Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266312028
Code sériel : 18055
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Une vie entre les pages

Marie CAUSSE (Traducteur)
Date de parution : 01/04/2021
Sofia Bauer, relieuse à ses heures perdues et passionnée de livres anciens, vit à Rome. Un jour, dans une librairie, elle se voit offrir un vieil ouvrage contre la promesse de le remettre en état. Alors qu'elle s'attelle à sa restauration, Sofia tombe sur une lettre manuscrite, dissimulée entre les... Sofia Bauer, relieuse à ses heures perdues et passionnée de livres anciens, vit à Rome. Un jour, dans une librairie, elle se voit offrir un vieil ouvrage contre la promesse de le remettre en état. Alors qu'elle s'attelle à sa restauration, Sofia tombe sur une lettre manuscrite, dissimulée entre les pages, signée de la main de la relieuse originale du livre, une certaine Clarice von Harmel, ayant vécu à Vienne au début du XIXe siècle. Une femme qui s'est battue pour son indépendance et sa liberté, les payant au prix fort. Elle y évoque un fascinant secret que Sofia n'aura de cesse de mettre au jour, aidée par Tomaso Leoni, chasseur de livres rares et expert en graphologie... Indice après indice, le couple mène une enquête rocambolesque à travers l'Europe et redonne une voix à Clarice, dont le courage et la détermination guideront Sofia sur le chemin de sa nouvelle vie...
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266312028
Code sériel : 18055
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Une très belle histoire, avec une héroïne instantanément attachante. Un plaisir de lecture ! 
Maxi
Un roman bien construit qui nous fait voyager dans le temps et nous transporte dans le monde merveilleux du livre. Les nombreuses références aux grands classiques plairont aux amoureux de la littérature. 
Telepro (Belgique)

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Northanger Posté le 11 Juillet 2021
    Sofia Bauer vit à Rome de nos jours. Cette jeune trentenaire, bibliothécaire de formation, a mis sa carrière entre parenthèses pour se consacrer à sa vie de femme mariée, mais sa relation avec Alberto touche à sa fin. C’est alors qu’hasard d’une visite chez un bouquiniste, Sofia fait l’acquisition d’une édition ancienne du Discours de la nature de Christian Fohr, un auteur - a priori fictif - de la période romantique allemande. Décidée à en restaurer la reliure, Sofia découvre, cachée sous le contre-plat, une mystérieuse lettre dans laquelle une certaine Clarice, à Vienne, au 19ème siècle, fait un état d’un secret… Sofia se lance alors le défi d’en savoir plus sur la vie de Clarice. Au début, je suis tombée sous le charme de la poésie discrète de ce récit. Chaque chapitre s’ouvre sur une citation philosophique tirée des grandes pages de la littérature classique. J’ai apprécié ce petit signe d’érudition sans fioriture. Pour ce qui est des personnages, je n’ai bien sûr eu aucune difficulté à me projeter dans le personnage de Sofia qui a un amour inconditionnel pour les livres. De plus, ayant quelques connaissances dans le domaine du livre ancien, j’étais ravie de retrouver le... Sofia Bauer vit à Rome de nos jours. Cette jeune trentenaire, bibliothécaire de formation, a mis sa carrière entre parenthèses pour se consacrer à sa vie de femme mariée, mais sa relation avec Alberto touche à sa fin. C’est alors qu’hasard d’une visite chez un bouquiniste, Sofia fait l’acquisition d’une édition ancienne du Discours de la nature de Christian Fohr, un auteur - a priori fictif - de la période romantique allemande. Décidée à en restaurer la reliure, Sofia découvre, cachée sous le contre-plat, une mystérieuse lettre dans laquelle une certaine Clarice, à Vienne, au 19ème siècle, fait un état d’un secret… Sofia se lance alors le défi d’en savoir plus sur la vie de Clarice. Au début, je suis tombée sous le charme de la poésie discrète de ce récit. Chaque chapitre s’ouvre sur une citation philosophique tirée des grandes pages de la littérature classique. J’ai apprécié ce petit signe d’érudition sans fioriture. Pour ce qui est des personnages, je n’ai bien sûr eu aucune difficulté à me projeter dans le personnage de Sofia qui a un amour inconditionnel pour les livres. De plus, ayant quelques connaissances dans le domaine du livre ancien, j’étais ravie de retrouver le vocabulaire technique qui m’est familier depuis quelques années. Ce vocabulaire rend le récit crédible et intéressant. En revanche, j’ai vite été frustrée par la psychologie un peu simpliste des personnages : il y a trop de manichéisme pour moi dans la relation de Sofia et de son mari. Alberto semble endosser toute la responsabilité du naufrage de leur mariage tandis que Sofia se remet peu en question. En ce qui concerne la suite, on comprend vite quelle tournure vont prendre les événements après la rencontre de Sofia et de Tomaso. Bref, une lecture agréable mais trop superficielle pour devenir un coup de coeur, dommage... Une vie entre les pages se comprend au sens figuré : le métier de Sofia l’amène à se consacrer aux livres mais aussi au sens propre puisque la vie de Clarice se cache littéralement dans le livre, à travers les écrits qui y sont dissimulés… Je retiendrai cependant de ce charmant roman le dépaysement : je voyage peu à Rome dans mes lectures. Et bien évidemment, la passion des livres anciens et des secrets d’antan enfouis.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Clarissa25 Posté le 5 Mai 2021
    Voici un livre qui me tentait depuis un moment, le résumé m’avait beaucoup plu, j’ai donc craqué quand j’ai découvert qu’il était sorti en format poche. Rome, Vienne, reliure et relieuses, manuscrits, livres rares, secrets, enquête, émotion, amour, courage... voici les mots clés de ce roman qui a été une très belle découverte. J’ai beaucoup aimé l’enquête que mènent Sofia et Tomaso pour découvrir le mystère de Clarice von Harmel, relieuse au début du XIXème siècle à Vienne. L’histoire de Clarice m’a complètement fascinée, quelle femme. La fin du roman est superbe ! Par contre j’avoue avoir eu un avis un peu mitigé au début vis-à-vis de certains échanges entre Sofia et Tomaso qui m’ont un peu troublée dans le sens où je n’étais pas pleinement convaincue je dirai, mais finalement ce livre m’a complètement séduite. J’ai hâte de lire les autres romans de cet auteur, j’ai Le Parfum des sentiments dans ma PAL et La maison aux miroirs qui vient de sortir me tente énormément !
  • Laehb80 Posté le 19 Mars 2021
    Le couple de Sofia bat de l'aile et elle s'enfonce petit à petit dans la dépression. Plus rien n'a vraiment de goût ni d'intérêt, sauf peut-être son amour des livres. Quand elle découvre, cachée dans la couverture abîmée d'un vieil ouvrage, une lettre mystérieuse et intrigante elle décide d'en savoir plus et de découvrir qui est cette Clarice, jeune aristocrate, relieuse passionnée, au destin tragique. Sur une double temporalité, Vienne au début du XIXème siècle et Rome de nos jours, nous suivons ces deux femmes de caractère, bien décidées à reprendre le contrôle de leur vie et accepter le grand amour que le hasard a mis sur leur chemin. J'ai particulièrement aimé les parties narrant la vie tumultueuse et pourtant triste de Clarice et regrette qu'elles n'aient pas été plus développées. Ce personnage aurait mérité un roman complet. Très belles histoires en parallèle, des personnages puissants et attachants, et deux romances émouvantes sans aucune niaiserie.
  • prune42 Posté le 12 Février 2021
    Sofia Baeur, une jeune femme qui vit à Rome, se rend compte qu'elle n'est pas heureuse en couple car elle a abandonné tout ce qu'elle aimait pour son mari. Au cours d'une promenade, elle rencontre un vieux libraire qui lui remet un livre ancien qu'elle va restaurer. Elle y trouve dissimulée une lettre datant de près de deux siècles écrite par une main féminine. Sofia veut essayer de découvrir qui était l'auteur de cette lettre et va faire la connaissance d'un graphologue er chasseur de livres anciens, Tomaso. Ils partent à la recherche de Clarice Marianne von Harmel qui a vécu à Vienne au début du XIXème siècle et des livres de Christian Fohr, un écrivain romantique allemand. Clarice, par sa volonté de ne plus être soumise à la vie qu'on lui impose, incite Sofia à se découvrir elle-même et à s'affranchir d'un modèle rigide. Ce roman qui figurait dans mes pense-bête depuis longtemps, a été une demie déception pour moi malheureusement. Si j'ai vraiment apprécié la partie de l'histoire qui se passe au XIXème siècle autour de Clarice car je l'ai trouvée vraiment dépaysante, originale et pleine de suspense, la partie qui se passe de nos jours à Rome m'a... Sofia Baeur, une jeune femme qui vit à Rome, se rend compte qu'elle n'est pas heureuse en couple car elle a abandonné tout ce qu'elle aimait pour son mari. Au cours d'une promenade, elle rencontre un vieux libraire qui lui remet un livre ancien qu'elle va restaurer. Elle y trouve dissimulée une lettre datant de près de deux siècles écrite par une main féminine. Sofia veut essayer de découvrir qui était l'auteur de cette lettre et va faire la connaissance d'un graphologue er chasseur de livres anciens, Tomaso. Ils partent à la recherche de Clarice Marianne von Harmel qui a vécu à Vienne au début du XIXème siècle et des livres de Christian Fohr, un écrivain romantique allemand. Clarice, par sa volonté de ne plus être soumise à la vie qu'on lui impose, incite Sofia à se découvrir elle-même et à s'affranchir d'un modèle rigide. Ce roman qui figurait dans mes pense-bête depuis longtemps, a été une demie déception pour moi malheureusement. Si j'ai vraiment apprécié la partie de l'histoire qui se passe au XIXème siècle autour de Clarice car je l'ai trouvée vraiment dépaysante, originale et pleine de suspense, la partie qui se passe de nos jours à Rome m'a moins convaincue, je l'ai trouvée un peu attendue et vraiment sentimentale. Les deux personnages ne m'ont pas vraiment séduite, surtout Tomaso que j'ai eu du mal à cerner. J'attendais beaucoup de ce roman car le résumé m'avait paru vraiment prometteur et au final, je suis un peu déçue. Certains aspects du livre m'ont paru parfois complexes aussi, embrouillés et certains passages un peu longs et sans grand intérêt pour l'intrigue principale, comme si l'auteur avait voulu "meubler".
    Lire la suite
    En lire moins
  • lulu8723 Posté le 3 Février 2021
    Cristina CABONI. Une vie entre les pages. Sofia Bauer, 32 ans est l’épouse de Alberto de Santis. Ils vivent à Rome. Avant son mariage, il y a cinq ans, Sofia était bibliothécaire, et elle a appris la reliure. Mais son époux lui a fait abandonner son métier, il désire avoir sa femme au foyer. Cette dernière vit mal cette situation et le mariage bat de l’aile. Sofia renoue avec d’anciennes amies, erre dans la ville. Lors d’une balade dans le vieux Rome, elle échoue dans une ancienne librairie et découvre un livre, en très mauvais état, de Christian Philipp Fohr, écrivain célèbre du 19ème siècle, mais tombé en désuétude. C’est une édition originale et Sofia va donc refaire sa couverture. En démontant l’ancienne, elle découvre une lettre cachée, narrant la vie de la relieuse de cette première édition. Sofia, amoureuse de vieux livres va se lancer à la chasse au trésor. En effet ce livre, « Le discours sur la méthode », est le premier volet d’une trilogie. Où peut-elle trouver les deux livres manquants ? Le second volet porte le titre « Le discours sur la nature » . Il figure sur de nombreux inventaires de bibliothèque. Mais où est-il? Il... Cristina CABONI. Une vie entre les pages. Sofia Bauer, 32 ans est l’épouse de Alberto de Santis. Ils vivent à Rome. Avant son mariage, il y a cinq ans, Sofia était bibliothécaire, et elle a appris la reliure. Mais son époux lui a fait abandonner son métier, il désire avoir sa femme au foyer. Cette dernière vit mal cette situation et le mariage bat de l’aile. Sofia renoue avec d’anciennes amies, erre dans la ville. Lors d’une balade dans le vieux Rome, elle échoue dans une ancienne librairie et découvre un livre, en très mauvais état, de Christian Philipp Fohr, écrivain célèbre du 19ème siècle, mais tombé en désuétude. C’est une édition originale et Sofia va donc refaire sa couverture. En démontant l’ancienne, elle découvre une lettre cachée, narrant la vie de la relieuse de cette première édition. Sofia, amoureuse de vieux livres va se lancer à la chasse au trésor. En effet ce livre, « Le discours sur la méthode », est le premier volet d’une trilogie. Où peut-elle trouver les deux livres manquants ? Le second volet porte le titre « Le discours sur la nature » . Il figure sur de nombreux inventaires de bibliothèque. Mais où est-il? Il n’y a aucune trace du troisième volume. Où se cache-t-il ? A-t-il était imprimé ? . D’autre part le premier ouvrage comporte des annotations dans les marges du texte, et il y a deux écritures différentes. Qui a écrit dans le livre ? Est-ce l’auteur lui-même ? Est-ce la relieuse ? Afin de tenter de résoudre l’énigme, Sofia, sur les conseils du vieux libraire va faire appel à un expert spécialisé dans la graphologie, Tomaso Léoni, très talentueux. Est ce le bon compagnon d’infortune ? Qu’apportera-t-il à Sofia ? La vie de la relieuse, Clarice Von Harmel passionne Sofia qui n’aura de cesse de revenir sur les pas de cette jeune femme qui au 19ème siècle a appris le métier de relieur, métier interdit aux femmes. De plus les femmes étaient entièrement soumises à leur époux et ne pouvaient même pas gérer leurs propres biens. Et Clarice, jeune orpheline, issue de la noblesse autrichienne possédait une fortune personnelle et cette dernière a attiré celui qui sera son mari, un homme vénal, avide d’argent, violent et belliqueux, qui maltraitera Clarisse. Grâce à Cristina Caboni, nous allons suivre les traces de Clarisse depuis Vienne, Londres, en passant par Rome où Clarice créera un atelier de reliure où elle rencontrera l’écrivain Fohr, qui lui donnera ses livres personnels à relier. Clarice s’acquittera de cette tache avec brio. Elle fuira son mari violent et la perspicacité et la curiosité de Sofia nous entraîneront sur les pas de la jeune femme, fugueuse et volontaire, têtue et obstinée. Un très beau roman, une belle intrigue amoureuse et une traversée rocambolesque de l’Europe. Après avoir partagé l’amour des fleurs avec Cristina, dans un de ses romans précédents," Le Jardin des fleurs", nous avons le bonheur de partager son amour des livres, des belles reliures en maroquin et feuilles d’or. Je recommande la lecture de ce roman qui décrit bien la condition de la vie des femmes aux siècles précédents. Deux cents ans séparent nos deux héroïnes, chacune éprise de liberté et qui mènent de façon magistrale leurs vies personnelles, professionnelles et amoureuses. Une très bonne étude sociologique et une belle description des villes , Rome, Vienne et Londres. L’écriture est très agréable. Les phrases sont toujours bien construites.Les différentes étapes de la reliure d’un ouvrage sont bien expliquées. Ce sont bien les bons termes propres à ces techniques artisanales qu’utilisent Cristina. Merci pour ce beau roman.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.