Lisez! icon: Search engine

Un tramway nommé Désir

Robert Laffont
EAN : 9782221203743
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 122 x 182 mm
Un tramway nommé Désir

Catherine FRUCHON-TOUSSAINT (Introduction), Pierre LAVILLE (Traducteur)
Collection : Pavillons Poche
Date de parution : 09/11/2017
Blanche, une femme d’une trentaine d’années aux allures de grande dame, arrive dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans pour rendre visite à sa soeur Stella. Là, elle découvre que sa cadette a épousé un ouvrier fruste et qu’ils vivent dans un sordide appartement. Après plusieurs semaines de lutte, de... Blanche, une femme d’une trentaine d’années aux allures de grande dame, arrive dans le quartier français de La Nouvelle-Orléans pour rendre visite à sa soeur Stella. Là, elle découvre que sa cadette a épousé un ouvrier fruste et qu’ils vivent dans un sordide appartement. Après plusieurs semaines de lutte, de résistance, de mensonges, le papillon de nuit qu’elle est s’y brûlera les ailes.
De cet infernal ménage à trois, composé de « gens ni bons ni méchants, juste d’individus qui ne se comprennent pas les uns les autres » et à jamais incarné au cinéma par Vivien Leigh, Marlon Brando et Kim Hunter, Tennessee Williams a tiré l’une des pièces majeures du XXe siècle, couronnée du prix Pulitzer.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782221203743
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 272
Format : 122 x 182 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LecturesdeVoyage Posté le 30 Novembre 2019
    Blanche DuBois représente l’archétype de la « Southern Belle ». Mais dans « Un tramway nommé Désir (A Streetcar Named Desire »), l’œuvre théâtrale la plus célèbre de Tennessee Williams, elle doit quitter la demeure familiale « Belle Rêve » vendue à des créanciers et débarque, poursuivie d’un parfum de scandale, dans l’appartement minable qu’occupe à La Nouvelle-Orléans sa sœur Stella et son beau-frère Stan, un ouvrier polonais. La pièce, une des plus jouées du répertoire américain, suit la descente aux enfers de Blanche jusqu’à son viol par Stan et son internement dans un hôpital psychiatrique. L’adaptation cinématographique a offert à Vivien Leigh et Marlon Brando des rôles mémorables. Entre 1946 et 1947, Tennessee Williams habitait la Avart-Peretti House dans le Quartier Français et y écrivit la pièce qui porte le nom d’un tramway qui parcourait Desire Street dans le Faubourg Marigny. La ligne a malheureusement été remplacée par un bus.
  • iz43 Posté le 20 Novembre 2019
    Un tramway nommé désir : tout un programme, toute une promesse. Une œuvre que je m étais promis de découvrir tant ke trouvais le titre sublime. Je n ai pas été déçue mais je n ai pas non plus eu le coup de coeur. Je pense que les disdascalies à rallonge de l auteur ont gêné ma lecture. J avais hâte de lire les dialogues et j en arrivais à perdre le fil. L histoire est troublante, bouleversante. Ayant pour cadre un quartier français de la nouvelle Orléans on y découvre Stella et son mari Stanley vivant dans un appart sordide. La soeur de Stella , Blanche, les rejoint. Tout de suite , une tension s installé entre Blanche et Stanley que tout oppose.
  • sarahorchani Posté le 1 Mai 2019
    Le combat entre deux marginaux : Blanche, marginale par son caractère fantasque, ses hallucinations. Elle vit dans son monde. Elle s'invente un personnage. Stanley, marginal pour son caractère brute, animal. Entre les deux, Stella qui fait tampon. Dés les premières pages la tension dramatique est installée car on comprend que Blanche et Stanley ne sont pas du même monde, que ça va éclater entre eux. Des personnages vrais, authentiques. Un théâtre réaliste social. Une lecture très agréable. Je ne lâchais plus cette pièce de théâtre. Revenir à ce texte classique fait apprécier les ressorts de ce chef-d’œuvre. Et on comprend la source d'inspiration pour un réalisateur Indémodable, mythique, et surtout authentique.
  • hhenry Posté le 16 Avril 2019
    Une pièce maitrisée du début à la fin! Des personnages d'une beauté folle, tous avec leurs défauts, leurs mensonges et leurs espoirs. Comment croire Blanche? Pourquoi ne pas la croire? Qui est réellement Stella? La plus heureuse des soeurs n'est pas celle que le crois au départ. La professeure d'anglais révèle quelques failles. Le mari de Stella, parfois brute, parfois violent et alcoolique voit pourtant très vite clair dans le petit jeu de Blanche. Une pièce étouffante, une pièce magnifique! Chaque parole vous plombe ou vous fait tressaillir!
  • juten-doji Posté le 4 Mars 2019
    Dans la chaleur moite de la Nouvelle-Orléans, Blanche, un personnage excentrique mais perdu, se rend chez sa soeur et son beau-frère avec qui l'entente ne sera pas au rendez-vous, leur relation se developpant entre haine et violence, sentiments qu'accompagne une musique de fond en accord, sans cesse présente. Je ressors de cette lecture complètement chamboulée. N'ayant jamais vu le film (ce que je compte changer rapidement), j'avoue que ce n'est pas du tout le type d'histoire ou de sujet auquel je m'attendais. La frivolité et l'excentricité de Blanche qui agace dans un premier temps fini par être remplacé par de la pitié, et la brutalité de Stanley laisse par moments entrevoir une vraie tendresse et surtout un grand amour pour sa femme. Entre les deux, Stella, déchirée par l'amour qu'elle leur porte. Je confirme le sentiment de malaise qui nous envahi à la fin de la pièce, on ne sait plus trop quoi ressentir pour chacun d'entre eux, c'est dur et malsain, pour les personnages et pour nous lecteurs. L'écriture a aussi certainement joué un grand role car une fois ouvert, je n'ai pas pu le lacher. Je n'ai pas été dérangée par les descriptions qui je trouve permettaient de parfaitement... Dans la chaleur moite de la Nouvelle-Orléans, Blanche, un personnage excentrique mais perdu, se rend chez sa soeur et son beau-frère avec qui l'entente ne sera pas au rendez-vous, leur relation se developpant entre haine et violence, sentiments qu'accompagne une musique de fond en accord, sans cesse présente. Je ressors de cette lecture complètement chamboulée. N'ayant jamais vu le film (ce que je compte changer rapidement), j'avoue que ce n'est pas du tout le type d'histoire ou de sujet auquel je m'attendais. La frivolité et l'excentricité de Blanche qui agace dans un premier temps fini par être remplacé par de la pitié, et la brutalité de Stanley laisse par moments entrevoir une vraie tendresse et surtout un grand amour pour sa femme. Entre les deux, Stella, déchirée par l'amour qu'elle leur porte. Je confirme le sentiment de malaise qui nous envahi à la fin de la pièce, on ne sait plus trop quoi ressentir pour chacun d'entre eux, c'est dur et malsain, pour les personnages et pour nous lecteurs. L'écriture a aussi certainement joué un grand role car une fois ouvert, je n'ai pas pu le lacher. Je n'ai pas été dérangée par les descriptions qui je trouve permettaient de parfaitement s'imaginer la scène, le cadre, les sons voire les odeurs, je les ai trouvées particulièrement immersives. Je pense que je tiens là un autre coup de coeur pour cette année 2019, encore une fois pour un livre que je n'imaginais pas voir atteindre de si hautes marches dans mon coeur de lectrice. Club de lecture pioche dans ma pal Challenge USA Challenge multi-defis 2019 Challenge theatre 2018-2019
    Lire la suite
    En lire moins
ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE ROBERT LAFFONT
Les Éditions Robert Laffont publient de la littérature française et étrangère, des biographies, des témoignages, des mémoires, des romans policiers et d'espionnage, des livres de spiritualité ou encore des livres pratiques.
Chaque mois, recevez toutes les actualités de la maison en vous abonnant à notre newsletter.