Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782221203743
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 122 x 182 mm
Un tramway nommé Désir
Pierre Laville (adapté par), Catherine Fruchon-Toussaint (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 09/11/2017
Éditeurs :
Robert Laffont

Un tramway nommé Désir

Pierre Laville (adapté par), Catherine Fruchon-Toussaint (préface de)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 09/11/2017
Blanche, une femme d’une trentaine d’années aux allures de grande dame, arrive dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans pour rendre visite à sa soeur Stella. Là, elle découvre que... Blanche, une femme d’une trentaine d’années aux allures de grande dame, arrive dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans pour rendre visite à sa soeur Stella. Là, elle découvre que sa cadette a épousé un ouvrier fruste et qu’ils vivent dans un sordide appartement. Après plusieurs semaines de lutte, de... Blanche, une femme d’une trentaine d’années aux allures de grande dame, arrive dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans pour rendre visite à sa soeur Stella. Là, elle découvre que sa cadette a épousé un ouvrier fruste et qu’ils vivent dans un sordide appartement. Après plusieurs semaines de lutte, de résistance, de mensonges, le papillon de nuit qu’elle est s’y brûlera les ailes.
De cet infernal ménage à trois, composé de « gens ni bons ni méchants, juste d’individus qui ne se comprennent pas les uns les autres » et à jamais incarné au cinéma par Vivien Leigh, Marlon Brando et Kim Hunter, Tennessee Williams a tiré l’une des pièces majeures du XXe siècle, couronnée du prix Pulitzer.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221203743
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ManonCarpentier Posté le 8 Mars 2022
    Un tramway nommé désir de Tennessee Williams L'auteur est l'un de mes dramaturge préféré. Il a un style particulier, celui-là même qui lui a donné ce succès. Il parle de familles de basses conditions, qui souffrent de leurs vies. Dans cette pièce, sa plus connue, celle qui a vraiment assis sa renommé en tant qu'auteur. On rencontre Stella Du Bois qui débarque à la Nouvelle-Orléans. Chez sœur Blanche et le mari de celle-ci Stanley. Elle arrive en se disant ruinée, avec les nerfs à vif. Mais aussi avec des malles pleines de jolies choses. C'est une pièce assez courte, donc vous en dire davantage risquerait de vous gâcher le plaisir. Mais parlons un peu étymologie : Stella, qui vient du latin et signifie étoile. Une étoile naît, vit puis s'éteint. On s'imagine avec ce prénom une personnalité frivole. Elle brille au loin. Blanche, un prénom d'une pureté immaculée. Une virginité d'âme. Stanley, nom slave qui signifie '' se dresser, dans la gloire ''. Donc un personnage fier. J'aime beaucoup décrypter une histoire et son continuum avec les étymologie. Cela apporte de belle lectures, relectures. Vous ne trouvez pas ? #x1f68e; Bref c'est une histoire d'argent, de famille, de sexe. Donc forcément une histoire pleine d'intérêt !
  • Sirenedesmers Posté le 15 Février 2022
    Blanche étonne, ravit et fatigue. Cette pièce est formidablement écrite. L'intrigue est contrôlée d'une main experte, avec les mots justes, tout sonne juste. La société américaine y est dépeinte à merveille, dans ses travers écoeurants à la fois du côté du racisme, du sexisme, des addictions en tour genres, de la subordination de la femme à l'homme, de la violence. La sororité entre Blanche et Stella marque tout le long du récit, avec l'asymétrie entre Blanche qui s'épanche et Stella qui est dans la retenue. Les hommes sont assez durs et pensent à leur plaisir, les femmes pansent les plaies que les hommes leur ont fait. Le décalage social est toujours savoureux, et celui de Blanche avec les habitants du quartier de Stella ne manque pas de piquant. La musique, qui a été pensée par Williams à travers la pièce, participe du côté dramatique et insuffle de la force.
  • Gruizzli Posté le 14 Octobre 2021
    J'ai commencé cette pièce parce qu'elle est légendaire, et qu'en six mois j'ai été bassiné pendant des semaines avec ce Tennessee Williams, auteur adulé dans le milieu théâtral, tout comme Shakespeare et Tchekhov, tous deux légendaires dans leurs genres. Alors je me suis jeté à l'eau, j'ai décidé de lire un peu, pour me faire mon propre avis, une pièce de l'auteur. Et quoi de mieux que de commencer par la plus célèbre, la plus jouée et la plus vue ? A la lecture de cette pièce, je crois comprendre son succès non démenti depuis des années maintenant. Et je ne sais trop ce qu’il faut en tirer. Car c’est des personnages étranges, des situations dérangeantes, une fin qui dénote et une morale douteuse. Rien n’est simple et évident, tout semble toujours nous échapper. Qui est bon, qui est honnête, qui est vrai dans cette situation qui nous est toujours étrange. Un couple heureux (?) qui voit venir une sœur dérangée (?), ruinée et malheureuse (?), une tension entre les protagonistes (?), des amours contrariés (?), tout est sujet au doute et aux remises en question. J’ai adoré cette pièce, même si je n’ai fait que la lire, et je rêverais de la voir... J'ai commencé cette pièce parce qu'elle est légendaire, et qu'en six mois j'ai été bassiné pendant des semaines avec ce Tennessee Williams, auteur adulé dans le milieu théâtral, tout comme Shakespeare et Tchekhov, tous deux légendaires dans leurs genres. Alors je me suis jeté à l'eau, j'ai décidé de lire un peu, pour me faire mon propre avis, une pièce de l'auteur. Et quoi de mieux que de commencer par la plus célèbre, la plus jouée et la plus vue ? A la lecture de cette pièce, je crois comprendre son succès non démenti depuis des années maintenant. Et je ne sais trop ce qu’il faut en tirer. Car c’est des personnages étranges, des situations dérangeantes, une fin qui dénote et une morale douteuse. Rien n’est simple et évident, tout semble toujours nous échapper. Qui est bon, qui est honnête, qui est vrai dans cette situation qui nous est toujours étrange. Un couple heureux (?) qui voit venir une sœur dérangée (?), ruinée et malheureuse (?), une tension entre les protagonistes (?), des amours contrariés (?), tout est sujet au doute et aux remises en question. J’ai adoré cette pièce, même si je n’ai fait que la lire, et je rêverais de la voir jouée. Car cette pièce dégage une atmosphère, une ambiance lourde et pesante, chaude et moite comme ces journées d’été dans la Louisiane, là où l’air semble pesant et les moustiques omniprésent. Dans ces quartiers où les hommes travaillent dur et les femmes vivent de peu, dans une ambiance parfois malsaine, où tout peut exploser à chaque instant. C’est une atmosphère de tension, de défi, et rien n’est clair jusqu’au couperet final qui tombera implacablement sur la scène. Ce trio amoureux est décidément inoubliable. Entre Kowalski, homme brut et brutal, excessif jusqu’à être violent, et sa femme douce et précieuse, fille d’une ancienne lignée noble, et sa sœur, toute en extravagance et en futilités, c’est une drôle de famille qui vit sous le même toit. Car qu’est-ce qui s’est joué au final dans cette tragédie ? De l’amour ? Du désir ? De la haine ? Du ressentiment ? Des choses refoulées ? Je ne sais pas. Je pense que l’interprétation est libre maintenant. Chacun sera juge, lecteur ou metteur en scène. La messe est dite, que chacun garde ce qu’il veut. Une pièce détonante, qui m’a fait grande impression. C’est jouissif comme texte, à la fois brut de décoffrage et en même temps parfaitement clair. Mais que de choses derrière ce qui se dit. Une pièce qui en dit bien plus qu’elle ne laisse voir, et je vais la relire, encore une fois, pour trouver ce qu’il faut dedans. Quelque chose en est sorti et m’a heurté. Qu’est-ce que ça m’a plu ! D’autres pièces courtes sont présentes en fin de volumes, mais outre qu’elles n’ont pas le même impact, elles me semblent surtout être des brouillons ou des essais de cette pièce principal, et j’avoue qu’elles sont plus négligeables.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CzarnyPies Posté le 3 Octobre 2021
    Un tramway nommé désir est une pièce qui vient d'un main d'un homosexuel qui semble vouloir démontrer que l'amour entr'un homme et une femme est une chose laide et brutale. Je ne suis pas d'accord mais il faut reconnaitre que le texte de Williams possède une grande force de frappe. Ne le lisez pas cette pièce. Téléchargez toute de suite le film réalisé par Elia Kazan qui est un des grandes classiques du cinéma américain. Si la chance vous sourit, vous aurez possiblement un jour l'opportunité de assister à une représentation au théâtre.
  • Hugo456789 Posté le 10 Mai 2021
    Récemment La trois a rediffusé le film inspiré de Tennesse Williams. Un film en noir et blanc impeccable. Un récit électrique qui revient sur deux êtres déchirés, dont une femme fragile et un homme cruel, insensible et vulgaire, présenté comme une bête sexuée et personnalisé à l'écran par Marlon Brandon au faîte de son art. Une ambiance intense et un drame qui se profile comme un spectre lancinant qui prend possession de chaque recoin d'une demeure. Un livre que j'ai relu afin de le comparer avec le long métrage. Un classique un peu oublié et à remettre dans les programmes scolaires !
Abonnez-vous à la newsletter Robert Laffont
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.