RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Une petite douceur meurtrière

            Pocket
            EAN : 9782266264808
            Code sériel : 16522
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Une petite douceur meurtrière

            Date de parution : 05/07/2018
            C’est la mort en blouson de cuir qui rôde, un couteau rouge entre les dents. Et ce soir-là, cette grosse brute de Porguy ne savait pas qu’il allait rouler sur un bras. Un bras de femme, tout seul, au milieu de la route, avec une belle main sensuelle au bout…... C’est la mort en blouson de cuir qui rôde, un couteau rouge entre les dents. Et ce soir-là, cette grosse brute de Porguy ne savait pas qu’il allait rouler sur un bras. Un bras de femme, tout seul, au milieu de la route, avec une belle main sensuelle au bout… C’est le rat Marcel qui allait se régaler quand il découvrirait la main dans le réfrigérateur de Porguy !
            Avec un parfum de corbeau, sur l'air de Brazil, entre violence et douceur...
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266264808
            Code sériel : 16522
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 224
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • yv1 Posté le 11 Novembre 2018
              Cette petite douceur meurtrière commence comme un bonbon bien sucré, mais bientôt, le coeur que l'on croit sucré devient amer, épicé voire indigeste. Si le bonbon l'est, ce n'est pas le cas de ce roman policier.qui m'a réjouit de bout en bout. Ça débute dans un joyeux bordel délirant : sitôt qu'un événement bizarre est décrit, un autre ubuesque le suit de près. C'est très drôle, décalé, on est entre Frédéric Dard et Arto Paasilinna. Puis, la farce, je le disais plus haut vire au tragique et au glauque, alors qu'on ne s'y attend pas forcément. C'est surprenant et excellent. La succession des événements apparemment sans lien ne s'arrête jamais et le lecteur de s'interroger sur le lien entre eux, sur leur(s) auteur(s). J'avoue humblement m'être bien fait balader par Nadine Monfils, jusqu'au bout. Avec bonheur, car en plus de surprendre par son intrigue, par ses nombreux personnages tous aussi loufoques et/ou barrés les uns que les autres, elle sait tenir son lectorat avec une écriture débridée, vive et une construction en courts chapitres qui donne du rythme et qui permet de ne pas se perdre entre tous les intervenants puisqu'ils reviennent régulièrement et rapidement. Deux cents pages qui passent... Cette petite douceur meurtrière commence comme un bonbon bien sucré, mais bientôt, le coeur que l'on croit sucré devient amer, épicé voire indigeste. Si le bonbon l'est, ce n'est pas le cas de ce roman policier.qui m'a réjouit de bout en bout. Ça débute dans un joyeux bordel délirant : sitôt qu'un événement bizarre est décrit, un autre ubuesque le suit de près. C'est très drôle, décalé, on est entre Frédéric Dard et Arto Paasilinna. Puis, la farce, je le disais plus haut vire au tragique et au glauque, alors qu'on ne s'y attend pas forcément. C'est surprenant et excellent. La succession des événements apparemment sans lien ne s'arrête jamais et le lecteur de s'interroger sur le lien entre eux, sur leur(s) auteur(s). J'avoue humblement m'être bien fait balader par Nadine Monfils, jusqu'au bout. Avec bonheur, car en plus de surprendre par son intrigue, par ses nombreux personnages tous aussi loufoques et/ou barrés les uns que les autres, elle sait tenir son lectorat avec une écriture débridée, vive et une construction en courts chapitres qui donne du rythme et qui permet de ne pas se perdre entre tous les intervenants puisqu'ils reviennent régulièrement et rapidement. Deux cents pages qui passent à une vitesse folle, pfff un après-midi pluvieux et le tour est joué, pour un peu on n'a même pas vu qu'il faisait gris.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Lorraine47 Posté le 9 Décembre 2012
              Il se passe de bien drôles de choses à Plouviac, enfin "drôles" n'est pas le terme le plus approprié pour qualifier les enlèvements, mutilations, viols et autres douceurs meurtrières qui viennent empoisonner la vie des citoyens de cette petite ville de province. La plume de Nadine Monfils est pareille et égale à elle même c'est à dire d'un réalisme crû qui met le lecteur au bord de la nausée mais son style et son humour nous permet par une pirouette de prendre le recul et de finalement prendre tout ça au deuxième degré avec un certain plaisir! Les personnages sont croustillants, du journaliste qui fredonne Brazil au doux nom de Walter Boulon: il fallait le trouver à la vieille Madame Rosa, sosie de Carmen cru, il y a là tous les ingrédients pour une lecture sans prise de tête et qui n'a d'autre prétention que de distraire le lecteur! Mission accomplie en ce qui me concerne et j'espère donner à quelques uns l'envie de lire à leur tour "une petite douceur meutrière"!
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.