Lisez! icon: Search engine
Pocket jeunesse
EAN : 9782266288958
Code sériel : J3174
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 560
Format : 108 x 177 mm

Une braise sous la cendre - tome 01

Hélène ZYLBERAIT (Traducteur)
Collection : Une braise sous la cendre
Date de parution : 22/11/2018
Quand Games of Thrones rencontre Hunger Games.
Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias,... Autrefois l’Empire était partagé entre les Érudits, gardiens du savoir, et les Martiaux, armée redoutable dévouée à l’empereur. Mais les soldats ont pris le dessus, et désormais quiconque est surpris en train de lire ou d’écrire s’expose aux pires châtiments. Dans ce monde sans merci, Laia, une esclave, et Elias, un soldat d’élite, vont tout tenter pour retrouver la liberté… et sauver ceux qu’ils aiment.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266288958
Code sériel : J3174
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 560
Format : 108 x 177 mm
Pocket jeunesse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Flo76300 Posté le 6 Juin 2020
    Pendant longtemps je m’étais dis que je ne lirais pas « une braise sous la cendre » car il était trop mis en avant, qu’on entendait trop parler et il y a quelques temps je l’ai vu passer sur Vinted alors je l’ai acheté et j’ai mis un peu de temps avant de le lire. C’est un livre qui a un univers très riche, très complexe et que j’avais dû arrêter de lire car j’avais une allergie qui c’est pointée ce qui fait que je n’arrivais pu à lire. Une fois la lecture reprise j’ai eu beaucoup de mal à me remettre dedans car j’avais l’impression de me désintéresser de l’univers, mais après quelques pages ça allait un peu mieux. En tout cas ce fut une bonne lecture, et je ne regrette pas d’avoir attendu aussi longtemps avant de lire ce livre mais je ne lirais pas la suite, j’attendrais sûrement quelques années avant de lire la suite, quitte à relire le premier tome.
  • LesJoliesLecturesdePapier Posté le 3 Avril 2020
    Une Braise Sous La Cendre a été une lecture totalement addictive et encore, je pèse mes mots ! J’ai été incapable de le reposer avant de l’avoir fini. Sabaa Tahir nous entraîne au coeur d’une incroyable épopée, sombre et sanglante. Dans ce premier opus, on suit Laia, une jeune Érudite qui voit, du jour au lendemain, sa vie voler en éclats. Ses grands-parents ont été tués sous ses yeux, et son grand frère, Darin, suspecté d'être un allié de la Résistance a été arrêté. Désespérée, Laia ne voit qu'une seule solution : entrer en contact avec la Résistance afin que ces derniers lui viennent en aide pour libérer son frère. En parallèle, nous suivons également Elias, qui est un Martial, plus précisément un Mask. Ce sont des soldats d'élite, bien connus pour leur cruauté. Le jeune homme est un Mask un peu particulier puisqu'il ne rêve que d'une seule chose: déserter. Dès les premières pages, l’auteure plante le décor en nous plongeant directement dans le feu de l’action. On se laisse très facilement embarquer dans l’histoire dont l’atmosphère dure, brutale et particulièrement sanglante, nous fait haleter tout au long de l’intrigue. L’univers est très riche, incroyablement original et magnifiquement bien construit. Nous... Une Braise Sous La Cendre a été une lecture totalement addictive et encore, je pèse mes mots ! J’ai été incapable de le reposer avant de l’avoir fini. Sabaa Tahir nous entraîne au coeur d’une incroyable épopée, sombre et sanglante. Dans ce premier opus, on suit Laia, une jeune Érudite qui voit, du jour au lendemain, sa vie voler en éclats. Ses grands-parents ont été tués sous ses yeux, et son grand frère, Darin, suspecté d'être un allié de la Résistance a été arrêté. Désespérée, Laia ne voit qu'une seule solution : entrer en contact avec la Résistance afin que ces derniers lui viennent en aide pour libérer son frère. En parallèle, nous suivons également Elias, qui est un Martial, plus précisément un Mask. Ce sont des soldats d'élite, bien connus pour leur cruauté. Le jeune homme est un Mask un peu particulier puisqu'il ne rêve que d'une seule chose: déserter. Dès les premières pages, l’auteure plante le décor en nous plongeant directement dans le feu de l’action. On se laisse très facilement embarquer dans l’histoire dont l’atmosphère dure, brutale et particulièrement sanglante, nous fait haleter tout au long de l’intrigue. L’univers est très riche, incroyablement original et magnifiquement bien construit. Nous sommes encore en présence d’une monarchie de caste et bien que cette idée a été reprise de nombreuses fois, je reste encore très friande de ce genre de système au sein d'un récit. Avec cette histoire, on entre dans un univers fantasy inspiré de la Rome antique mais qui reste relativement moderne avec un petit côté dystopique. Concernant le rythme du récit, impossible de s’ennuyer. Les chapitres se succèdent habilement et chacun se termine, à chaque fois, avec un « mini-cliffhanger ». De quoi donner très envie de continuer la lecture. L’ensemble du livre est un enchaînement constant de rebondissements, de révélations et de retournements de situations. Sabaa Tahir maîtrise son sujet avec finesse et sait manier l’art du suspense pour nous rendre complètement accro. Une alternance de point de vue a également été mise en place permettant ainsi au lecteur d’avoir une vue d’ensemble sur les sentiments des deux principaux protagonistes ainsi que sur les différences entre les Érudits et les Martiaux. J’ai trouvé cela très agréable d’avoir à la fois le point de vue du clan des « gentils » et à la fois celui des « méchants ». Du côté des personnages, ils m’ont également beaucoup plu. Laia est une personne très attachante. Bien qu'elle n’ait que 17 ans, on l'imagine souvent beaucoup plus jeune dû à sa façon de parler et de faire. Au départ, elle peut sembler chétive et très peu courageuse mais elle prend tout de même sur elle et est déterminée à sauver son frère quitte à se mettre elle-même en danger. Et si au départ, elle ne se montre pas très téméraire, son personnage évolue au fil de l’histoire et Laia finit par gagner de plus en plus en assurance. Quant à Elias, son personnage est très intéressant. Pour les Érudits, le jeune homme est synonyme de danger et de mort. En effet, Elias est un Mask. Un soldat d’élite, un tueur sans pitié, formé depuis son enfance pour servir l’Empire. Cependant, bien qu’il ait grandi dans un contexte familial brutal et mortel, Elias est loin d’être froid et calculateur. On découvre au contraire une personne sensible, bienveillante et qui peine à se soumettre à sa condition de Mask. Malgré le fait qu’il soit un Martial et un soldat, son empathie envers les Érudits est des plus sincères. Pour finir, parlons de la romance. Cette fois-ci, Mesdames et Monsieurs, nous ne faisons pas face à un triangle amoureux, mais bel et bien a un carré amoureux… Elias est attiré à la fois par Helen, son amie d’enfance et par Laia. De son côté, Laia est attirée par Elias mais également par Keenan, un membre de la Résistance. Vous me suivez toujours ? Difficile de s’y retrouver dit comme ça… Néanmoins, je vous rassure, la romance n'est pas pesante et on s’y retrouve très facilement. Elle est un peu mise de côté au profit de l’action et du développement de l’histoire. Et même si dans un premier temps on pense qu’un carré amoureux se prépare, on se rend compte assez vite qu’aucun couple n’est prédéfini et de ce côté-là, le lecteur reste dans l’incertitude la plus totale. C’est pour cela que malgré la particularité du contexte romantique, il ne m’a dérangée outre mesure dans ma lecture. En conclusion, c'est un énorme coup de coeur pour ce roman ! Une Braise Sous La Cendre est un véritable "page-turner", très bien écrit et maîtrisé à la perfection. Les personnages sont attachants, captivants, mystérieux et parfois même inhumains. Sabaa Tahir tient le lecteur en haleine du début à la fin et nous fait passer part tout un tas d’émotion. C'est un premier opus à ne pas manquer, je ne peux que vous le recommander vivement !
    Lire la suite
    En lire moins
  • YasmineO Posté le 11 Mars 2020
    Un coup de coeur. Un coup de poing émotionnel dont je ne me remettrais pas. C'est une histoire classique, on alterne entre Laia une jeune rebelle et Elias, fils de la Commandante qui est un rebelle à sa manière. Ce que j'ai particulièrement apprécié c'est l'alternance parfaite entre les deux points de vue qui rend la lecture encore plus stressante (je me lamentais de ma lenteur de lecture, c'était une véritable pépite!). Un monde créé à la perfection, des personnages attachants, de l'action à chaque page et la cruauté de ce monde qui ne fait qu'augmenter (j'ai lu les tomes suivants, et je m'en suis pas remise !!!). C'est une série que je recommande à tout lecteur à la recherche de cette fantasy pleine de complots, de guerre de pouvoir, la cruauté se mêle à la romance et donne naissance à ce magnifique roman que j'ai dévoré en quelques heures.
  • maudisreading Posté le 8 Mars 2020
    Quand on le commence, il est du genre à ne plus être lâché. Ici tout m’a plu: les personnages, leur histoire et tout ce monde dystopique qui nous apparaît toujours plus sombre et complexe au fil de la lecture. Le récit s’attache aux pas de deux personnages principaux, issus de deux mondes à l’opposé l’un de l’autre: Laia, jeune fille issue d’un peuple d’érudits réduit en esclavage et Elias, élevé et éduqué dans un unique objectif, celui d’être un guerrier émérite. L’auteure nous propose leurs histoires individuelles en alternant les points de vue à chaque chapitre et l’on frémit rapidement pour chacun d’entre eux. Le quotidien d’Elias est celui d’un guerrier qu’on cherche à endurcir depuis l’âge de 6 ans, c’est celui de l’acier et du sang, des brimades et des privations. Celui de Laia exsude la peur mais elle fait preuve d’obstination et d’une détermination sans faille quand il s’agit de sauver son frère aîné, le contraste entre eux est saisissant. Il sont attachants, marqués par les épreuves et dotés d’une personnalité propre. On alterne leur histoire et les chapitres s’enchaînent et s’emboîtent formidablement. . Et puis il y a tous les personnages secondaires, complexes, intrigants ou complètement abjects. J’ai particulièrement apprécié l’univers développé par Sabaa Tahir, celui... Quand on le commence, il est du genre à ne plus être lâché. Ici tout m’a plu: les personnages, leur histoire et tout ce monde dystopique qui nous apparaît toujours plus sombre et complexe au fil de la lecture. Le récit s’attache aux pas de deux personnages principaux, issus de deux mondes à l’opposé l’un de l’autre: Laia, jeune fille issue d’un peuple d’érudits réduit en esclavage et Elias, élevé et éduqué dans un unique objectif, celui d’être un guerrier émérite. L’auteure nous propose leurs histoires individuelles en alternant les points de vue à chaque chapitre et l’on frémit rapidement pour chacun d’entre eux. Le quotidien d’Elias est celui d’un guerrier qu’on cherche à endurcir depuis l’âge de 6 ans, c’est celui de l’acier et du sang, des brimades et des privations. Celui de Laia exsude la peur mais elle fait preuve d’obstination et d’une détermination sans faille quand il s’agit de sauver son frère aîné, le contraste entre eux est saisissant. Il sont attachants, marqués par les épreuves et dotés d’une personnalité propre. On alterne leur histoire et les chapitres s’enchaînent et s’emboîtent formidablement. . Et puis il y a tous les personnages secondaires, complexes, intrigants ou complètement abjects. J’ai particulièrement apprécié l’univers développé par Sabaa Tahir, celui d’un peuple opprimé, plein de violence et de froideur. L’intrigue est bien ficelée, nous dévoilant petit à petit les réponses que l’on se pose au fil des pages sans pour autant que tout nous soit dévoilé. L’auteure nous entraine dans une atmosphère pesante, enrobée de violence et de mystère, qui nous tient en haleine du début à la fin. J’ai été transportée au cœur d’un conflit qui prend tout son sens une fois le point final posé. Je suis soufflée par cette histoire palpitante qui m’a déconcertée, chamboulée, séduite et enflammée.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Latulu Posté le 13 Février 2020
    Un bon roman de fantasy classé dystopie. Laïa est une jeune femme, du clan des Erudits. Elle vit pauvrement mais sans histoire avec ses grands-parents et son frère. Un jour, des hommes du clan ennemi, les Martiaux arrêtent et emprisonnent son frère. Dès lors, Laïa va tout tenter pour le libérer. Son seul espoir réside dans l’aide des rebelles mais ces derniers lui demandent en échange l’impossible : devenir leur espionne dans le clan des Martiaux. Laïa va réussir à se faire embaucher comme esclave chez une des figures emblématiques des Martiaux : La Commandante. Hélas, cette dernière est aussi cruelle que réputée. Commence alors un long calvaire pour Laïa, entre humiliations et quête de son frère. Une Braise sous la Cendre est un roman sombre et violent. Nous sommes plongés dans un pays en état de guerre permanent. Lutte contre les ennemis extérieurs mais également lutte civile entre deux factions dont l’une exploite misérablement l’autre. J’ai bien aimé l’évolution des personnages, surtout Laïa qui est au départ une jeune femme naïve et réservée et qui va se découvrir un grand courage pour surmonter les épreuves devant elle. L’intérêt du récit est d’offrir le point de vue de chaque camp. Ainsi, nous suivons en parallèle du... Un bon roman de fantasy classé dystopie. Laïa est une jeune femme, du clan des Erudits. Elle vit pauvrement mais sans histoire avec ses grands-parents et son frère. Un jour, des hommes du clan ennemi, les Martiaux arrêtent et emprisonnent son frère. Dès lors, Laïa va tout tenter pour le libérer. Son seul espoir réside dans l’aide des rebelles mais ces derniers lui demandent en échange l’impossible : devenir leur espionne dans le clan des Martiaux. Laïa va réussir à se faire embaucher comme esclave chez une des figures emblématiques des Martiaux : La Commandante. Hélas, cette dernière est aussi cruelle que réputée. Commence alors un long calvaire pour Laïa, entre humiliations et quête de son frère. Une Braise sous la Cendre est un roman sombre et violent. Nous sommes plongés dans un pays en état de guerre permanent. Lutte contre les ennemis extérieurs mais également lutte civile entre deux factions dont l’une exploite misérablement l’autre. J’ai bien aimé l’évolution des personnages, surtout Laïa qui est au départ une jeune femme naïve et réservée et qui va se découvrir un grand courage pour surmonter les épreuves devant elle. L’intérêt du récit est d’offrir le point de vue de chaque camp. Ainsi, nous suivons en parallèle du récit de Laïa, un jeune Martial, Ellias, et ses états d’âme sur les tâches que ses supérieurs lui demandent d’exécuter. De même, le symbole des masques portés par le camp du régime totalitaire est bien vu. Ainsi, les émotions ne filtrent pas et l’anonymat rend les actions légitimes. Beaucoup de profondeur donc pour Laïa et Ellias dont la psychologie est bien travaillée Pour autant, rien de bien extraordinaire. Ce n’est pas une dystopie qui révolutionne le genre. C’est malgré tout, une bonne façon d’appréhender les régimes totalitaires et leurs conséquences sur la vie des gens et l’embrigadement aveugle. J’attends plus de détails sur l’univers dans le tome 2. Une bonne lecture en dépit de redondances.
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.