Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264074362
Code sériel : 5478
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Une mort sans importance

Corine DERBLUM (Traducteur)
Collection : Grands Détectives
Date de parution : 20/02/2020
1912, New York. Alors que la ville se remet du choc du naufrage du Titanic et que la mafia envahit les rues, une jeune nurse d'origine italienne est retrouvée assassinée dans une riche demeure. La femme de chambre Jane Prescott se retrouve en première ligne pour enquêter...
En 1912, alors que New York est sous le choc du naufrage du Titanic, la dame de compagnie Jane Prescott se rend à Long Island avec la famille Benchley. Leur fille, Louise, va épouser William Tyler et la cérémonie se tiendra chez son oncle et sa tante. Les Tyler sont... En 1912, alors que New York est sous le choc du naufrage du Titanic, la dame de compagnie Jane Prescott se rend à Long Island avec la famille Benchley. Leur fille, Louise, va épouser William Tyler et la cérémonie se tiendra chez son oncle et sa tante. Les Tyler sont un couple célèbre et glamour, au passé fait de voyages et d’aventures. Aujourd’hui, Charles Tyler est connu pour traquer la mafia italienne, La Main noire, et sa femme Alva est devenue femme au foyer.
Là-bas, Jane se rapproche rapidement de la nourrice des enfants du couple, Sofia, une jeune italo-américaine. Mais, au cours d’une nuit chaude et étouffante, elle est réveillée par un cri dans la nursery, et s’y précipite pour découvrir Sofia assassinée, et la fenêtre, toujours soigneusement verrouillée sur ordre des Tyler, qui craignent les représailles de la mafia, grande ouverte.
Les Tyler sont rapidement convaincus qu’il s’agit d’une tentative d’enlèvement de leur bébé qui aurait mal tourné. Mais Jane commence à investiguer de son côté pour rendre service à son ami, le journaliste Michael Behan, qui sait qu’elle a une position privilégiée pour observer les conflits et découvrir les secrets qui peuvent se cacher sous la surface de cette riche et secrète maisonnées. Le meurtre de Sofia était-il un dommage collatéral des tensions sociales de New York ? Ou ce crime était-il beaucoup plus personnel ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264074362
Code sériel : 5478
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • SZRAMOWO Posté le 11 Mars 2020
    Un merveilleux moment de lecture ces retrouvailles avec Jane Prescott, la gouvernante des jeunes filles Benchley et Michael Behan le reporter du New York Herald. Mariah Fredericks nous emmène une fois de plus dans ce New York du début du XXème siècle où ce qui constituera l'ossature de la société américaine se met doucement en place et génère ce qui, un siècle plus tard, alimentera les progrès et les décadences de nos sociétés européennes. Jane Prescott est une observatrice inégalable, elle sonde les reins et les coeurs des hommes et des femmes qu'elle côtoie ; se montre une analyste hors pair des errements de cette soit disant "nouvelle société" qui s'est créée dans le "nouveau monde" pour fuir les blocages des vieilles sociétés européennes mais n'en fait que reproduire les schémas sociaux. A preuve les relations complexes entre les Tyler (des gens établis - voir le précédent roman, "des gens sans importance") et les Benchley, des parvenus fortunés : "du côté du clan Benchley, ces nouveaux riches, on pouvait espérer un splendide étalage de vulgarité." analyse Jane. Mariah Fredericks multiplie les références dans son roman, ce qui en fait plus qu'un simple polar. Certes il y a le meurtre que Jane... Un merveilleux moment de lecture ces retrouvailles avec Jane Prescott, la gouvernante des jeunes filles Benchley et Michael Behan le reporter du New York Herald. Mariah Fredericks nous emmène une fois de plus dans ce New York du début du XXème siècle où ce qui constituera l'ossature de la société américaine se met doucement en place et génère ce qui, un siècle plus tard, alimentera les progrès et les décadences de nos sociétés européennes. Jane Prescott est une observatrice inégalable, elle sonde les reins et les coeurs des hommes et des femmes qu'elle côtoie ; se montre une analyste hors pair des errements de cette soit disant "nouvelle société" qui s'est créée dans le "nouveau monde" pour fuir les blocages des vieilles sociétés européennes mais n'en fait que reproduire les schémas sociaux. A preuve les relations complexes entre les Tyler (des gens établis - voir le précédent roman, "des gens sans importance") et les Benchley, des parvenus fortunés : "du côté du clan Benchley, ces nouveaux riches, on pouvait espérer un splendide étalage de vulgarité." analyse Jane. Mariah Fredericks multiplie les références dans son roman, ce qui en fait plus qu'un simple polar. Certes il y a le meurtre que Jane se voit dans l'obligation d'élucider, mais il illustre la lutte pour le pouvoir dont le maintien du secret des familles est le principal moteur. Dans cette société New Yorkaise de 1912, on se mobilise pour les familles des victimes du Titanic, mais on traite les migrants de fraiche date comme des pestiférés - les Italiens en l'occurrence - ; les femmes sont tout juste admises dans les restaurants "Une décennie plus tôt, on ne m’aurait pas laissée entrer au Keens Steakhouse" et la Mafia point le bout du nez avec La Main Noire, une organisation semant la terreurs parmi les migrants italiens "— En représailles et pour l’empêcher de parler. La Main noire est dure envers les mouchards." Côté amusements New York n'est pas en reste "Oscar Hammerstein avait été le premier à revendiquer ses droits, avec l’Olympia Music Hall. D’autres avaient suivi. Au-dessus de nous, des frontons annonçaient John Barrymore dans Anatol , une pièce à succès qui tenait depuis longtemps l’affiche, Oh ! Oh ! Delphine , et une fascinante nouvelle venue, Laurette Taylor, dans L’Oiseau de paradis . " et la population trouve dans ces divertissements l'exutoire aux problèmes sociaux qui minent la société. La marche des femmes pour le droit de vote doit se dérouler à New York dans quelques jours, et tout au long de l'enquête de Jane, on assiste à ses préparatifs. Jane est une femme moderne en butte à ses détracteurs et en questionnement perpétuel. Son ami italienne Anna Ardito, engagée dans la lutte syndicale est là pour lui rappeler la duplicité de ses employeurs. Un roman réaliste qui, bien qu'il prenne place au début du XXème siècle, nous rappelle que, malgré des changement, cosmétiques diraient certains, rien ne change vraiment dans les rapports économiques et sociaux entre les nantis et les autres, entre les détenteurs du pouvoir et ceux qui le subissent, entre les hommes et les femmes... Un roman plein de la violence cachée des relations sociales, extrêmement documenté, intéressant à lire, amant le lecteur à s'identifier à Jane Prescott et à son regard sans illusion, d'un optimisme prudent, sur la société et les personnes qui l'entourent. Admirable. Merci à Mariah Fredericks.
    Lire la suite
    En lire moins
  • lesjolismotsdeclem Posté le 25 Février 2020
    New-York au début du xxe siècle. Décor idéal s'il en est pour une intrigue policière. Un monde en mutation. Les familles riches du vieux continents installées depuis quelques décennies se confrontent à l'immigration de masse, et au racisme ambiant. La mafia est bien présente et la terreur devient de mise. Par le biais de la presse écrite, notamment, qui n'a de cesse de trouver des titres racoleurs pour ces manchettes quotidiennes. En toile de fond, un naufrage. Celui du Titanic. L'insubmersible qui a périt par la vanité des hommes. Et qui a montré que la règle du chacun pour soit prévalait à l'élégance des femmes et des enfants d'abord. Mais également, un changement sociétale, avec les manifestations pour le droit de vote des femmes. C'est dans cet environnement chargée de deuil et de révolution que nous retrouvons Jane Prescott, dans une Mort sans Importance, de Mariah Fredericks : "En 1912, alors que New York est sous le choc du naufrage du Titanic, la dame de compagnie Jane Prescott se rend à Long Island avec la famille Benchley. Leur fille, Louise, va épouser William Tyler et la cérémonie se tiendra chez son oncle et sa tante. Les Tyler sont un couple célèbre... New-York au début du xxe siècle. Décor idéal s'il en est pour une intrigue policière. Un monde en mutation. Les familles riches du vieux continents installées depuis quelques décennies se confrontent à l'immigration de masse, et au racisme ambiant. La mafia est bien présente et la terreur devient de mise. Par le biais de la presse écrite, notamment, qui n'a de cesse de trouver des titres racoleurs pour ces manchettes quotidiennes. En toile de fond, un naufrage. Celui du Titanic. L'insubmersible qui a périt par la vanité des hommes. Et qui a montré que la règle du chacun pour soit prévalait à l'élégance des femmes et des enfants d'abord. Mais également, un changement sociétale, avec les manifestations pour le droit de vote des femmes. C'est dans cet environnement chargée de deuil et de révolution que nous retrouvons Jane Prescott, dans une Mort sans Importance, de Mariah Fredericks : "En 1912, alors que New York est sous le choc du naufrage du Titanic, la dame de compagnie Jane Prescott se rend à Long Island avec la famille Benchley. Leur fille, Louise, va épouser William Tyler et la cérémonie se tiendra chez son oncle et sa tante. Les Tyler sont un couple célèbre et glamour, au passé fait de voyages et d'aventures. Aujourd'hui, Charles Tyler est connu pour traquer la mafia italienne, La Main noire, et sa femme Alva est devenue femme au foyer. Là-bas, Jane se rapproche rapidement de la nourrice des enfants du couple, Sofia, une jeune italo-américaine. Mais, au cours d'une nuit chaude et étouffante, elle est réveillée par un cri dans la nursery, et s'y précipite pour découvrir Sofia assassinée, et la fenêtre, toujours soigneusement verrouillée sur ordre des Tyler, qui craignent les représailles de la mafia, grande ouverte. Les Tyler sont rapidement convaincus qu'il s'agit d'une tentative d'enlèvement de leur bébé qui aurait mal tourné. Mais Jane commence à investiguer de son côté pour rendre service à son ami, le journaliste Michael Behan, qui sait qu'elle a une position privilégiée pour observer les conflits et découvrir les secrets qui peuvent se cacher sous la surface de cette riche et secrète maisonnées. Le meurtre de Sofia était-il un dommage collatéral des tensions sociales de New York ? Ou ce crime était-il beaucoup plus personnel ?" Nous évoluons dans un monde bourgeois où se côtoient famille de renommée, déchue de sa fortune et dont il ne reste qu'un nom pour briller, et nouveau riche au manque de manière et d'éducation. Autour de ce monde, une société en retrait, celle des personnes à leur service. Loyaux à leur employés, peu importe le prix à payer. Un naufrage. Comme métaphore filée de l'intrigue. Celui d'un nom réputé. D'une famille estimée. Un souvenir écornée d'une puissance qui fut. Et qui ne brille plus que par quelques artifices. Le peu d'importance donnée à une vie. Il faut faire partie du sérail. Les confrontations d'idées patriarcales et modernes. La place des femmes dans la société. L'importance de la maternité mais sans expliqué ce qu'il peut en coûter. Des non dits autour d'un meurtre. Oeuvre de la mafia ou motif plus personnel ? A noter les quelques références à l'agence de détectives Pinkerton qui n'a pas été sans me rappeler les ouvrages de Ray Celestin. Il m'aura fallu attendre plus d'un an pour retrouver l'enquêtrice en herbe Jane Prescott, et son acolyte Michael Behan. Et cela en valait la peine. Ces Sherlock Holmes et Watson du nouveau monde m'ont à nouveau ravie par leur personnalité et leur sincère amitié, malgré des intérêts divergents.  Ceux du cœur confrontant ceux de la raison. En bref, si vous n'avez pas lu des Gens d'importance, c'est le moment de vous y mettre. Car mon seul regret à ma lecture d'Une Mort sans Importance est d'attendre une nouvelle année pour connaître la suite des aventures de l'héroïne de Mariah Fredericks. Belle lecture à vous !
    Lire la suite
    En lire moins
Plongez dans l'univers du polar historique avec la newsletter Grands Détectives.
Voyagez au fil des enquêtes de la collection Grands Détectives.