Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266276474
Code sériel : 16951
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Une femme

Date de parution : 01/02/2018
Pour la première fois, alors qu’elle s’y était toujours refusée, Janine Boissard raconte sa vie de femme, d’épouse et de mère.
Une vie comme dans ses romans, pleine de rebondissements, d’aventures plus tendres, folles, voire plus graves les unes que les autres, où la petite fille qui se rêvait écrivain prend...
Pour la première fois, alors qu’elle s’y était toujours refusée, Janine Boissard raconte sa vie de femme, d’épouse et de mère.
Une vie comme dans ses romans, pleine de rebondissements, d’aventures plus tendres, folles, voire plus graves les unes que les autres, où la petite fille qui se rêvait écrivain prend sa revanche sur ceux qui ne croyaient pas en elle. Une vie de femme, avec ses bonheurs et ses déchirures, qui ne renonce jamais à l’amour et avance, envers et contre tout.
Un récit joyeux et intime à la fois, surprenant et optimiste, qui ressemble à s’y méprendre à l’une de ses histoires…

« Dans cet autoportrait poignant, Janine Boissard se livre comme jamais. » actualite-litteraire.com
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266276474
Code sériel : 16951
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Dans cet autoportrait poignant, Janine Boissard se livre comme jamais. » www.actualite-litteraire.com
 « Une fois encore, me voici touchée, émue par chaque mot, comme s'ils m'étaient adressés personnellement. Dans chaque ligne de chaque page j'ai retrouvé sa bienveillance et sa douceur, mis au service de l'espoir, de la confiance, de la différence. Quelle belle rencontre que cette autobiographie ! » Babelio, Annabelle31

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LisonsDesLivres Posté le 2 Juin 2019
    Je ne suis pas une fidèle lectrice de l'auteur que j'ai découverte avec "Vous verrez vous m'aimerez". Ensuite, en pleine adolescence, j'ai dévoré L'esprit de famille. Par après, j'ai un peu perdu de vue ses ouvrages car je les trouvais un peu trop à l'eau de rose, se finissant toujours bien. Voilà pour mon rapport à l'auteur. J'ai bien aimé découvrir sa vie, les liens entre vie privée et romans. J'ai découvert un monde de l'édition que je ne connaissais pas. Par contre, je me suis un peu perdue parmi cette grande famille et un arbre généalogique aurait été intéressant.
  • Kalzennig Posté le 24 Janvier 2019
    "Le roman d'une vie" rejoindra sans doute les amateurs des romans de Janine Boissard puisqu'ici, elle parle de son enfance, de cette plume qui la "titille" depuis longtemps, de sa vie de jeune fille, de femme et du parcours d'écrivain avec les rencontres qui ont fait ce qu'elle est devenu, les ouvrages qui en découlent. On y retrouve beaucoup d'humanité... l'essence de chaque personnage de roman sans doute!
  • Faura Posté le 12 Juillet 2018
    « L’esprit de famille » est une des sagas de mon adolescence. J’ai lu tous les livres, j’ai vu la série. J’avais oublié d’autres titres publiés ultérieurement, dont le superbe « Trois femmes et un empereur ». Croiser Janine Boissard au coin d’un stand de Saint Maur en poche 2018 a fait remonter avec bonheur ces lectures. Dans mes souvenirs, une écriture pleine de tendresse pour les personnages « ordinaires » qui jalonnent les romans, une description de la vie « normale », celle qui nous est proche. Mais qui dit « ordinaire » ou « normal » ne signifie pas sans relief, bien au contraire! Des personnages au caractère bien trempé, avec des envies, des passions, des deuils. Alors découvrir la « femme » sous l’auteure m’a forcément séduite. Et la lecture ne m’a pas déçue. Parce que j’ai retrouvé dans les petits riens ou les grands tout de la vie de Janine Boissard ce qui transparaissait dans sa littérature : des blessures certaines dont il était malgré tout possible de faire un atout, comme la petite fille jamais à sa place est ainsi devenue la grande auteure et scénariste depuis longtemps reconnue. Avec pudeur et humour, Madame Boissard nous dévoile sa... « L’esprit de famille » est une des sagas de mon adolescence. J’ai lu tous les livres, j’ai vu la série. J’avais oublié d’autres titres publiés ultérieurement, dont le superbe « Trois femmes et un empereur ». Croiser Janine Boissard au coin d’un stand de Saint Maur en poche 2018 a fait remonter avec bonheur ces lectures. Dans mes souvenirs, une écriture pleine de tendresse pour les personnages « ordinaires » qui jalonnent les romans, une description de la vie « normale », celle qui nous est proche. Mais qui dit « ordinaire » ou « normal » ne signifie pas sans relief, bien au contraire! Des personnages au caractère bien trempé, avec des envies, des passions, des deuils. Alors découvrir la « femme » sous l’auteure m’a forcément séduite. Et la lecture ne m’a pas déçue. Parce que j’ai retrouvé dans les petits riens ou les grands tout de la vie de Janine Boissard ce qui transparaissait dans sa littérature : des blessures certaines dont il était malgré tout possible de faire un atout, comme la petite fille jamais à sa place est ainsi devenue la grande auteure et scénariste depuis longtemps reconnue. Avec pudeur et humour, Madame Boissard nous dévoile sa construction de petite fille à adulte, ses relations absentes ou conflictuelles avec ses parents, ses atermoiements entre différents métiers « artistiques », les amours heureuses et malheureuses qui ont marqué sa vie de femme et d’écrivaine. J’ai pris plaisir à découvrir comment l’écriture de certains livres avait débuté, ceux qui avaient été mis de côté, puis repris au fil du temps et des commandes des éditeurs. Cela éclaire aussi le métier d’écrivain et les relations avec le monde de l’édition pour la lectrice invétérée que je suis. Et plus que tout, ce qui m’a émue, c’est la constance des valeurs portées par « Une femme » : la place des femmes fortes, battantes, mais pas « écrasantes » qui luttent pour s’en sortir, mais pas au dépend des autres (les hommes notamment! Cf l’interview avec L. Zeimour), le désir de conserver le cercle familial, d’observer une pause dans un monde toujours plus rapide et avide de sensations. Tous ses lecteurs devraient remercier Jean Rossignol, son fidèle ami, qui l’a un jour incitée par ces mots « Et si tu parlais enfin de toi? » Sans lui, nous n’aurions sans doute pas connu « La Marette »! « Une femme », certes. Une grande dame, sans aucun doute. lirelanuitoupas.wordpress.com
    Lire la suite
    En lire moins
  • Elfine53 Posté le 11 Juin 2018
    Merci Janine de nous dévoiler avec simplicité les bons moments comme les douloureux moments de votre Vie . Quel parcours plein de rebondissements ! Je suis restée dans votre ombre tout au long , vous abandonnant par intermittence à regret. On ne doit pas baisser les bras, il y a toujours quelque chose en nous à faire émerger et plaire à quelqu'un pour renforcer notre estime
  • Mimie24 Posté le 4 Mars 2018
    Excellente autobiographie de Janine Boissard qui écrit toujours avec autant de talent, d'humour, de vivacité, et nous fait pleurer aussi. Sa vie de petite fille n'a pas été toute rose, écartée de la famille parce qu'elle était différente et trimbalée de pension en pension. Elle a su sublimer sa souffrance et en tirer le meilleur avec son oeuvre, j'y ai passé des heures merveilleuses, merci à elle. "Combien il faut de larmes... pour faire une chanson..." Janine se demande encore si elle était rejetée étant enfant parce qu'elle était différente, ou bien si elle était différente parce qu'elle était rejetée... Cette question interpelle beaucoup d'entre nous, et beaucoup d'artistes certainement... Bref, un livre plein d'humanité et de modestie, à lire...
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.