamment, jamais écoutée et pourtant très observatrice. L’adolescence incomprise dans toute sa splendeur. Bref, un roman sous la chaleur corse qui réveille une isolation qui colle quelle que soit la manière dont vous avez vécu vos seize ans, que vous ayez ses frères et sœurs ou pas !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Missnefer13500 Posté le 1 Juin 2020
    Roman court, mais puissant. Puissant de part la plume de l'auteur, de part le style original avec ce emploi de ce "Vous "qui nous prend à partie et nous implique dans l’aventure. Puissant par la douloureuse et dramatique histoire narrée. Un panel de souvenirs d'enfance, mélange de nostalgie et de douleurs comme nous en avons tous connus, certains plus que d'autres. Un panel d'émotions dans cette histoire tristement réaliste. Jalousie, émois d'adolescente hors norme pour ses parents et pourtant... Marie Neuser brosse le portrait d'une jeune Anna qui ne ressemble pas à sa sœur, loin sans faut, et sous ses airs de rebelle Sous son style gothique se cache une ado sensé, qui maîtrise on ne peut mieux la situation, sensée, posée, adulte. La sœur de l'ombre, le vilain petit canard, et quand l'enfant prodigue est de retour, les parents de voient qu'une jeune ado en crise. Un livre choc, thriller stressant, ambiance sourde, malaise insoutenable tant l'on craint l'issue qui se profile au fil des chapitres. L'auteure aborde avec justesse le thème principal de son intrigue, je ne peux y faire allusion ouvertement, le plaisir en serait gâché pour le futur lecteur. Un livre sombre qui ne laisse... Roman court, mais puissant. Puissant de part la plume de l'auteur, de part le style original avec ce emploi de ce "Vous "qui nous prend à partie et nous implique dans l’aventure. Puissant par la douloureuse et dramatique histoire narrée. Un panel de souvenirs d'enfance, mélange de nostalgie et de douleurs comme nous en avons tous connus, certains plus que d'autres. Un panel d'émotions dans cette histoire tristement réaliste. Jalousie, émois d'adolescente hors norme pour ses parents et pourtant... Marie Neuser brosse le portrait d'une jeune Anna qui ne ressemble pas à sa sœur, loin sans faut, et sous ses airs de rebelle Sous son style gothique se cache une ado sensé, qui maîtrise on ne peut mieux la situation, sensée, posée, adulte. La sœur de l'ombre, le vilain petit canard, et quand l'enfant prodigue est de retour, les parents de voient qu'une jeune ado en crise. Un livre choc, thriller stressant, ambiance sourde, malaise insoutenable tant l'on craint l'issue qui se profile au fil des chapitres. L'auteure aborde avec justesse le thème principal de son intrigue, je ne peux y faire allusion ouvertement, le plaisir en serait gâché pour le futur lecteur. Un livre sombre qui ne laisse pas indifférent et qu'il vaut mieux découvrir en s’abstenant de lire la 4e de couverture qui en dévoile un peu trop. Coup de coeur. Une auteure que je vais suivre
    Lire la suite
    En lire moins
  • collectifpolar Posté le 29 Mars 2020
    La Kronik d'Eppy Fanny J’ai fait la connaissance de Marie Neuser lors du salon de LISLE Noir. Après nos échanges j’ai eu envie de découvrir son univers et suis repartie avec ce roman. L’histoire : Une maison familiale en Corse, la seule maison debout du village d’Acquargento. L’acquisition de cette maison, alors qu’Anna à 9 ans l’enivre. Cette chambre rose, telle une bonbonnière. La petite Anna l’a aimée cette maison près de la plage. Cette maison que ses parents se sont évertués à retaper au fil des ans, à encombrer aussi, de toutes les vieilleries de leur quotidien et qui finissent immanquablement à Acquargento. Mais l’adolescence arrive, et Anna, du haut de ses 16 ans souhaite d’autres vacances. Elle ne sait pas encore que cet été va tout chambouler. Vingt ans se sont écoulés et Anna revient à Acquargento avec son compagnon et son fils. Va-t-elle être capable d’aimer et de pardonner à ce lieu ? Les souvenirs de cet été affluent, déclenchés par la vue du petit canard mécanique au duvet râpé, qui dormait depuis toutes ces années au fond d’un placard. 20 ans plus tôt …Un été d’ennui. Anna voudrait être ailleurs. Heureusement elle a ses livres, le Rock, le cinéma et la... La Kronik d'Eppy Fanny J’ai fait la connaissance de Marie Neuser lors du salon de LISLE Noir. Après nos échanges j’ai eu envie de découvrir son univers et suis repartie avec ce roman. L’histoire : Une maison familiale en Corse, la seule maison debout du village d’Acquargento. L’acquisition de cette maison, alors qu’Anna à 9 ans l’enivre. Cette chambre rose, telle une bonbonnière. La petite Anna l’a aimée cette maison près de la plage. Cette maison que ses parents se sont évertués à retaper au fil des ans, à encombrer aussi, de toutes les vieilleries de leur quotidien et qui finissent immanquablement à Acquargento. Mais l’adolescence arrive, et Anna, du haut de ses 16 ans souhaite d’autres vacances. Elle ne sait pas encore que cet été va tout chambouler. Vingt ans se sont écoulés et Anna revient à Acquargento avec son compagnon et son fils. Va-t-elle être capable d’aimer et de pardonner à ce lieu ? Les souvenirs de cet été affluent, déclenchés par la vue du petit canard mécanique au duvet râpé, qui dormait depuis toutes ces années au fond d’un placard. 20 ans plus tôt …Un été d’ennui. Anna voudrait être ailleurs. Heureusement elle a ses livres, le Rock, le cinéma et la peinture. Son père, lui, s’entête à monter des murets en pierres sèches, afin de ceindre la terrasse et organiser un jardin défiant la pente. Jardin où sa mère sème légumes et fleurs. Mais aussi des parents qui ne se parlent pas. Un père qui boit trop. Une mère qui se réfugie dans la musique. Puis il y a Batti, le berger. Lui qui connaît Acquargento par cœur. Il en est la mémoire. Ce lieu se mérite. Il est âpre. Brûlé. Sauvage. Si les gens ont fui ce village il y a des raisons. Il y a aussi la crainte du feu. Le lieu est loin de tout, et un incendie serait le pire. Mais cet été-là ce n’est pas le feu qui va tout dévaster, mais le retour au bercail de cette sœur aînée, cette inconnue, méchante comme une teigne, qui, au mieux ignore Anna, au pire la blesse. Les mots sont des armes terribles. Hélène, cette sœur qui a maintenant une petite fille, Léa, cette nièce que ni Anna ni ses parents n’ont revue depuis un an. Et c’est pour cette petite fille que les bras s’ouvrent, comme la porte d’Acquargento. Car les rancunes sont là. Voilà Anna, l’ado rebelle, la gothique, sous le charme de la petite fille qu’elle ne quitte guère des yeux. Acquargento est un lieu dangereux. L’été les guêpes sont partout, omniprésentes et leur vrombissement ne cesse qu’à la nuit noire. Hélène a une attitude étrange. Elle devient hystérique au moindre bobo de sa fille, mais n’est pas pour autant attentive à la fillette au quotidien. oilà qu’Anna veille au plus près à la sécurité de sa nièce et la tension entre les sœurs est au maximum. Car et si… Simple divagation d’une ado ou réalité, dans cette famille où chacun est replié sur lui-même. Ce récit va crescendo, cette petite Anna avec son regard critique, acerbe sur ce qui l’entoure. Sa différence, sa solitude, des éléments supplémentaires pour alimenter son intuition, ou bien son imaginaire ? Un livre bouleversant avec un personnage central : la Corse. A chaque page les odeurs et les couleurs sont là et assaillent le lecteur. Et toute cette beauté accentue le drame qui se déroule sous nos yeux. J’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman que je vous recommande.
    Lire la suite
    En lire moins
  • catoche11 Posté le 23 Octobre 2019
    Elle a le don Marie Neuser, le don de me plaire au fur et à mesure de la lecture, comme une douceur...
  • HORUSFONCK Posté le 26 Août 2018
    Un petit jouet mécanique a attiré mon regard, et il a bien fait. Une histoire fort bien écrite, qui tangente le thriller en offrant au lecteur un récit de vacances passées pleines de malaise et d'angoisse.Angoisse plutôt ressentie par Anna dans cette chimère parentale d' Acquargento : Une maison isolée de tout où les 16 ans d'Anna n'ont plus rien à faire qu'à s'ennuyer ferme... jusqu'à l'arrivée d' Hélène et Léa. Un petit jouet mécanique, joue un petit air de Bonjour tristesse à la sauce des années 90, en moins sophistiqué mais en plus moderne.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.