Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264062116
Code sériel : 4818
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Une famille heureuse

Bruno BOUDARD (Traducteur)
Date de parution : 22/05/2014
Dans la famille Copeland, je voudrais les parents. Gordon, le père déjanté – nombriliste et insignifiant, il est gérant de supermarché –, et Jean, la mère courage dévastée par le suicide de son amant, fraîchement pendu sans un mot d’excuse. Je voudrais aussi les enfants : Priscilla, l’ado caractérielle et... Dans la famille Copeland, je voudrais les parents. Gordon, le père déjanté – nombriliste et insignifiant, il est gérant de supermarché –, et Jean, la mère courage dévastée par le suicide de son amant, fraîchement pendu sans un mot d’excuse. Je voudrais aussi les enfants : Priscilla, l’ado caractérielle et complètement idiote qui se prend pour Princesse Barbie, et Otis le petit dernier surdoué quoique vaguement allumé. Une famille presque heureuse, en somme… mais pas tout à fait.

« Voilà un roman très drôle. Les personnages sont pathétiques, on a envie de les secouer, on se dit qu’ils sont presque pires que nous et même mieux, qu’en comparaison, on n’est pas si mal. »
France Inter

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Bruno Boudard
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264062116
Code sériel : 4818
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Spania Posté le 1 Novembre 2019
    D'emblée, le roman a un bon début avec la présentation des personnages, la vie de famille mais au fil des pages la situation s'entremêle voire même l'écriture s'emmèle : une nouvelle figure de style britannique burlesque ? Drôle compliqué et léger ..
  • Lilou789 Posté le 24 Janvier 2015
    C'est un roman particulier. Il n'entrera pas dans la catégorie de mes livres préférés en raison du la pauvreté de l'intrigue et de la lassitude qui s'empare du lecteur au fil du livre. Le style pourtant est assez original, car le narrateur prend le lecteur à partie, comme s'il nous exposait au cours d'une conversation les scènes dont il serait spectateur. Si les personnages sont parfois hauts en couleur, il se dégage de l'ensemble une certaine fadeur malgré tout, car il sont pathétiques et que leur vie est plus déprimante que drôle ou palpitante. On a de ce fait plus envie de vite finir le livre pour passer à autre chose, que pour avoir envie de connaitre le fin mot de l'histoire, car il n'y en a pas vraiment.
  • Paroledelea Posté le 13 Octobre 2013
    Une très belle lecture, un excellent moment passé avec ces personnages déjantés mais tellement attachants ; en effet en pénétrant au cœur de cette famille on découvre chaque personnage, on comprend rapidement que nous sommes loin d’un livre amusant ; c’est par ailleurs une très bonne réflexion sur la famille, sur l’amour, sur des personnes qui vivent ensemble mais qui ne partagent plus rien ; chacun vit dans son monde ! Comment vont-ils se retrouver, comment vont-ils apprendre à construire la suite, quels seront leurs choix ? Elisabeth Crane sait nous montrer l’humanité de chacun avec un style enlevé, acide, grave et grinçant ! Même l’insupportable Priscilla nous apparaît finalement attachante ou attachiante selon les moments !! Avis complet sur : http://paroledelea.wordpress.com
  • Miguel33 Posté le 6 Juillet 2013
    Nous sommes là en présence d'une famille assez banale, Jean, la mère, Gordon le père, Priscilla, la fille et Otis le garçon de 9 ans, sans oublier Théodore le grand-père et Vivian l'arrière-grand-mère. L'auteur nous montre des scènes de vie que l'on peut rencontrer partout sans que cela soit exceptionnel et ce sont ces petites scènes qui nous rapprochent de cette famille. Cette famille se décompose petit à petit par son impossibilité à communiquer. Les parents se cherchent mais ne se trouvent plus, ce qui va entraîner ou plutôt précipiter une crise dans leur couple. De plus, ils doivent gérer le comportement de leur fille Priscilla, qui n'a pas de repères stables et qui ne pense qu'aux fringues et à devenir célèbre grâce à la télé-réalité. Cela semble stéréotypé, mais on en rencontre souvent autour de soi, l'image du jeune qui ne vit que sur les apparences, en pensant détenir la vérité. (Oups! Ne serait-ce pas la définition de l'ado?) [...] Lire la suite sur:
  • Lalivrophile Posté le 27 Juin 2013
    Elizabeth Crane réussit parfaitement à parler du quotidien d'une famille. Elle évoque des situations à la fois étranges et banales. Le charme indéniable de ce roman tient à l'humour avec lequel tout cela est raconté. Cynisme, causticité, Elizabeth Crane utilise ces deux éléments, et grâce à eux, rend hors du commun des situations qui pourraient s'enliser. En effet, le quotidien de cette famille dont on a du mal à apprécier les membres plongerait très vite le lecteur dans l'ennui s'il n'y avait pas cet humour cynique omniprésent. Vous n'éclaterez pas de rire, mais vous sourirez, et trouverez les remarques et la façon de les exposer à propos. D'autre part, on finit par s'attacher aux personnages qui, malgré (ou peut-être à cause de) leur défauts, ne laissent pas indifférent. [...] Lire la suite sur:
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…