En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Un singulier garçon

        10/18
        EAN : 9782264070548
        Code sériel : 5292
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 108 x 177 mm
        Un singulier garçon

        Eric CHEDAILLE (Traducteur)
        Date de parution : 01/02/2018
        Juillet 1895. Nathaniel et Robert Coombes, deux frères âgés de douze et treize ans, se retrouvent seuls pendant dix jours. Leur père est en mer et, selon leurs dires, leur mère est à Liverpool. Les voisins commencent à s'interroger sur cette absence prolongée, tandis qu’une odeur pestilentielle envahit la rue.... Juillet 1895. Nathaniel et Robert Coombes, deux frères âgés de douze et treize ans, se retrouvent seuls pendant dix jours. Leur père est en mer et, selon leurs dires, leur mère est à Liverpool. Les voisins commencent à s'interroger sur cette absence prolongée, tandis qu’une odeur pestilentielle envahit la rue. La police se rend sur les lieux et découvre, à l'étage de la maison, le corps en décomposition de Madame Coombes. Interpellé, Robert admet l’avoir tuée à coups de couteau. Des années plus tard, libéré pour bonne conduite, il fait partie des contingents d'anciens prisonniers envoyés en Australie. Loin du matricide et de la prison, Robert change de vie : il intègre l’armée et revient en héros. Auprès des siens, en Australie, il mène désormais la vie d’un homme bien.

        « La plus belle réussite de Kate Summerscale. » Nelly Kaprièlian, Les Inrockuptibles

        Traduit de l'anglais par Éric Chédaille
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264070548
        Code sériel : 5292
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 480
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • michdesol Posté le 4 Août 2018
          Il s'agit ici de l'histoire d'un matricide dans l'Angleterre de la fin du XIXe siècle. L'auteur s'appuie sur une riche documentation et nous dit tout, des faits, du procès et de ce qu'il advint de l'accusé. Plus qu'une étude psychologique l'auteur nous livre une étude sociologique et historique sur le comportement de la société anglaise de l'époque victorienne vis à vis des criminels et des aliénés. L'écriture est sèche, précise, allant droit au but, sans affect, sauf à la fin du livre où l'auteur se livre un peu.
        • Nikoz Posté le 3 Août 2018
          J'apprécie beaucoup le travail de K Summerscale, et celui ci est particulièrement instructif et surprenant.
        • nameless Posté le 15 Juillet 2018
          Un singulier garçon est un livre écrit par une singulière auteure : ni officiellement historienne, ni journaliste, Kate Summerscale exhume des faits divers jugés à l'époque victorienne pour autopsier sa société, en dresser un méticuleux état des lieux politique, historique et social, et mettre en lumière comme dans La déchéance de Mrs Robinson, la place des femmes dans un monde rigide et confit dans la misogynie, ou ici, dans Un singulier garçon, la place réservée aux enfants et à leur éducation. En juillet 1895, les fils Coombes, Nathaniel et Robert, respectivement âgés de 12 et 13 ans assassinent leur mère et laissent son cadavre pourrir dans sa chambre, tandis qu'ils continuent leur vie d'enfants livrés à eux-mêmes, leur père travaillant sur Le France, un transatlantique. La presse à sensation qualifie ce crime de « Crime le plus épouvantable du siècle ». Le jeune Robert est jeté en pâture aux médecins, juges, journalistes, hommes politiques. La psychiatrie balbutiante émet l'hypothèse qu'il souffre d'un excès de matière cérébrale, qu'il a trop de matière grise pour la taille de son crâne. On le déclare ensuite perverti par ses lectures, les penny dreadfuls, ces magazines médiocres qui sont pour la classe ouvrière le premier accès à une littérature... Un singulier garçon est un livre écrit par une singulière auteure : ni officiellement historienne, ni journaliste, Kate Summerscale exhume des faits divers jugés à l'époque victorienne pour autopsier sa société, en dresser un méticuleux état des lieux politique, historique et social, et mettre en lumière comme dans La déchéance de Mrs Robinson, la place des femmes dans un monde rigide et confit dans la misogynie, ou ici, dans Un singulier garçon, la place réservée aux enfants et à leur éducation. En juillet 1895, les fils Coombes, Nathaniel et Robert, respectivement âgés de 12 et 13 ans assassinent leur mère et laissent son cadavre pourrir dans sa chambre, tandis qu'ils continuent leur vie d'enfants livrés à eux-mêmes, leur père travaillant sur Le France, un transatlantique. La presse à sensation qualifie ce crime de « Crime le plus épouvantable du siècle ». Le jeune Robert est jeté en pâture aux médecins, juges, journalistes, hommes politiques. La psychiatrie balbutiante émet l'hypothèse qu'il souffre d'un excès de matière cérébrale, qu'il a trop de matière grise pour la taille de son crâne. On le déclare ensuite perverti par ses lectures, les penny dreadfuls, ces magazines médiocres qui sont pour la classe ouvrière le premier accès à une littérature de masse bon marché. La bien-pensance victorienne s'enflamme et s'insurge contre l'alphabétisation des classes « inférieures », contre la scolarisation des enfants, « qui n'a pas rendu Robert plus civilisé mais plus sauvage, accentué un processus dégénératif, aiguisé les griffes du petit tigre »... L'élite sociale du XIXème siècle apprécie davantage une populace inculte, docile, corvéable, benoîtement souriante et reconnaissante. Robert est finalement reconnu irresponsable et interné à Broadmoor, un asile psychiatrique, où bien traité, il devient un résident « au bon vouloir ». Autrement dit, seul le bon vouloir de Sa Majesté peut lui rendre la liberté, ce qui se produit en 1912. Robert émigre en Australie, s'engage dans l'armée australienne, combat dans les tranchées françaises comme brancardier puis finit ses jours à Nana Glen, Nouvelle-Galles du Sud. Kate Summerscale a consulté une masse considérable d'archives sur le système de l'enseignement primaire, les docks de Londres, les prêts sur gages, la littérature bon marché pour la jeunesse, la psychiatrie, les chantiers navals de la Tamise, le travail des enfants, la législation sur la démence et la protection de l'enfance. Près de 100 pages en fin d'ouvrage, réservées à ses notes, index et bibliographie en témoignent. Elle s'est rendue en Australie pour retrouver la trace de Robert. Grâce à son singulier talent, elle propose au lecteur la biographie vivante, captivante, instructive, mais également humaniste d'un enfant matricide, qui a cherché la rédemption aux antipodes, down-under. L'épilogue de cette histoire vraie est particulièrement touchant.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Sovane Posté le 22 Mai 2018
          Dans ce roman passionnant, fruit d'un travail de recherche forcené et d'une enquête minutieuse, Kate Summerscale revient sur un fait divers particulièrement morbide. L'assassinat d'une mère par son propre fils va glacer d'effroi la population anglaise et faire les gros titres de la presse. Les circonstances de ce crime et l'attitude paisible affichée par les deux frères ajouteront encore une couche à l'horreur. Un beau matin de 1895 Nathaniel et Robert Coombes, respectivement 12 et 13 ans, sortent de chez eux pour assister à un match de cricket. Leur père, marin, vogue vers New York et les deux enfants prétendent que leur mère est allée à Liverpool pour un héritage. Au bout d'une dizaine de jours l'odeur émanant de la maison alerte une tante, qui force la porte de la chambre à coucher maternelle... Les forces de police y découvrent le cadavre décomposé d'Emily, la mère de famille, sauvagement assassinée à l'arme blanche. L'attitude des deux frères épouvante les inspecteurs. Calme et déterminé l'ainé avoue son crime sans rechigner, tandis que le cadet reconnait la préméditation. Lors du procès le procureur évoquera en particulier l'influence pernicieuse des penny dreadful sur l'esprit du garçon. Dans ce récit captivant, qui intègre les éléments de contexte de... Dans ce roman passionnant, fruit d'un travail de recherche forcené et d'une enquête minutieuse, Kate Summerscale revient sur un fait divers particulièrement morbide. L'assassinat d'une mère par son propre fils va glacer d'effroi la population anglaise et faire les gros titres de la presse. Les circonstances de ce crime et l'attitude paisible affichée par les deux frères ajouteront encore une couche à l'horreur. Un beau matin de 1895 Nathaniel et Robert Coombes, respectivement 12 et 13 ans, sortent de chez eux pour assister à un match de cricket. Leur père, marin, vogue vers New York et les deux enfants prétendent que leur mère est allée à Liverpool pour un héritage. Au bout d'une dizaine de jours l'odeur émanant de la maison alerte une tante, qui force la porte de la chambre à coucher maternelle... Les forces de police y découvrent le cadavre décomposé d'Emily, la mère de famille, sauvagement assassinée à l'arme blanche. L'attitude des deux frères épouvante les inspecteurs. Calme et déterminé l'ainé avoue son crime sans rechigner, tandis que le cadet reconnait la préméditation. Lors du procès le procureur évoquera en particulier l'influence pernicieuse des penny dreadful sur l'esprit du garçon. Dans ce récit captivant, qui intègre les éléments de contexte de l'époque, l'auteur tente de comprendre les raisons de ce geste et l'étrange attitude du jeune meurtrier. Elle suit Robert jusqu'à sa mort et fait ainsi le portrait d'un homme qui reste néanmoins un mystère, devenant à sa sortie de l'asile un héros de guerre.
          Lire la suite
          En lire moins
        • VDEMIER Posté le 3 Avril 2018
          Il s'agit de la relation d'un fait divers. C'est précis, bien documenté mais sans émotion. Je n'ai pas vibré.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com