Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266273367
Code sériel : 16859
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Victor Hugo vient de mourir

Date de parution : 19/01/2017
Vibrez de la ferveur et de la fureur de Paris,
vivez les funérailles de l’Immortel.


Le poète vient de rendre son dernier souffle et, déjà, la nouvelle court les rues, entre dans les boutiques, les ateliers, les bureaux. Paris est pris de fièvre. Chacun veut rendre un dernier hommage et participer aux...
Vibrez de la ferveur et de la fureur de Paris,
vivez les funérailles de l’Immortel.


Le poète vient de rendre son dernier souffle et, déjà, la nouvelle court les rues, entre dans les boutiques, les ateliers, les bureaux. Paris est pris de fièvre. Chacun veut rendre un dernier hommage et participer aux obsèques nationales qui mèneront l’Immortel au Panthéon. Deux millions de personnes se presseront sur le parcours du corbillard en ce jour de funérailles intense et inoubliable.
D’un événement historique et en tout point exceptionnel naît un texte intime et épique où tout est vrai, tout est roman.

Cet ouvrage a reçu le prix Révélation de la SGDL et le prix Tour Montparnasse
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266273367
Code sériel : 16859
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une semaine haletante réinventée avec talent. » LiRE
« Presque un opéra qu’elle met en scène avec un art tout hugolien. Quelle passionnante chorégraphie politico-sociale. » Fabienne Pascaud – Télérama
« On croyait tout savoir des adieux de Victor Hugo à la vie et de la France à Victor Hugo, mais Judith Perrignon y ajoute une exaltation et une émotion étonnamment contemporaines. » Jérôme Garcin – L’Obs
« La prose de Judith Perrignon est de rage et de souffle. On est emporté par ce récit comme la foule qui dit adieu à son poète. » Christophe Barbier – L’Express
« Le texte est parfait de justesse. De fidélité. » Xavier Houssin - Le Monde
« Écrire sur la mort de Victor Hugo est un défi. Judith Perrignon le relève avec panache. » Véronique Bona, de l'Académie française - Version Femina
« C’est un formidable récit que brosse Judith Perrignon de ces journées intenses d’émotion collective. » Julie Malaure – Le Point
« Judith Perrignon passe du huis clos au grand jour, de l’individu au collectif, de l’intime à l’idéologie, avec une écriture ciselée, juste, vibrante. » France culture
« Un récit vif, fin et documenté. » Anne Brigaudeau – Culturebox
« Judith Perrignon donne de la chair à ses folles journées. Édifiant et palpitant. » Bernard Lehut – RTL
« Magnifiquement écrit et très actuel. » Thomas Legrand – France Inter

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Flocava1 Posté le 1 Janvier 2022
    À sa sortie, j’avais tellement entendu de critiques positives voire dithyrambiques de ce livre que j’avais failli l’acheter. Je l’ai trouvé chez Emmaus et me faisais une joie de le lire. J’ai déjà lu deux livres de Judith Perrignon dont j'apprécie l'écriture et le travail. Un livre court, très documenté, fouillé, écrit de façon fine sans lourdeur. Mais dans lequel je ne suis pas rentrée du tout, je n’ai pas réussi à m’intéresser au sujet, je ne me suis nullement sentie concernée. Alors la lecture en a été fastidieuse mais uniquement de mon fait. Dommage
  • diablotin0 Posté le 16 Juillet 2021
    Si certains meurt seul, Victor Hugo va lui, mourir entouré des siens. Deux milliond de personnes vont également suivre le cercueil de Victor Hugo jusqu'au Panthéon où il reposera finalement. Ce livre est très documenté mais malgré tout il manque des informations car, en ce qui me concerne, j'ai été obligée de me documenter sur l'identité de certains personnages. Oui, tout le monde n'est pas historien ou féru d'histoire. Quoi qu'il en soit ce roman met on lumière non seulement la tristesse de ses proches mais aussi l'aspect politique. Ainsi si les ouvriers souhaitent que l'enterrement se déroule le dimanche pour pouvoir y assister, le gouvernement fait le choix de le fixer le lundi, les travailleurs ne pourront donc pas se mêler aux funérailles. Par ailleurs, les drapeaux rouges sont interdits. Tout le monde veut avoir sa place pour accompagner Victor Hugo, que ce soit par amour ou pour des aspects plus politiques. Ainsi, le choix du Panthéon plutôt que le cimetière du Père-Lachaise a été longuement discuté, finalement, la séparation de l'Église et de l'État est un symbole fort. Si ce livre est indiscutablement intéressant, il n'est pas, comme il est écrit pourtant dans plusieurs billets,... Si certains meurt seul, Victor Hugo va lui, mourir entouré des siens. Deux milliond de personnes vont également suivre le cercueil de Victor Hugo jusqu'au Panthéon où il reposera finalement. Ce livre est très documenté mais malgré tout il manque des informations car, en ce qui me concerne, j'ai été obligée de me documenter sur l'identité de certains personnages. Oui, tout le monde n'est pas historien ou féru d'histoire. Quoi qu'il en soit ce roman met on lumière non seulement la tristesse de ses proches mais aussi l'aspect politique. Ainsi si les ouvriers souhaitent que l'enterrement se déroule le dimanche pour pouvoir y assister, le gouvernement fait le choix de le fixer le lundi, les travailleurs ne pourront donc pas se mêler aux funérailles. Par ailleurs, les drapeaux rouges sont interdits. Tout le monde veut avoir sa place pour accompagner Victor Hugo, que ce soit par amour ou pour des aspects plus politiques. Ainsi, le choix du Panthéon plutôt que le cimetière du Père-Lachaise a été longuement discuté, finalement, la séparation de l'Église et de l'État est un symbole fort. Si ce livre est indiscutablement intéressant, il n'est pas, comme il est écrit pourtant dans plusieurs billets, accessible à tous. Les références multiples à des hommes engagés, journalistes, hommes politiques, nécessitent soit, une culture assez importante, soit la curiosité et donc la volonté de poser le livre pour s'informer, de se documenter. En tout cas, Victor Hugo mérite bien un petit effort !!!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Papou64 Posté le 15 Juin 2021
    Le sujet pourrait paraitre inintéressant : on nous raconte la semaine qui s'est écoulée entre la mort de Victor Hugo et ses funérailles. Mais le roman parle beaucoup de la vie de l'homme, de ce qu'il défendait, de ce qu'il aimait (et de qui il aimait). C'est aussi un très bon portrait de cette société de la IIIe république, très policée et violente (luttes entre le gouvernement et les anarchistes). L'écriture est très belle, elle me fait penser à Hugo. Il y a des références littéraires, et tout est très bien documenté. Bref, c'est un beau roman pour les intellos fans de Hugo ! J'ai trouvé la lecture agréable, un peu longuette sur la fin, mais elle vaut vraiment le coup.
  • Moumoute25 Posté le 8 Mai 2021
    Victor Hugo vient de mourir,nous sommes le 22 mai 1885 et tout le pays est en émoi. La France vient de perdre l'un de ses enfants les plus illustres et respectés,un monument,un symbole. Victor Hugo c'est un Grand Homme, un des écrivains majeurs du siècle ,le souverain des mots mais également un grand républicain une icône absolue d'un siècle tumultueux, l'ami du peuple, l'ami du pays et le pays est triste et pleure. Les funérailles nationales sont la seule forme d'hommage que la France unanime peut rendre au Grand Père de la République,la patrie reconnaissante.. Tout Paris est mobilisé pour un Adieu à la hauteur de la stature de l'homme. Judith Perrignon dans ce petit roman inspiré de la grande Histoire a imaginé brillamment les quelques jours de temps suspendu qui se sont écoulés de la mort du poète à son inhumation au Panthéon . Des jours de recueillement,de peine mais également nous raconte t elle d'agitation des corps ,des coeurs et des esprits dans une jeune France républicaine unie autour du corps et du souvenir du grand homme mais qui se dispute aussi le droit de l'honorer une dernière fois,de l'accompagner à sa façon vers l'immortalité. Judith Perrignon a imaginé avec fidélité la façon dont les... Victor Hugo vient de mourir,nous sommes le 22 mai 1885 et tout le pays est en émoi. La France vient de perdre l'un de ses enfants les plus illustres et respectés,un monument,un symbole. Victor Hugo c'est un Grand Homme, un des écrivains majeurs du siècle ,le souverain des mots mais également un grand républicain une icône absolue d'un siècle tumultueux, l'ami du peuple, l'ami du pays et le pays est triste et pleure. Les funérailles nationales sont la seule forme d'hommage que la France unanime peut rendre au Grand Père de la République,la patrie reconnaissante.. Tout Paris est mobilisé pour un Adieu à la hauteur de la stature de l'homme. Judith Perrignon dans ce petit roman inspiré de la grande Histoire a imaginé brillamment les quelques jours de temps suspendu qui se sont écoulés de la mort du poète à son inhumation au Panthéon . Des jours de recueillement,de peine mais également nous raconte t elle d'agitation des corps ,des coeurs et des esprits dans une jeune France républicaine unie autour du corps et du souvenir du grand homme mais qui se dispute aussi le droit de l'honorer une dernière fois,de l'accompagner à sa façon vers l'immortalité. Judith Perrignon a imaginé avec fidélité la façon dont les parisiens illustres ou non,proches du défunt ou citoyens ordinaires avaient pu appréhender et se préparer aux funérailles de Victor Hugo et toutes les émotions et les enjeux que cette disparition majeure avait engendrée et impliquée.. Debats d'assemblées, réunions corporatistes, discussions de rue, requêtes multiples,luttes d'influences, la disparition de Victor Hugo et son enterrement auront déchaînés les passions et les débats. Panthéon ou père Lachaise, honneurs de la République ou de lEglise , parcours du convoi mortuaire, détails de l'inhumation, symbolique de ces funérailles extraordinaires, récupérations, compromis,actions,tout le peuple parisien a cherché à mettre son nez dans ces adieux gigantesques au Maître, à jouer un rôle dans ce grand spectacle funèbre. C'est une incroyable et haletante chronique sociale et historique, cohérente et passionnante qui est dépeinte dans ces pages autour du cercueil de l'illustre poète à mi chemin entre réalité historique et fiction romancée. Des funérailles d'exception finalement et sans surprise récupérés par le pouvoir républicain bourgeois qui les utilisera à son profit et en sortira grandi au détriment du peuple.Des proscrits, des Misérables, ceux que Victor Hugo a toujours observé,défendu à qui il devait bien plus qu'à tous ces puissants mais qui pour beaucoup seront tenus à l'écart des obsèques officiels suivis par près de deux millions de personnes. La République ce jour-là avait étouffé l'homme révolté , même mort Hugo faisait encore peur au pouvoir par sa capacité à fédérer le peuple et ses révoltes, mais point de révolte il y eut, simplement une fête populaire en l'honneur du prestigieux défunt. Le grand homme a du s'en retourner dans sa tombe, ça Judith Perrignon ne nous le dit pas, elle n'est pas allé jusqu'à l'imaginer dans ce remarquable bouquin très bien documenté dont on ne sait plus au final s'il releve du réel ou de la fiction tant il s'avère juste et convaincant. Judith Perrignon nous livre ici un tableau réaliste et juste de la France de l'époque et d'un événement historique presque sans équivalent voilà un livre petit par la taille mais grand par sa richesse et son contenu, superbe hommage au poète, à ses mots, à sa vie en même temps qu'une réflexion sur son héritage
    Lire la suite
    En lire moins
  • anaellelit Posté le 22 Avril 2021
    Une belle découverte que ce récit historique autour de la mort d"un des plus grands écrivains du XIXè... On a l'impression d'y être, comme si c'était l'enterrement de Johnny que j'ai vu, hasard du calendrier, quelques mois après avoir lu ce livre. J'ai plus appris sur cette époque que je n'ai été conquis par le récit, sans réelle intrigue. Une belle écriture, ciselée, en tout cas.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.